AID Association Initiatives Dionysiennes

Ouv zot zié !

Accueil > Pétitions et Initiatives Citoyennes Européennes > Pétitions AID 2020-18

SIGNEZ ET DIFFUSEZ

Pétitions AID 2020-18

Période jusqu’au samedi 7 Novembre 2020

samedi 17 octobre 2020, par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 19 ans, pour adhérer ou faire un don . Voir la vidéo de l’AG 2018

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les autres textes à signer particulièrement recommandés se trouve

* SOMMAIRE

- AID pour le HOBBIT BAR

- Les pétitions nouvelles

- Collectes de dons (soutenues par AID)

voir l’interview de Delia Buonomo par JMT et les propositions de relance dans les newsletters 2019

- Initiatives Citoyennes Européennes

- Les pétitions en cours

- Les pétitions stagnantes

- Les pétitions vouées à disparaître

- Les pétitions fermées

* AID et le HOBBIT BAR de Vintimille

Le cyclone du 2 Octobre 2020 qui a dévasté la Roya a également inondé la ville basse de Vintimille jusqu’à côté du Hobbit et à chassé les migrants des bords du fleuve et de la plage de l’embouchure où ils avaient leurs précaires refuges. Certaines maraudes ne viennent plus et le Hobbit est d’autant plus indispensable.

Nous ne pouvons être insensibles à la détresse des migrants, dont certains viennent d’Afrique de l’ouest, qui se retrouvent à Vintimille, tentant de franchir la frontière française à une dizaine de kilomètres d’où ils sont durement refoulés et renvoyés en centre ville de Vintimille. La sortie du confinement de la covid-19 des deux côtés de la frontière a rejeté sur les routes des migrants présents en Italie qui cherchent toujours à gagner la France pour aller en Allemagne et surtout au Royaume-Uni. Les associations qui oeuvrent à la frontière annoncent une recrudescence du nombre des migrants et une arrivée majoritaire de migrants issus des Balkans.

A Vintimille, il n’existe plus guère qu’un lieu accueillant, notamment pour les femmes et enfants, le bar Le Hobbit situé près de la gare ferroviaire par où souvent les migrants arrivent, bar tenu par Delia Buonomo, surnommée par eux "Mama Africa"..

Boycotté par les clients de Vintimille, le bar ne tourne plus que par les migrants et par les militants associatifs qui y vont chaque fois qu’ils le peuvent. Malheureusement cela ne couvre plus les frais fixes et il faut donc trouver 2000€ par mois. Le challenge minimal pour nous serait d’amener mensuellement 1000€ (en espérant que le reste sera apporté directement par les donateurs , italiens mais aussi allemands, qui l’ont alimenté la première année). Le crowdfunding qui a servi pendant 730 jours étant fermé, nous virons désormais directement notre collecte sur le compte bancaire du bar.

Donc si vous êtes imposables en France , AID vous propose de faire un virement sur le compte bancaire de l’Association Roya en Transition, de Tende, avec un mel à son trésorier jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr pour le reçu-don
IBAN : FR76 1910 6006 2543 6820 5923 148 BIC : AGRIFRPP891AID
.
.
.

.
.

* (C) Pétition - Stop à la scolarisation discriminatoire pour les élèves en situation de handicap

25.891 signatures Lien pour signer

Des élèves sacrifiés ! A Martigues, de nombreux élèves ayant une notification pour poursuivre leur scolarité en ULIS ou en classe ordinaire se retrouvent sans AESH-I faute de moyen ou la lenteur de l’inspection académique pour les recrutements. Nos enfants ne sont pas des chiffres pour leurs statistiques, mais bien des enfants à part entière, ils ont des droits et des besoins spécifiques, ils ont le droit à une instruction comme tout un chacun

Le manque d’AESH, de places dans les ULIS et les IME est un scandale sociale, les droits de nos enfants sont bafoués et leur sécurité est mise à mal. Nous ne pouvons plus tolérer une telle injustice.

Respect de la loi et des droits des personnes handicapées ? En ne respectant pas les notifications de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) et les décisions de la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées), l’Inspection Académique et l’ARS (Agence Régionale de Santé) ne respectent pas la loi 2005-102 du 11 février 2005 qui garantit l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Discrimination Il faut permettre aux enfants en situation de handicap d’accéder à une structure adaptée et non les maintenir dans des écoles qui ne peuvent répondre à leurs besoins.

L’absence totale de prise en charge scolaire adéquate des enfants en situation de handicap et leur désocialisation qui en découle (ainsi que celle des parents contraints d’arrêter de travailler) est inadmissible et perturbe l’équilibre du jeune, détruit le travail entrepris en amont par les familles et les professionnels qui œuvrent au service de la scolarité de l’enfant. Il s’agit purement et simplement d’une politique discriminatoire.

Nous refusons :

  • Les affectations qui ne seront pas en accord avec les notifications reçues par les familles.
  • Le manque d’AESH-I avec des recrutements fin août début septembre
  • L’amputation d’heures notifiées ou l’absence d’AESH-I
  • sacrifier des heures de scolarité
  • mettre en danger nos enfants dans les ULIS non adaptés

Nous exigeons :

  • L’ouverture immédiate d’une ULIS sur la commune de MARTIGUES.
  • Le recrutement immédiat et la mise à disposition d’AESH-I
  • Le remplacement immédiat de l’enseignant ou AESH lors de maladie ou de congé maternité.

Des moyens pour que les ULIS puissent accueillir et scolariser tous les élèves dans de bonnes conditions dès le mois d’octobre 2020

Des réponses concrètes de l’Inspection Académique et de l’Agence Régionale de Santé avant la fin de l’année 2020

* (C) Pétition - Réouvrir la ligne ferroviaire Santhià-Arona

2.173 signatures sur 2500 Lien pour signer

REOUVRIR LA LIGNE FERROVIAIRE SANTHIA’-ARONA” COMME TRONCON D’UNE LIAISON INTERNATIONALE ENTRE TURIN ET LA SUISSE

EN 2012 la Région Piémont a fermé 14 lignes ferroviaires, dont la gestion présentait des états financiers significativement négatifs. Parmi celles-ci se trouvait également la ligne Santhià-Arona, qui représente cependant une charnière pour tout le quadrant nord-est de la région, qui est ainsi privée d’une relation transversale essentielle entre Turin et le nord du Piémont.

En Novembre 2016 s’est constituée l’Associazione “Ferrovia Internazionale Torino-Svizzera”, (AFITS) qui vise à encourager la réouverture de la ligne ferroviaire Santhià-Arona, à comprendre comme tronçon local d’une liaison internationale entre Turin et la Suisse.

Nouveauté 2020 : Des associations ferroviaires françaises soutiennent la réouverture de ce tronçon pour y faire transiter des trains de nuit mixtes voyageurs fret entre la Riviera, la Suisse, l’Allemagne et le Bénélux

* (C) Pétition - Réouvrir la ligne ferroviaire Santhià-Arona

2.173 signatures sur 2500 Lien pour signer

.
.
.

.
.

* COLLECTES SOUTENUES PAR AID

* APPEL POUR EXARCHEIA ET POUR SOUTENIR LE QUATRIÈME FILM (AUTOMNE 2019) )

Comme les films précédents depuis des années, L’Amour et la Révolution a financé une part importante des besoins des principaux lieux et collectifs du quartier d’Exarcheia, à Athènes, et environ 70% des moyens apportés par les convois solidaires. Mais depuis la fin de la tournée du film, au terme de l’hiver, c’est terminé. Nous n’avons plus de source de financement régulière pour soutenir les lieux et collectifs. Heureusement, nous avons réussi grâce à vous à sauver de la prison plusieurs membres de Rouvikonas durant le printemps. Puis deux d’entre vous nous ont aidé à remettre à flot le fond d’urgence pour faire face aux priorités suivantes.

Aujourd’hui, la situation a changé. Suite à des élections anticipées en juillet, un nouveau gouvernement vient de se mettre en place et essaie d’entraver nos actions de résistance, de création et d’entraide. Le nouveau premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a mis à exécution sa menace de "nettoyer Exarcheia", le quartier rebelle et solidaire d’Athènes connu pour sa concentration de squats et de lieux autogérés unique en Europe. Nous sommes depuis le début de l’été dans une lutte âpre et difficile pour la survie de cette expérience utopique qui donne à réfléchir sur notre capacité à prendre nos vies en mains.

Nous sommes en difficultés dans plusieurs lieux et collectifs, à commencer par des squats de réfugiés (comme le Notara 26) dont les stocks de nourriture pour adultes et bébés se remplissent puis se vident rapidement en raison du nombre important de personnes aidées dont certaines qui ont fui les camps bâtis en Grèce par l’Union européenne. Des centres sociaux autogérés comme le K*Vox n’avaient plus, par exemple, de porte, suite à des agressions policières répétées accompagnées du gazage des personnes se trouvant à l’intérieur, malgré l’interdiction faite par les conventions internationales (nous avons pris en charge le remplacement de cette porte et d’autres éléments indispensables à la sécurité et aux fonctions d’accueil de ces lieux). Les victimes de violences se multiplient. Les migrants disposant de papiers qui ont réussi à quitter les camps ont également besoin d’aide, etc.

Durant l’été 2019, le collectif Anepos, à l’initiative des films et des convois solidaires, a réussi à emprunter de l’argent pour parer au plus pressé :
- achats de lait infantile et de nourriture pour les adultes et les enfants
- achats pour organiser de la fête des 4 ans du Notara 26
- remplacement de la porte détruite du K*Vox
- aide d’urgence à des réfugiés déplacés, parfois avec des bébés d’à peine deux mois
- aide aux frais de santé lourds d’un compagnon de lutte grec bien connu du mouvement
- aide au déplacement de solidaires internationaux expérimentés mais précaires (venu.es principalement de France pour soutenir les lieux et y faire bénévolement des travaux de circonstances)
- achat d’un appareil photo/vidéo de qualité pro pour un camarade grec automédia
- autres besoins matériels, bricolage et protections
- aide d’une camarade grecque très dévouée, récemment en très grande difficulté
- aide aux frais de justice pour plusieurs camarades grec.ques et migrant.es
Au total, nous avons réussi à avancer la somme de 4875 euros durant cette période très difficile.

Côté film, c’est la même chose. Les principaux collectifs et lieux d’Exarcheia nous ont sollicités pour préparer sans attendre un quatrième film en raison de l’accélération des événements. Alors que nous pensions attendre 2020, nous avons commencé subitement ce tournage au cœur de nos lieux et collectifs, aux côtés de nos compagnons de luttes et en concertation avec eux pour tout ce que nous allons vous faire découvrir dans ce film.

