AID Association Initiatives Dionysiennes

Ouv zot zié !

Accueil > Pétitions et Initiatives Citoyennes Européennes > Pétitions AID 2021-06

SIGNEZ ET DIFFUSEZ

Pétitions AID 2021-06

Période jusqu’au samedi 03 Avril 2021

samedi 20 mars 2021, par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 19 ans, pour adhérer ou faire un don . Voir la vidéo de l’AG 2018

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les autres textes à signer particulièrement recommandés se trouvent ci-après

* SOMMAIRE

- AID et RET pour le HOBBIT BAR

- Les pétitions nouvelles

- Collectes de dons (soutenues par AID)

- Initiatives Citoyennes Européennes

- Les pétitions en cours

- Les pétitions stagnantes

- Les pétitions vouées à disparaître

- Les pétitions fermées

* AID et le HOBBIT BAR de Vintimille

Le cyclone du 2 Octobre 2020 qui a dévasté la Roya a également inondé la ville basse de Vintimille jusqu’à côté du Hobbit et à chassé les migrants des bords du fleuve et de la plage de l’embouchure où ils avaient leurs précaires refuges et leurs maigres biens. Certaines maraudes ne viennent plus ou difficilement et le Hobbit est d’autant plus indispensable.

Nous ne pouvons être insensibles à la détresse des migrants, dont certains viennent d’Afrique de l’ouest, qui se retrouvent à Vintimille, tentant de franchir la frontière française à une dizaine de kilomètres d’où ils sont durement refoulés et renvoyés en centre ville de Vintimille.

La sortie du confinement de la covid-19 des deux côtés de la frontière a rejeté sur les routes des migrants présents en Italie qui cherchent toujours à gagner la France pour aller en Allemagne et surtout au Royaume-Uni. Les associations qui oeuvrent à la frontière annoncent une recrudescence du nombre des migrants et une arrivée majoritaire de migrants issus des Balkans. Et le reconfinement a désorganisé plus encore

A Vintimille, il n’existe plus guère qu’un lieu accueillant, notamment pour les femmes et enfants, le bar Le Hobbit situé près de la gare ferroviaire par où souvent les migrants arrivent, bar tenu par Delia Buonomo, surnommée par eux "Mama Africa"..

Boycotté par les clients de Vintimille, le bar ne tourne plus que par les migrants et par les militants associatifs qui y vont chaque fois qu’ils le peuvent. Cela ne couvre malheureusement plus les frais fixes et il faut donc trouver 2000€ par mois. Le challenge minimal pour nous est d’amener mensuellement 1000€ (en espérant que le reste sera apporté directement par les donateurs , italiens mais aussi allemands, qui l’ont alimenté la première année). Le crowdfunding qui a servi pendant 730 jours étant fermé, nous virons désormais directement notre collecte sur le compte bancaire du bar.

Donc si vous êtes imposables en France, AID vous propose de faire un virement sur le compte bancaire de l’Association Roya en Transition, de Tende, avec un mel à son trésorier pour le reçu-don
IBAN : FR76 1910 6006 2543 6820 5923 148 BIC : AGRIFRPP891AID .
Nous avons le plaisir d’annoncer que grâce à la générosité de quelques donateurs, nous avons déjà pu assurer 1000€ par mois d’Août 2020 à Février 2021 inclus, plus 1000€ pour les dépenses supplémentaires induites par la crue du 2 Octobre 2020
.
.
.

.
.

* (C) Pétition : Hôtels Ibis : femmes exploitées ?

18.570 signatures sur 20.000 lien pour signer

17 minutes. C’est le temps que l’hôtel Ibis des Batignolles donne au personnel pour : aérer une chambre, ramasser les déchets, changer les linges, récurer la salle de bain, les toilettes, faire le lit, les poussières, l’aspirateur, passer la serpillière et passer l’aspirateur à nouveau. Tout ça entre 14 et 34 fois par jour pour un maigre salaire qui peine parfois à dépasser les 700 euros par mois.

Ça vous donne le tournis ? Ces femmes de chambre aussi. Elles accumulent les blessures à cause de ces cadences impossibles qu’elles comparent à de l’esclavage moderne. C’est pour ça qu’elles luttent depuis 20 mois pour obtenir des conditions de travail décentes.

Une personne peut pourtant mettre fin à cette situation inhumaine : c’est Cédric Durand, directeur des opérations Europe du Sud pour le groupe AccorInvest, dont dépend l’hôtel Ibis des Batignolles. AccorInvest refuse d’accorder des conditions de travail décentes aux femmes qui entretiennent cet hôtel. Tout ça doit cesser ! Exigez que Cédric Durand respecte la dignité de ces femmes et les intègre pleinement à l’équipe de l’hôtel.

AccorInvest cherche à se dédouaner car ces femmes travaillent pour STN, un sous-traitant. Elles demandent leur intégration à l’équipe d’Ibis pour bénéficier des mêmes conditions de travail, du même salaire, du même statut et des mêmes avantages que les autres employés. Ibis, marque du groupe Accor qui détient 30% d’AccorInvest, prétend avoir trouvé des solutions. En réalité, seul le sous-traitant a proposé une “solution”, la voici : une canette et 2 euros de prime de panier repas !

Une proposition humiliante pour ces femmes qui disent ne pas avoir eu droit à une simple bouteille d’eau pendant leur journée de travail. Cette humiliation s’ajoute à bien d’autres. Les femmes de chambres de l’hôtel Ibis des Batignolles dénoncent des pratiques de harcèlement. Les faits qu’elles relatent sont choquants : lorsqu’elles questionnent leurs conditions de travail, on leur indique que le pôle emploi se trouve de l’autre côté de la rue. Lorsqu’elles demandent plus de respect, on dit à ces femmes, pour la plupart immigrées, de rentrer chez elles si elles ne sont pas contentes.

Pire encore, certaines disent avoir été victimes de violences sexuelles mettant en cause des clients, mais aussi l’ex-directeur de l’hôtel. Quand elles remontent ces agressions, certaines affirment qu’Ibis se contente de leur envoyer une lettre d’excuse générique. Une plainte a été déposée, l’instruction est en cours. Dites à Ibis de respecter la dignité de ces femmes et de les intégrer pleinement à l’équipe de l’hôtel.

Nous avons une opportunité unique de faire pencher la balance du côté de ces femmes courage. La pression qu’elles exercent sur Ibis et Accor depuis 20 mois leur a enfin permis d’obtenir l’ouverture des négociations. Dans le même temps, son concurrent direct, le groupe Louvre Hôtels, vient de mettre fin à la sous-traitance dans deux de ces hôtels après une mobilisation similaire des femmes de chambre.

Les femmes de chambre ont assez attendu, il est temps pour le géant de l’hôtellerie de prendre ses responsabilités en mettant un terme à l’exploitation de ces travailleuses.Je demande à Ibis d’accorder à ces femmes le respect qu’elles méritent en les intégrant à l’équipe de l’hôtel.

* (C) Pétition : STOP AUX BOMBARDEMENTS DES HÔPITAUX EN SYRIE !

8.119 signatures sur 10.000 lien pour signer

Depuis le début du conflit en Syrie, il y a 10 ans, près de 600 structures médicales ont été ciblées à plusieurs reprises par des attaques aériennes, et 923 soignants ont été tués (bombardements, raids aériens, tortures…). Cette situation est inadmissible et contraire aux conventions de Genève. En 10 ans, la situation humanitaire n’a pas cessé de se dégrader, et atteint son paroxysme aujourd’hui avec seulement 50% du système de santé fonctionnel, alors même que 13,4 millions de syrien.ne.s à travers le pays ont besoin d’assistance médicale.

* (E) Pétition : Stop aux emballages plastiques qui polluent les océans, l’air, les sols. Il faut y mettre fin, MAINTENANT

36.496 signatures lien pour signer

Auteur : Belle Étoile Environnement
Destinataires : Barbara Pompili (Ministre de la Transition écologique )
Monsieur Emmanuel Macron
La pollution de l’air, de l’eau, des sols et le changement climatique nous concernent tous. Il est de notre devoir d’agir. Il est important de prendre conscience que les emballages plastiques ont un coût financier important et des conséquences dramatiques pour la santé et l’environnement.

Dès leur production, les emballages plastiques ont des conséquences sur l’environnement. 50% des 17 millions de barils de pétrole utilisés chaque jour pour la fabrication de plastiques le sont pour les emballages. Il n’est plus à démontrer les effets dramatiques de l’utilisation d’énergie fossile sur le changement climatique. Réduire les emballages plastiques, c’est réduire les gaz à effet de serre. Une fois emballés, existent le risque de contamination des aliments par migration, par permeation, par sorption. Le recours à ces emballages comporte des risques réels pour la santé.

Lors de l’achat, l’emballage, le packaging, la publicité qui va avec ont un premier coût pour le consommateur. Une fois utilisés, ils finissent la plupart du temps dans nos poubelles ou leur traitement a un coût encore plus important pour le consommateur. Par type de traitement, les coûts moyens sont de : 64 €/t pour le stockage, 94 €/t pour l’incinération et 151 €/t pour les 251 centres de tri hors verre. Dans le monde seul 9% de ces déchets sont recyclés. La France recycle 26% de ces déchets plastiques, alors que 50% des emballages alimentaires sont à usage unique. Lorsque qu’ils ne sont pas recyclés les déchets sont incinérés. Cette combustion provoque l’émanation de dioxine, métaux lourds... Nous sommes bien placés pour le savoir à Gilly-sur-Isère, ayant vécu la plus grave pollution à la dioxine de France.

Après combustion, le résidu en fond de cuve, appelé mâchefer, est utilisé dans la fabrication des routes, des bâtiments... Son utilisation est aujourd’hui largement remise en cause par le risque environnementale et sanitaire liés. Chaque année, 270 000 tonnes de mâchefer sont produites. Depuis 2015, 6,9 milliards de tonnes de déchets plastiques ont été produites à travers le monde. 9% sont recyclés, 12% incinérés et 79% fini en décharge ou dans la nature.

La durée de vie du plastique va de 450 ans à l’infini. Ces déchets, portés par le vent et les rivières, ont de grandes chances de finir dans les océans. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans.

12 millions de tonnes de plastiques finissent chaque année dans les océans. Ce plastique se retrouve dans la chaîne alimentaire. Mangé par les poissons, il se retrouve alors dans nos assiettes avec les conséquences que l’on peut imaginer. Il existe de nombreuses solutions à ces emballages comme le verre et la consigne, le carton, le papier, le bambou, bioplastique... Des solutions alternatives doivent être utilisées.

La crise sanitaire actuelle est terrible et nous montre que l’humanité n’est pas infaillible. Elle nous montre également que lorsque l’humanité fait face à un péril, les États sont capables de prendre des mesures exceptionnelles. Le changement climatique, la pollution met en péril l’humanité, il est de leur devoir d’agir. Nos enfants doivent avoir la liberté de respirer un air pur, de profiter d’océans propres.

Lors d’une allocution contre la Covid les paroles du président de la République Monsieur Emmanuel Macron ont été "la santé n’a pas de prix, je ne transigerai sur rien". Monsieur le Président, il est temps de joindre les paroles aux actes. Pour toutes ces raisons Monsieur le Président, nous vous le demandons, mettez fin aux emballages plastiques MAINTENANT.

* (E) Pétition : Non à l’exploitation du pétrole dans les trésors de la Namibie !

144.745 signatures sur 150.000 lien pour signer

Au Président et à la Première ministre de la Namibie, au Président du Botswana

Monsieur le Président,Madame la Première ministre, je vous adresse ce courrier pour vous faire part de mes inquiétudes concernant le permis de prospection pétrolière et gazière que Reconnaissance Africa (ReconAfrica) a obtenu dans le bassin écologiquement sensible du Kavango en Namibie. Le projet de la société canadienne concerne également le Botswana. Une coalition, composée d’organisations de la société civile et de citoyens namibiens, botswanais et du monde entier, rejette le projet. Je lui accorde mon soutien pour les raisons suivantes :

* Le projet pétrolier menace de détruire et de polluer la nature et les aires protégées : les sites d’exploration sont situés en grande partie dans la Zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze (KAZA) et la zone de prospection en Namibie et au Botswana est mitoyenne de trois parcs nationaux. Le Delta de l’Okavango, alimenté en eau par le fleuve du même nom ainsi que la région de la Panhandle, est un site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. La zone de prospection concerne également plusieurs aires de conservation et forêts communautaires ainsi qu’un autre site du patrimoine mondial, les collines Tsodilo, vénéré par la communauté San des Premières nations dont l’un de leurs derniers refuges se trouve à proximité.

* Je suis particulièrement préoccupé par le fait que l’entreprise fasse référence à des « méthodes non conventionnelles » dans sa communication. Ce type d’expression est souvent un euphémisme de l’industrie pour désigner la fracturation hydraulique.

* Difficile de ne pas penser au néocolonialisme face à ce projet : ReconAfrica possède 90% du permis d’exploitation minière et la Namibian Oil Corporation NAMCOR seulement les 10 % restants. Au Botswana, ReconAfrica en détient l’intégralité (100%). Le gouvernement namibien ne percevra par ailleurs que 5 % des redevances.

* Le public namibien et botswanais semble savoir peu de choses sur ce gigantesque projet et ses possibles conséquences. La population locale, les agriculteurs et le peuple indigène San n’ont pas été consultés, ce qui constitue une violation des principes du Consentement Préalable, donné Librement et en Connaissance de Cause (CPLCC).

Je suis profondément préoccupé(e) par les effets attendus de l’exploration pétrolière et gazière dans des écosystèmes sensibles, à savoir :
- l’épuisement et la pollution des ressources limitées en eau, en particulier dans les pays connaissant des sécheresses extrêmes,
- le défrichage de la zone, nécessaire pour la réalisation des forages, synonyme de déforestation et désertification,
- la possible augmentation du braconnage entrainée par le développement de routes menant aux sites de forage,
- le bruit provoqué par les forages, potentiellement par hydrofracturation, qui a un impact sur les habitants et sur la faune,
- la pollution de l’air et ses conséquences sur la santé
- l’activité sismique, dont les tremblements de terre, qui peut persister longtemps après le forage.

Les profonds impacts négatifs et à long terme sur l’environnement, le climat mondial, les communautés autochtones, le tourisme et la bonne réputation de la Namibie et du Botswana l’emportent largement sur les bénéfices du projet, qui reviendront principalement à ReconAfrica et ses investisseurs. Compte tenu des arguments précédents, je soutiens les demandes de la coalition locale : Veuillez faire tout ce qui est en votre pouvoir et sous votre responsabilité pour arrêter ce projet qui menace l’avenir. Nous devons laisser le pétrole dans le sol et attirer à la place les investissements dans les énergies renouvelables. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, Madame la Première ministre, l’expression de mon profond respect.

cc :Mme Mechtild Rössler, Directrice du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO ; M. Justin Trudeau, Premier ministre du Canada

* (C) Pétition : Ni TAFTA, ni CETA, ni MERCOSUR !

119.345 signatures sur 150.000 lien pour signer

Cher Monsieur Dombrovskis, Commissaire européen au Commerce, les négociations de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur, bloc commercial comprenant l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay, sont presque finalisées. Je trouve cet accord extrêmement préoccupant, car il fait peser les mêmes menaces sur les consommateurs européens, leur santé et les normes environnementales que les accords de libre-échange avec le Canada (CETA) et avec les Etats-Unis (TAFTA/TTIP).

En effet, l’accord UE-Mercosur ne garantit pas du tout le respect du principe de précaution, mis à l’écart alors qu’il est fondamental en Europe pour la sécurité sanitaire des aliments et la protection de notre santé. Cet accord risque également de compromettre les choix démocratiques concernant ce que nous acceptons ou non dans nos assiettes (OGM, résidus de pesticides, etc).

Les importations européennes de produits agroalimentaires en provenance des pays du Mercosur devraient augmenter, avec les quotas de viande de bœuf, de volailles et de sucre acceptés par l’UE dans cet accord. Cela aurait de graves conséquences, non seulement pour l’agriculture, mais aussi pour l’environnement et les droits humains. L’expansion des élevages intensifs aggraverait par exemple la déforestation, l’impact sur le climat et la contamination des nappes phréatiques, tandis que les violations des normes internationales du travail, répandues notamment dans les plantations de canne à sucre et de soja, pourraient s’accentuer.

Monsieur le Commissaire Dombrovskis, l’accord UE-Mercosur ne doit entrer en vigueur sous aucun prétexte ! Je vous demande donc d’arrêter les négociations de cet accord ainsi que des autres accords de commerce qui font peser des menaces sérieuses sur la santé et les droits des consommateurs. La politique commerciale européenne doit être revue afin de répondre en priorité aux besoins et aux droits des peuples et de la planète, et non aux intérêts des entreprises multinationales.
.
.
.

.
.

* COLLECTES SOUTENUES PAR AID

* APPEL POUR EXARCHEIA ET POUR SOUTENIR LE QUATRIÈME FILM (AUTOMNE 2019) )

ACTUELLEMENT EN GRÈCE : LE MOUVEMENT SOCIAL FAIT FACE À UNE FORTE RÉPRESSION POLICIÈRE ET REND HOMMAGE À LA RÉSISTANCE CONTRE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE EN FRANCE

Au soir du 6 décembre, le quartier d’Exarcheia est sous un déluge d’armes et d’uniformes. Pour empêcher toute révolte, l’état grec a déployé un véritable régiment de flics appuyé par deux hélicoptères et plusieurs drones. Des cris éclatent ici et là, ainsi que des explosions. Un immeuble inhabité est en feu. Depuis l’arrivée au pouvoir de la droite il y a un an, la police grecque multiplie les tentatives d’affaiblir le quartier en évacuant beaucoup de squats. Mais certains résistent encore, en particulier le Notara 26 et le K*Vox. Cependant, ces dernières heures, la nouvelle irruption policière a atteint un niveau sans précédent. Non seulement par le nombre, mais aussi par des actes particulièrement choquants.

Pour commencer, en ce jour anniversaire de l’assassinat du jeune anarchiste Alexis Grigoropoulos par un policier à Exarcheia le 6 décembre 2008, les forces de l’ordre des puissants nous ont empêchés de nous rendre sur le lieu de recueillement où se trouve la plaque commémorative, à l’endroit où il a été assassiné à l’âge de quinze ans ! Pire encore, des dizaines de personnes ont été arrêtées pour avoir essayé de passer. Plus de 160 aux dernières nouvelles, en quelques heures ! L’un des flics a même arraché un bouquet de roses déposé sur les lieux avant de le détruire devant les caméras. Les images ont rapidement fait le tour de la Grèce provoquant un scandale.