Vous serez dans l’envers du décor avec nous, au sein de la défense d’Exarcheia, mais ailleurs aussi du nord au sud de la Grèce, notamment pour empêcher le saccage du bien commun par des multinationales dans des zones sauvages magnifiques, et pour des surprises qui vous réjouiront. Notre idée de titre a fait immédiatement consensus parmi tous nos compagnons de luttes grecs et migrants. Ce quatrième film aura pour titre "Nous n’avons pas peur des ruines".

Cependant, tout film représente un coût et, même si les nôtres sont parmi les moins chers qui existent pour ce niveau de diffusion (à chaque fois 18700 euros), cela nécessite également un appel. Nous avons surtout besoin de 10000 euros pour débloquer certains problèmes, faciliter certains déplacements et racheter du matériel. Ces derniers temps, nous avons subi un vol de caméra dans des conditions troublantes. Notre ordinateur principal adapté à ce travail a rendu l’âme. Ajoutons que le 31 août, Yannis a été chargé par les MAT (CRS) à l’extérieur du K*Vox, côté place, qui ont essayé de lui arracher son appareil photo/vidéo reflex et qui ont finalement réussi à lui arracher le micro qu’ils ont ensuite piétiné (cf. photo des dégâts prise par notre ami photographe anglais Andrew O’Carroll).

C’est pourquoi nous faisons un appel pour 20000 euros, 10000 pour les besoins principaux à Exarcheia et 10000 pour le film en cours de préparation. Si nous pouvions dépasser la somme, cela permettrait de disposer d’un fond d’urgence plus important dans les semaines à venir, côté Exarcheia, et de créer librement, sans contraintes, avec de bien meilleurs outils et en protégeant au mieux notre travail (sauvegardes), côté film.

Merci d’avance de votre soutien (modalités possibles à la fin de ce texte).

Si vous êtes fauché.e et dans l’incapacité de nous aider financièrement, surtout ne dépensez pas le peu d’argent que vous avez. Si vous diffusez cet appel autour de vous, c’est déjà beaucoup.

Si vous fréquentez également l’affreux réseau associal Facebook, vous verrez que s’y trouve une page "Nous n’avons pas peur des ruines" que vous pourrez soutenir et partager.

Pour les autres, sachez que le site internet de "Nous n’avons pas peur des ruines" sera bientôt disponible, ainsi que l’affiche et la première bande-annonce.

Comptez sur nous. On compte sur vous. Car c’est aussi vous qui, ces dernières années, avez diversement soutenu Exarcheia, notamment à travers les convois, pour tenir bon dans l’adversité.

À très bientôt pour d’autres nouvelles,

Maud et Yannis Youlountas po/ collectif Anepos

CQFD : de toutes façons, soutenir le film, c’est également soutenir Exarcheia. Cela va de pair puisque l’une des principales vocations de nos films est de soutenir politiquement et financièrement les lieux et les collectifs, ce que nous faisons depuis toutes ces années.

POUR SOUTENIR EXARCHEIA ET LA PRÉPARATION DU 4ÈME FILM C’EST ICI

Si vous voulez soutenir nos actions à Exarcheia et/ou la préparation du 4ème film, "Nous n’avons pas peur des ruines", trois possibilités s’offrent à vous :

1) PAR VIREMENT

IBAN de ANEPOS : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU

Merci de mentionner en objet du virement : Appel Exarcheia et/ou 4e film

2) PAR PAYPAL

3) PAR CHÈQUE

Ordre : ANEPOS (uniquement). N’ajoutez rien sur l’ordre, mais mentionnez au dos du chèque ou en pièce jointe : Appel Exarcheia et/ou 4e film

À envoyer à :
ANEPOS, Action Solidarité Grèce, BP 10 - 81540 SORÈZE - FRANCE

Vous pouvez aussi ajouter des messages de soutien qui seront transmis au collectif de votre choix ou à l’assemblée principale des collectifs du quartier.

Vous trouverez la suite des infos comme toujours sur mon blog : http://blogyy.net

Yannis Youlountas

voir une vidéo

NB : Si vous voulez participer via AID (et bénéficier des 66% de déduction fiscale) contactez jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Plus d’infos sur le site

* Appel à soutien financier pour Delia Buonommo et le "Bar des Migrants" de Vintimille
lien de la collecte en ligne qui a été désactivée !!!!!!!!!!!!!!!!!
Pour les français imposables, faites un virement à l’Association Roya en Transition, de Tende, avec un mel à son trésorier jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr
IBAN : FR76 1910 6006 2543 6820 5923 148 BIC : AGRIFRPP891

À Vintimille, à 9 km de la frontière italo-française, des dizaines de milliers de réfugiés passent chaque année. Ils fuient la guerre, la torture, les violences. Ils tentent de traverser la frontière pour rejoindre des proches ou des connaissances en France, en Angleterre et dans d’autres pays européens, risquant leur vie pendant le voyage. Lorsqu’ils franchissent la frontière, ils butent souvent sur des abus, des détentions et des refoulements par la police française. (...)

Dans cette situation dramatique, cependant, une petite partie de la population résiste : parmi elle Delia, dont le bistrot (le bar Hobbit) est devenu l’âme de la solidarité à Vintimille. L’histoire de Delia commence il y a trois ans, lorsqu’elle invite à entrer et offre un repas à des femmes et à des enfants assis sur le trottoir devant le bar. Depuis, grâce au bouche à oreille, le café est devenu un point de repère pour tous les réfugiés qui transitent de Vintimille, ainsi que pour les volontaires et les organisations de soutien. Delia, surnommée "Mama Africa", a aidé des milliers de personnes en transit, offrant des vêtements, un repas chaud, un câlin et un lieu d’accueil à ceux qui en ont besoin.(...) Les enfants ont leur propre coin, que Delia a aménagé avec des jouets reçus en donation. Le bar est souvent le seul refuge pour les plus vulnérables, les femmes enceintes, les mineurs et les victimes de la traite.

Cependant, la solidarité de Delia l’a rendue impopulaire dans le quartier et chez une partie de la population de Vintimille, qui a banni le bar Hobbit, le nommant le « bar des immigrés », le « bar des noirs » ou même des nègres. Les insultes, les agressions et le vandalisme font désormais partie du quotidien de Delia. L’isolement, la perte de clients et les pressions de toutes sortes ont plongé le bistro dans une situation économique de plus en plus grave. Delia n’est plus en mesure de supporter les coûts et a été obligée, malgré elle, de le mettre en vente.

Ne permettons pas que l’un des rares lieux d’humanité et de solidarité qui résistent à Vintimille disparaisse ! Aidez-nous à soutenir Delia et à poursuivre son projet de solidarité active : chaque don, même petit, nous aide à acheter de la nourriture, de l’eau, des boissons et à couvrir les frais du bar.

pour approfondir :
- Entretien avec Delia
- Aidants désemparés

04/09/2020 à 24h00 d’après le site, 1.291+1=1.292 personnes ont fait un don en 733 jours et 52.640€ ont été récoltés (soit 40,7€ par don depuis le début .)

* Appel pour une collecte (non défiscalisable) PERMANENTE de nourriture pour Roya Citoyenne

* Dons (non défiscalisables) pour Roya-Citoyenne

* Dons (défiscalisables à 66%) pour l’association HABITAT & CITOYENNETE de NICE

* Dons (défiscalisables à 66%) pour les victimes de l’Agent Orange (permanent) et le procès intenté par Madame Tran To Nga aux fournisseurs de ce produit

* Dons (défiscalisables à 75% dans la limite de 552€ par an et par donateur, 66% ensuite) pour l’association RIVE de Saint-Denis de la Réunion

* Et bien évidemment les dons (défiscalisables à 66%) à AID que vous pouvez flécher ensuite sur les collectes non défiscalisables (renseignements ici )
.
.
.

.
.

Appel pour un Pacte Finance-Climat européen

En ce jour de manifestations publiques pour demander à nos élu-e-s de prendre en compte les appels de scientifiques éminents signalant l’urgence de changer nos comportements individuels et collectifs,

AID vous propose toujours de signer cet appel européen lancé par plusieurs dizaines de personnalités que nous connaissons et avec qui nous avons l’occasion de travailler pour certaines. L’appel est également relayé par d’autres organisations avec qui nous sommes en lien . Il a été lancé notamment par Jean JOUZEL climatologue français, ancien vice-président du GIEC

lien pour signer

Nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Nous ne pouvons pas rester sans agir. Aujourd’hui, l’esprit se révolte contre le sort qui est promis à l’Homme. Nous, Citoyens d’Europe et Citoyens du monde associés dans une même communauté de destins, n’acceptons pas que l’humanité se dirige, sans réagir, vers le chaos climatique.

Le 31 octobre 2017, l’ONU nous alertait solennellement sur l’écart « catastrophique » qui existe entre les engagements des Etats et les réductions des émissions de gaz à effet de serre qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement en-dessous de 2°C.

« Les engagements actuels des Etats couvrent à peine un tiers des réductions nécessaires, soulignait Erik Solheim, directeur du Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Gouvernements, secteur privé, société civile doivent combler cet écart catastrophique. Un an après l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, nous sommes loin de faire ce qu’il faudrait pour préserver des centaines de millions de personnes d’une vie de misère ». Comment combler cet écart ? Comment rattraper le temps perdu ? Que peut faire l’Europe ?

Puisque c’est « au nom de l’emploi américain » que les Etats-Unis ont décidé de se retirer de l’Accord de Paris, il est fondamental que l’Europe fasse la preuve « grandeur nature » qu’il est possible de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre tout en créant massivement des emplois. Il est fondamental aussi que l’Europe prenne pleinement sa part pour cofinancer la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud.

Diviser par 4 nos émissions, d’ici 2050 au plus tard ? Le chantier est colossal mais investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables pourrait conduire à « 900.000 créations d’emplois en France » selon les dernières prévisions de l’ADEME et plus de 6 millions d’emplois pour toute l’Europe… Voilà un bon moyen de faire reculer nettement le chômage et la précarité. Un bon moyen, donc, de réconcilier l’Europe avec les citoyens.....lire la suite

Voir le site officiel des INITIATIVES CITOYENNES EUROPEENNES
.
.
.

.
.

* (C) Pétition - Une loi pour pénaliser tout rejet de plastique dans la nature

51.386 signatures Lien pour signer

La pollution par le plastique est une catastrophe monumentale pour l’environnement. Notamment celle des océans qui est préoccupante et lourde de conséquences fâcheuses. Nulle part, on ne peut plus se promener sans rencontrer ici et là des morceaux de plastique.

Même sur des plages et plus généralement sur tous les littoraux, quand il semble ne pas y avoir de morceaux visibles, on se rend compte en observant mieux le sable que des tout petits morceaux décomposés de plastique s’y trouve régulièrement. C’est presque devenu un élément commun dans la nature un peu partout.

Nous demandons à ce qu’une loi soit votée, ou au moins proposée et débattue, autorisant les forces de l’ordre à donner une amende pour tout rejet constaté de plastique dans la nature ou dans les rues. Même si cela était à titre symbolique. Après tout, il y a bien des amendes pour les besoins de chien ? Alors pourquoi pas pour tous ces rejets de plastique qui sont véritablement nuisibles ?

Ces amendes pourraient être variables suivant la gravité du rejet. Par exemple l’amende pour un emballage plastique entourant un paquet de biscuit serait de 10 euros. Celle pour un plastique entourant un bonbon serait de 5 euros, celle pour une grande poche de supermarché de 30 euros, etc...

Merci pour votre soutien. Voir la vidéo

* (C) Pétition - Anti déchets sauvages : retour aux consignes

51.411 signatures Lien pour signer

Auteur : Guaiana
Destinataire(s) :Emmanuel Macron (Président de la République), Jean Castex (Premier Ministre )

Stop à l’incivisme grandissant ! Trop de déchets partout dans la nature, l’eau, en ville, la plage ou jetés dans les véhicules ... Agissons au moins pour les contenants de boissons en verre, plastique ou cannettes en aluminium, cela serait déjà bien !

Consignons-les tous, toucher au portefeuille étant le seul moyen de préserver nos biens et lieux de loisirs agréables, vu que mettre en place des PV dans des lieux sauvages retirés ou une police de l’environnement coûteuse parait compliqué.

C’est inacceptable de voir les sols jonchés sans parler du verre cassé volontairement rendant quasiment impraticable le site. Nous en implorons les élus, préfets, maires, ministres et chef de l’état d’agir enfin contre ce fléau infâme.

* (C) Pétition - Pour l’entrée au Panthéon d’Arthur Rimbaud et Paul Verlaine

1.279 signatures sur 5.000 Lien pour signer

Arthur Rimbaud et Paul Verlaine sont deux poètes majeurs de notre langue. Ils ont enrichi par leur génie notre patrimoine. Ils sont aussi deux symboles de la diversité. Ils durent endurer « l’homophobie » implacable de leur époque. Ils sont les Oscar Wilde français.

Ce ne serait que justice de célébrer aujourd’hui leur mémoire en les faisant entrer au Panthéon. Et ceci pour quatre raisons principales. Littéraire d’abord, parce que le génie multiforme et les influences croisées des deux poètes ont nourri depuis plus d’un siècle notre imaginaire littéraire et poétique.

Politique ensuite. C’est dans l’œuvre de Verlaine que l’on a puisé en 1944 le message annonçant le débarquement en Normandie à l’intention de la résistance intérieure. C’est vers la figure emblématique de Rimbaud que l’on se tourne dès qu’une révolte éclate, surréaliste ou étudiante, comme en mai 68.

Morale encore. Les deux poètes sont enterrés dans leurs caveaux familiaux : Rimbaud avec son ennemi et usurpateur, Paterne Berrichon. Quant à Verlaine, il est enfoui dans un caveau sous la poussière près du périphérique sous d’affreuses fleurs en plastique au cimetière des Batignolles. Est-ce ainsi que la France honore ses plus grands poètes ?

Judiciaire enfin. En 1873, Paul Verlaine a été condamné à deux ans de prison pour avoir tiré deux coups de révolver sur Rimbaud. Ce dernier, dont la blessure était légère, s’est désisté de toute action en justice. Mais le parquet belge et la police française ont monté un dossier à charge, dont les archives prouvent désormais qu’il fut lié à son rôle dans la Commune et à son homosexualité. Il est resté 555 jours en prison, quand il aurait dû n’y passer que quelques semaines. La préfecture de Police de Paris a favorisé l’aggravation de sa peine en raison de son homosexualité.

Cette pétition est lancée par un groupe d’intellectuels, d’écrivains, ainsi que par la plupart des ministres, ou anciens ministres de la Culture : Jean-Jacques Aillagon, Roselyne Bachelot, Renaud Donnedieu de Vabres, Aurélie Filippetti, Jack Lang, Frédéric Mitterrand, Françoise Nyssen.

Pour voir les autres personnalités qui ont signé l’appel, cliquez ici.

* (C) Pétition - Urgence à la pénurie de médicaments sous ordonnances

40.622 signatures Lien pour signer

Nous sommes en pleine pénurie de médicaments sous ordonnances ! C’est impossible de continuer comme ça ! Il faut mieux répartir les médicaments entre les diverses pharmacies mais aussi contrôler la production dans les différents laboratoires pour une meilleure distribution.

Les pharmaciens et la population ont besoin de ces médicaments et doivent parfois faire des kilomètres pour trouver le bon médicament (et non une ancienne formule ou un médicament de remplacement ou un dosage différent). Cette situation est invivable et il faut agir, c’est vital !

* (C) Pétition - Les EHPAD doivent justifier et détailler leurs prestations (dépendance et hébergement).

24.726 signatures Lien pour signer

Dans le cadre d’une obligation alimentaire pour une admission d’un parent en EHPAD, nous demandons :

1/ Une équité pour les admissions ainsi qu’un éclaircissement sur les prises en charge, afin d’éviter tous abus et qu’une famille ne se retrouve confrontée à la même situation que la notre. Nous exigeons également que lorsque le parent désigne, l’un de ses enfants, comme personne à prévenir, qu’elle soit informée, au moment de l’inscription et que les EHPAD remplissent avec rigueur, les actes de cautionnement solidaire et les prennent en compte. En effet, il est inconcevable de transmettre aux descendants, un acte de cautionnement solidaire vierge de toute information (absence de ressources, de charges et de prestations) et d’admettre le parent au sein de son établissement. Pourquoi les EHPAD ne tiennent pas compte de ces documents importants ?

2/ Que les admissions répondent à une raison médicale. En effet, au vu des tarifs exorbitants, il est inadmissible, de ne pas privilégier le maintien à domicile. Il faut impérativement que les EHPAD arrêtent de prendre des personnes âgées valides et se trouvant en pleine possession de leurs facultés mentales et de faire payer à ces personnes, des frais de dépendance ;

3/ Que les admissions s’effectuent conjointement entre le résident, la personne désignée par le parent et le médecin coordinateur de l’EHPAD car il est inimaginable que les descendants ne soient pas informés sur l’état de santé du parent, surtout lorsqu’on les sollicite pour le financement ;

4/ De la visibilité et de la transparence au niveau des prestations, à savoir les frais de dépendance et les frais d’hébergement. Il s’agit de détailler et de justifier les prestations aux descendants.

Que fait-on réellement payer aux personnes âgées en EHPAD et qu’est ce qui justifie de tels tarifs ?

Il est inacceptable et déplorable de ne pas associer les descendants à la décision de placement dans une structure médicalisée et il est un peu trop facile de se retrancher derrière le « secret médical » pour ne pas avoir de comptes à rendre aux descendants. Lorsque notre père est entré en EHPAD, il avait toute sa « tête » et il se trouvait valide et en pleine possession de ses facultés mentales.

Obligation alimentaire

Nous n’avons jamais critiqué l’obligation alimentaire qui consiste à aider un ascendant dans le besoin mais cet organisme nous a assigné en justice, à tort car il n’a jamais été en mesure de nous justifier son état de santé et plus particulièrement que notre père était dans l’incapacité de subvenir, seul à ses besoins vitaux. De plus, il a admis notre père, de manière précipitée, en moins de 8 jours.

Lorsque notre père est entré en EHPAD, il était en mesure d’assurer lui même, ses besoins vitaux et n’avait pas besoin d’aides pour se lever, se laver, s’habiller, se nourrir, effectuer des retraits par carte bancaire, payer ses factures et se rendre à l’étranger. De plus, il n’était ni grabataire ni en perte d’autonomie et n’avait pas de maladies dégénératives liées au vieillissement. Ce qui est regrettable, c’est que les EHPAD savent parfaitement que les descendants ont un devoir d’obligation alimentaire envers leurs parents et que la justice irait dans leur sens mais où sont les limites de l’obligation alimentaire ?

La créance demandée aux enfants dans le cadre d’une obligation alimentaire ne correspond pas au règlement de la facture de l’EHPAD. La facture n’a aucun caractère « alimentaire », mais une nature de « confort superflu » .

Correspondances avec le chef de l’établissement

Nous avons transmis 2 courriers au directeur de cet établissement et nos avocats leurs ont posées de nombreuses questions. Il n’a jamais pris le soin de répondre à nos questions qui étaient légitimes et concernaient l’état de santé de notre père, ses ressources, ses charges et les prestations de l’EHPAD. Nous demandions notamment :

* A avoir des informations sur l’état de santé de notre père, sa perte d’autonomie et la procédure d’admission qui ont permis, une entrée précipitée en milieu médicalisé ;
* Un état détaillé avec explication des différentes prestations facturées à notre père, à savoir les frais d’hébergement et les frais de dépendance ;
* Connaître le bilan de santé de notre père justifiant une entrée précipitée en milieu médicalisé ;
* Voir le contrat de séjour signé par notre père contenant le forfait journalier et les frais annexes, le questionnaire de santé, le dossier médical de préadmission rempli par le médecin traitant indiquant sa dépendance.

Théoriquement, cet établissement aurait dû nous fournir des réponses à nos questions et nous aurions dû recevoir les rapports de suivi médical de notre père. Ce qui est inadmissible également, c’est de prendre des personnes âgées valides et de faire payer des frais de dépendance, sans les justifier.

Monsieur le Ministre, il devient urgent de remettre de l’ordre dans les EHPAD car on ne rentre pas en milieu médicalisé, sur un coup de tête. C’est une décision qui doit être réfléchie car généralement elle est définitive et très coûteuse et les EHPAD abusent de l’obligation alimentaire.