De plus, les journalistes ont été empêchés de continuer à filmer dans le quartier et repoussés le plus loin possible des « opérations de police ». Certains ont vu leur matériel abîmé, d’autres ont été refoulés violemment, notamment mes amis journalistes indépendants Alexandros Katsis et Mario Lolos (auteur de plusieurs des photos), parfois à coup de matraque ! L’une des vidéos des faits ici

Les dizaines de compagnons et camarades arrêtés n’ont pas baissé la tête et, celles et ceux qui le pouvaient ont levé le poing à l’unisson avec la foule choquée mais persévérante. Une fois de plus, des policiers ouvertement néonazis ont été remarqués parmi les « troupes » envoyées pour empêcher toute « révolte du 6 décembre » (cf. photos montrant les signes de reconnaissance sur leurs casques).

Rien de nouveau sous le soleil : le fascisme reste le gardien zélé du capitalisme. Il n’est pas une réelle opposition au système politique et économique actuel. Au contraire : à chaque situation de crise, il en est le stade ultime, au fil des dérives autoritaires.

Aujourd’hui, personne ne peut entrer dans Exarcheia sans être contrôlé, même les taxis ! Dans Athènes, 31 stations de métro sont fermées ! Plusieurs lieux autogérés sont bloqués, parfois avec des militants à l’intérieur, sans eau et sans nourriture. Des compagnons ont été poursuivis dans le quartier par des policiers qui ont osé faire exploser leurs grenades à l’intérieur d’un bâtiment, au risque de tuer les personnes visées.

Vidéo

Voyant venir cette rude journée d’anniversaire, certains ont voulu manifester deux jours plus tôt, le 4 décembre, mais ce fut très difficile également, en particulier place Syntagma, devant le parlement.

Simultanément, le groupe Rouvikonas a riposté dans cinq lieux de pouvoir contre la politique du gouvernement, en particulier, contre son traitement des faillites et des situations catastrophiques engendrées par la crise actuelle. Une crise qui est avant tout celle du capitalisme lui-même, mettant en évidence, une fois de plus, son absurdité économique, sociale et écologique. Le capitalisme, c’est la mort. Lui résister, c’est participer à sauver la vie, tant qu’il en est encore temps.

Dans son communiqué et ses tracts, Rouvikonas évoque l’exemple de la résistance à la loi sécurité globale en France qui, malgré un contexte très difficile pour les mobilisations, parvient à faire reculer le pouvoir : « Comme ils l’ont fait en France, où, de la même sale manière, l’État a tenté de garantir le droit à la répression absolue et où la base sociale française est descendue dans la rue et l’a forcée à se retirer. » Communiqué complet ici

Comme d’autres collectifs à Athènes, en Crète et ailleurs, Rouvikonas est aussi omniprésent sur le terrain de la solidarité en ces mois difficiles. En partenariat avec plusieurs cuisines sociales, le groupe anarchiste basé à Exarcheia et à Keratsini participe activement aux initiatives solidaires autogérées du mouvement social.

L’un des articles avec photos à ce sujet

Nous essayons de faire la même chose en ce moment en Crète, plus modestement, sur une île où la résistance se poursuit tant bien que mal, aussi bien contre les grands projets nuisibles que contre le système politique et économique dans son ensemble. Des lieux sont en train de naître (nous en reparlerons) et des actions se multiplient. Parmi d’autres, hier soir, une grande banderole a été hissée sur la forteresse du port d’Héraklion, à la vue des habitants, des marins et des passagers :
« Aucune police ne parviendra à vous protéger pour votre responsabilité immense dans les conséquences de cette pandémie ».

Communiqué complet avec photos

En effet, cette pandémie révèle une fois de plus les profondes inégalités face au confinement et à ses conséquences. Pire encore, la covid19 offre un nouveau prétexte au pouvoir pour nous voler ce qui nous reste de liberté dans cette société toujours plus autoritaire. Après le terrorisme sous toutes les coutures, voici le temps du virus. Les breaking news s’enchaînent à l’infini. Tous les moyens sont bons pour tourner la vis, encore et encore, et nous enfermer brutalement dans une société dystopique, où l’État ose se mêler de tout ce qui fait nos vies, dans ses moindres replis, aux confins de notre intimité.

Celles et ceux qui n’avaient pas encore compris ce qu’est l’État devraient ouvrir les yeux à cette occasion : quelle que soit la guerre qu’il déclare en notre nom, contre ceci ou cela, c’est toujours nous qui subissons ses caprices, ses lubies et ses ordres tombés du ciel.

À l’inverse, Exarcheia fait partie de ces lieux où, ces dernières années, nous avons montré qu’il est possible de prendre nos vies en mains, dans l’autogestion, l’entraide, la création, la résistance, la démocratie directe et même l’anarchie — qui est, comme le soulignait Élisée Reclus, « la plus haute expression de l’ordre » et non le chaos comme le prétendent les médias à la botte.

Triste jour pour ce quartier d’Athènes étouffé par le pouvoir et ses valets. Mais le grain est semé et, en attendant qu’il puisse se répandre à nouveau dans Exarcheia, il est déjà en train de pousser dans de nouveaux lieux en Grèce, comme vous le découvrirez bientôt.

Douces pensées à vous. Tenez bon. Et encore bravo pour la lutte contre la loi sécurité globale, même si rien n’est fini !

Yannis Youlountas, 6 décembre 2020

POUR SOUTENIR EXARCHEIA ET LA PRÉPARATION DU 4ÈME FILM C’EST ICI

Si vous voulez soutenir nos actions à Exarcheia et/ou la préparation du 4ème film, "Nous n’avons pas peur des ruines", trois possibilités s’offrent à vous :

1) PAR VIREMENT

IBAN de ANEPOS : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU

Merci de mentionner en objet du virement : Appel Exarcheia et/ou 4e film

2) PAR PAYPAL

3) PAR CHÈQUE

Ordre : ANEPOS (uniquement). N’ajoutez rien sur l’ordre, mais mentionnez au dos du chèque ou en pièce jointe : Appel Exarcheia et/ou 4e film

À envoyer à :
ANEPOS, Action Solidarité Grèce, BP 10 - 81540 SORÈZE - FRANCE

Vous pouvez aussi ajouter des messages de soutien qui seront transmis au collectif de votre choix ou à l’assemblée principale des collectifs du quartier.

Vous trouverez la suite des infos comme toujours sur mon blog : http://blogyy.net

Yannis Youlountas

voir une vidéo

NB : Si vous voulez participer via AID (et bénéficier des 66% de déduction fiscale) contactez jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Plus d’infos sur le site

* Appel à soutien financier pour Delia Buonommo et le "Bar des Migrants" de Vintimille
lien de la collecte en ligne qui a été désactivée
Pour les français imposables, faites un virement à l’Association Roya en Transition, de Tende, avec un mel à son trésorier jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr
IBAN : FR76 1910 6006 2543 6820 5923 148 BIC : AGRIFRPP891

À Vintimille, à 9 km de la frontière italo-française, des dizaines de milliers de réfugiés passent chaque année. Ils fuient la guerre, la torture, les violences. Ils tentent de traverser la frontière pour rejoindre des proches ou des connaissances en France, en Angleterre et dans d’autres pays européens, risquant leur vie pendant le voyage. Lorsqu’ils franchissent la frontière, ils butent souvent sur des abus, des détentions et des refoulements par la police française. (...)

Dans cette situation dramatique, cependant, une petite partie de la population résiste : parmi elle Delia, dont le bistrot (le bar Hobbit) est devenu l’âme de la solidarité à Vintimille. L’histoire de Delia commence il y a trois ans, lorsqu’elle invite à entrer et offre un repas à des femmes et à des enfants assis sur le trottoir devant le bar. Depuis, grâce au bouche à oreille, le café est devenu un point de repère pour tous les réfugiés qui transitent de Vintimille, ainsi que pour les volontaires et les organisations de soutien. Delia, surnommée "Mama Africa", a aidé des milliers de personnes en transit, offrant des vêtements, un repas chaud, un câlin et un lieu d’accueil à ceux qui en ont besoin.(...) Les enfants ont leur propre coin, que Delia a aménagé avec des jouets reçus en donation. Le bar est souvent le seul refuge pour les plus vulnérables, les femmes enceintes, les mineurs et les victimes de la traite.

Cependant, la solidarité de Delia l’a rendue impopulaire dans le quartier et chez une partie de la population de Vintimille, qui a banni le bar Hobbit, le nommant le « bar des immigrés », le « bar des noirs » ou même des nègres. Les insultes, les agressions et le vandalisme font désormais partie du quotidien de Delia. L’isolement, la perte de clients et les pressions de toutes sortes ont plongé le bistro dans une situation économique de plus en plus grave. Delia n’est plus en mesure de supporter les coûts et a été obligée, malgré elle, de le mettre en vente.

Ne permettons pas que l’un des rares lieux d’humanité et de solidarité qui résistent à Vintimille disparaisse ! Aidez-nous à soutenir Delia et à poursuivre son projet de solidarité active : chaque don, même petit, nous aide à acheter de la nourriture, de l’eau, des boissons et à couvrir les frais du bar.

pour approfondir :
- Entretien avec Delia
- Aidants désemparés

04/09/2020 à 24h00 d’après le site, 1.291+1=1.292 personnes ont fait un don en 733 jours et 52.640€ ont été récoltés (soit 40,7€ par don depuis le début .)

* Appel pour une collecte (non défiscalisable) PERMANENTE de nourriture pour Roya Citoyenne

* Dons (non défiscalisables) pour Roya-Citoyenne

* Dons (défiscalisables à 66%) pour l’association HABITAT & CITOYENNETE de NICE

* Dons (défiscalisables à 66%) pour les victimes de l’Agent Orange (permanent) et le procès intenté par Madame Tran To Nga aux fournisseurs de ce produit

* Dons (défiscalisables à 75% dans la limite de 552€ par an et par donateur, 66% ensuite) pour l’association RIVE de Saint-Denis de la Réunion

Chers amis, Chers donateurs, chers partenaires, l’année 2020 est une année particulière et difficile pour tous et d’autant plus pour les personnes malades, les plus précaires et les plus fragiles. La crise sanitaire nous a contraint à annuler nos habituelles récoltes de fonds, la course solidaire, le dîner de Gala qui vous permettent de nous soutenir. Nous avons plus que jamais besoin de vous et de vos dons pour maintenir nos activités de soutien pour ceux qui en ont le plus besoin. Vos dons servent à financer les paniers alimentaires, l’aide aux paiements des factures, l’hébergement d’urgence, les repas communautaires, les reste à charge des factures de soins mais aussi les cadeaux de Noël !L’équipe de Rive est plus que jamais là, pour eux !

Nous lançons du 1er au 31 décembre 2020 une récolte de fonds. Pour nous aider, vous pouvez faire vos dons :

  • sur la cagnotte Leetchi
  • par Paypal
  • par virement bancaire – IBAN : FR76 1871 9000 8000 8060 4210 034 – BIC : BFCORERXXXX
  • par chèque à l’ordre de Rive et à envoyer au : 21 rue Malartic – 97400 SAINT DENIS

Nous vous rappelons que les dons faits aux associations d’intérêt général ouvrent droit à une réduction égale à 66% des versements effectués dans la limite de 20% du revenu imposable pour les particuliers et de 60% dans la limite de 5/1000 du chiffre d’affaires des entreprises.
Je compte sur vous ! Solidairement, Catherine Gaud, présidente de RIVE

* Et bien évidemment les dons (défiscalisables à 66%) à AID que vous pouvez flécher ensuite sur les collectes non défiscalisables (renseignements ici )
.
.
.

.
.

Appel pour un Pacte Finance-Climat européen

En ce jour de manifestations publiques pour demander à nos élu-e-s de prendre en compte les appels de scientifiques éminents signalant l’urgence de changer nos comportements individuels et collectifs,

AID vous propose toujours de signer cet appel européen lancé par plusieurs dizaines de personnalités que nous connaissons et avec qui nous avons l’occasion de travailler pour certaines. L’appel est également relayé par d’autres organisations avec qui nous sommes en lien . Il a été lancé notamment par Jean JOUZEL climatologue français, ancien vice-président du GIEC

lien pour signer

Nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Nous ne pouvons pas rester sans agir. Aujourd’hui, l’esprit se révolte contre le sort qui est promis à l’Homme. Nous, Citoyens d’Europe et Citoyens du monde associés dans une même communauté de destins, n’acceptons pas que l’humanité se dirige, sans réagir, vers le chaos climatique.

Le 31 octobre 2017, l’ONU nous alertait solennellement sur l’écart « catastrophique » qui existe entre les engagements des Etats et les réductions des émissions de gaz à effet de serre qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement en-dessous de 2°C.

« Les engagements actuels des Etats couvrent à peine un tiers des réductions nécessaires, soulignait Erik Solheim, directeur du Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Gouvernements, secteur privé, société civile doivent combler cet écart catastrophique. Un an après l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, nous sommes loin de faire ce qu’il faudrait pour préserver des centaines de millions de personnes d’une vie de misère ». Comment combler cet écart ? Comment rattraper le temps perdu ? Que peut faire l’Europe ?

Puisque c’est « au nom de l’emploi américain » que les Etats-Unis ont décidé de se retirer de l’Accord de Paris, il est fondamental que l’Europe fasse la preuve « grandeur nature » qu’il est possible de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre tout en créant massivement des emplois. Il est fondamental aussi que l’Europe prenne pleinement sa part pour cofinancer la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud.

Diviser par 4 nos émissions, d’ici 2050 au plus tard ? Le chantier est colossal mais investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables pourrait conduire à « 900.000 créations d’emplois en France » selon les dernières prévisions de l’ADEME et plus de 6 millions d’emplois pour toute l’Europe… Voilà un bon moyen de faire reculer nettement le chômage et la précarité. Un bon moyen, donc, de réconcilier l’Europe avec les citoyens.....lire la suite

* (C) ICE : Face au Covid-19 tout le monde mérite protection

20 955 signatures sur 14 805 signatures nécessaires lien pour signer

Objectifs : Vu le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et notamment ses articles 114, 118 et 168, nous demandons à la Commission de proposer une législation pour :
- veiller à ce que les droits de propriété intellectuelle, brevets compris, n’entravent pas l’accessibilité ou la disponibilité de tout vaccin ou traitement futur contre la COVID-19 ;
- garantir que la législation de l’UE relative à l’exclusivité des données et à l’exclusivité commerciale ne limite pas l’efficacité immédiate des licences obligatoires délivrées par les États membres ;
- instaurer des obligations juridiques pour les bénéficiaires de fonds de l’UE en ce qui concerne le partage de connaissances, de propriété intellectuelle et/ou de données sur les technologies de la santé liées à la COVID-19 dans le cadre d’une communauté de brevets ou de technologies ;
- instaurer des obligations juridiques pour les bénéficiaires de fonds de l’UE en ce qui concerne la transparence relative aux contributions publiques, aux coûts de production ainsi qu’aux clauses garantissant l’accessibilité et le caractère abordable combinées aux licences non exclusives.
Adresse internet de la présente initiative dans le registre de la Commission européenne : https://europa.eu/citizens-initiative/initiatives/details/2020/000005

Voir le site officiel des INITIATIVES CITOYENNES EUROPEENNES
.
.
.

.
.

* (E) Pétition : Menace sur la Grande Barrière de Corail

130.685 signatures sur 150.000 lien pour signer

Une course contre la montre se joue pour empêcher un véritable désastre écologique : l’ouverture de la mine de charbon Adani Carmichael qui menace de polluer la Grande Barrière de Corail. Cette mine gigantesque pourrait ouvrir dans moins de six mois. Mais pour ce faire, la mine Adani a besoin d’une technologie que seul le géant allemand Siemens est prêt à fournir. Nous nous battons depuis plus d’un an pour que Siemens reconsidère son soutien à la mine Adani et une opportunité unique vient de se présenter à nous.

Nous avons les preuves d’au moins quatre violations environnementales qui pourraient provoquer l’annulation du contrat que Siemens a signé avec Adani. Avec votre aide, nous pouvons pousser Siemens à reconnaître ces violations. Si elles font la une des journaux à travers le monde, vous pouvez forcer Siemens à tenir parole et à reconsidérer le contrat. Exigez que Siemens tienne sa promesse et reconsidère son contrat avec le pollueur Adani.

L’année dernière, des milliers de membres de SumOfUs rejoignaient un mouvement mondial mené par les populations autochtones australiennes afin d’exhorter Siemens à ne pas travailler sur la mine toxique d’Adani. L’Australie était alors ravagée par les incendies de brousses et de forêts. Vous avez alors arraché une victoire cruciale. Vous avez contribué à forcer le PDG de Siemens à garantir qu’il utiliserait les closes d’annulation du contrat si Adani enfreignait certaines obligations environnementales.

Nous avons désormais la preuve dont nous avions tant besoin. Quatre violations environnementales d’Adani ont été confirmées et l’enquête en cours pourrait en révéler d’autres. L’année dernière, les Wangan et les Jagalingou - les populations indigènes du territoire sur lequel Adani construit sa mine - ont mis en garde Siemens. Ils affirmaient qu’Adani n’avait aucun respect pour leurs terres ancestrales et leurs voies navigables. Ces violations sont désormais confirmées. Si Siemens aide Adani à terminer cette mine, qui sait quelles violations se permettra ensuite Adani.

Dites à Siemens qu’il est temps d’agir ! La campagne pour arrêter la mine d’Adani Carmichael a été d’une efficacité rare. La pression exercée par des personnes du monde entier a contraint plus de 90 entreprises à abandonner le projet. Malgré ça, Adani se traîne tant bien que mal vers l’ouverture de la mine et Siemens est l’une des rares entreprises qui l’aident à tenir le cap. Dites à Siemens que la mine d’Adani représente un coût environnemental que nous ne pouvons pas nous permettre.

* (C) Pétition : Essentiel·le·s-protégeons les droits des personnes migrantes

1.512 signatures lien pour signer

Au Québec, comme au Canada, le contexte sans précédent de la pandémie a mis en lumière le travail essentiel qui est très souvent réalisé par des personnes migrantes. La pandémie a aussi révélé que les droits humains de ces personnes, en particulier leurs droits économiques et sociaux, sont souvent bafoués. Dans beaucoup de cas, ces personnes sont vulnérables à l’exploitation en raison de leur statut migratoire précaire ou inexistant. Nous ne pouvons plus fermer les yeux. Ensemble, nous devons agir pour assurer la protection et la réalisation des droits humains de toutes et tous.

En décembre 2020, le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec ont lancé un programme spécial visant à régulariser les statuts de certaines personnes qui ont demandé l’asile, en leur accordant la résidence permanente. L’objectif du programme est de reconnaître la contribution d’innombrables travailleurs et travailleuses migrant.e.s essentiel.le.s pendant la pandémie. Cependant, le programme ne vise que les personnes ayant occupé certains postes dans le secteur des soins de santé.

Si ce contexte de crise sanitaire sans précédent a bien révélé une chose, c’est qu’aucune chaîne n’est plus forte que son maillon le plus faible : chacun de nous est essentiel au bien-être de la collectivité, et les plus précaires y jouent un rôle crucial. Il nous incombe donc d’agir pour la protection des droits humains des personnes migrantes.