* (C) Pétition - Pour aider les aides à domicile

18.084 signatures Lien pour signer

Bonjour, les personnes âgées représentent 20% de la population française, malheureusement la plupart d’entre elles sont en perte partielle ou totale de leur autonomie. Pour les aider l’état a mis un système d’aide à domicile qui est géré souvent par des associations. Les associations recrutent des personnes (souvent des femmes) afin d’intervenir chez ces personnes pour essayer de les maintenir le plus longtemps possible à leur domicile. Les aides à domicile effectuent des tâches ménagères, de l’accompagnement à l’extérieur, préparation et l’aide au repas... Ces aides sont souvent appliquées et font très bien leur travail.

Mais est-ce qu’on pense à leurs conditions de travail ?! Il me semble que non. La plupart des associations envoient ces intervenants chez des personnes SANS VERIFIER SI LES OUTILS DE TRAVAIL SONT AUX NORMES. Souvent elles travaillent avec des outils qui leur font mal au dos. Ce travail est non valorisé, il y a beaucoup de pression de la part des associations qui s’amusent à changer le secteur de travail de leurs employés ce qui entraine un temps mort non rémunéré et souvent des déplacements longs entre les interventions. C’est pour ces raisons que certains préfèrent rester au chômage et ne pas faire ce travail noble.

C’est de notre devoir d’aider ces personnes qui viennent en aide à nos parents et nos grands-parents car souvent elles souffrent en silence sans pouvoir parler en imaginant que c’est une évidence. Nous demandons aux autorités d’améliorer leurs conditions de travail en :
* exigeant des outils de ménage bien adaptés
* prenant en charge les temps de déplacement entre les interventions à 100%

* (C) Pétition - Coup de balai sur le fonctionnement des EHPAD. Réinventons la maison de retraite de demain !

82.648 signatures Lien pour signer

Destinataires : Notre Président Monsieur Emmanuel Macron et au Directeur de l’ARS

Il existe un véritable scandale entre le coût d’une maison de retraite et les pensions ! (La part qui incombe aux familles est scandaleuse : les factures sont 2, 3, 4 ,5 voire jusqu’à 6 fois plus élevées que le montant de certaines retraites !) Seulement 39 % des personnes âgées sont capables de payer leur maison de retraite et 25 % sont obligées de vendre leur patrimoine. D’autres, selon la loi, n’ont d’autre recours que de demander, honteusement, une participation financière à leurs enfants… voire à leurs petits enfants ! 87 % des Français sont pour un plafonnement du coût des maisons de retraite, 47 % des Français attendent une aide des pouvoirs publics concernant la dépendance… et vous ?

Il existe un véritable scandale entre le coût d’une maison de retraite et les soins dispensés ! Il est intolérable qu’elles ne soient pas des havres de paix et de bien-être, dédiés aux personnes âgées dépendantes. L’équipe de soins est souvent en sous-effectif, et plus grave, l’absence d’empathie, la banalisation des actes (toilettes rapides, « nourrissage ») sont la porte ouverte à toutes formes de maltraitance insidieuse, sournoise (irrespect, abandon, manque de soins, brusqueries, déni de l’humain...)

Nos élus, les politiques, les institutions sont parfaitement au fait de ces scandales ! Les grèves de personnels, leurs témoignages, ceux des familles ont fait la une des médias ! Ils ne peuvent plus se prévaloir de l’omerta, se cacher derrière le mensonge, comme ceux qui, lors de la dernière guerre mondiale, avaient assuré « ne rien savoir » des traitements infligés aux juifs : ce serait une nouvelle grande indignité pour notre pays !

Le bien vieillir doit être une priorité absolue ! En veillant sur celui de nos aînés d’aujourd’hui, nous protégeons déjà les aînés de demain :

* Réclamons l’allègement de la facture mensuelle par une participation des grands groupes qui aujourd’hui dilapident les deux tiers de leurs bénéfices au profit de leurs actionnaires !

* Réclamons la nomination, en nombre suffisant, d’intervenants motivés et formés à s’occuper humainement des résidents !

Signer cette pétition c’est signifier au Directeur de l’ARS (Agence Régionale de Santé) qu’il y a urgence à donner un coup de balai sur les fonctionnements actuels des EHPAD : pour un meilleur accompagnement des résidents, pour un coût de séjour qui ne fragilise plus le budget des familles, voire ne brise leur équilibre.

Signer cette pétition c’est signifier à Monsieur Emmanuel Macron, notre Président, qu’il y a urgence à diminuer le « reste à payer » des familles, déjà très participatives par le jeu des impôts divers élaborés par les gouvernements successifs (taxes insidieuses, hausse de la CSG... etc.)

Nous tous aimerions pouvoir léguer un peu de notre patrimoine, acquis par notre travail, à nos descendants… plutôt qu’aux actionnaires des EHPAD ! Puisque l’union fait la force : signons !... Et faisons signer autour de nous !

Consulter notre site web : 7 années vécues en EHPAD

* (C) Pétition - Pour l’autonomie alimentaire en France !

24.970 signatures Lien pour signer

Monsieur le Président, la pandémie de Covid-19 qui suspend actuellement la marche du monde annonce de grands changements.Tout se jouera à la fin du confinement, pour le meilleur, nous y veillerons.Il sera temps pour le peuple malmené de reprendre la main sur son avenir, de profiter du chaos qui vient pour définir de nouvelles lignes, entièrement respectueuses de l’intégrité de l’homme et de la nature.

Nous sortirons sûrement éprouvés de cette crise, mais nous en serons aussi plus humbles et plus forts. Tel le phœnix qui renaît de ses cendres, une politique intègre et humaine renaîtra bientôt des ruines de cette société malade. Nous ferons tout pour.Passés près d’une catastrophe irréversible, nous savons avec certitude que nous ne laisserons plus jamais nos ressources vitales aux mains des puissants.

Avoir un toit, être en sécurité, avoir le droit de se faire soigner gratuitement et de manger à sa faim, sont des dus millénaires et inaliénables. Il est intolérable pour quiconque d’imaginer manquer de cela. Nous vous demandons de commencer par garantir notre autonomie alimentaire. Vous avez déclaré l’état d’urgence sanitaire, pour notre sécurité nous l’espérons, mais aussi avec l’immense responsabilité de ne pas abuser du peuple, pendant qu’il ne peut rien faire pour se défendre.

N’oublions pas que l’histoire regorge de corruption et de jeux de pouvoir condamnables. N’oublions pas qu’à certaines heures sombres, il fut légal de dénoncer, de tuer et d’exterminer. La légalité n’est pas la mesure de la justice. Un contre-pouvoir vigilant est essentiel, surtout lorsque le pouvoir en place détient des armes idéologiques d’une ampleur inégalée et qu’il s’en prend aux ressources vitales du peuple.

Nous vous demandons de garantir au peuple son autonomie alimentaire. En Octobre, la loi EGALIM, une loi sévèrement inquiétante, interdisait les entreprises de semences anciennes (comme Kokopelli) de commercialiser leurs graines non OGM, y compris à des particuliers.De quel droit ? Savez-vous que ces semenciers sont d’une utilité publique incontestée ?Un autre projet de loi européen prévoyait d’interdire la commercialisation des plants paysans.

Que comptez-vous faire, Monsieur le Président ? Voulez-vous vendre notre liberté alimentaire aux plus riches ? Savez-vous que pendant qu’ils jouent leur argent, nous jouons nos vies ? Avec le contrôle des semences, qui pourrait vous empêcher de nous affamer, s’il vous en prend l’envie ?Cette supposition vous semble peut-être insultante mais si vous n’avez effectivement rien à reprocher au gouvernement français, donnez-nous les moyens d’assurer notre souveraineté alimentaire.

Revenez sur ces réformes antisociales et dangereuses. Laissez-nous disposer librement de nos droits les plus élémentaires. L’autonomie alimentaire n’est pas une option ! Cette crise ne laissera pas place à la demi-mesure. L’urgence de la situation actuelle aura certainement mis en évidence des côtés obscurs de l’humanité, mais elle aura aussi révélé des élans de solidarité sans précédent.

Nous savons désormais que nous avons les ressources pour changer de direction, brutalement si nécessaire.L’urgence nous a rendu capables d’accélérer la transition écologique dont le nature avait tant besoin. Aujourd’hui, beaucoup sont prêts à aller à l’essentiel.

Pendant ce confinement, le ciel s’est éclairci, les animaux sauvages sont sortis sans crainte d’être massacrés, les rivières et les fleuves se sont purifiés, les oiseaux se sont mis à chanter et les abeilles à polliniser tranquillement les fleurs. C’est cette nature verdoyante et nourricière, débarrassée de la course au profit, que nous voulons léguer à nos enfants. Il est temps pour ce pouvoir, assoiffé d’argent, de se retirer gentiment, ou de collaborer avec le peuple, pour pérenniser son intégrité. Nous souhaitons accéder de droit à la profusion alimentaire dont nous ont fait cadeau nos ancêtres, depuis des temps immémoriaux. Maintenant.

* (C) Pétition - Une injustice pour tous, ou pour personne. Entendez notre colère.

7.784 signatures Lien pour signer

Destinataire(s) : Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé), Jean Castex (Premier Ministre ), Emmanuel Macron (Président de la République), LE PARLEMENT

Bonjour à tous, nous sommes 4 aides-soignants intérimaires, ayant travaillé en EHPAD, durant la crise sanitaire du COVID19. Comme bon nombre d’intérimaires ayant travaillé, avec des personnes vulnérables et infectés par le virus du COVID19, nous tenons à nous défendre contre la profonde injustice que nous sommes entrain de subir. Nous avions travaillé à temps complet, ainsi que sur nos jours de repos, pour sauver la vie, prendre soin, et prévenir la propagation du virus aux personnes vulnérables.

À ce jour, nous n’avons rien touché de cette prime. Êtes-vous conscients du travail fourni, par tous les « intérimaires », qui méritent autant de reconnaissance que tous le personnel soignant ? Nous ne lâcherons rien. Nous citons :

* Selon les mots de Mme Agnès Pannier-Runnacher, Ministre délégué auprès du ministre de l’Economie des finances et de la relance, « dès lors qu’un intérimaire est dans la même situation de travail qu’un salarié d’une entreprise, il bénéficie des mêmes avantages, de type PRIME ». Lien de preuve

* Lorsque le Ministre de la santé, Mr Olivier Véran a annoncé, le jeudi 7 mai 2020 « tous les personnels de tous les EHPAD de France, et quel que soit leur statut, percevront une prime pour valoriser, leurs engagements sans failles pendant cette crise ». Étant dans l’un des départements les moins touchés, nous devrions percevoir une PRIME d’un montant de mille euros.Lien de preuve

Merci d’avoir pris le temps de lire notre pétition.Nous tenions à vous solliciter pour partager un maximum cette pétition, que vous soyez concernés ou non. Aline, Lise, Killyan et Lucas.

* (C) Pétition - Pour la création d’un organisme de protection contre les rayonnements électromagnétiques indépendant et compétent

16.495 signatures Lien pour signer

Destinataire(s) : Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé), Jean Castex (Premier Ministre ), Commission européenne, Secrétaire d’état au handicap

Pourquoi demander la création d’un tel organisme alors qu’à ce jour, la majorité des pays se fient aux conseils de l’ICNIRP ? (Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants).« L’ICNIRP est une organisation privée de droit allemand située près de Munich, résidant à l’Office fédéral allemand de protection contre les rayonnements et fournit depuis 1992 ses conseils en la matière. L’OMS a choisit, ainsi que de nombreux pays, de suivre ces avis. »

Voir le lien

Or les conseils de l’ICNIRP sont obsolètes, en effet, ceux ci sont basés sur des études d’une vingtaine d’années, avec des expositions de 5 minutes par jour ! Nous en sommes loin aujourd’hui devant la multiplication des sources d’émission (antennes relais, lignes HT, MT, BT, éoliennes, wifi, bluetooth, DECT, CPL, Linky), ainsi que des fréquences (qui entrent en résonance avec les fréquences des organes du corps), et le volume de datas circulants. « La composition de l’ICNIRP est très déséquilibrée ; sur 14 membres, il y a un seul expert médical, et qui n’est pas un spécialiste des effets des rayonnements sans fil, ils sont pour la plupart issus de la science physique, et n’admettent que les effets thermiques des ondes. »

Pourtant de nombreuses études prouvent l’impact de ces ondes sur le fonctionnement du corps, mais aussi sur le règne végétal, et animal, elles ont été classées 2B par le CIRC (Centre de Recherche sur le Cancer) en 2011, et la dernière étude du NTP 2018 (National Toxicology Program USA) d’une durée de 3 ans sur des rats démontre que les champs électromagnétiques génèrent entre autres pathologies le gliome du cerveau, cancer fulgurant. 42 médecins de 32 pays accumulent les études sur les effets délétères des ondes électromagnétiques sur la santé : sommeil, équilibre hormonal, problèmes cardiaques, stérilité, maladies neurovégétatives et cancers, 1800 études compilées dans le rapport bio initiative de 2012.

« La majorité des scientifiques de l’ICNIRP a effectué des recherches partiellement financées par l’industrie et coopère étroitement avec l’industrie des télécoms, ainsi qu’avec l’ICES (Comité International sur la Sécurité Electromagnétique) et l’IEE (l’Institut des ingénieurs Electriciens et Electroniciens) qui est une organisation de droit américain dans laquelle de nombreux professionnels de l’industrie des médias, des télécommunications et de l’armée sont impliqués.

Il ressort clairement des procès-verbaux du ICES en 2017 que l’ICNIRP a travaillé en étroite collaboration avec l’ICES sur la création des nouvelles lignes directrices en matière de sécurité des radiofréquences qui ont été publiées en mars 2020. »

Les compagnies d’assurance ont exclu depuis 2003 derrière la Lloyd tout dommage matériel et corporel dû aux ondes électromagnétiques.

De plus, les mesures de ces ondes numériques réalisées le sont avec des appareils conçus pour mesurer des ondes analogiques, c’est à dire que l’on prend en compte la puissance, en oblitérant les fréquences et le volume de datas. Source

Les états membres et la Commission Européenne ont la responsabilité de protéger leurs citoyens et doivent mettre en application le principe de précaution évoqué dans la résolution 1815 du Conseil de l’Europe : la plupart des pays de l’U.E compte environ 10 % de personnes présentant des symptômes d’électro hyper sensibilité.

Avec l’augmentation du budget européen prévu pour 2021 à 2027 (75 à 100 milliards d’euros), nous demandons la création d’un véritable organisme indépendant et compétent.

* (C) Pétition - Virer du conseil scientifique les membres sponsorisés par des labos !

69.090 signatures Lien pour signer

Destinataires :Celui ou ceux qui choisissent les membres du conseil scientifique, Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, OMS

Bonjour à tous,la crise du covid-19 a montré au grand jour les liens de sponsoring qui pouvaient exister entre un certain nombre de scientifiques censés conseiller le pouvoir politique, et les laboratoires. Il est anormal à mes yeux de voir le conseil scientifique rempli, non pas uniquement de personnes choisies pour leurs grandes compétences, mais aussi de personnes payées par des laboratoires (sponsoring et lobbying).

Comment peut-on, que l’on soit compétent ou non, être impartial dans ses choix lorsqu’on est payé par des laboratoires dont les produits peuvent directement faire partie des choix à faire ? Voici un article très instructif à ce sujet :
Revenus versés par BigPharma. A partir de 12 on a un foyer épidémique de conflits d’intérêts ?

* (C) Pétition - La 5G viole les droits de l’Homme : Stop 5G !

35.705 signatures Lien pour signer

Auteurs : Alliance Française et Europenne stop 5G
Destinataires : ASSEMBLEE Nationale, SENAT, CONSEIL d’ ETAT, PDG des Telecoms, ARCEP, ANSES, Parlement Europeen, ONU, Assemblée Nationale, Sénat

L’appel international 5G arrêt du déploiement de la 5G sur terre et dans l’espace a été validé et signé par plus de 250 scientifiques, appel qui a été enregistré au Parlement Européen et présenté à l’ONU.Plus de 250 scientifiques de plus de 40 pays ont exprimé leur « préoccupation sérieuse » concernant l’accroissement permanent et universel de l’exposition aux champs électromagnétiques par les technologies du sans-fil avant l’ajout du déploiement de la 5G.Ils font référence aux « nombreuses études scientifiques récentes qui ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d’exposition bien en-dessous des valeurs limites internationales ».

Ces effets accroissent le risque de cancer, le stress cellulaire, augmentent l’apparition de radicaux libres nocifs, de dommages génétiques, de changements structurels et fonctionnels du système reproductif, de déficits d’apprentissage et de mémoire, de désordres neurologiques, sanguins, cardiaques, nerveux et forts impacts négatifs sur le bien-être. Ces dommages n’affectent pas seulement l’homme mais aussi la faune et la flore selon un nombre croissant d’études. Les entreprises de télécommunications à l’échelle mondiale sont bien résolues, avec l’appui des gouvernements, à déployer dans les deux prochaines années, le réseau sans fil de cinquième génération (5G).

Cette décision produira ce qui est considéré comme un changement sociétal sans précédent à l’échelle mondiale.Nous aurons, ainsi, des maisons « intelligentes », des entreprises « intelligentes », des autoroutes « intelligentes », des villes « intelligentes » et des voitures autonomes. Pratiquement tout ce que nous achetons et possédons, depuis les réfrigérateurs et les machines à laver jusqu’aux cartons de lait, en passant par les brosses à cheveux et les couches pour bébés, contiendra des antennes et des micropuces et sera connecté sans fil à l’internet.

Toute personne sur terre aura accès instantanément à des communications sans fil à très haut débit et à faible latence, et ce dans les coins les plus reculés de la planète, jusque dans les forêts pluviales, au milieu de l’océan et dans l’antarctique.

Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que cette nouvelle réalité entraînera aussi un changement environnemental sans précédent à l’échelle planétaire. Il est impossible d’imaginer la densité prévue des émetteurs de radiofréquences. Outre les millions de nouvelles stations de base terrestres 5G qui seront installées et les 20 000 nouveaux satellites qui seront lancés dans l’espace, 200 milliards d’objets émetteurs, selon nos estimations, feront partie de l’internet des objets d’ici 2020, et un billion d’objets quelques années plus tard.

Chapitre 1 : Le déploiement de la 5G VIOLE LA DECLARATION DES DROITS DE L ’HOMME et le CODE DE NUREMBERG

Article 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
Article 5 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Article 7 : Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.
Article 8 : Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.
Article 12 : Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.
Article 30 : Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Le déploiement de la 5G viole le Code de Nuremberg :

Code de Nuremberg La déployer sur les populations représente une expérience technologique et médicale sur les populations et l’environnement sans le consentement des personnes, au péril de leur bien-être de leur santé et même de leur vie.

Pourquoi aussi "expérience médicale" ? Parce que les ondes EMF sont utilisées en médecine depuis les années 1920 au moins pour soigner, traiter des maladies, en RUSSIE, aux USA et dans d’autres pays du monde. Certaines ondes et fréquences peuvent soigner, d’autres peuvent blesser. C’est un fait scientifique et médical établi.

Que sont les fréquences de la 5G ? 3,5ghz, 26 Ghz, 60 Ghz ,et au-delà : FREQUENCES PULSEES TRES ELEVEES MICRO ONDES et MILLIMETRIQUES en systeme MIMO BEAM FORMING.

De façon à transmettre les énormes quantités de données nécessaires pour l’internet des objets, la technologie 5G, une fois pleinement déployée, utilisera des ondes millimétriques, qui ne traversent pas aisément la matière solide. Il faudra donc que les entreprises de télécommunications installent des stations de base tous les 100 mètres dans toutes les zones urbaines du monde entier. À la différence de la technologie sans fil des générations précédentes où une seule antenne diffuse des ondes sur une superficie importante, les stations de base de la 5G et les équipements connexes seront dotés d’antennes à balayage électronique actif qui, ensemble, émettront des faisceaux d’ondes électromagnétiques focalisés, orientables, analogues aux faisceaux laser qui se chevauchent entre eux.

Chaque téléphone 5G renfermera des dizaines d’antennes minuscules, qui ensemble, essaieront de capter un faisceau étroitement focalisé auprès du pylône le plus proche. La US Federal Communications Commission (FCC) a adopté des règles autorisant que la puissance effective de ces faisceaux atteigne 20 watts, soit dix fois de plus que les niveaux autorisés pour les téléphones actuels. Chaque station de base de la 5G renfermera des centaines voire des milliers d’antennes pointant simultanément de multiples faisceaux d’ondes électromagnétiques, analogues aux faisceaux laser, vers tous les téléphones mobiles et les autres appareils de son aire de service. Cette technologie est dite à « entrées et à sorties multiples » ou MIMO.