Nous revendiquons que toutes les personnes migrantes présentes au Québec et au Canada soient admissibles au Programme spécial de régularisation du gouvernement. ll s’agit du meilleur moyen pour protéger leurs droits, tout en reconnaissant leur apport à notre société et à notre économie, en temps de pandémie et au-delà. Agissez et demandez aux ministres de l’immigration des gouvernements fédéral et provincial d’élargir les critères d’admissibilité au Programme spécial pour qu’il soit le plus inclusif possible.

* (C) Pétition : La Belgique doit agir contre le viol

33.340 signatures sur 50.000 lien pour signer

À l’attention d’Alexandre De Croo, Premier ministre belge, et des Ministres-Présidents des entitées fédérées

Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres-Présidents,
En 2020, un sondage Amnesty International et SOS Viol réalisé par l’institut Dedicated révèle la persistance des violences sexuelles en Belgique. Une personne sur deux a été victime de violence sexuelle. 20 % des femmes et 24 % des jeunes ont déjà subi un viol et parmi les personnes victimes de violences sexuelles, au moins 48 % d’entre elles ont été exposées pour la première fois avant leur 19 ans. La Belgique peut et doit mieux faire pour endiguer ce fléau. La prévention manque et les stéréotypes liés au viol perdurent. La prise en charge des victimes tout au long de leur parcours n’est pas assez solide et reste trop aléatoire et de trop nombreux cas restent impunis.

En 2016, la Belgique a pourtant ratifié la Convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes. Elle doit se conformer aux obligations qui en découlent en :
• consacrant un budget spécifique, transparent, pérenne et suffisant à la lutte contre le viol, incluant la pérennisation des trois Centres de prise en charge des violences sexuelles et la création d’au moins
un Centre par province ;
• améliorant la collecte et la publication de données sur le viol (prévalence, profil des victimes, condamnations, etc.) afin de permettre aux décideurs et décideuses politiques de prendre les mesures nécessaires ;
• renforçant la formation de base et continue des acteurs et actrices de première ligne, notamment dans les secteurs policier et judiciaire ;
• améliorant l’efficacité et la qualité des poursuites judiciaires, afin de réduire le taux de classement sans suite et de lutter contre l’impunité ;
• garantissant une prévention solide sur la question des violences sexuelles à destination des jeunes.

Veuillez recevoir, Messieurs, l’expression de ma haute considération.

* (C) Pétition : l’UE et la France doivent sortir du Traité sur la charte de l’énergie, ce Traité qui protège les pollueurs

1.011.173 signatures sur 2.000.000 lien pour signer

Le Traité sur la charte de l’énergie (TCE) est un traité peu connu, mais aux effets nocifs considérables : c’est une arme juridique puissante aux mains des investisseurs et entreprises du secteur des énergies fossiles leur permettant de dissuader et/ou sanctionner les pouvoirs publics lorsque ceux-ci veulent prendre des mesures favorables à la lutte contre le réchauffement climatique et à la transition énergétique. Ils utilisent pour cela une forme de justice parallèle (ISDS) très favorable que le TCE leur garantit (voir la vidéo et les ressources ci-dessous). Jugez par vous-même, parmi des dizaines de cas :
* Les Pays-Bas décident de sortir progressivement du charbon : la multinationale allemande RWE les poursuit et réclame 1,4 milliard €
* L’Italie interdit les plateformes pétrolières près des côtes : une entreprise britannique réclame jusqu’à 350 millions de dollars d’indemnisation
* La France envisage de rogner sur les droits acquis des industriels des énergies fossiles ? Ceux-ci menacent d’utiliser le TCE et obtiennent l’affaiblissement de la loi Hulot sur les hydrocarbures.
Disons STOP ! Il est temps de sortir de ce Traité obsolète, dangereux et climaticide. Exigeons de l’UE et de la France qu’elles se retirent du Traité sur la charte de l’énergie dans les plus brefs délais. (cette pétition est portée par des dizaines d’organisations en Europe, et plus d’une trentaine en France)

Aux gouvernements, aux parlements et aux institutions européennes,
Sortez du traité sur la Charte de l’énergie et stoppez son expansion à de nouveaux pays ! Ce traité permet aux entreprises des secteurs du charbon, du pétrole et du gaz d’entraver la transition vers un système énergétique propre. Désarmez les entreprises du secteur des énergies fossiles dès maintenant, afin qu’elles ne puissent plus empêcher les actions urgentes contre le réchauffement climatique.

* (E) Pétition : Protégeons l’Arctique des forages de Total

35.838 signatures sur 40.000 lien pour signer

Signez cette pétition adressée à Emmanuel Macron et ses ministres Bruno Le Maire et Barbara Pompili.

Les océans régulent la température de notre planète et stockent les gaz à effet de serre. Leur préservation est essentielle pour notre survie. Pourtant, Total cherche à étendre ses activités polluantes dans l’Arctique, et l’État français étudie actuellement la possibilité de garantir ce projet destructeur avec des fonds publics (cf Reuters). Autour du Pôle Nord, l’Océan Arctique est de plus en plus menacé. C’est l’un des exemples les plus choquants du réchauffement climatique : la couche de glace s’amincit et les hivers sont de moins en moins longs, affectant notre équilibre climatique partout ailleurs. Des cratères y sont creusés par des explosions de méthane causées par la fonte du pergélisol, et des bactéries mortelles endormies comme l’anthrax ont pu resurgir, contaminant des dizaines de personnes et des milliers de rennes. Cet écosystème fragile doit être protégé par tout moyen, et non menacé par la pollution massive d’exploitations gazières.

Pourtant, après un premier méga-projet gazier (i.e. Yamal LNG), Total cherche aujourd’hui à étendre ses activités dans l’Arctique avec un nouveau projet : Arctic LNG 2. Et l’État français étudie, en ce moment, la possibilité de garantir celui-ci à hauteur de 700 millions d’euros à travers la Banque publique d’investissement (BPI). Nous devons mettre fin à cette voracité éhontée qui pousse notre planète au bord du gouffre ! L’Arctique est un des endroits où le changement climatique se ressent le plus violemment et il est inadmissible que l’on continue à y autoriser des projets destructeurs. Il n’y a plus de place dans notre budget carbone pour explorer de “nouvelles frontières” en matière d’hydrocarbures. Garantir Arctic LNG 2 c’est signer l’accélération du dérèglement climatique. Empêchons Total de transformer le trésor commun qu’est l’Arctique en un cratère stérile !

350.org, Youth for Climate France, Notre Affaire À Tous, Attac France, Oil Change International, Reclaim Finance, Les Amis de la Terre France, REFEDD, ZEA, Enseignant.e.s pour la planète et Ingénieurs sans frontières

* (C) Pétition - Pacte numérique pour l’Indépendance et la Sécurité Internet de la France

93.184 signatures Lien pour signer

Auteur : Association INNOOO LCE9
Destinataire : Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française
Chers compatriotes utilisateurs d’internet,

Le contexte : La part d’audience des multinationales américaines (le GAFAM) dans les technologies de l’esprit en France est proche de 100% : Google (moteur de recherche), Apple (matériels et logiciels), Facebook (réseaux sociaux), Amazon (e-commerce), Microsoft (bureautique). La Chine et la Russie ont préservé leur indépendance et leur sécurité internet vis à vis des américains ; la France ayant décidé de passer sous domination américaine sans en mesurer les conséquences.
Trouvant cette part d’audience de 100% excessive, nous avons décidé de ne pas rester les bras croisés et avons créé le moteur de recherche, les tutoriels et le réseau social français INNOOO pour retrouver indépendance et sécurité internet sur ces technologies de l’esprit qui conditionnent la vie privée des citoyens français, la formation de notre jeunesse et notre activité économique future.

Objectif du Pacte numérique : Faire prendre conscience de cette dépendance et de ses conséquences aux citoyens français et demander aux candidats à l’élection présidentielle 2017 de s’engager en cas d’élection à mettre en œuvre les 7 propositions ci-dessous pour résister à cette domination sur notre territoire.

Les conséquences de la domination américaine sur les technologies de l’esprit :
Traçage des données personnelles et de la vie privée des citoyens français :
Le stockage sans limitation de durée de toutes nos communications téléphoniques et internet s’effectue dans le plus grand centre mondial de stockage de données à des fins de renseignement situé aux Etats-Unis à Bluffdale (Utah) : Coût : 2 milliards de dollars–Surface : plus de 100.000m2.

Intimité et Education de notre jeunesse en péril : Un jeune français passe de plus en plus de temps sur internet en utilisant ces systèmes américains sans souvent savoir l’utilisation qui sera faite de ses connexions.
Intimité : un jeune dira qu’il n’a rien à cacher et qu’il est plus important pour lui que ses proches partagent ses données personnelles et que peu importe si des étrangers y ont accès oubliant que la caractéristique de l’intimité est qu’elle ne se reconstitue pas si elle est altérée, cause principale des nombreux suicides et comportements déviants constatés chez nos jeunes.
Education : passant plus de temps sur des machines et donc moins de temps avec leurs parents et leurs professeurs, ils bénéficient moins de leur expérience si importante pour leur éducation et leur apprendre à se forger un jugement personnel à l’aide de repères stables.

Activité économique future sous contrôle américain :
Nous Français, achetons et vendons de plus en plus sur cet internet américain entraînant une forte baisse d’activité pour les commerces de proximité et à un degré moindre pour la grande distribution avec pour effets une plus faible animation des centres-villes et la perte d’un grand nombre d’emploi.

Les 7 Propositions du Pacte numérique :

1 Mise en place de ces propositions par une structure publique ou privée indépendante composée de membres de la société civile et placée sous l’autorité du Premier ministre
2 Accélérer la mise en place du règlement et de la directive européenne sur les données personnelles
3 Mettre en œuvre une loi fiscale pour lutter contre l’évasion fiscale des multinationales américaines du numérique
4 Faciliter le cryptage des courriels par des solutions françaises
5 Créer des répertoires de noms de domaines indépendants afin de sortir du monopole de l’Icann
6 Favoriser l’utilisation intensive de logiciels libres nationaux
7 Amplifier la Recherche-Développement française et européenne sur l’internet du futur

Si vous partagez les valeurs et les 7 propositions du Pacte numérique pour l’indépendance et la Sécurité Internet de la France, nous vous invitons à signer cette pétition : une large participation permettra de faire prendre conscience des enjeux aux politiques de tous bords de cette hégémonie américaine

"Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté" Mandela

"Notre liberté se construit sur ce qu’autrui ignore de nos existences" Soljenitsyne
.
.
.

.
.
>1%

* (C) Pétition : Des trains de nuit pour connecter la péninsule ibérique et l’Europe centrale !

3.578 signatures lien pour signer

Back-On-Track a lancé cette pétition adressée à gouvernement français et à 2 autres
En mars 2020, les derniers trains de nuit ont circulé entre Lisbonne, la capitale portugaise, Madrid, la capitale espagnole, et Hendaye, à la frontière française. En mai 2020, la compagnie espagnole Renfe a annoncé la fin de ces liaisons. Cette politique va à l’encontre de la tendance actuelle en Europe, où les trains de nuit connaissent un regain d’intérêt, avec la remise en place de nouvelles liaisons telles que Rome - Amsterdam, Vienne - Munich - Paris, Barcelone - Amsterdam, Berlin - Bruxelles - Paris. Le gouvernement allemand a proposé à l’automne 2020 une stratégie « TEE 2.0 » visant à reconstituer un vaste réseau de trains de jour et de nuit en Europe centrale en associant des opérateurs nationaux partenaires.

La disparition de ces liaisons pose de nombreux problèmes :
* cela va induire un report de trafic vers le transport aérien, qui constitue un important contributeur au changement climatique en accroissant le volume de gaz à effets de serre émis dans l’atmosphère ;
* cela va réduire en parallèle la palette de choix de mobilités pour les clients, les privant en particulier des alternatives les plus écologiques et confortables pour les longs trajets.

Pourquoi est-ce si important ? La relance des trains de nuit est avant tout motivée par l’urgence climatique qui impose d’agir rapidement. Nous déstabilisons l’équilibre physique de la planète à un rythme alarmant, c’est pourquoi il est nécessaire d’agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à très court-terme avant que les boucles de rétroaction ne rendent le dérèglement climatique incontrôlable. L’avion constitue l’un des modes de transport les plus populaires, mais apparaît également comme l’un des principaux coupables du changement climatique. On estime sa contribution à 5% environ du total des émissions, et sa part augmente très rapidement en raison de la croissance soutenue du trafic aérien. Les émissions du secteur aérien concernent le dioxyde de carbone (CO2), les oxydes d’azote (NOx), des particules ainsi que de la vapeur d’eau qui forme des traînées de condensation. Ces polluants affectent donc notre environnement dans son ensemble, mais sont également néfastes pour la santé des populations vivant à proximité des aéroports.

Avantages et importance des trains de nuit
* Respect du climat et de l’environnement - Le train est l’un des modes de transport les plus écologiques, puisqu’il émet peu de gaz à effet de serre. Cet avantage sera d’autant plus important que les pays opteront pour des sources d’énergie faiblement carbonées pour produire leur électricité. En Espagne, les chemins de fer sont alimentés intégralement par des énergies renouvelables certifiées, ce qui se traduit par des émissions pratiquement nulles. De plus, le train présente d’autres avantages environnementaux, tels que la réduction de la pollution sonore et la limitation de l’artificialisation de terres pour l’aménagement des aéroports.
* Confort - Bien qu’il ne soit pas toujours plus rapide que l’avion, son principal concurrent sur les déplacements long-courrier, le train propose un espace par passager plus important et constitue un moyen de transport plus confortable.
* Flexibilité - Le train convient à différents types de déplacements (loisirs, famille, affaires) et répond à un large éventail de besoins. Des jeunes qui voyagent au meilleur prix aux hommes d’affaires qui exigent un confort avec des cabines privées connectées, en passant par les familles qui peuvent réserver un compartiment couchette entier.
* Simplicité du voyage - Les trains de nuit permettent de s’épargner les pertes de temps et les inconvénients du voyage en avion : nécessité de se rendre à l’aéroport, souvent en dehors de la ville (ce qui ajoute du temps et des frais) ; nécessité d’enregistrer les bagages à l’avance ; temps d’attente des bagages à l’aéroport de destination. Avec les trains de nuit, vous pouvez arriver le matin directement au centre-ville, en évitant les embouteillages pour entrer dans la ville (si vous utilisez une navette ou une voiture). Cela peut permettre d’économiser une nuit d’hôtel et d’éviter les nuits raccourcies ou passées à l’hôtel près de l’aéroport lorsque les vols partent très tôt le matin (ce qui est très souvent le cas avec les offres low-cost).
* Portée - Le train de nuit permet de parcourir de plus longues distances que les trains à grande vitesse de jour.
* Expérience - C’est une façon unique et conviviale de voyager : les rencontres se font facilement et parler avec votre voisin de couchette devient très naturel. Cela permet de faire de nouvelles rencontres, ce qui n’arrive plus si souvent en avion, en bus ou même avec les trains de jour. C’est aussi un bon moyen de concilier des agendas contraints par le travail ou les études, et les longs trajets qui devraient sinon être réalisés en train de jour.
* Investissement dans les infrastructures - Contrairement aux trains à grande vitesse, les trains de nuit ne nécessitent pas d’investissements élevés dans de nouvelles infrastructures étant donné que le réseau existe déjà. Au contraire, il ne s’agit que d’investir dans du matériel roulant lorsque cela le nécessite (ce qui permet de réduire les coûts).
* Viabilité économique - Le train de nuit dispose d’une capacité d’emport importante et d’un taux de remplissage élevé. Il est donc économiquement viable, comme le prouvent les Chemins de fer fédéraux autrichiens (ÖBB, le principal opérateur ferroviaire autrichien), qui est l’une des rares compagnies à avoir renforcé son offre de trains de nuit « NightJet ».
Un document (en anglais) contenant des arguments et des explications supplémentaires est disponibleici.

Nous demandons aux gouvernements espagnol, français et portugais (ce dernier prenant actuellement la présidence du Conseil de l’UE, au premier semestre 2021 - Année européenne du rail) d’envisager non seulement de relancer la liaison ferroviaire de nuit Portugal-France, récemment interrompue, mais aussi de l’étendre jusqu’au principaux hubs ferroviaires européens, comme Paris (ou potentiellement Bruxelles), au lieu de se limiter à Hendaye, à la frontière franco-espagnole.

Nous demandons aux gouvernements espagnol et portugais d’exiger de leurs compagnies ferroviaires nationales de se joindre à la déclaration du 8 décembre 2020 conjointe de la SNCF (France), la DB (Allemagne), les ÖBB (Autriche) et les CFF (Suisse), en faveur de la constitution d’un nouveau réseau européen de trains de nuit.

En outre, nous demandons au gouvernement espagnol d’étudier de nouvelles liaisons ferroviaires de nuit entre la péninsule ibérique et le centre et l’est de l’Europe, notamment Barcelone-Francfort-Berlin et Barcelone-Milan-Rome.

* (E) Pétition : Non à l’extension de l’aéroport Nice Côte d’Azur : une bombe climatique et sanitaire

2.330 signatures sur3.000 lien pour signer

Destinataires : Mme Barbara Pompili (Ministre de la Transition écologique), M Bruno Le Maire (Ministre de l’économie, des finances et de la relance), M Jean-Baptiste Djebbari (Ministre délégué chargé des Transports)

Nous demandons une reconsidération complète et une annulation des projets d’extension des aéroports français, dont celui du T2.3 de l’aéroport Nice Côte d’Azur (+50% de trafic de 2019 à 2030). Une action en justice est en cours contre ce projet T2.3 niçois, au TA de Marseille, et portée par des associations, que les citoyens peuvent soutenir.

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Au rythme actuel des rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, notre ‘’budget carbone’’ visant à limiter le réchauffement global à deux degrés d’ici la fin de ce siècle aura été épuisé dans moins de vingt ans ! Parmi les causes de réchauffement figurent en bonne place les émissions du trafic aérien mondial : l’aéronautique est ainsi responsable de 7,4% de l’empreinte carbone de la France (B&L Evolution, juillet 2020). La Convention Citoyenne pour le Climat ne s’y est pas trompée, lorsqu’elle a proposé l’arrêt de toute extension d’aéroport (proposition SD-E3).

Or des projets climaticides d’extension sont toujours portés par les autorités publiques, alors même que l’Etat français pourrait être reconnu coupable d’inaction climatique : ainsi le T4 de Roissy Charles de Gaulle, le T1 de Marseille Provence, et … le T2 de Nice Côte d’Azur.

A Nice, le Préfet des Alpes-Maritimes a ainsi signé le permis de construire de l’extension du T2 le 13 janvier 2020, en dépit des alertes citoyennes et associatives sur les impacts directs et indirects de ce projet visant l’augmentation de 50% du trafic passager entre 2019 et 2030 (soit plus de 7 millions de passagers supplémentaires chaque année). Ce même représentant de l’Etat a également ignoré les conclusions de l’enquête publique, à l’issue de laquelle 75% des avis exprimés étaient opposés au projet. Cet aveuglement interroge, surtout lorsque Christian Estrosi lui-même, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur, a apporté son soutien au projet, tout en déclarant l’état d’urgence climatique, en adhérant au pacte finance-climat et en déclarant - en janvier 2021 - se fixer un objectif de réduction de -55% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (vs 1990).