Selon les règles de la FCC, la puissance rayonnée effective des faisceaux d’une station de base de la 5G pourrait atteindre 30 000 watts pour 100 MHz du spectre, ce qui équivaut à 300 000 watts par GHz de spectre, c’est-à-dire des niveaux de puissance des dizaines voire des centaines de fois supérieurs aux niveaux autorisés pour les stations de base actuelles. La 5G utilise des ondes électromagnétiques autrefois utilisées dans le domaine militaire dans la gamme des extrêmes hautes fréquences (EHF) provoquant des dommages considérables à tout ce qui est fait majoritairement fait d’eau (dont nous humains sommes constitués). Les effets sur le cerveau sont aussi bien connus aujourd’hui.

ETUDES :
* des Armees :

* CIA : file :///Users/user/Downloads/cia-millimeter-waves-1.pdf

Dr Martin Pall :

C’est donc bien une expérience industrielle, médicale voire militaire sur les populations.

AVIS du PARLEMENT EUROPEEN :

2 - Résolution 1815 du Conseil de l’Europe :

« Compte tenu de ce qui précède, l’Assemblée recommande aux Etats membres du Conseil de l’Europe :
8.1.4 de porter une attention particulière aux personnes « électrosensibles » atteintes du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques et de prendre des mesures spéciales pour les protéger, en créant par exemple des « zones blanches » non couvertes par les réseaux sans fil. »

Chapitre 2 : POLLUTION

Pollution ELECTROMAGNETIQUE : La 5G augmenterait le brouillard électromagnétique existant déjà beaucoup trop élevé avec, entre autres, la 2, 3 et 4G, le wi-fi, le bluetooth, les compteurs communicants d’électricité (Linky), d’eau et de gaz (Gazpar) et leurs infrastructures annexes. avec des ondes jamais encore utilisées , au spectre de fréquence micro-ondes et millimétrique, extrêmement nocives pour le vivant

Pollution ENERGETIQUE : Explosion de la consommation électrique , de la facture énergétique, de l’exploitation de matériaux rares avec travail d’enfants en Afrique, mise au rebut de milliards de tel portables obsolètes.

Danger CYBER SECURITE : voir la presse mainstream.

Chapitre 3 : 5G ET SOCIETE - le BIG RESET

Travail, lien social, qualité de vie, respect de la personne humaine : ’ THE BIG RESET ’

la 5G annonce et entérinerait le projet global et globaliste de société mondiale, aberrant, inhumain, avec chômage massif, mépris du travail humain, de la biologie humaine et, in fine, transhumanisme :

le site du World Economic Forum décrit en détails ce ’monde d’après’ sous 5G du ’ Big Reset’

La 5G fait partie et est une nécessité absolue pour ce qu’ils nomment le ’ Big reset’ ou ’ le monde d’apres’ :

Organise de fond en comble par les Globalistes, les fers de lance du Big Reset sont la 5G puis la génétique, la modification OGM , du génome des humains, la bio technologie, la nano technologie , les neura links, Intelligences artificielles , Robots, mixage de l’homme et des ordinateurs, smart dust, nano bots, nano bots medecine, vaccins à RNA etranger, vaccins par technique Crisp d’ inserts d’ ADN étranger, vaccins et par electro portation , ID numérique pour tous ou ID 2020, V pass ou V code numérique sur smart phone = passeport de sante , carnet de vaccination numérique sous la peau, nano particules invasives dans les vaccins, etc.
voir

Le réseau 5G servira de support pour l’internet des objets (IdO), le "tout connecté" avec des milliards de micro chips dans toutes les variétés d’objets de la vie courante, de la voiture à la télévision au frigo en passant par la brosse à dents les vêtements, pour aller vers l’agenda tout numérique "tout connecté" dont parle Monsieur Macron et tous les autres chefs d’Etat. Selon ce ’Big Reset’ les villes doivent devenir des Smart Cities gérées par l’intelligence artificielle, avec des robots ou systèmes de AI de plus en plus présents , sacrifiant des millions d’emplois, sacrifiant insectes abeilles , de très nombreux oiseaux et arbres, impactant la santé des habitants et provoquant des maladies chroniques et des deces des personnes les plus fragiles. Les personnes agées n’y auront quasiment plus de place.

SURVEILLANCE : La 5G est LA technologie nécessaire à la SURVEILLANCE massive, au traçage de tous en tout lieu , au V code ou ’ health passport " post covid, à la Biometrie, à la reconnaissance faciale :

TOUS SURVEILLES / ARTE

Chapitre 4 : DESASTRE ENVIRONNEMENTAL pré- deploiement et post- deploiement de la 5G :

5/ Les ondes utilisées, dites micro ondes ou ondes millimétriques sont facilement bloquées par des obstacles comme les feuilles des arbres .qu’il faut donc enlever des arbres a défaut d’augmenter la fréquence de pénétration des ondes. et c’est ce qui se passe dans de nombreuses villes Europeennes et en France

La nocivité des ondes électromagnétiques pulsées est déjà démontrée par des milliers de publications scientifiques indépendantes des multinationales des télécoms, comme le rapport Bioinitiative de 2012 qui montre des dégâts irréversibles sur tous les êtres vivants annonçant une catastrophe sanitaire et écologique à venir. Des effets très néfastes ont été constatés sur les oiseaux, les souris et les rats, les insectes (abeilles, fourmis, mouches) ainsi que des vers nématodes et des bactéries et les mammifères.
Dans leur hâte à mettre en œuvre la 5G et encourager l’utilisation sans contraintes de l’espace, l’Union européenne, les États-Unis et les gouvernements nationaux à l’échelle mondiale prennent des mesures pour assurer un environnement réglementaire « libre d’obstacles ». Aussi interdisent-ils aux autorités locales d’appliquer les lois environnementales , et, « dans l’intérêt d’un déploiement rapide et rentable », ils suppriment « les fardeaux inutiles … comme les procédures de planification locales (décret Etat français durant le confinement 2020 permettant aux télécoms de passer au dessus des mairies et procéder à des rapides installations d’antennes sans concertation avec la commune ni autorisation des Mairies).

Les animaux de ferme souffrent déjà terriblement de dommages liés aux champs électromagnétiques et en meurent, des éleveurs en France ont assigne l’état en justice à ce propos. Les EMF émis par des antennes relais, téléphonie mobile exponentielle, et autres sources font que les oiseaux sont en disparition mondiale a cause de ces champs EMF toxiques les irradiant dans leurs habitats naturels et durant leurs migrations . Concernant les abeilles elles tombent mortes dans les zones 5G , les insectes disparaissent totalement, les arbres exposés aux antennes proches se dessèchent et meurent, ce qui est déjà le cas avec la 4G LTE (Californie, Usa UK, London, Europe).

La 5G : irradiante partout en ville dans le mobilier urbain , "small cells" cachées dans tout le mobilier urbain mais aussi sur les routes, les autoroutes, tout près des trajets en TGV et dans les campagnes ou villages à terme :

La 5G n’est efficace que sur des courtes distances. Elle nécessitera le déploiement d’un réseau très dense de petites antennes très proches les unes des autres, aussi cachées sous terre, sur les lampadaires LED de rue , arrêts de bus, panneaux, petites bornes 5G wifi plantées sur le trottoir ,boîtiers de wifi WIGI à 60 Ghz arrimés aux bâtiments et aux maisons privées, cela de partout : près des habitations , des crèches, des hôpitaux des bureaux et dans les rues.

Investir dans le développement du réseau de fibre optique permettrait une vitesse de communication 10 000 fois plus grande que celle du sans-fil à l’abri des cyberattaques et sans danger pour la santé et l’environnement.

CHAPITRE 5 : Viol de l’ESPACE et des Traites internationaux de non prolifération de technologies et armes dans l’Espace

ESPACE :40 000 à 50 000 satellites 5G dans l’espace en basse orbite sont prévus par les sociétés privées Space X de Elon Musk , One Web,Amazon, Face book, et d’autres compagnies. Elon musk en a déjà lancé une bonne centaine (sur des milliers )
Stations de base spatiales de la 5G : Au moins cinq entreprises proposent d’offrir la 5G depuis l’espace, à partir de 20 000 satellites regroupés en basse et moyenne orbite qui couvriront la terre de puissants faisceaux d’ondes électromagnétiques focalisés et orientables (balayage électronique actif).
Chaque satellite émettra des ondes millimétriques ayant une puissance effective de rayonnement pouvant atteindre 5 millions de watts depuis des milliers d’antennes disposées en réseaux à commandes de phase (permettant un balayage électronique).

Même si l’énergie qui frappe le sol à partir des satellites est moins puissante que celle transmise par les antennes terrestres, elle touchera des régions reculées qui échappent au balayage d’autres émetteurs et s’ajoutera au rayonnement induit par les milliards d’objets connectés grâce aux antennes relais de la 5G basées au sol.

Mais qui plus est, les satellites stationneront dans la magnétosphère de la Terre, qui exerce une influence importante sur les propriétés électriques de l’atmosphère. L’altération de l’environnement électromagnétique de la Terre pourrait bien représenter une menace encore plus grande pour la vie que le rayonnement des antennes basées au sol. Des astronomes par centaines demandent l’arrêt des lancements de satellites 5G. L’espace selon les traités et principes des nations unies relatif à l’espace extra-atmosphérique (1967), les activités prenant place dans l’espace extra-atmosphérique doivent être menées « de manière à éviter les effets préjudiciables de leur contamination ainsi que les modifications nocives du milieu terrestre » (art. IX)

Les Lignes directrices aux fins de la viabilité à long terme des activités spatiales (2018) indiquent que « Les États et les organisations internationales intergouvernementales devraient [...] tenir compte, dans la mesure du possible, des risques, pour les personnes, les biens, la santé publique et l’environnement, associés au lancement, à l’exploitation en orbite et au retour des objets spatiaux » [ligne directrice 2.2 c)].

Chapitre 6 : VIOLATION des CONVENTIONS INTERNATIONALES :

Déployer la 5G revient à mener une expérience scientifique, technologique et médicale sur les populations du globe et sur tout l’environnement naturel.Ceci représente, incluant à la fois le déploiement 5G terrestre et le déploiement de milliers de satellites 5G en orbite terrestre basse :

un viol des Conventions Internationales
un viol de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme,
un crime selon le code de Nuremberg

Des ententes internationales sont violées :

La Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) énonce que « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne » (art. 3).

Enfants et devoir de diligence

Selon la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies « Les États parties s’engagent à assurer à l’enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être » (art. 3), « assurent dans toute la mesure possible la survie et le développement de l’enfant » (art. 6) et « à lutter contre la maladie et la malnutrition [...] compte tenu des dangers et des risques de pollution du milieu naturel » (art. 24 c)).