Avec le soutien de Greenpeace Groupe local de Nice, Alternatiba 06 et ANV COP21 Nice, nous dénonçons cette incohérence, fondée sur une hypocrisie climatique hallucinante, à l’image de l’annonce de greenwashing d’un ‘’aéroport neutre en carbone’’, alors qu’il ne compense que 1% de ses émissions GES (décollages et atterrissages inclus). A l’image d’un maire se disant ‘’protecteur’’ de ses concitoyens, alors que la pollution atmosphérique tue prématurément 500 Niçois chaque année, et que l’aéroport urbain de Nice est un très important contributeur de polluants.

Afin de mettre un terme à cette déraison, qui consiste aujourd’hui à attendre impatiemment la reprise de l’activité aérienne pré-covid et le retour d’une croissance continue du trafic, des associations et des citoyens se sont levés pour tenter de faire annuler le permis de construire qu’ils jugent illégal. Deux associations locales – FNE06 et CAPRE06 – assistées du collectif citoyen 06, ont déposé un recours en annulation auprès des instances judiciaires administratives. L’affaire est en attente de jugement au Tribunal administratif de Marseille. Ces porteurs d’action étant bénévoles, ils proposent à leurs concitoyens de les soutenir financièrement afin de couvrir les frais de leur défense par le cabinet Huglo-Lepage à Paris. Vous pouvez les aider en participant au crowdfunding Helloasso : https://bit.ly/32MBR7J Un réel soutien pour le climat et l’avenir de nos enfants. Chaque euro compte ! Merci pour eux.

* (C) Pétition : Que Nestlé cesse de piller la seule ressource en eau de la petite ville française de Vittel

255.070 signatures sur 300.000 lien pour signer

800 millions de litres par an. C’est la quantité d’eau que Nestlé prélève chaque année dans la nappe souterraine de la petite ville de Vittel, menaçant d’épuisement la ressource principale des habitants. Mais au lieu d’exiger de Nestlé qu’elle cesse ses prélèvements, élus et industriels reportent la responsabilité sur les habitants. Leur solution ? Construire un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres pour venir ravitailler les 30 000 habitants du territoire concerné — et au frais du contribuable bien sûr ! Un projet qui ravit Nestlé mais qui a également conduit à ouvrir une enquête pour conflit d’intérêts contre l’élue en charge du dossier.

Vous l’aurez compris, les habitants ne comptent pas se laisser faire et nos partenaires du Collectif Eau 88 mènent la lutte sur le terrain. C’est pourquoi ils font appel à la communauté de SumOfUs aujourd’hui pour les aider dans leur combat. Les habitants sont seuls face à la multinationale et à l’Etat, unis pour faire triompher leurs intérêts aux dépens de l’avenir des communautés locales.

Nestlé a décidé que la nappe phréatique de Vittel lui appartenait, alors que l’eau est un bien commun censé permettre à chaque population locale de subvenir à ses besoins vitaux. La région des Vosges est certes riche en eau, mais la nappe phréatique très profonde — où Nestlé siphonne l’eau la plus pure — se recharge très lentement… N’ayant pas le temps de se régénérer, la nappe perd irrémédiablement 800 millions de litres chaque année... Exactement la quantité pompée par Nestlé — soit 280 piscines olympiques ! Ainsi, avec son pompage de 800 millions de litres par an, « Nestlé est aujourd’hui responsable de la totalité du déficit », estiment nos partenaires locaux du Collectif Eau 88.

Face à cette catastrophe environnementale, la solution des élus est de creuser un trou pour en reboucher un autre : ils souhaitent construire un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres pour faire acheminer l’eau de territoires voisins. Des travaux qui s’élèvent entre 12 et 30 millions d’euros, financés par les contribuables, les citoyens et peut-être Nestlé pour partie. Ce projet est un véritable cadeau de l’Etat à Nestlé, privatisant de fait la nappe phréatique au bénéfice de la multinationale. Montrons à Nestlé que les habitants de Vittel ne sont pas seuls dans leur lutte et exigeons de la multinationale qu’elle cesse le pillage de la nappe phréatique !

Mais le scandale ne s’arrête pas là. Le projet pourrait également révéler de bien sombre conflits d’intérêts. Claudie Pruvost, conseillère départementale vittelloise ainsi que la Vigie de l’Eau sont actuellement visés par une enquête. Présidente de la Commission Locale de l’Eau qui devait trouver comment mettre un terme à la surexploitation de la nappe, elle est aussi l’épouse de Bernard Pruvost, ex-cadre de Nestlé International et actuel Président de la Vigie de l’Eau, association elle-aussi chargée d’élaborer les solutions... Pour nos partenaires, le risque de prise illégale d’intérêts n’est pas à écarter.

Nous ne pouvons pas laisser Nestlé continuer à privatiser et marchander nos ressources naturelles. La nature n’est pas le réservoir à bénéfices de Nestlé. Que cela soit aux Etats-Unis, au Brésil, en Australie, en Afrique du sud, au Niger, en Afghanistan… ou en Europe, les membres de SumOfUs ont acquis une véritable stratégie d’attaque dans la lutte contre la prédation de Nestlé.Ensemble, une fois de plus, nous savons que nous pouvons faire plier Nestlé et l’industrie de l’eau en bouteille

* (C) Pétition : Jeune migrant en détresse : aidez-nous à garder Madama, menacé d’expulsion

37.245 signatures sur 50.000 lien pour signer

Véronique DE MARCONNAY a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron et à 4 autres
Nous avons recueilli il y a 2 ans Madama, un jeune migrant rescapé d’un long périple en provenance du Mali. Nous l’avons accompagné dans tout son parcours en France : apprentissage de la langue, de la lecture, écriture, calcul, études, suivi médical, insertion dans la société française, obtention de documents d’identité, recherche d’apprentissage, demandes d’autorisation de travail, démarches pour obtenir un titre de séjour... Il fait pour ainsi dire partie de notre famille. Mais pour combien de temps ?

MADAMA EST AUJOURD’HUI DANS LA DETRESSE : la préfecture de Haute-Loire refuse de lui accorder un titre de séjour et le menace d’expulsion. Pourtant il a fait de gros efforts pour apprendre notre langue et s’adapter au mode de vie et à la culture française ; il est inscrit dans un établissement scolaire pour préparer un CAP d’ouvrier agricole, il a des employeurs tous trouvés : une famille d’exploitants agricoles qui tiennent beaucoup à le prendre comme apprenti ; il a soif d’apprendre et sait s’y prendre avec les agneaux. Et puis nous sommes là, nous, sa famille d’accueil, pour le soutenir. Mais la préfecture reste inflexible : elle le fait attendre depuis plus d’un an la réponse à sa demande de régularisation ; elle lui interdit de travailler pour gagner sa vie ; elle lui interdit d’avoir un avenir ; elle le prive de tout espoir. Madama est un jeune courageux, travailleur et honnête. A 16 ans à peine, il a fui la misère de son village natal, il a parcouru le désert, puis traversé la mer sur un canot dont tous les occupants n’ont pas survécu. Il a traversé une partie des Alpes à pied, poursuivi par les chiens des gendarmes, la peur au ventre.

Nous demandons pour lui le droit de vivre ici dignement. Si nos demandes n’aboutissent pas, Madama sera arrêté et enfermé dans un centre de rétention en attendant une expulsion vers le Mali, ou condamné à la clandestinité. Nous ne l’acceptons pas. Que nous reste-t-il d’autre que de faire une grève de la faim et de demander votre soutien solidaire ? Votre soutien peut tout changer ! Aidez Madama à retrouver son sourire radieux !

* (E) Pétition : Non à l’abattage de chênes centenaires pour la charpente de Notre Dame de Paris

42.144 signatures lien pour signer

Auteur : PP 81
Destinataire :Barbara Pompili (Ministre de la Transition écologique )

Le projet de reconstruction de la charpente de Notre Dame à l’identique nécessite l’abattage de chênes centenaires (plusieurs centaines), à l’heure du soi-disant développement durable cela représente un écocide, une aberration. Un arbre centenaire fait partie de notre patrimoine et représente un écosystème à lui tout seul ; notre terre est en danger, nos forêts souffrent du réchauffement climatique, ce choix est incompréhensible.

Quelle utilité pour une structure qui par définition sera cachée par la couverture et visible uniquement par quelques privilégiés ? Il serait cohérent au XXI siècle de choisir des techniques d’ingénieries plus responsables et moins dégradantes pour notre environnement. Ce choix de nos gouvernants qui ne se gênent pas pour faire la leçon aux autres pays concernant leur gestion écologique doit être revu et réétudié.

* (E) Pétition - Bois-énergie : l’UE doit protéger les forêts au lieu de les brûler

79.872 signatures Lien pour signer

Au vice-président exécutif de la Commission Européenne, Frans Timmermans, et aux gouvernements des États-membres de l’UE

Monsieur le vice-président Timmermans, Madame la ministre, Monsieur le ministre, préserver la nature et éviter les pires effets du changement climatique nécessite un engagement sans précédent pour protéger et restaurer les forêts naturelles. Pourtant, les dirigeants européens sapent nos efforts pour protéger nos forêts et la planète. Comment ? La politique de l’UE cause une recrudescence de l’exploitation forestière, et des émissions de gaz à effet de serre associées, en prétendant que brûler du bois de forêt serait une source d’énergie renouvelable "zéro carbone".

Raser et brûler les forêts est néfaste pour le climat, la santé humaine et les plantes et les animaux qui y vivent. Pourtant, chaque année, l’UE devient davantage dépendante du bois-énergie pour atteindre ses objectifs en matière d’énergies renouvelables, et les consommateurs doivent chaque année verser des milliards de subventions à cette escroquerie climatique. Un tel prix à payer est inacceptable.

Nous demandons donc aux décideurs politiques et aux États-membres de l’UE de :

- Mettre fin aux subventions et autres incitations à brûler du bois de forêt, et réorienter ces moyens vers l’efficacité énergétique et les sources réelles d’énergie renouvelable à faibles émissions

- Exclure l’énergie obtenue en brûlant du bois de forêt des calculs pour atteindre les objectifs d’énergies renouvelables

- Donner la priorité à la protection et la restauration des forêts, et veiller à ce que toutes les politiques de l’UE préservent notre santé, le climat et la biodiversité

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le vice-président Timmermans, Madame la ministre, Monsieur le ministre, l’expression de notre haute considération.

* (C) Pétition : Nextdoor : suspendez vos partenariats avec la police

Lien pour signer

Faites-le entendre à Nextdoor : suspendez vos relations avec les services de police.

Depuis des années, de nombreuses personnes tirent la sonnette d’alarme à propos du racisme sur Nextdoor. En parallèle, Nextdoor fait du pied aux services de police et les incite à utiliser sa plateforme pour « cibler géographiquement des messages à destination de quartiers spécifiques ». Les détails de ces partenariats sont en grande partie inaccessibles au public, ce qui ne contraint pas Nextdoor à rendre des comptes vis-à-vis des éventuelles conséquences néfastes pour les communautés ciblées de manière disproportionnée par la police. C’est pourquoi nous demandons à Nextdoor de suspendre ses relations avec les services de police jusqu’à ce qu’ils fournissent plus d’informations sur la nature de ces partenariats et des preuves qu’ils ont examiné l’impact et les potentielles conséquences néfastes de ces partenariats sur les communautés qui utilisent leurs services.

Alors que Nextdoor s’est engagé à lutter contre le racisme sur sa plateforme, les détails des actions qu’ils vont mener et la façon dont ils vont mesurer leurs progrès restent flous. La dernière mesure prise par Nextdoor, supprimer de sa plateforme la fonction « Transférer à la police », montre bien sa prise de conscience de la nécessité de ralentir la systématisation du déplacement de la police, comme poussent à le faire des technologies telles qu’Amazon Ring et Nextdoor. Mais sans un véritable exercice de transparence, le public ne pourra pas juger ces efforts. Nextdoor dispose d’une base d’utilisateurs importante et active, et les mesures prises maintenant peuvent avoir de grandes répercussions sur la façon dont nous pensons que les réseaux communautaires devraient fonctionner.

Nous demandons à Nextdoor de suspendre immédiatement ses relations avec les services de police jusqu’à ce que Nextdoor :

* publie un rapport de transparence pour divulguer publiquement la nature des relations entre Nextdoor et les services de police dans tous les pays où Nextdoor opère, y compris les mesures prises pour identifier les éventuelles conséquences néfastes de ces partenariats ; et
* s’engage à embaucher des experts des droits civils, y compris au sein des équipes travaillant sur la plateforme pour les organismes publics, de la même façon que nos partenaires de Color of Change et la campagne StopHateForProfit l’ont déjà demandé à Facebook.

Si Nextdoor entend sérieusement s’engager à créer une plateforme où « tout le monde a sa place », alors Nextdoor doit assumer ses responsabilités et passer aux actes.

* (E) Manifeste : DE L’EAU POTABLE POUR TOUS

21.770 signatures lien pour signer

Auteur : Solidarités International

Près de 3,5 milliards d’êtres humains n’ont encore d’autre choix que de boire une eau dangereuse pour leur santé alors même que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement a été reconnu comme un Droit de l’homme en 2010. 2,4 milliards de personnes ne disposent toujours pas de latrines. C’est 40% de la population mondiale. Résultat : 2,6 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à l’eau, ce qui fait de l’eau insalubre une des premières causes de mortalité au monde.

Aussi, l’accès à l’eau saine est indispensable pour réduire les propagations d’épidémies comme celle du Covid-19, car le lavage de mains à l’eau propre et au savon réduit les risques de transmission. Les acteurs humanitaires que nous sommes menons contre ce fléau un combat quotidien, sur le terrain, mais aussi en luttant auprès des instances nationales et internationales pour faire entendre la voix de celles et ceux à qui nous venons en aide chaque jour.

Condition de toute vie sur terre, l’eau reste une cause majeure de mortalité dans le monde. C’est un bien précieux et fragile, dont beaucoup manquent toujours cruellement et qui est menacé par le dérèglement climatique, la démographie, l’urbanisation, la pollution. Autant de facteurs engendrant des tensions de plus en plus dangereuses autour de cette ressource vitale.

C’est pourquoi SOLIDARITÉS INTERNATIONAL appelle le plus grand nombre à signer son manifeste pour un accès effectif et sans condition de tous les êtres humains à l’eau potable et à l’assainissement. Les 10 engagements d’urgence en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous

1. Sauvons des vies grâce à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement
2. Arrêtons de bafouer le droit humain à l’eau
3. Exigeons des États et des Nations Unies de respecter enfin leurs engagements
4. Mettons enfin les moyens financiers nécessaires à l’atteinte de l’ODD 6
5. Appelons à une meilleure coordination des Objectifs du Développement Durable
6. Appelons les grandes institutions de développement à gagner en rapidité, en souplesse, en partenariat et en impact
7. Préservons l’eau, préservons la paix !
8. Appelons les Nations Unies à mettre en place un comité intergouvernemental de l’eau
9. Appelons la France à augmenter son Aide Publique au Développement, ainsi que la part dédiée à l’aide humanitaire
10. Donnons l’exemple

En signant notre manifeste, vous participerez aussi gratuitement au Tirage au Sort pour gagner une rencontre avec les volontaires de l’association au siège de Solidarités International

* (E) Pétition - Contre les pandémies, stoppons l’élevage industriel !

77.691 signatures Lien pour signer

Auteur : CIWF France. L’élevage industriel pourrait-il contribuer à la prochaine pandémie ? Il entraîne une déforestation massive, décime les habitats de nombreuses espèces sauvages, et la pollution de l’air et de l’eau qu’il engendre met en danger de mort les personnes vulnérables.

Les élevages intensifs sont des lieux de multiplication de bactéries, de virus et de maladies qui menacent la santé humaine. La taille des élevages, avec tant d’animaux enfermés et stressés, très proches génétiquement, leur rythme de croissance élevé et l’affaiblissement de leur système immunitaire augmentent le risque que des maladies se propagent chez les animaux, mutent et soient ensuite transmises aux humains. En continuant à surconsommer des produits issus de l’élevage industriel, soi-disant à « bas coûts », on risque de le payer cher !

Un tournant fort de l’histoire Pour protéger notre santé et la planète, nous devons repenser notre relation aux animaux et sortir de l’élevage industriel. Les animaux doivent être élevés dans des systèmes plus extensifs, comme par exemple l’élevage en plein air.

Pas de retour à la case « normale » ! Pour sauver la planète et nous sauver tous, nous devons mettre fin à l’élevage industriel. Agissons en interpellant les organisations internationales influentes sur ces sujets, afin de mettre un terme à l’élevage industriel et de protéger notre avenir.

* (E) Pétition : Stop au diesel à l’huile de palme et de soja, MAINTENANT !

214.184 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au Président de la République et au gouvernement français
Monsieur le Président,Madame la Ministre, Monsieur le Ministre,

Le carburant de nos stations-services contient toujours plus de biodiesel produit à partir d’huile de palme et d’huile de soja. Nous demandons au gouvernement d’engager une suppression immédiate de l’huile de palme et de l’huile de soja dans le carburant au niveau national.

La culture de palmiers à huile et de soja est la principale responsable de la https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1182/mobilite-il-faut-moins-de-voitures?mtu=438165224&t=5650destruction des forêts tropicales et anéantit la biodiversité. Le biodiesel est jusqu’à trois fois plus nocif pour l’environnement que le diesel fossile. Nous ne voulons pas d’huile de palme et d’huile de soja dans nos réservoirs !

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

* (C) Pétition : Levez l’interdiction sur le film « Jenin, Jenin » de Mohammed Bakri !

4.594 signatures sur 5.000 lien pour signer

En tant que membres de la communauté du cinéma mondiale, nous dénonçons la décision de la cour israélienne d’interdire la projection et la diffusion du documentaire “Jenin, Jenin”, et exprimons notre solidarité avec son réalisateur, notre collègue, l’éminent réalisateur palestinien et acteur, Mohammed Bakri. En défense de la liberté d’expression, nous vous demandons de vous joindre à notre appel à lever cette interdiction inadmissible.

C’est avec consternation et indignation que nous avons appris la décision de la cour du district de Lod d’interdire la projection et la diffusion du film documentaire de 2002 “Jenin, Jenin”, du réalisateur palestinien et acteur renommé Mohammed Bakri. Dans sa décision choquante, la cour a considéré que certaines représentations dans le film – qui décrit des évènements qui se sont déroulés dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine pendant deux semaines en avril 2002 – sont fausses. En plus d’interdire toute projection du film en Israël, la cour a rendu un ordre de confiscation de 24 copies du film et a ordonné au réalisateur du film de payer 175 000 shekels (55 000 dollars) de dommages et intérêts à un officier israélien qui apparaît dans le film, ainsi que 50 000 shekels (15 500 dollars) de frais de justice.

Mohammed Bakri, qui n’a cessé d’être harcelé et persécuté par le gouvernement israélien ces 17 dernières années, documente sans commentaire ni sans voix off, les conséquences de la destruction brutale du camp de réfugiés de Jénine perpétrée par l’armée israélienne en 2002. Il dédie le film à son producteur, Iyad Samoudi, tué par des troupes israéliennes dans le gouvernorat de Jénine peu après la fin du tournage.

Nous demandons à la communauté mondiale, et en particulier à la famille du cinéma, de se joindre à nous en dénonçant cette tentative flagrante de censure. Les autorités israéliennes responsables, y compris le Ministre de la Culture, doivent répondre de cet acte. La subjectivité est un aspect essentiel de l’expression artistique et cinématographique. Nous appelons donc nos collègues et camarades à se joindre à nous pour dénoncer les allégations contre Bakri et les tentatives des autorités israéliennes de compromettre la liberté d’expression et la liberté artistique des cinéastes et artistes palestiniens.

Enfin nous demandons l’annulation complète de la décision inacceptable de la cour israélienne qui menace le droit fondamental des cinéastes et artistes d’exprimer librement leur point de vue. Rejoignez Ken Loach, Aki Kaurismaki, Mike Leigh, Alia Shawkat, Liam Cunningham, Vanessa Redgrave, Hany Aby Assad, Mai Masri, Michel Khleifi, AnneMarie Jacir, Eyal Sivan, Robyn Slovo, Asif Kapadia, Rasha Salti, Raed Andoni, May Odeh, Ali Suliman, Orwa Nyrabia, Christoph Terhechte, Henrique Goldman, Paul Laverty, Rebecca O’Brien, Ola Alsheikh, David Riker, Asia Kapadia, Brian Eno, Miriam Margolyes, Sawsan Asfari et bien d’autres… Faites entendre votre voix en ajoutant votre nom à notre pétition. Levez l’interdiction maintenant !

Vous pouvez voir et partager le film sur la Palestine film Platform ou sur le lien ici

Traduit de la pétition originale en anglais et arabe par J.V.

* (C) Pétition : Régularisations des marcheur-es ainsi que tout-e-es les sans-papiers

3.136 signatures lien pour signer

Auteur : Collectif National Des Sans Papiers
Destinataires :Emmanuel Macron (Président de la République), Jean Castex (Premier Ministre), Gérald Darmanin (Ministre de l’Intérieur)

Nous sommes des centaines de femmes et d’hommes qui avons marché à travers toute la France. Parti.e.s de Montpellier et de Marseille le 19 septembre pour rejoindre Paris à pied le 17 Octobre, des marcheuses et des marcheurs de Grenoble, Toulouse, Lyon, Nice, Lille, Strasbourg, Dijon, Nantes, Nancy, Metz, Verdun, Valence, Le Havre, Rouen, Joigny, Rennes et Paris nous ont rejoint pour converger vers Paris. Dans un contexte de crise sanitaire et sécuritaire exceptionnelle, nous avons marché 850 km pour demander la régularisation de notre situation administrative. Mais à ce jour, nous n’avons toujours eu aucune réponse du gouvernement français.

Pourtant, depuis le début de cette crise sanitaire de la Covid 19, nous, les sans-papiers, sommes en première ligne dans plusieurs secteurs de l’économie (aide à la personne, restauration, nettoyage, livraison, logistique, BTP, agriculture, ...) et alors même que nous sommes ou avons été les premiers de corvée et avons concouru à sauvegarder l’économie mais également des vies humaines, aucune reconnaissance ne nous est accordée par l’octroi d’un titre de séjour. Nos conditions de vie où nous sommes entassés dans des foyers de migrants insalubres, hôtels ou abris et nos conditions de travail sans toujours les protections et les distanciations nécessaires face à la Covid 19, accentuent notre vulnérabilité face à ce virus dont nous sommes aussi et de façon totalement involontaire, susceptibles de devenir des vecteurs.

Et ceux d’entre nous qui ont dû cesser le travail pendant le confinement n’ont pas pu bénéficier du chômage partiel du fait de leur situation administrative. Ils se retrouvent donc dans une situation d’extrême précarité. Tout au long de cette marche, nous avons expliqué comment notre force de travail est exploitée par des bureaux d’intérim ou des patrons qui s’exonèrent de respecter le code du travail lorsqu’il s’agit de personnes sans-papiers. Ils profitent ainsi d’une main d’œuvre à bas coût, interchangeable et corvéable à merci puisque sans protection juridique. La main d’œuvre sans-papiers permet la « délocalisation sur place » pour les secteurs non délocalisables (aide à la personne, restauration, nettoyage, bâtiment, travaux publics, sécurité, agriculture, …), secteurs pourtant au cœur de la vie des français.

Nous avons également expliqué que notre situation administrative de sans-papiers rend impossible l’accès à un logement décent, à l’éducation (surtout pour les mineur.es étranger.es isolé.es) alors même que nous déclarons nos ressources et payons nos impôts et que ces droits sont des droits fondamentaux inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits Humains. Nous sommes également victimes de violences policières de la part des gouvernements, que ce soit dans la rue, les campements ou dans les centres de rétention administrative, qui pensent ainsi pouvoir décourager les soi-disant « flots de migrants » qui arrivent en France. Mais nous sommes là et certains depuis de longues années (8, 10 voire plus) !

Les conflits entretenus par les vendeurs d’armes (dont la France) qui se développent un peu partout dans nos pays, le dérèglement climatique et les pollutions entraînant désertifications, inondations et l’impossibilité de cultiver les terres, l’accaparement des terres par les multinationales n’employant que peu d’autochtones et produisant des aliments qui ne servent pas à nous nourrir, frappent très durement nos pays et ne laissent que l’émigration comme solution pour survivre. Or, il est devenu désormais impossible d’obtenir des visas pour venir légalement.

Plusieurs pays européens et même le nouveau président des Etats-Unis Joe Biden, ont décidé de régulariser massivement les étrangers sans–papiers sur leurs territoires donc cela est possible ! Aujourd’hui nous sollicitons votre aide, que vous soyez collectifs, associations, syndicats, partis politiques ou simples citoyens, pour appuyer la demande de régularisation des marcheuses et marcheurs ainsi que celles de toutes et tous les sans-papiers. Merci de partager largement cette pétition.

* (C) Pétition : COVID-19 : Laissons aux Médecins le droit de soigner !

38.869 signatures lien pour signer

Auteur : Larbi MEFTAHI
Destinataire(s) : Emmanuel Macron (Président de la République)
Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé)

Monsieur le Président Macron, nous vivons actuellement une période compliquée due à cette pandémie de COVID-19 qui plonge le pays, le continent, le monde dans une problématique sanitaire inédite. L’arrivée des vaccins est une avancée considérable mais elle ne réglera pas seule le problème (durée de l’immunité conférée par le vaccin limitée dans le temps, efficacité du vaccin sur un virus en constante mutation incertaine, etc...).

Les mesures restrictives utilisées et qui s’appliquent encore actuellement en France, même si elles permettent à priori de sauver des vies, provoquent des dommages collatéraux économiques, sociaux et même sanitaires tels, qui font que ces mesures ont sur la durée, des bénéfices inférieurs aux risques engendrés. Celles-ci ne sont donc pas viables sur la durée.

C’est pour cela qu’il est nécessaire d’enrayer et de contrôler cette maladie en France et de soulager ainsi le système hospitalier en remettant en avant nos médecins, hospitaliers et surtout non-hospitaliers, en leur redonnant la possibilité de jouer pleinement leur rôle dans le combat contre cette maladie à savoir, de traiter avec une explication éclairée, les gens qui en ont besoins, du mieux qu’ils le peuvent et avec les moyens sûrs dont ils disposent et sur lesquels ils ont du recul (sans préjugés sur le traitement ou le protocole retenu pour le traitement de la COVID-19). En somme, de leur permettre de respecter le serment d’Hippocrate qu’ils ont, pour la majorité, fait le serment de respecter et d’honorer.

Merci donc d’entendre cet appel "citoyen" et de faire preuve de bon sens et de discernement afin de permettre à la France et aux Français de sortir de cet enlisement dont on ne perçoit pas la fin en se donnant les moyens de marcher sur nos deux jambes "Traitements + Vaccins". Respectueusement..
.
.

.
.
>0,1%

* (C) Pétition - Le Yémen connaît aujourd’hui la pire crise humanitaire au monde, aidons les enfants à sortir du cercle infernal de la faim !

7.125 signatures Lien pour signer

Auteur(s) : Action Contre la Faim
Depuis 5 ans, le Yémen s’enlise dans une guerre sans fin. Depuis 4 ans, le choléra sévit dans le pays. Les populations n’ont quasiment plus accès à l’eau potable ni aux soins de santé primaires et 12,7 millions de personnes manquent de nourriture (1). Un sombre tableau auquel s’ajoute la vague de Covid-19 qui a déferlé sur le pays et qui fait planer sur la population le spectre de la famine. Rendez-vous compte : 2 millions d’enfants soit 1 enfant sur 5 est en état de sous-nutrition (2) et à cause du coronavirus, ils seront 2,4 millions d’ici la fin de l’année (3).
Dans un pays qui importe 90% de ses denrées alimentaires, la fermeture des frontières et des voies d’approvisionnement, en réponse à la pandémie, perturbe les chaînes d’approvisionnement. Les importations sont en chute libre, les pénuries se succèdent et les prix s’envolent. Alors que la population est déjà à terre, la faim gagne du terrain et la mortalité infantile augmente.
Le taux de mortalité lié à la Covid-19 s’élève à 20% soit 2 fois plus qu’en France !
Face à cette crise humanitaire, la pire au monde selon l’ONU, la communauté internationale peine à réagir. Mais plus que jamais, les équipes d’Action contre la Faim sont sur le front, parfois au péril de leur existence, et plus que jamais, pour sauver des enfants dont la vie ne tient plus qu’à un fil, elles ont besoin de vous.
Ne laissez pas cet appel au secours sans réponse. La vie de très nombreux enfants est entre vos mains…
Grâce à votre précieux soutien, nos équipes pourront notamment :
- Disposer du lait et des aliments thérapeutiques essentiels à la guérison des enfants sous-nutris, ainsi que des solutions de réhydratation et des vitamines nécessaires ;
- Assurer la distribution de denrées de première nécessité pour les familles et de coupons alimentaires ;
- Garantir aux populations un accès à l’eau potable et à l’hygiène, indispensable pour contenir au mieux la propagation des épidémies et éviter, également, l’aggravation des cas de sous-nutrition.
Nous avons plus que jamais besoin de vous !
JE SIGNE POUR DONNER A ACF LES MOYENS DE SAUVER DES VIES

* (C) Pétition : SOS : Pour une retraite à 1200€ minimum

32.957 signatures lien pour signer

Auteur : Baudry Olivier
Destinataire : Emmanuel Macron (Président de la République)
La retraite aujourd’hui pour les carrières difficiles, c’est un flagrant délit d’injustice.
Si les valeurs républicaines sont fondées sur l’égalité et la fraternité et bien les pensions de retraite des travailleurs du privé en sont le parfait contre-exemple. Nous, travailleurs du privé, avons cotisé pour une juste retraite. Et bien voici la démonstration d’un immense injustice sociale :
Si votre carrière débute par de long études.
Si vous rencontrez des périodes de chômage.
Si à partir de 50 ans vous ne pouvez plus trouver de travail parce que trop vieux.
Si vous êtes en travail partiel.
Si vous avez été au RSA.
Si vous avez été en stage ou formation imposés et non rémunérés.
Si vous avez été dans l’incapacité pour raison personnelle de pouvoir travailler.
Si vous avez été en arrêt maladie et que la sécurité sociale refuse de vous indemniser.
Si vous avez été femme au foyer.
Si vous êtes un femme divorcée.
Si vous êtes femme d’agriculteur, ou simplement petit exploitant agricole.
Et bien pour vous, ce sera peut-être une pension de retraite EN-DESSOUS DU SEUIL DE PAUVRETÉ.
Pour tous les travailleurs du privé exigeons immédiatement du Président de la République Emmanuel MACRON un minimum mensuel net de 1200€

* (C) Pétition : La situation est urgente : la réforme de l’APL va faire encore plus de précaires !

26.016 signatures lien pour signer

Auteur : Zorka Djurasinovic
Destinataire : Emmanuelle Wargon (Ministre en charge du logement)
La nouvelle réforme des APL en 2021 va mettre des milliers des bénéficiaires en difficulté financière voire dans une grande précarité et même à la rue. Un retraité avec L’ASPA qui gagnait 903 E et percevait 226 E d’aide personnalisée au logement (APL) pour payer ses 378 euros de loyer : depuis la mise en application de la réforme des APL, en Janvier il ne touchera que 71,99 euros. Il devra payer un loyer de 306 euros soit le double de ce qu’il payait jusqu’à cette réforme.
Une réforme qui suscite de l’incompréhension même si le Ministre refuse de parler d’une "mesure budgétaire", à terme,la réforme devrait permettre, selon eux, de réaliser entre 700 millions et 1,3 milliard d’euros d’économie encore une fois de plus sur le dos des plus précaires et plus fragiles, pour faire quoi avec cet argent ?
Enrichir encore plus les riches, payer une politique dépensière ,et affaiblir encore plus les travailleurs précaires et bien sûr tout les retraités qui ont travailler plus de 42 ans les invalides et bien sûr nos étudiants, l’avenir de notre Pays ?
Madame la Ministre je vous demande de revoir votre réforme et de revenir à un calcul juste et équitable, cette réforme est arbitraire et injuste ,il vous suffit de calculer le reste à vivre d’une personne qui touche 903 euros, des jeunes actifs, des étudiants, qui, aujourd’hui, ne mangent pas à leur faim, ne mangent pas de viande, pas de fruits ni légumes, pas de loisirs, pas de vacances, c’est indigne d’un pays comme la France où le nombre des riches augmente, mais surtout leurs richesses qui explosent. Il faut répartir les richesses, taxer plus les revenus financiers, rétablir l’impôt sur la fortune, travailler plus sur la création des emplois, diminuer le train de vie de nos Députés, Ministres et de l’Etat. Il n’est pas normal que l’enveloppe des députés augmente et que l’APL des plus démunis baisse à un point qui mettra dans la rue des milliers de personnes.

* (C) Pétition - Désolidarisation des revenus du conjoint pour le paiement de l’Allocation Adulte Handicapée (AAH)

41.592 signatures Lien pour signer

Auteur : Véronique T., présidente de l’association ADROVDA
Destinataire : Assemblée nationale
Savez-vous qu’une personne handicapée vivant en couple doit demander l’accord et le financement de son conjoint pour payer chacune de ses dépenses de la vie quotidienne ? Et oui !, en effet, une loi française calcule le versement de l’Allocation Adulte Handicapée (AAH) sur les revenus du ménage.
Ainsi, si le plafond des revenus du couple dépasse 19 607 euros, en 2020, l’AAH n’est plus versée à la personne conjointe handicapée. Ce plafond est aussi majoré de 5400 euros environ par enfant à charge. Dès le dépassement de ce seuil, la personne conjointe handicapée n’apporte plus au revenu mensuel du couple ses 902,70 € d’AAH.
Elle peut ressentir dès cet instant qu’elle n’existe plus socialement et qu’elle ne sert à rien, ce qui rajoute à ses difficultés dues à son état physique. Même si le couple bénéficie néanmoins d’avantages fiscaux non négligeables qui peuvent redonner à la personne conjointe handicapée le sentiment d’une certaine participation au budget du couple, il n’en ressort pas moins que le compte bancaire personnel de cette dernière n’est plus alimenté par cette allocation. Elle n’a donc plus la jouissance de l’utiliser comme bon lui semble et doit désormais se tourner systématiquement vers son conjoint pour demander tous financements de sa vie quotidienne. La logique aurait voulu que la personne handicapée continue de percevoir son AAH quitte à ce que le couple honore des contraintes fiscales.
Le jeudi 13 février 2020, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi supprimant la prise en compte des ressources du conjoint, concubin ou pacsé pour le calcul de l’AAH. Mais, dans les faits, les choses ne sont pas aussi simples et le chemin reste long et sinueux avant l’entérinement de cette loi.
Pour nous aider à clarifier cette situation qui pèse énormément sur le moral des personnes handicapées vivant en couple, merci de bien vouloir soutenir notre pétition pour demander au législateur de prononcer dès que possible une nouvelle loi pour mettre fin à cette incongruité et injustice fondamentale.

* (E) Pétition : Non à l’abattage de la forêt de Casabona !

37.956 signatures lien pour signer

Auteur : Extinction Rebellion Réunion
Destinataire : Michel Fontaine (Maire de Saint-Pierre)
Le maire de Saint Pierre, Michel Fontaine a décidé d’abattre des dizaines d’arbres sur le parcours de santé de Casabona qui se trouvent juste derrière le futur centre commercial du même nom, et ce, afin de construire une route qui doit permettre d’amener plus facilement les consommateurs vers les magasins. On a donc un terrain public végétalisé, véritable dernier poumon vert de la ville qui va être bétonné pour permettre à un promoteur privé de voir arriver ses clients plus facilement. Et bien entendu la route est payée par la commune et la CIVIS... par notre argent.
C’est tout simplement inacceptable et nous exigeons donc l’arrêt immédiat des travaux et l’abandon du projet. On ne peut pas sous prétexte de développer économiquement une ville, détruire les derniers espaces verts fréquentés quotidiennement par des enfants, des sportifs et des personnes âgées du quartier. On demande qu’au contraire, cette forêt soit préservée et que la mairie s’engage à y planter des dizaines d’arbres afin de créer un véritable cœur de biodiversité. Alors qu’on subit des vagues de chaleur de plus en plus longues et régulières avec la bétonisation massive de nos centre-villes et le réchauffement climatique, on ne peut pas continuer à détruire la nature qui nous protège, apporte fraîcheur et ombrage.
On rappelle que le maire s’est engagé durant la campagne des dernières municipales à planter 6000 arbres et à préserver les trames vertes et la biodiversité en signant le Pacte pour la transition... Il fait tout l’inverse. Si vous souhaitez nous aider sur ce combat merci de partager cette pétition à tous vos contacts car seule une mobilisation citoyenne forte pourra faire renoncer la mairie.

* (C) Pétition : NON A LA PRESCRIPTION DU CRIME CHLORDÉCONE !