Le Code de Nuremberg (1947) s’applique aux expériences sur les êtres humains, ce qui inclut par conséquent le déploiement de la 5G lequel introduit un niveau d’exposition plus élevé et inédit au rayonnement de radiofréquence, dont l’innocuité n’a pas fait l’objet de test au préalable.

Or, « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel » (art. 1).

L’exposition à la 5G sera involontaire. « L’expérience ne doit pas être tentée lorsqu’il y a une raison a priori de croire qu’elle entraînera la mort ou l’invalidité du sujet » (art. 5).

Les conclusions de plus de 10 000 études scientifiques et la voix de centaines d’organisations internationales représentant des centaines de milliers de membres ayant subi des dommages invalidants et ayant été déplacées de leurs foyers par les installations de communications sans fil déjà en place, sont « des raisons a priori de croire que la mort ou l’invalidité » pourraient survenir.

Un viol des Conventions internationales sur l’Espace et celles de la Protection de l’environnement.

Une atteinte de type terrestre et spatiale, de la sécurité de millions voire milliards de personnes et de tout écosystème terrestre ainsi qu’une atteinte à la Sécurité militaire et celle des prévisions météo mondiales.

Environnement

La Déclaration de Stockholm de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement (1972) énonce que « Les rejets de matières toxiques ou d’autres matières [...] en des quantités ou sous des concentrations telles que l’environnement ne puisse en neutraliser les effets doivent être interrompus de façon à éviter que les écosystèmes ne subissent des dommages graves ou irréversibles » (principe 6).

La Charte mondiale de la nature (1982) préconise que « les activités qui risquent de causer des dommages irréversibles à la nature seront évitées [...] [et lorsque les effets nuisibles éventuels de ces activités ne sont qu’imparfaitement connus, ces dernières ne devraient pas entreprises » (art. 11).

D’après la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement (1992), « Les États ont [...] le devoir de faire en sorte que les activités exercées dans les limites de leur juridiction ou sous leur contrôle ne causent pas de dommages à l’environnement dans d’autres États ou dans les zones ne relevant d’aucune juridiction nationale. » (principe 2)

Le Rapport du Sommet mondial pour le développement durable (2002) des Nations Unies fait état du besoin urgent de « Lancer des initiatives internationales [...] pour trouver des solutions politiques nationales et régionales plus efficaces aux risques que fait peser l’environnement sur la santé [par. 54 k)]. La Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles (2017) recommande que « Les Parties [...] prennent toutes les mesures appropriées pour prévenir, atténuer et éliminer, le plus possible, les effets nuisibles sur l’environnement, notamment ceux causés par les substances radioactives, toxiques et autres substances et déchets dangereux. »

Chapitre 7 : les NORMES internationales de sécurité établies par l’IRCNIP sont invalides :

Les études scientifiques valides et indépendantes doivent être utilisées pour la cessation du déploiement de la 5G en France et en Europe. Les normes de l’Ircnip, servant de base à l’Arcep, à l’Anses aux télécoms et aux états dans le monde, n’ont aucune valeur scientifique et médicale :

Les organismes de réglementation ont délibérément exclu les preuves scientifiques d’effets nocifs l’industrie et les gouvernements sont les seules parties prenantes au débat sur le développement de la 5G, tandis que les scientifiques spécialistes des champs électromagnétiques internationaux de renom qui ont documenté les effets biologiques sur les êtres humains, les mammifères, les insectes et les végétaux, ainsi que les effets alarmants sur la santé et l’environnement dans des milliers d’études publiées dans des revues dotées de comités de lecture ont été exclus.

La raison qui explique le caractère inadéquat des lignes directrices actuelles applicables à la sécurité est que les conflits d’intérêt des organismes chargés d’établir les normes « en raison de leurs relations avec les compagnies de télécommunication ou d’électricité empêchent de parvenir à l’impartialité qui devrait régir l’établissement des normes d’exposition publique au rayonnement non ionisant » 92 . Le professeur émérite Martin L. Pall décrit de manière détaillée les conflits d’intérêt, et il dresse la liste des études importantes qui ont été exclues, aux chapitres 1, 5 et 6 de son examen de la littérature

Dans la résolution de 2008 de l’Évaluation à mi-parcours du plan d’action européen en matière d’environnement et de santé 2004-2010 , « le Parlement européen [...] constate que les limites d’exposition aux champs électromagnétiques fixées pour le public sont obsolètes, [...] que ces limites ne tiennent évidemment pas compte de l’évolution des technologies de l’information et de la communication ni, d’ailleurs des recommandations préconisées par l’Agence européenne pour l’environnement ou encore des normes d’émission plus exigeantes prises, par exemple, par la Belgique, l’Italie ou l’Autriche et qu’elles ne tiennent pas compte de groupes vulnérables comme les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants ; »

D’après la Résolution 1815 (Conseil de l’Europe 2011), il faut « Prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables, et tout particulièrement l’exposition des enfants et des jeunes [...] ».

La santé de tous les citoyens du monde entier et de ceux de la FRANCE et de tous les écosystèmes est en jeu ainsi que nos libertés et le droit à la vie privée.

Toute information nécessaire aux Maires, aux Ministres, aux Sénateurs aux Députés, aux particuliers, aux médecins, aux associations pour l’environnement et les études scientifiques en lien se trouvent ici dans l’appel international stop 5G Terre et Espace :
Merci.

ACTIONS :

- Envoyer cette pétition à votre mairie ou à votre député
- Envoyer cette pétition au Sénat
- Envoyer cette pétition à des avocats anti 5G (my smart cab ou autre)
- Boycotter tout tel 5G et tous les objets connectés sans fil
- Préférer une connexion filaire au wi-fi chez soi
- Limiter autant que possible l’utilisation du téléphone mobile ; le mettre en 3G pour réduire l’exposition .
- Diffuser l’information sur le scandale de la 5G.
- Interpeller les professionnels de santé, votre opérateur de téléphonie mobile, votre maire, vos régions et les ministres de la SANTE, de l’urbanisme, de l’ ECOLOGIE, la presses et médias locaux.

SIGNER l’ AUTRE pétition : lettre aux maires de France stop 5G :

* (C) Pétition - #TouchePasAmonLac : NON à la contamination Nucléaire du « Lac du Der » et de la Seine !

16.904 signatures sur 30.000 Lien pour signer

Un projet de Laverie et stockage de matériaux issus de l’industrie nucléaire est en train de voir le jour juste en amont du lac du Der, à 2h de Paris. Ce lac est une retenue d’eau permettant de contenir le débit de la marne et éviter à Paris de subir une nouvelle crue centenale. Construit en 1974 après avoir englouti 3 villages, la Nature y a finalement repris ses droits . Des millions de visiteurs viennent chaque année profier de ce spectacle et des grandes migrations. Stoppons ce projet écocide qui porte un risque de contamination du Lac, de la Marne et de la Seine !

Contexte : Après une enquête publique bâclée et incohérente, malgré 87% d’opinions négatives, l’arrêté préfectoral n°52-2020-06-051 du 8 juin 2020 a autorisé l’installation de la première unité de blanchissage et de stockage de matériaux destinés au secteur nucléaire en dehors du périmètre d’une centrale nucléaire. La multinationale américaine UNITECH Services SAS - bien connue du monde judiciaire pour ses exploits environnementaux - va donc s’installer sur les bords de la rivière Marne dont l’essentiel du débit est régulé par le plus important des grands Lacs de Seine.

Impact/conséquences : Les effluents seront rejetés de manière massive dans la Marne à quelques dizaines de kilomètres des sources de la Marne. Composés d’uranium 238, de plutonium 244, de cobalt, de chlorure et surtout de phosphore (responsable de la prolifération des algues et des cyanobactéries) lesdits rejets conduiront à interdire toutes activités de loisirs, de baignade mais encore de pêche, dans les plans d’eau concernés.

La nature des rejets des cheminées de l’atelier de décontamination (mercure, plomb, arsenic, etc.), les fragilités du sous-sol, la faiblesse du débit de la rivière au point de rejet et les risques de sédimentation subséquents sont autant d’éléments qui conduiront à des dommages environnementaux irreversibles. Aujourd’hui destiné à réguler le cours de la rivière Marne et éviter la crue centenale de la seine, le second plus grand bassin de rétention de l’Union européenne pourrait devenir demain, dans le contexte du réchauffement climatique, un réservoir d’eau douce et d’irrigation des cultures situé à moins de 2h de Paris.

Ce que l’on demande

* La réalisation d’une expertise sur la fiabilité des données produites par UNITECH et sur la configuration de la rivière en point de rejet des eaux usées.

* La prise en compte par les services de l’État des réserves et les objections émises par l’autorité environnementale (MRAe) et l’agence régionale de santé (ARS), mais restées sans réponse.

* La modification du procédé d’exploitation de la laverie basé uniquement sur la technique la moins onéreuse et, à défaut de se prémunir des risques environnementaux irreversibles : son abandon.

Actions, appel à Signature

- Distribution de flyers samedi 29/8 et dimanche 30/8 (14h-16h), plages du Lac du Der, port de Giffaumont. Lieux et horaires de rdv précis à retrouver sur la page facebook du "Collectif contre Unitech"

- envoi de courrier à tous les élus du canton de Sermaize les bains (51) et à tous les maires des Communes bordant la Marne jusque Maison Alfort.

- sollicitation de certains médias sociaux et politiques nationaux une fois la réalisation d’un court clip vidéo pour faire comprendre les relations entre la Marne, le lac, la Seine et le risques induits de la blanchisserie nucléaire.

- Action collective en Justice pour stopper le projet

* (C) Pétition - Menaces de mort contre le prix Nobel de la paix 2018 : l’ONU se doit de protéger en urgence le Dr Denis Mukwege avec la Monusco

32.323 signatures Lien pour signer

Auteur : Dre Muriel Salmona, présidente de Mémoire Traumatique et Victimologie, membre du comité scientifique de la chainre Mukwege
Destinataires:M. Antonio GUTERRES, Secrétaire Général des Nations Unies ; Mme Michelle BACHELET Haute Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme ; M. Jean Pierre Lacroix, Secrétaire Général Adjoint aux Opérations de Maintien de la Paix, Mme Pramilla Patten, Représentante Spéciale chargée de la question des violences sexuelles en temps de conflit ; M David Sassoli, Président du Parlement Européen et Mme Ursula Von Der Leyen, Présidente de la Commission Européenne
La pétition

Dans le contexte de la République Démocratique du Congo (RDC), seule une protection internationale telle que la Monusco (Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo) peut protéger efficacement le Dr Denis Mukwege des graves menaces qui pèsent sur lui.