45.685 signatures lien pour signer

Auteur : Olivier SERVA (Député de la Guadeloupe)
Destinataires : Emmanuel Macron (Président de la République), Julien Denormandie (Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation), Barbara Pompili (Ministre de la Transition écologique ), Sébastien Lecornu, Ministre des Outre-Mers

Ensemble, disons « non à la prescription » des faits de pollution de nos terres au chlordécone qui ont contribué à rendre malades de nombreux compatriotes et souscrivons totalement au combat des victimes pour la reconnaissance juridique de leurs souffrances et pour leur réparation en Guadeloupe et Martinique. Trois associations de Martinique et quatre de Guadeloupe ont été auditionnées mercredi 20 et jeudi 21 janvier 2021 en visioconférence par deux juges d’instruction du pôle santé du tribunal judiciaire de Paris. Ces auditions intervenaient 14 années après le dépôt de leur plainte en 2006 pour mise en danger de la vie d’autrui du fait de la pollution des terres guadeloupéennes et martiniquaises au chlordécone.

Ces actes de procédure qui s’inscrivent dans un dossier particulièrement sensible en Guadeloupe et en Martinique, ont laissé apparaître des doutes de la part des juges d’instruction sur une éventuelle prescription de l’action au regard du caractère ancien des faits. Si les juges considéraient effectivement l’action prescrite, cela serait une humiliation pour les Martiniquais et les Guadeloupéens.

Maître Harry DURIMEL, avocat des parties civiles dans ce dossier et également Maire de la Ville de Pointe-à-Pitre, l’ayant sollicité, Olivier SERVA le Député de la 1ère circonscription s’associe à l’indignation collective dans ce dossier. Dans le prolongement de cette sollicitation et sur proposition de celui-ci, le Député a adressé une lettre au Président de la République afin de l’informer qu’il comptait déposer une proposition de loi en faveur de l’imprescriptibilité des infractions liées à la pollution au chlordécone afin que les victimes puissent recevoir réparation.

SIGNEZ LA PETITION POUR QU’ENSEMBLE NOUS PUISSIONS DIRE NON A LA PRESCRIPTION DU CRIME CHLORDÉCONE

* (C) Pétition : Rendre les crimes sexuels sur mineurs imprescriptibles

64.858 signatures lien pour signer

Auteur : Association Pas de secret #nosecret
Destinataires : Emmanuel Macron (Président de la République)
Eric Dupond-Moretti (garde des Sceaux, Ministre de la Justice )

Selon des chiffres récents 1 Français sur 10 a été victime de crime sexuel ( en moyenne vers l’âge de 7 ans ).Ces victimes passent par différentes étapes difficiles et cela peut prendre des années. Malheureusement ces faits sont prescriptibles, donc beaucoup de victimes ne peuvent plus porter plaintes lorsqu’elle en ressentent la force et/ou le besoin.

La reconstruction passe par la légitimité du statut de victime, il ne devrait pas y avoir de prescriptions pour ces crimes si graves qui ont des conséquences tout au long de la vie (sensation de honte et/ou de culpabilité, addiction diverses, mésestime de soi, autodestruction, des troubles psychiques et physiques , suicides …)

La loi En France :

Le délai de prescription de l’action publique des délits mentionnés à l’article 706-47et commis contre des mineurs est de dix ans celui des délits prévus par l’article 222-30 et 227-26 est de vingt ans ; ces délais ne commencent à courir qu’à partir de la majorité de la victime."

Donc les personnes nées avant le 11 Mars 1976 peuvent porter plainte jusqu’à leurs 28 ans ,celles nées après le 11 Mars 1976 jusqu’à leurs 38 ans .

L’imprescriptibilité permettrait aux victimes de bénéficier d’un temps nécessaire pour dénoncer les faits dont elles ont été victimes.

* (C) Pétition en soutien à Tran To Nga et aux victimes de l’agent orange.)

9.416 signatures sur10.000 demandées Lien pour signer

Cette pétition en ligne s’ajoute aux 4 000 signatures déjà recueillies sur papier. Il y a plus de 40 ans, la guerre du Vietnam s’achevait. Pourtant des familles entières souffrent encore des effets de la guerre chimique américaine menée entre 1961 et 1971. Aujourd’hui, plus de 3 millions de personnes souffrent de maladies graves, de cancers et de handicaps suite aux épandages de défoliants et d’herbicides, en particulier l’Agent Orange contenant de la dioxine. Plusieurs centaines de milliers d’enfants forment une 3e et une 4e génération de victimes atteintes de malformations et de dysfonctionnements graves du système immunitaire et nerveux.

Les industriels connaissaient le danger de l’Agent Orange sur la santé humaine en le fabriquant et en ont augmenté la toxicité pour pouvoir le produire en masse. Depuis 40 ans, ni le gouvernement américain, ni les fabricants de l’Agent Orange n’ont accepté de reconnaître pleinement leur responsabilité vis-à-vis des victimes. En février 2009, la cour suprême des Etats-Unis déboutait les victimes vietnamiennes de leurs plaintes contre les 37 entreprises ayant fabriqué le défoliant (principalement Monsanto et Dow Chemical) alors qu‘en 1984, les anciens combattants américains souffrant des mêmes maux avaient été indemnisés pour retirer leur plainte.

L’utilisation de l’Agent Orange au Vietnam qui est pourtant le plus grand écocide et la plus grande guerre chimique de l’histoire reste encore trop méconnue. Face à cette tragédie, des citoyens et associations du monde entier se mobilisent au travers d’une campagne internationale pour :
• soutenir les actions en justice contre les fabricants de l’Agent Orange notamment celle en cours de Tran To Nga, victime vietnamienne de nationalité française au Tribunal d’Evry
• exiger qu’une aide sociale et médicale soit apportée d’urgence aux populations les plus touchées
• témoigner pour que ce drame ne soit pas oublié et serve pour les générations futures.

Collectif Vietnam-Dioxine.

Les associations faisant partie du collectif : Ad@ly, AAFV (Association d’Amitié Franco-Vietnamienne), ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), le Comité français pour le village de l’Amitie Van Canh, Droit et Solidarité, FaAOD (Fonds d’alerte contre l’Agent Orange/Dioxine), le Mouvement de la Paix, MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), Sông Viêt (Section francophone de l’Union Générale des Vietnamiens de France), Union des Etudiants Vietnamiens en France, Union des Jeunes Vietnamiens de France, Vietnam, les Enfants de la Dioxine.

* (E) Pétition Pour les tortues : stop au projet de logements de luxe PSR !

244.387 signatures sur 250.000 lien pour signer

À Tun Dr Mahathir Mohamad, Premier ministre de la Malaisie
Monsieur le Premier ministre, le gouvernement malaisien propose la création de trois énormes îles sur une surface de 1821 hectares au large de Permatang Damar Laut, sur la côte sud de l’île de Penang. Cette poldérisation se destine au développement de complexes et ne répond pas à une pénurie de terres. L’absence de consultation publique et le manque d’informations détaillées sur ce projet sont alarmants au vu de son envergure.

La zone concernée par le projet Penang South Reclamation (PSR) est l’aire privilégiée du dauphin à bosse et du marsouin aptère de l’Indo-Pacifique. Le milieu côtier de Permatang Damar Laut, Gertak Sanggul et Teluk Kumbar serait détruit par cette poldérisation et la pollution qui en résulte et les plages immaculées du sud du Penang seraient anéanties.

L’îlot de Pulan Kendi, riche en coraux, pourrait lui aussi être contaminé. La biodiversité marine s’en trouverait affectée et appauvrie dans un rayon de plusieurs kilomètres. Penang, riche de ses collines, de ses mers et de sa capitale classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, se trouve aujourd’hui à un tournant de son histoire.

Des stratégies de développement durable prudentes sur le plan financier et socialement inclusives sont garantes d’une croissance économique solide. Nous avons la responsabilité de laisser une meilleure planète à nos générations actuelles et futures ! Nous en faisons appel à vous pour sauver nos pêcheurs ! Sauvez notre environnement côtier ! Rejetez la poldérisation !Respectueusement vôtre,

* (C) Pétition : "Mais pour rester chez soi, il faut un chez soi !"

117.582 signatures sur 150.000 lien pour signer

Monsieur le Premier ministre,

Notre pays traverse une crise sanitaire sans précédent. Les Françaises et Français, confinés chez eux, adoptent progressivement les gestes barrière qui sauvent. Notre quotidien change, nos vies sont bouleversées, nous restons chez nous. Confinés mais chez nous. Mais pour rester chez soi, il faut un chez soi.

Comment est-on confiné quand on est sans domicile ? Pour ceux qui vivent dans la rue, les plus fragiles d’entre nous, la vie est chaque jour un peu plus dure. Il y a urgence. Urgence à leur permettre d’accéder aux soins nécessaires pour ceux qui sont touchés par le CoVid-19. Urgence à débloquer des moyens supplémentaires pour les associations qui interviennent sur le terrain. Urgence à aider les collectivités locales qui organisent le confinement des personnes sans abri. Autrement, les sans domicile fixe, les mineurs isolés, les familles et personnes exilées qui sont sur le territoire français risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire.

Des solutions existent. Les représentants du secteur de l’hôtellerie se sont mis, par exemple, à la disposition du gouvernement pour offrir des solutions de relogement. Il faut agir vite, sinon le risque de mortalité chez les personnes sans abri risque de s’accélérer et cette crise sanitaire peut se transformer en désastre humanitaire.

Si nos vies doivent changer grâce à cette crise, c’est dans le sens d’une plus grande fraternité car cette crise sans précédent révèle les failles insupportables d’une société incapable de proposer à toute sa population un logement digne et durable. Les paroles du président de la République ont marqué les esprits. Nous l’avons entendu. Il a parlé d’une guerre à mener contre un ennemi invisible. Une guerre... Il connaît suffisamment l’Histoire pour savoir que les guerres ont toujours donné naissance à de nouvelles formes de solidarité.

Si rien ne doit être comme avant cette crise, faisons-en sorte que nos actes changent dès maintenant. Ce n’est pas en détournant le regard que nous parviendrons à nous en sortir, c’est en surmontant collectivement les échecs de notre modèle de développement et en aidant ceux qui sont restés depuis trop longtemps au bord du chemin. Ceux-là n’ont ni syndicat ni confédération pour les représenter, pas de revendications à vous adresser, pas de « charges » ni d’impôts à reporter. Ils sont pourtant touchés comme les autres et, plus fragiles encore, ils ont plus de risque que les autres d’être emportés.

Monsieur le Premier ministre, nous lançons cet appel au nom de ces centaines de milliers de femmes et d’hommes qui vivent à l’écart de notre société, que nos associations accompagnent chaque jour pour leur redonner espoir et que nous ne pouvons pas abandonner. Faites vite, ils ont besoin de vous. Comme les autres, plus que les autres. Merci.

* (E) Pétition - MERCOSUR : non au libre échange avec les pyromanes !

389.912 signatures sur 400.000 attendues Lien pour signer

À la Commission européenne et aux gouvernements des Etats membres de l’UE
Madame, Monsieur,

L’UE souhaite signer un accord de libre-échange avec les Etats du Mercosur. L’accord a pour but de faciliter les exportations, notamment de viande bovine et de volaille, de sucre et d’éthanol en Europe. Ce projet implique une intensification de l’agriculture avec des répercussions négatives sur la nature et la population rurale.

Nous connaissons bien ces dangers :

- Des quotas plus élevés pour la viande bovine entraîneront une augmentation de la production de viande bovine en Amérique du Sud, une expansion des pâturages et donc le défrichage des forêts et des savanes. Dans le même temps, la pression exercée sur les exploitants européens les amènera à augmenter leur production, au détriment du bien-être animal.

- L’agriculture toujours plus intensive en Amérique du Sud implique souvent des conflits fonciers et des violations des droits humains pouvant aller même jusqu’à l’esclavage. L’utilisation à grande échelle de produits toxiques tels que le glyphosate met en danger la santé de nombreuses personnes.

- Des réglementations sur des barrières non tarifaires menacent les normes environnementales européennes ainsi que les droits du travail et des consommateurs. Le principe de précaution tel que défini dans l’UE est menacé, les principes démocratiques sont mis à mal.

En menant des négociations à huis clos, la Commission européenne poursuit apparemment la même stratégie que pour les accords TTIP et CETA, contre lesquels des millions de citoyens ont protesté. L’UE ne semble pas prendre ces critiques au sérieux et poursuit, avec l’ALE Mercosur, une politique commerciale tout aussi nocive, au détriment des hommes et de l’environnement des deux côtés de l’Atlantique.

Nous vous demandons de mettre un terme à cet accord. Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur à l’assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

* (E) Pétition - Stop aux masques en plastique jetables ! Masques biodégradables pour tous !

612 signatures sur 1.000 Lien pour signer

Ecologistes ET SOLIDAIRES a lancé cette pétition adressée à Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé) et à 1 autre
La pandémie de Covid 19 touche désormais l’humanité entière. Face à elle le port du masque est recommandé. Malheureusement, trop souvent ces masques sont à usage unique et comportent des matières plastiques non biodégrables. 24 millions de masques sont jetés chaque semaine en France, près d’un milliard en rythme annuel. Leur durée de vie est estimée à 450 ans !

Au niveau mondial c’est pire encore, 129 milliards de masques sont jetés chaque mois !!! Il en résulte une pollution massive de nos rues, cours d’eau et de nos océans, qui ne va que s’aggraver si nous ne faisons rien. C’est pourquoi de nombreux experts de la santé au niveau mondial appellent à recourir à des masques réutilisables et biodégradables. Le coût du jetable est également très conséquent pour les familles comme pour les collectivités publiques.

Il existe pourtant des solutions techniques, des masques lavables, recyclables, biodégradables (par ex à l’achat ici ou là, les tutoriels officiels existent pour une fabrication maison. Ces solutions sont également plus économiques pour le consommateur que le jetable. De nombreux dossiers écologiques sont compliqués, le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité... A quoi bon prétendre vouloir résoudre ces dossiers compliqués, si à propos de la covid 19, seulement un an après la loi Egalim visant l’interdiction des plastiques à usage unique, nous incitons à la production, la vente, et in fine le rejet de milliards de masques plein de plastique ? Cessons de nous payer de mots :
- Interdisons la vente de masques jetables non recyclables au grand public maintenant !
- Organisons la production en France de masques lavables, recyclables et biodégradables !
- Organisons une filière de collecte et recyclage dans les hôpitaux et entreprises !

La pollution plastique nous tuera aussi sûrement que la Covid 19. Notre santé et celle de la planète exige de basculer vers le 0 déchet, la permaculture partout, maintenant.

* (C) Pétition : Dites non à la collecte massive de nos informations personnelles par Facebook

207.932 signatures sur 250.000 lien pour signer

Les masques tombent pour WhatsApp : ses nouvelles conditions d’utilisation stipulent explicitement que la multinationale partage les données personnelles des utilisateurs avec sa société mère Facebook. WhatsApp compte plus de 2 MILLIARDS d’utilisateurs dans le monde. Facebook s’approprie les informations personnelles de milliards de personnes qui utilisent ses plateformes - comme votre nom, vos contacts, votre localisation - et se gave de profits en vous ciblant avec des tonnes de publicités.

WhatsApp et Facebook subissent une immense pression médiatique, c’est le moment de lancer une révolution pour protéger nos informations personnelles. Leurs nouvelles conditions d’utilisation entreront en vigueur dans quelques mois - c’est le moment idéal pour exiger que WhatsApp demande votre consentement avant de récolter vos données. Ajoutez votre nom maintenant : Facebook : Vous ne possédez pas mes données ! Abandonnez la collecte de données sur WhatsApp

Plus Facebook possède de données, plus le géant du net gagne d’argent. Nous sommes devenus une marchandise et c’est ce contre quoi nous devons lutter. Nous devons lutter pour que nos droits soient respectés par les géants de la tech et pour avoir plus de contrôle sur nos propres informations personnelles. À long terme, cela signifie casser leurs monopoles. Maintenant, cela signifie exiger qu’ils ne récoltent pas nos informations sans autorisation. Nous devons mettre un terme à cette aberration. Rejoignez la révolution pour protéger nos informations personnelles et exiger que WhatsApp demande votre consentement avant de récolter vos données. Signez maintenant :

La semaine dernière, nous avons participé à l’appel historique pour bannir Trump de Twitter. Nous sommes allés jusqu’à faire passer un bateau devant la maison du PDG de Twitter, ce qui a permis d’attirer l’attention de la presse pour faire pression sur le géant du net. Nos revendications ont finalement été entendues. Ce mouvement a un pouvoir énorme, et nous devons continuer de nous battre contre le pouvoir exorbitant des géants du net. Casser leur monopole semble être la seule solution pour mettre un terme au modèle économique scandaleux sur lequel ils reposent. Il est grand temps d’agir.

Plus d’informations
* WhatsApp : pourquoi un tel exode des utilisateurs Le Monde. 18 janvier 2021.
* WhatsApp veut partager plus de données avec Facebook, les utilisateurs s’inquiètent France TV info. 7 janvier 2021.
* WhatsApp revoit ses conditions d’utilisation sur le partage des données utilisateurs avec Facebook Le Monde. 7 janvier 2021.

* (E) Pétition : Sauvons du béton la forêt de Grima Beausoleil, Alpes-Maritimes

39.425 signatures lien pour signer

Auteures : Isabelle Tallarida, Claire Morvan
Destinataire : Gérard Spinelli (Maire de Beausoleil)
SAUVONS DU BETON LA FORÊT DE GRIMA, Beausoleil (Janvier/Février 2021)
Monsieur le Maire de Beausoleil, nous avons pris connaissance du projet de construction par la société Nexity d’un nouveau quartier résidentiel de 259 logements (dont 132 dits « sociaux »), sur le site de l’ancienne carrière Laurens dans le quartier Grima (parcelles AI 358 et 376). Ce projet prévoit le déclassement d’une partie de la zone naturelle de Grima, pour y construire un ensemble immobilier de 16 000 m2 de surface plancher pour 259 logements (avec des constructions pouvant atteindre 28 mètres de haut), le défrichement de 2,5 hectares d’une zone naturelle et de forêt, et porte atteinte à de nombreuses espèces protégées.

Pour que le projet puisse se faire, une modification du plan local d’urbanisme est nécessaire, afin de déclasser la zone naturelle en zone constructible. L’argument principal avancé pour défendre le projet est qu’il répondrait à un intérêt public.
Nous sommes convaincus que dans ce cas, c’est la préservation de cette zone naturelle qui représente un intérêt public majeur. Cet avis est partagé par de nombreux experts environnementaux locaux, régionaux, et est conforme aux volontés politiques et directives nationales et internationales actuelles.

Le projet présente en outre des enjeux de sécurité importants qu’il conviendrait d’approfondir avant toute décision. Pour ces raisons, nous vous demandons Monsieur le Maire, de ne pas autoriser cette mise en compatibilité du PLU, et de ne pas permettre la réalisation de ce projet à contre-courant des enjeux de développement durable actuels et à venir. Le collectif le trésor vert de Grima,

* (C) Pétition : Signez contre le génocide de Bolsonaro !

230.139 signatures sur 250.000 lien pour signer

Lettre à Fatou Bensouda, Procureure générale de la Cour pénale internationale

Madame la Procureure générale,

D’après plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, des populations indigènes et de l’environnement, le gouvernement brésilien dirigé par président Jair Bolsonaro se rendrait coupable de graves violations des droits humains. En qualité de Procureure générale de la Cour pénale internationale de La Haye, nous vous exhortons à ouvrir une « enquête préliminaire sur l’incitation au génocide et les attaques systématiques et généralisées contre les peuples indigènes » possiblement perpétrées par le président Bolsonaro au Brésil.

Le 27 novembre 2019, le collectif brésilien des avocats des droits de l’homme (CADHu) et la Commission des droits de l’homme de Dom Paulo Evaristo Arns (Commission Arns) vous ont déjà remis une « note d’information » à cet effet. Nous vous prions d’agréer, Madame la Procureure générale, l’expression de notre plus haute considération.

* (C) Pétition : N’extradez pas Julian Assange vers les Etats-Unis

504.240 signatures sur 1.000.000 lien pour signer

Calder Claydon a lancé cette pétition adressée à Sajid Javid, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur britannique et à 2 autres

Julian Assange vient d’être arrêté après s’être réfugié pendant 7 ans à l’ambassade d’Équateur à Londres. S’il doit être jugé pour des crimes, il doit l’être en Europe et ne doit en aucun cas être extradé vers les États-Unis, où il risquerait de faire l’objet d’un procès politique. Assange a facilité la fuite de documents américains classifiés qui intéressent tout le monde. Ces fuites ont permis de révéler des violations des droits de l’Homme commises par le Gouvernement américain et ainsi que des cas d’espionnage d’alliés. Toute allégation contre Assange devrait être traitée dans le système de justice pénale britannique ou européen.

Si l’enquête suédoise sur le viol à son encontre est rouverte, il doit bien sûr faire l’objet d’une enquête et être tenu pour responsable. Mais le Ministère de l’Intérieur a déclaré qu’il avait été arrêté suite à une demande d’extradition émanant des États-Unis. Que vous soyez d’accord avec Assange ou non, s’il est remis aux États-Unis, cela créera un dangereux précédent : n’importe quel journaliste pourra être extradé aux États-Unis simplement pour avoir publié des informations complètes et véridiques. Veuillez signer ma pétition appelant les autorités britanniques à refuser de remettre Julian Assange aux États-Unis.

* (C) Pétition - Stop à l’homophobie, la transphobie et la misogynie en Italie

80.276 signatures sur 100.000 Lien pour signer

À l’attention de : Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Parlement

Le Parlement débat sur une loi contre l’homophobie, la transphobie et la misogynie.L’heure est venue pour l’Italie de suivre l’exemple des autres pays d’Europe. La haine doit s’arrêter maintenant. L’Italie ne peut plus fermer les yeux. Depuis trop d’années les Italiens LGBT+ attendent une loi qui viendra enfin protéger les victimes de discriminations et de violences avec les ressources et les politiques adéquates. Nous vous demandons d’adopter un texte efficace dès maintenant.

Les violences et discriminations contre les femmes et les personnes LGBT+ sont malheureusement une réalité du quotidien en Italie. Les dernières recherches de l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA) sur les personnes LGBT+ en Italie montrent que 62 % des personnes interrogées évitent de tenir la main de la personne qu’elles aiment et que 30 % évitent certains endroits par peur d’être agressées. 23 % des personnes interrogées déclarent avoir été discriminées au travail, 32 % avoir subi au moins un épisode de harcèlement au cours de l’année passée et 8 % une agression physique dans les 5 dernières années. Seule 1 personne sur 6 a rapporté ces incidents à la police.

L’Italie a souvent échoué à adopter des lois pour lutter contre ces problèmes. Il est grand temps qu’elle joue enfin son rôle dans le combat contre les discriminations et les violences fondées sur le sexe, le genre, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. L’Italie ne peut plus attendre. Le Parlement comme le gouvernement doivent agir vite et faire adopter une loi. Les personnes LGBT+ d’Italie ne demandent qu’une chose : pouvoir vivre et aimer sans peur.

Cette campagne est menée en partenariat avec Agedo, Ali d’aquila, Arcigay, Arci, Cammini di Speranza, Differenza Lesbica Roma, Diversity, EDGE, Gay Center, Giosef Italy, I sentinelli di Milano, neg.zone, Polis Aperta, Progetto Giovani Cristiani LGBT, Ra.Ne, Rete Genitori Rainbow, Rete Studenti Medi, Salento Pride, 6000 Sardine, UAAR et UDU.

* (C) Pétition - Les EHPAD doivent justifier et détailler leurs prestations (dépendance et hébergement).

40.891 signatures Lien pour signer

Dans le cadre d’une obligation alimentaire pour une admission d’un parent en EHPAD, nous demandons :

1/ Une équité pour les admissions ainsi qu’un éclaircissement sur les prises en charge, afin d’éviter tous abus et qu’une famille ne se retrouve confrontée à la même situation que la notre. Nous exigeons également que lorsque le parent désigne, l’un de ses enfants, comme personne à prévenir, qu’elle soit informée, au moment de l’inscription et que les EHPAD remplissent avec rigueur, les actes de cautionnement solidaire et les prennent en compte. En effet, il est inconcevable de transmettre aux descendants, un acte de cautionnement solidaire vierge de toute information (absence de ressources, de charges et de prestations) et d’admettre le parent au sein de son établissement. Pourquoi les EHPAD ne tiennent pas compte de ces documents importants ?

2/ Que les admissions répondent à une raison médicale. En effet, au vu des tarifs exorbitants, il est inadmissible, de ne pas privilégier le maintien à domicile. Il faut impérativement que les EHPAD arrêtent de prendre des personnes âgées valides et se trouvant en pleine possession de leurs facultés mentales et de faire payer à ces personnes, des frais de dépendance ;

3/ Que les admissions s’effectuent conjointement entre le résident, la personne désignée par le parent et le médecin coordinateur de l’EHPAD car il est inimaginable que les descendants ne soient pas informés sur l’état de santé du parent, surtout lorsqu’on les sollicite pour le financement ;

4/ De la visibilité et de la transparence au niveau des prestations, à savoir les frais de dépendance et les frais d’hébergement. Il s’agit de détailler et de justifier les prestations aux descendants.

Que fait-on réellement payer aux personnes âgées en EHPAD et qu’est ce qui justifie de tels tarifs ?

Il est inacceptable et déplorable de ne pas associer les descendants à la décision de placement dans une structure médicalisée et il est un peu trop facile de se retrancher derrière le « secret médical » pour ne pas avoir de comptes à rendre aux descendants. Lorsque notre père est entré en EHPAD, il avait toute sa « tête » et il se trouvait valide et en pleine possession de ses facultés mentales.

Obligation alimentaire

Nous n’avons jamais critiqué l’obligation alimentaire qui consiste à aider un ascendant dans le besoin mais cet organisme nous a assigné en justice, à tort car il n’a jamais été en mesure de nous justifier son état de santé et plus particulièrement que notre père était dans l’incapacité de subvenir, seul à ses besoins vitaux. De plus, il a admis notre père, de manière précipitée, en moins de 8 jours.

Lorsque notre père est entré en EHPAD, il était en mesure d’assurer lui même, ses besoins vitaux et n’avait pas besoin d’aides pour se lever, se laver, s’habiller, se nourrir, effectuer des retraits par carte bancaire, payer ses factures et se rendre à l’étranger. De plus, il n’était ni grabataire ni en perte d’autonomie et n’avait pas de maladies dégénératives liées au vieillissement. Ce qui est regrettable, c’est que les EHPAD savent parfaitement que les descendants ont un devoir d’obligation alimentaire envers leurs parents et que la justice irait dans leur sens mais où sont les limites de l’obligation alimentaire ?

La créance demandée aux enfants dans le cadre d’une obligation alimentaire ne correspond pas au règlement de la facture de l’EHPAD. La facture n’a aucun caractère « alimentaire », mais une nature de « confort superflu » .

Correspondances avec le chef de l’établissement

Nous avons transmis 2 courriers au directeur de cet établissement et nos avocats leurs ont posées de nombreuses questions. Il n’a jamais pris le soin de répondre à nos questions qui étaient légitimes et concernaient l’état de santé de notre père, ses ressources, ses charges et les prestations de l’EHPAD. Nous demandions notamment :

* A avoir des informations sur l’état de santé de notre père, sa perte d’autonomie et la procédure d’admission qui ont permis, une entrée précipitée en milieu médicalisé ;
* Un état détaillé avec explication des différentes prestations facturées à notre père, à savoir les frais d’hébergement et les frais de dépendance ;
* Connaître le bilan de santé de notre père justifiant une entrée précipitée en milieu médicalisé ;
* Voir le contrat de séjour signé par notre père contenant le forfait journalier et les frais annexes, le questionnaire de santé, le dossier médical de préadmission rempli par le médecin traitant indiquant sa dépendance.

Théoriquement, cet établissement aurait dû nous fournir des réponses à nos questions et nous aurions dû recevoir les rapports de suivi médical de notre père. Ce qui est inadmissible également, c’est de prendre des personnes âgées valides et de faire payer des frais de dépendance, sans les justifier.

Monsieur le Ministre, il devient urgent de remettre de l’ordre dans les EHPAD car on ne rentre pas en milieu médicalisé, sur un coup de tête. C’est une décision qui doit être réfléchie car généralement elle est définitive et très coûteuse et les EHPAD abusent de l’obligation alimentaire.

* (E) Pétition : Mobilité : il faut moins de voitures !

135.524 signatures sur 150.000 lien pour signer

Au gouvernement et à l’UE : Madame, Monsieur, L’électromobilité n’est pas respectueuse de l’environnement ni climatiquement neutre. Elle nécessite d’énormes quantités d’électricité, dont la production écologique est loin d’être garantie. La fabrication de voitures électriques nécessite de grandes quantités de métaux et d’autres matières premières, qui doivent être presque intégralement importées de pays tropicaux et de zones de forêts tropicales.

L’électromobilité ne conduit pas au recul du trafic routier, comme en témoignent le nombre en augmentation constante d’immatriculations de véhicules et l’encombrement croissant du réseau routier. Nous vous demandons de réduire le nombre de voitures et le trafic routier. Les populations devraient pouvoir atteindre leur destination de manière rapide et sécurisée à pied, à vélo, en bus ou en train.

Merci de développer des concepts de mobilités efficaces qui profitent réellement aux hommes et à la nature. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition - Soutien aux Professeurs PERRONNE, RAOULT, JOYEUX face à l’Ordre des Médecins

37.005 signatures Lien pour signer

Auteur(s) : Bernard REYNAUD de Beynost 01700
Destinataire(s) : Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé)
Emmanuel Macron (Président de la République)
Toutes les Françaises et tous les Français

Pour comprendre le génocide covid, il faut lire les 3 sommes de 3 professeurs attaqués par l’ordre des médecins (création du régime de Vichy) : Christian PERRONNE « Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ? », Didier RAOULT « Epidémies vrais dangers et fausses alertes », Henri JOYEUX « Vaccins comment s’y retrouver ? ». Ces 3 sommes sont documentées et leur ton est factuel.

PERRONNE confirme page 98 le génocide : refus du traitement qui marche et « autorisation exceptionnelle de l’euthanasie en EHPAD », avec l’exemple pages 156-159 de la démolition du projet pilote de l’hôpital de Garches et pages 162-163 le retrait de l’hydroxychloroquine de l’hôpital de Garches par l’AGEPS, médicament qui restera inaccessible pour les malades ambulatoires. Page 164, PERRONNE a lancé le 3/4/20 une pétition, signée par 500.000 personnes demandant la liberté de prescription de l’hydroxychloroquine. Page 171, 79% des Français pensent qu’il y a eu retard à agir.

RAOULT qualifie, de façon factuelle, le "primum nocere" du serment d’HIPPOCRATE, en pages 105-108 : pas de repérage et de traitement de la contamination à la réanimation.

JOYEUX offre un dictionnaire des maladies avec ou sans vaccins, relie le vaccin ROR à l’autisme (pages 18 et 157). Page 13, JOYEUX indique qu’il a lancé 2 pétitions à 400.000 et 800.000 signatures.

La persécution de ces lanceurs d’alerte est risquée car le droit pénal français condamne ceux qui luttent contre les génocides, en sachant que l’Entreprise Criminelle Commune (qualifiée par le viol de masse de l’article 3 de la constitution) ne peut se « juger » elle-même pour s’exonérer, sauf à rajouter une couche au complot au sens du Tribunal de Nuremberg. En matière de génocides, il n’y a ni immunité, ni prescription. Citoyens libres du pays des droits de l’homme, nous refusons que la France s’engage dans un processus totalitaire de type LYSSENKO et internements psychiatriques façon ANDROPOV, et nous soutenons les professeurs PERRONNE, RAOULT et JOYEUX.

* (E) Pétition : Stop au commerce illicite du palissandre au Ghana

151.180 signatures sur 200.000 lien pour signer

À la Commission européenne

Madame la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen,
Mesdames et Messieurs les Commissaires européens,

L’Union européenne et le Ghana sont sur le point de signer un contrat commercial portant sur le bois, conformément au plan d’action relatif à l’application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux (FLEGT). Il est attendu que le Ghana octroie dès 2020 des licences FLEGT dans le cadre d’un accord de partenariat volontaire (APV).

Le Ghana est considéré comme un exemple pour le plan d’action FLEGT en Afrique. Mais une grande partie de la filière bois est illégale et extrêmement corrompue. Cela concerne notamment le commerce du vène (Pterocarpus erinaceus), qui peut conduire à la disparition de cette espèce de palissandre dans la région.

L’Agence d’investigation environnementale (EIA) analyse de manière détaillée dans son rapport BAN-BOOZLED « comment la corruption ainsi que des ententes frauduleuses alimentent le commerce illégal de palissandre au Ghana ».

L’exportation illégale de ce bois précieux ne viole pas uniquement la convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore (CITES), mais également une interdiction nationale. Cela sape les efforts du Ghana visant à établir un système de commerce transparent et légal.

Nous vous demandons donc de faire pression afin que le gouvernement du Ghana mette fin au commerce illégal de palissandre. L’UE et le Ghana doivent s’assurer du respect des règles de la CITES. Plus aucun tronc de vène ne doit quitter le Ghana.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Commissaires, l’expression de notre profond respect.

* (E) Pétition : TOTAL : stop au projet pétrolier Tilenga en Ouganda

196.030 signatures sur 200.000 lien pour signer

Au Président de l’Ouganda, Yoweri Museveni, et aux dirigeants de TOTAL, Tullow Oil, CNOOC, CCCC et Exim Bank of China

Monsieur le Président, Madame, Monsieur, la région qui entoure les chutes de Murchison est un joyau de l’Afrique. Les divers écosystèmes du rift Albertin abritent 500 autres espèces animales dont certaines emblématiques comme le lion, l’éléphant et l’hippopotame. Chaque année, des milliers de touristes venus du monde entier visitent les chutes de Murchison, procurant des revenus substantiels à la population locale et à l’Ouganda dans son ensemble.

Ce trésor naturel unique et les moyens de subsistance de la population sont toutefois menacés si le projet pétrolier Tilenga et la réalisation des infrastructures y afférents se poursuivent. Leur mise en œuvre affecterait également le secteur du tourisme tout comme la réputation de l’Ouganda, considéré jusqu’ici comme un pays soucieux de la protection de la nature et du climat. Les premiers dommages sont déjà visibles, puisque l’extension des routes à travers le Parc national Murchison Falls a déjà commencé.

Nous vous demandons de laisser le pétrole là où il est. Merci de mettre fin au projet Tilenga ainsi qu’à tous les projets liés à l’activité pétrolière, tels que la construction de routes. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Madame, Monsieur, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Stop au travail des enfants pour le chocolat !

229.010 signatures sur 250.000 lien pour signer

À la Ministre fédérale allemande de l’Alimentation et de l’Agriculture, Julia Klöckner

Madame la Ministre, le chocolat cache une sombre réalité : 1,2 million d’enfants travaillent dans des plantations de cacao, les ouvriers agricoles ne touchent pas un revenu suffisant pour vivre et les forêts sont détruites au profit de nouvelles plantations. Malgré plusieurs décennies d’initiatives volontaires, la filière cacao mondiale ne s’est guère empressée à attaquer ces questions urgentes.

Une réglementation de l’UE est indispensable pour instaurer un changement à l’échelle de la filière et pour que tous les acteurs soient tenus responsables de leur conduite environnementale et sociale. En tant que principale exportatrice, transformatrice et consommatrice de cacao, l’UE pourrait entraîner toute la filière cacao à réguler ses importations à sa suite. Ceci viendrait compléter la réglementation déjà en place en matière de chaîne d’approvisionnement dans les secteurs du bois, de la pêche et des mines.

Une approche réglementaire peut également présenter de solides avantages pour les producteurs. Ils pourraient ainsi respecter les droits humains et préserver l’environnement sans craindre une sous-cotation des prix par leurs concurrents au détriment de la durabilité. Lors de la Conférence mondiale sur le cacao de 2018 à Berlin, la déclaration finale a conclu que « le respect volontaire n’a pas eu d’impact suffisant » et que des « mesures réglementaires potentielles prises par les gouvernements » sont nécessaires. Les consommateurs européens veulent s’assurer que le chocolat qu’ils achètent :
– est exempt de violations des droits humains, y compris de travail des enfants et de travail forcé ;
– fournit un revenu suffisant aux ouvriers agricoles pour nourrir leurs familles ;
– ne résulte pas de la déforestation et de la destruction environnementale.

La France s’est déjà déclarée en faveur d’une loi de l’UE sur le cacao. Il est temps que l’Allemagne prenne le relais. Malgré des signaux positifs de certaines agences gouvernementales allemandes, le ministère fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) n’a manifesté aucun intérêt apparent à soutenir une loi qui protègerait les enfants et notre planète. Merci d’agir pour protéger les enfants, les populations rurales et l’environnement dans les pays producteurs de cacao et de plaider pour une règlementation de l’UE vis-à-vis de la filière cacao mondiale. Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

* (E) STOP à l’abattage des requins en Nouvelle Calédonie

53.456 signatures Lien pour signer

Auteur(s) : Collectif Requins NC
Destinataire(s) : Province Sud Nouvelle Calédonie
Le risque requin en Nouvelle-Calédonie ne peut pas raisonnablement être appréhendé à grands coups de prélèvements dès lors qu’un animal s’approche de nos côtes. S’attaquer au requin, sans chercher à régler et adapter nos comportements et l’impact humain sur le milieu marin, ne permettra en aucun cas de sécuriser les côtes Calédoniennes.
De surcroît, des solutions scientifiquement étayées pour limiter le risque existent. En abattant des requins dans leur milieu naturel, sans discernement, les institutions font passer un message dangereux : celui que les requins n’ont plus leur place dans leur habitat naturel, proche des zones urbanisées, tout en tentant de rassurer la population par des mesures montrées scientifiquement comme inefficaces pour réduire le risque et dangereuses pour la biodiversité.
Ensemble, faisons prendre conscience à nos élus que nous sommes nombreux à nous élever contre leur politique actuelle d’abattage d’espèces protégées, indispensables aux écosystèmes marins sains et que plus aucun prélèvement ni envie de déclassement ne doit avoir lieu ni être envisagée.

Soutenu par les associations et ONG locales : CalédoClean, Corail Vivant, Ensemble Pour La Planète, Sea Shepherd Nouvelle-Calédonie, SOS Mangrove, WWF Antenne Nouvelle-Calédonie.

* (C) Pétition PAC contre la 5G

66.183 signatures Lien pour signer

NOUS, citoyens conscients et informés – exposés à d’innombrables radiofréquences et technologies espionnes – entendons rappeler quelques principes simples et incontestables, destinés à promouvoir l’intérêt de tous plutôt que la spéculation de quelques-uns :

* Le respect de la santé ainsi que le principe de précaution ont valeur légale et constitutionnelle ;
* Le droit à l’autodétermination s’oppose à la soumission d’une population à des industriels adeptes du contrôle des citoyens ;

OR, la 5G a pour conséquences :

* D’augmenter l’exposition globale cumulée avec celle générée par les réseaux 2G/3G/4G ;
* De transformer le réel en un « Internet des objets » gouverné par des industriels dans leur propre intérêt sans contrôle démocratique ;

DÈS LORS, il est demandé :

* La suspension du déploiement de la 5G dans l’attente de réaliser toutes les études nécessaires ;
* La réalisation des études sanitaires et sociétales complètes sur les conséquences de la 5G ;

SAUF véritable solution : 30 jours après que la pétition ait atteint 10.000 pétitionnaires , les pétitionnaires se réservent le droit de saisir la Justice.

* (C) Pétition - Réouvrir la ligne ferroviaire Santhià-Arona

2.236 signatures sur 2500 Lien pour signer

REOUVRIR LA LIGNE FERROVIAIRE SANTHIA’-ARONA” COMME TRONCON D’UNE LIAISON INTERNATIONALE ENTRE TURIN ET LA SUISSE

EN 2012 la Région Piémont a fermé 14 lignes ferroviaires, dont la gestion présentait des états financiers significativement négatifs. Parmi celles-ci se trouvait également la ligne Santhià-Arona, qui représente cependant une charnière pour tout le quadrant nord-est de la région, qui est ainsi privée d’une relation transversale essentielle entre Turin et le nord du Piémont.

En Novembre 2016 s’est constituée l’Associazione “Ferrovia Internazionale Torino-Svizzera”, (AFITS) qui vise à encourager la réouverture de la ligne ferroviaire Santhià-Arona, à comprendre comme tronçon local d’une liaison internationale entre Turin et la Suisse.

Nouveauté 2020 : Des associations ferroviaires françaises soutiennent la réouverture de ce tronçon pour y faire transiter des trains de nuit mixtes voyageurs fret entre la Riviera, la Suisse, l’Allemagne et le Bénélux
.
.
.

.
.
<0,1%

* (C) Pétition - AAH et salaire du conjoint(e)

17.422 signatures Lien pour signer

Auteur : Brice Bisegna Destinataires : Emmanuel Macron (Président de la République) Jean Castex (Premier Ministre ) Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé)

Bonjour,je vous sollicite pour signer cette pétition liée à l’AAH et au salaire du conjoint. Je demande la suppression de la prise en compte du salaire du conjoint pour l’AAH (Allocation aux Adultes Handicapés). En Février 2020, des députés ont fait un éclat en votant pour la suppression du calcul de l’AAH en fonction du salaire du conjoint(e). Mais en Novembre 2020, le Sénat a refusé de valider cette modification de loi, sous l’influence d’une ministre, qui a une enfant handicapée, c’est "INVRAISEMBLABLE" et "INJUSTE".

La France est déjà en retard sur le terme du handicap, mais supprimer cette loi serait une avancée énorme. Je vous invite à signer pour la vie d’un(e) handicapé(e) soit "quasi-normale". M. le Président de la République, nous vous demandons d’être sensible et compréhensible face au handicap et la vie de plus en plus dure.

* (E) Pétition : Aidez-nous à sauver la forêt pluviale du Mulu !

232.296 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au Premier Ministre de la Fédération de Malaisie et au Ministre en chef de l’Etat du Sarawak

Monsieur le Premier ministre,Monsieur le Ministre en chef, La forêt pluviale est en train d’être détruite à proximité immédiate du Parc national du Gunung Mulu pour établir des plantations de palmiers à huile. Ces défrichements, réalisés contre la volonté des communautés locales Penan et Berawan, menacent la biodiversité dans la zone voisine, pourtant classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le gouvernement malaisien ne respecte pas sa promesse de ne plus laisser détruire de forêt tropicale au profit des cultures d’huile de palme. Mais il n’est pas trop tard pour empêcher cette catastrophe. Merci d’annuler sans plus attendre les concessions déjà octroyées et d’adopter un moratoire interdisant toute nouvelle plantation de palmiers à huile.

Merci de soutenir le combat des Penan et des Berawan en mettant fin aux déboisements dans l’exceptionnelle forêt pluviale du Mulu. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre en chef, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Oui au train de nuit !

201.365 signataires sur 300.000 attendus lien pour signer

JPEG

De nombreux trains de nuit ont été démantelés en 2016-2017. Le Paris-Nice est menacé en décembre 2017. L’activité demanderait au contraire à être relancée. Le train de nuit est un service efficace et pertinent pour l’avenir :

- Il permet de relier les territoires périphériques et les régions éloignées les unes des autres.

- Voyager pendant notre sommeil, permet d’arriver tôt le matin, sans (demi-)journée perdue dans les transports
- Le train de nuit est une alternative moins énergivore aux transports aériens et routiers. Il est compatible avec la Transition Écologique.

- Les trains de nuit ont une forte capacité (jusqu’à 800 places), et ils affichent toujours de bons taux de remplissage. La "baisse de fréquentation" qui sert de prétexte au démantèlement provient d’abord d’une diminution du nombre de trains.

- L’Autriche relance les trains de nuit en Europe centrale et elle a montré qu’ils peuvent s’autofinancer. Le "déficit supposé" des trains de nuit en France tient aussi aux nombreux dysfonctionnements (absence de promotion commerciale, sortie à la réservation souvent tardive, fréquentes annulations, etc).

Nous souhaitons donc dès aujourd’hui :

* qu’un bilan moins caricatural des trains de nuit soit publié.

* que les trains de nuit soient relancés et qu’ils reprennent leur place dans l’offre des transports.

Le tramway avait lui-aussi disparu au 20ème siècle, et désormais de nombreuses villes en rêvent. Le vélo n’était plus utilisé comme moyen de déplacement dans les années 1990, il est également de retour. Les trains de nuit ont besoin de vous pour revenir à leur tour !

Infos, idées d’actions, et une enquête sur le potentiel des trains de nuit sont disponibles ICI

===>Vous trouverez ci-dessous un communiqué de Presse et une photo en PJ à l’occasion du rassemblement organisé par les Amis du Rail Azuréen le 8/12/2017 à 19h gare de Nice-Ville pour informer les usagers de la suppression du train bleu le NICE PARIS le 9.12.17. Nos actions successives ne sont pas restées dans l’indifférence, les arguments développés tout au long de notre combat pour le maintien du service public ferroviaire, leurs sincérités ont touché les citoyens, les élus peuvent agir plus librement des dizaines de milliers de citoyens les soutiennent dans leurs démarches nouvelles. Les besoins de mobilité sont immenses dans notre ère numérique, les suppressions des lignes intercités sont incohérentes avec les objectifs de mobilité durable et de lutte contre le changement climatique. Nous n’en resterons pas là nos démarches persévèrent jusqu’à la reprise de ce service public. Pour les participants à ces rassemblements qui n’ont pas remis leur adresse de messagerie, les amis qui les ont fait associer à nos démarches leur communique ce mel et nous font parvenir s’ils le souhaitent leur adresse E-mail pour les ajouter à nos listes de diffusion et les tenir informés.

Bien cordialement, Nallino Germain

COMMUNIQUE DE PRESSE : Un avenir au Train Bleu …

Une quarantaine d’usagers avait répondu à l’appel des Amis du Rail Azuréen du 8 décembre pour aller à la rencontre des usagers du train Bleu. Une ambiance joyeuse régnait dans la salle des pas perdus de la gare de Nice-Ville, nous avions communiqué la bonne nouvelle, Philippe TABAROT vice-Président PACA en charge des Transports en réponse à nos initiatives nous annonçait l’implication de la région PACA dans le financement des Intercités et le Train Bleu. Cris de joie, distribution de tracts 500 ce soir, discussion avec des usagers dont certains n’avait toujours pas connaissance de la suppression du Train Bleu. Des commerciaux : « ce n’est pas possible qu’on supprime le train Bleu ! Le programme que nos avions monté pour nos déplacements sur Nice devient obsolète. C’est au moins une nuitée d’hôtel qu’il faudra compter en plus… » Un autre « je ne comprends pas, à chaque montée sur Paris le train est bien chargé, j’ai même eu des difficultés à réserver une couchette préférentielle. Il est certain que ce train pourrait mieux faire s’il était modernisé, espace convivial de détente, espace de travail numérisé, restaurant … avec une bonne publicité, des tarifs attractifs, le respect des horaires je pense qu’il faudrait dédoubler ce train. Trois journalistes radio, Europe 1, France Inter, une Radio régionale interviewaient usagers et organisateurs.

Nous ne pouvons que constater l’intérêt que suscitent les trains de nuit. En Autriche ils ont réussi le tour de force de remettre sur rail 6 liaisons de nuit abandonnées par la DB avec du matériel existant relooké. L’objectif étant de satisfaire une large palette de clientèle aux exigences très différentes : Löw cost, déplacements en famille, en couple ou voyages d’affaires. Tout est possible, de la place assise bon marché jusqu’au compartiment individuel équipé de toutes les commodités (WC, lavabo, douche), avec collation en soirée et copieux petit déjeuner à la carte. Et pourquoi pas chez nous en France ? Toutes rencontres nous ont démontré un potentiel d’usagers importants, la SNCF doit faire les efforts d’adaptation ainsi qu’une organisation ponctuelle. La Région PACA a pris un tournant politique décisif dans l’avenir des Intercités et du Train Bleu, le gouvernement doit être à la mesure de nos attentes. Plus que jamais résistance aux intercités et trains de nuit. Il est toujours temps de se mobiliser en ajoutant son nom aux plus de 28 500 signataires de la pétition www.change.org/p/ouiautraindenuit. Celle-ci a d’ailleurs été signée plus de 1500 fois la semaine dernière.

Nallino Germain, Président,156 bd Napoléon III - Bourgogne A - 06200 NICE Tel : 0493 210875 et 0695 306043 amisdurailazureen06@free.fr

* (C) Pétition - Ensemble, œuvrons pour remettre un chien guide à chaque personne déficiente visuelle.

22.250 signatures Lien pour signer

Auteur : La Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles (FFAC)
Un lien indéfectible unit le chien à l’être humain : c’est le meilleur ami de l’Homme. Mais qu’en est-il lorsqu’il devient “ses yeux” ? Celui qui sécurise ses trajets et lui permet de reprendre une vie “presque” comme tout le monde. Une vie éprouvée par un handicap, celui de perdre la vue. Dans le monde, chaque 5 secondes une personne devient aveugle, le chiffre est alarmant. En France, sur 2 millions de personnes déclarant une déficience visuelle, plus de 200 000 d’entre elles souffrent de cécité ou de malvoyance profonde : elles sont éligibles à l’obtention d’un chien guide. Pourtant seulement 1% en bénéficie, ce qui est totalement insuffisant. Œuvrons pour faire bouger les lignes : redonnons leur autonomie à ceux et celles qui en ont tant besoin.

La Fédération Française des Associations Chiens guides d’aveugles (FFAC) poursuit depuis près de 50 ans son action et aujourd’hui, ce sont 1 500 chiens guides qui accompagnent leurs maîtres au quotidien. Chaque année ce sont plus de 220 chiens guides qui sont remis gratuitement aux personnes déficientes visuelles, contribuant ainsi à une meilleure inclusion sociale et citoyenne.

Agir pour la mobilité des personnes handicapées visuelles : Nous croisons tous les jours dans la rue un chien guide d’aveugle et son maître, remarquant la complicité et la confiance qui les unissent. Le chien veille sur la sécurité de son maître, il identifie et lui évite les obstacles et dangers de plus en plus nombreux sur sa route. Trottinettes et vélos en libre-service parqués n’importe où, laissés parfois à même le sol, bus, hoverboards : c’est une véritable jungle urbaine sur nos trottoirs devenus impraticables. Alors imaginez lorsque vous êtes aveugle ou malvoyant... La présence d’un chien guide peut tout changer ! Lorsque vous rencontrez un maitre et son chien guide, vous croisez un animal d’exception dont l’éducation spécifique de 24 mois, dans une association labellisée, lui permet de répondre à plus de 50 ordres différents. Véritable aide aux déplacements, le chien guide garantit la sécurité de son maître et rend ses trajets beaucoup plus fluides. C’est un chien doté d’une excellente capacité de concentration et de mémoire. Une fois son maitre arrivé à bon port, il est le compagnon fidèle, affectueux et dévoué avec la chance, en plus, de ne jamais connaître la solitude.

Aider à dépasser le handicap et ouvrir le champ des possibles : Véritable vecteur de lien social, le chien guide permet à son maître une meilleure intégration au sein de notre société. Il a cet incroyable “pouvoir” de réduire et de désamorcer les barrières liées au handicap. Fidèle compagnon, il facilite les échanges, permet de rompre l’isolement social et renforce la confiance en soi. Cette confiance retrouvée, ravive l’envie de la personne aveugle ou malvoyante de s’ouvrir aux autres, d’entreprendre de nouvelles choses et d’oser. Oser sortir, se lancer de nouveaux défis ou tout simplement aller de l’avant. Le chien guide permet donc une vie sociale plus harmonieuse, rendue d’autant plus possible grâce à la loi qui autorise les chiens guides accompagnés de leurs maîtres à accéder à tous les lieux ouverts au public (transports, commerces, restaurants, hôtels…).

Seulement 1 % des personnes non ou malvoyantes bénéficient d’un chien guide : Fluidité, mobilité, autonomie, confiance… on ne compte plus les innombrables bénéfices du chien guide dans le quotidien d’une personne déficiente visuelle. Pourtant encore trop de femmes et d’hommes n’ont pas la chance d’en avoir un. Signer ce manifeste c’est œuvrer pour en remettre davantage et changer la vie de milliers de personnes aveugles et malvoyantes qui en ont tant besoin.

* (E) Pétition : Pour une réforme radicale* de la chasse

272.217 signatures lien pour signer Par One Voice
Pétition adressée à Monsieur Emmanuel Macron, président de la République

*Radical, radicale : adjectif Qui vise à agir sur la cause profonde de ce que l’on veut modifier.

En France, la chasse tue chaque année 45 millions d’animaux sauvages libres ou issus d’élevages (dont 30 millions nés en liberté), sans compter les victimes « collatérales » humaines et animales.La chasse n’est ni un loisir ni un art de vivre ! Et ce n’est pas en remplaçant les termes « tuer » et « abattre » par ceux de « gérer », « prélever » ou « servir » que la pratique en est moins cruelle pour les animaux et moins nuisible pour la nature.Il est temps qu’une activité si destructrice soit interdite. En attendant, voici 10 points pour réformer cette pratique :

  • Indépendance de la police de la chasse ;
  • Interdiction de chasser les espèces en mauvais état de conservation ;
  • Interdiction de chasser en périodes de reproduction ;
  • Interdiction des pièges tuants ;
  • Fin des chasses dites « traditionnelles » (glu, lèques, lacs, pentes, tendelles…) ;
  • Abolition de la vènerie sous terre pour toutes les espèces ;
  • Abolition de la chasse à courre pour toutes les espèces ;
  • Abolition de la chasse dans les espaces protégés (Parcs Nationaux, Réserves naturelles, réserves biologiques) ;
  • 2 jours par semaine sans chasse ni piégeage (dont le dimanche) et l’intégralité des vacances scolaires ;
  • Visite médicale annuelle obligatoire pour le permis de la chasse avec contrôle de la vue.

Nous soussignés demandons aux côtés de l’association One Voice une réforme radicale de la chasse !
Amour de la nature ne rime pas avec destruction, dégradation et souffrance animale mais avec respect et émerveillement.

Avec le soutien des personnalités :
Laurent Baheux - Photographe
Fabrice Nicolino - Journaliste
Laurence Parisot - Dirigeante d’Entreprise
Pierre Rigaux - Naturaliste
Franck Sorbier - Grand Couturier et Maître d’Art
Pierre Athanaze - Naturaliste et forestier
Yolaine de la Bigne - Journaliste et auteure
Vincent Munier - Photographe
Paul Watson - Activiste de la cause animale, capitaine de navire
Marc Giraud - Naturaliste et écrivain

* (C) Pétition contre l’expulsion d’Ibrahima Kone du lycée Jean Macé à Vitry-sur-Seine

3.708 signatures lien pour signer
Abdel-Aziz NUNGU a lancé cette pétition adressée à Etat français et à 1 autre
Ibrahima Kone, élève de Terminale STI2D au Lycée Jean Macé à Vitry-sur-Seine, va être expulsé pour la seule et unique raison qu’il ne possède pas de papier français. Nous avons mis en place cette pétition afin de le garder dans notre établissement. Ibrahima est appliqué dans son travail, il est discipliné, poli, et il possède de très bons résultats. Il a pris le risque de quitter son pays pour venir vivre en France afin d’avoir de meilleures conditions de vie. Nous vous demandons de signer cette pétition et de la partager.

* (C) Pétition : #SavePeopleNotPlanes : Non au sauvetage inconditionnel du secteur aérien !

114.466 signatures sur 150.000 lien pour signer

Cette pétition, coordonnée par le Réseau Stay Grounded, s’appuie sur une lettre ouverte aux gouvernements signée par plus de 250 ONG au niveau mondial.

Au milieu de la crise du Covid-19, alors que le monde entier lutte contre le virus et que d’innombrables travailleur.euse.s perdent leurs revenus, le secteur aérien exige des renflouements massifs et inconditionnels garantis par les contribuables. Le sauvetage financier des compagnies ne doit pas permettre au secteur aérien de reprendre ses activités habituelles une fois la crise du Covid-19 terminée. L’argent public doit être utilisé en priorité pour les travailleur.euse.s et le climat.

Nous demandons :

  • Priorité aux employés
  • Une transition juste vers une mobilité respectueuse du climat
  • Pas de sauvetages sans une fin des exemptions fiscales

Afin d’atteindre ces objectifs, nous allons travailler ensemble dans les semaines à venir à sensibiliser et exercer une pression politique. Ces demandes, soutenues par plus de 250 organisations dans le monde, ne sont qu’un début - restez informés et devenez actifs via la Newsletter Stay Grounded.