Il serait inconcevable et particulièrement choquant que ce grand de défenseur des droits humains, prix Nobel de la paix, qui continue au péril de sa vie de dénoncer les massacres et les viols utilisés comme armes de guerre en RDCongo, de réclamer justice pour ces crimes, et d’offrir aux victimes de ces exactions, principalement des femmes et des filles un lieu de soin sécurisé dans son hôpital Panzi ; ne bénéficie pas de la protection internationale de l’ONU.

Nous exhortons donc expressément l’ONU de re-déployer en urgence une brigade de la Monusco pour protéger le Dr Denis Mukwege, sa famille ainsi que l’hôpital Panzi et son personnel. L’absence de mesures prises pour mettre rapidement en œuvre la protection de la Monusco signifierait que l’ONU renonce à sa mission fondatrice.

La vie du Dr Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, est en grave danger. Depuis plusieurs semaines il reçoit quotidiennement des messages de haine et des menaces de mort chaque jour plus pressants. Ce chirurgien-gynécologue, fondateur et médecin-directeur de l’hôpital Panzi, qui soigne et aide les femmes et les filles victimes de violences sexuelles est menacé en raison de son engagement auprès femmes et des filles des victimes de viols et des victimes des massacres de civils qui sont perpétrés en RDC en toute impunité depuis des décennies par des groupes armés ; ces menaces sont également des représailles à la suite de sa dénonciation de nouveaux massacres. Ces menaces qui pèsent sur le Dr Denis Mukwege comme sur sa famille sont inacceptables et doivent cesser.

Nous avons d’autant plus peur que Denis Mukwege a déjà été victime en 2012 d’une tentative d’assassinat qui a coûté la vie à son gardien qui avait tenté de s’interposer pour le protéger. En réaction, l’ONU avait alors mis en place jusqu’à il y a quelques mois une brigade de la Monusco en charge de sa sécurité.

Or à ce jour le Conseil de sécurité des Nations unies n’a pas proposé de redéployer cette brigade de la Monusco ; à la place l’ONU demande au gouvernent congolais l’ouverture d’une enquête impartiale et le déploiement d’une brigade de la police nationale congolaise. Cette proposition n’a aucun sens puisqu’il est bien documenté que des ex-membres de ces groupes armés, soupçonnés d’être des auteurs de viols et de massacres, ont intégré cette institution. Une telle « protection » risquerait donc au contraire d’aggraver le danger non seulement du Dr Denis Mukwege et du personnel de son hôpital mais aussi celle des survivantes de viols soignées dans son hôpital, risque qu’il est impensable de prendre.

Nous soutenons le courageux combat du Dr Denis Mukwege contre l’impunité, et demandons avec lui que les préconisations du rapport Mapping de l’ONU (2010) sur les centaines de massacres (plus de 600) commis en RDCongo de 1993 à 2003 soient enfin prises en compte et appliquées, avec notamment la création d’un Tribunal Pénal International pour la RDCongo et/ou la création de chambres mixtes composées de juges internationaux et congolais.

Appel co-signé par

Dominique Attias, avocate, vice Bâtonnière et future présidente de la fédération des Barreaux d’Europe
Céline Bardet Juriste - Marraine pour la création d’un TPI Congo, Fondatrice de l’ONG We Are NOT Weapons Of War
Anne Baudeneau, membre du bureau de Le Monde à travers un regard et de Mémoire Traumatique et Victimologie
Andréa Bescond, actrice réalisatrice
Adélaïde Bon, autrice
Sébastien Boueilh, fondateur-directeur de Colosse aux pieds d’argile
Vanessa Aiffe-Ceccaldi, comédienne
Laurence Cohen, sénatrice
François Croquette, Ambassadeur des droits de l’Homme au ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères
Emilie Cviklinski, militante féministe
Christian David, ONU
Véronique De Keiser députée européenne honoraire, Professeur Extraordinaire émérite à l’Université de Liège, Présidente du Comité scientifique de la Chaire Internationale Mukwege.
Fatima-Ezzahra Benomar Cofondatrice des effronté-es
Sokhna Fall, anthropologue, victimologie, thérapeute familiale, vice-présidente de Mémoire Traumatique et Victimologie
Aude Fievet, vice-présidente de Le Monde à travers un regard
Laurence Fisher, Ambassadrice pour le sport au ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères
Arnaud Gallais, directeur d’Enfant présent et co-fondateur du collectif Prévenir et Protéger
Geneviève Garrigos, conseillère de Paris
Isabelle Gillet-Faye, directrice de la fédération GAMS
Ingrid Guulbraa, membre de Le Monde à travers un regard
Olivia Hicks, médecin du travail
Mie Kohiyama, présidente de MoiAussiAmnésie
Sonia Laffargue, vice-présidente de Le Monde à travers un regard
Anne-Marie Lemoigne, vice-présidente de Le Monde à travers un regard
Dr Gilles Lazimi, Medecin Géneraliste, Pr associe medecine generale Sorbonne Universite, Membre de SOS FEMMES 93
Lyes Louffok, membre du conseil de la protection de l’enfance
Eric Metayer, auteur réalisateur
Sylvie Meyer, réalisatrice
Martine Nativi, militante féministe
Diariata N’Diaye, fondatrice de Resonantes
Marie Rabatel, présidente de l’association francophone des femmes autistes AFFA
Michèle-Anne Rannou, co-présidente de Le Monde à travers un regard
Sury Rojtman, porte parole du collectif national pour le droit des femmes
Ernestine Ronai, responsable de l’Observatoire des violences faites aux femmes en Seine-saint-Denis
Jean-Pierre Salmona, cardiologue, webmaster de Mémoire Traumatique et Victimologie
Laure Salmona, co-fondatrice de Féministes contre le cyberharcèlement
Homayra Sellier, présidente d’Innocence en danger
Anne Sillinger, artiste féministe
Bérangère Taxil, professeure de droit international, membre de la chaire Mukwege
Judith Trinquart, médecin légiste-addictologue-de santé publique, Secrétaire Générale de Mémoire Trauma, Membre du CA de l’Amicale du Nid, Expert près du Tribunal de Versailles, Responsable de la consultation Demande d’Asile Hôpital de Montreuil.

* (E) Pétition - Taxer les grandes multinationales pour la transition écologique

36.730 signatures Lien pour signer

Auteur : Jehan Destinataire : Emmanuel Macron (Président de la République)
ONU, Le peuple

"L’homme ne fait pas la nature, mais la nature fait l’homme"

Bonjour à tous, aujourd’hui, j’aimerai proposer une pétition pour avancer la transition écologique car la situation est de plus en plus urgente, en mettant une taxe aux entreprises telles que Kfc, Mcdonald, Burger King, Apple, Xiaomi, Zara etc...

Cette taxe est complètement justifiée car le but de ces entreprises est de profiter du système néolibéraliste en payant parfois 0 euro d’impôts ou en évitant certains paiement en plus. La plupart détruisent l’environnement et s’en dédouane. Cette taxe comprendra l’utilisation de la climatisation dans les grandes galeries ou magasins parce que certains par exemple laissent ouverte leur porte. L’isolation du bâtiment en fera aussi partie. La production excessive de vêtement ou produit électronique feront partie de cette taxe également.

De ce qui est pour les firmes avec de la nourriture ils devront être taxés, pour tous les produits mauvais pour l’environnement et la santé : phosphate huile, perturbateurs, etc... et de plus, ils encouragent l’élevage intensif d’animaux, cela devra être pris en compte.

L’électricité fournie par énergie fossile dans le magasin en question sera encore plus taxée. Pour les grandes entreprises de vêtements les taxer (2ème raison de la pollution) surtout que la plupart s’en achète pour l’apparence.

Cette taxe devrait aller de 5% à 10% du chiffre d’affaires dans le pays où il est car cette taxe devrait s’effectuer en Europe. Car c’est là que cette consommation excessive se fait. Aidons notre futur et la planète en permettant ces taxes ! Merci pour votre signature !

* (E) Pétition - Interdiction définitive des néonicotinoïdes ( Non au rétropédalage Pompili)

54.272 signatures Lien pour signer

Auteur : Happyculteur. Destinataire(s) : Barbara Pompili (Ministre de la Transition écologique ), Mesdames, Messieurs les députés

Nous vous demandons d’agir de façon définitive sur l’interdiction de l’utilisation de tous les pesticides neurotoxiques, néonicotinoïdes dans l’agriculture. Les évaluations de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ainsi que des études scientifiques indépendantes démontrent la dangerosité de ces insecticides pour les abeilles et font un lien entre ceux-ci et l’effondrement des colonies d’abeilles à travers le monde.

La Cour d’appel de Californie a décidé l’arrêt de l’utilisation du Sulfoxaflor en septembre 2015 suite à des plaintes déposées par des défenseurs des abeilles et de l’environnement. Le tribunal a motivé sa décision par la « dangerosité pour les abeilles » et par le manque de « preuves substantielles » fournies par le fabricant. (Ce qui a peut être encouragé Mme Pompili à proposer une loi contre ces pratiques le 22 Juin 2016)

Nous vous demandons en conséquence d’agir sans plus attendre pour faire interdire ce rétropédalage. Les conclusions de nombreuses études scientifiques convergent pour établir avec certitude les effets néfastes de ces produits neurotoxiques sur l’environnement :
✔ contamination des cours d’eau ;
✔ contamination de la flore et de la faune sauvages ;
✔ pollution durable des sols.

Mais aussi, concernant la santé humaine, il a été démontré l’incidence possible sur le développement du système nerveux humain et son rôle probable comme perturbateur endocrinien.

Aujourd’hui Madame Pompili, et le gouvernement annoncent, une modification législative à l’automne pour autoriser les agriculteurs à utiliser dès 2021 et jusqu’en 2023 maximum, sous "conditions strictes", des semences de betteraves enrobées d’un insecticide interdit depuis 2018, afin de "pérenniser" la filière sucrière française, malgré l’opposition des apiculteurs et défenseurs de l’environnement. Nous ne pouvons entendre ce discours sur l’utilisation de pesticides neurotoxiques, tueurs d’innombrables insectes (appelés) nuisibles mais aussi utiles comme les abeilles et les bourdons, absolument inadmissible d’un point de vue écologique, éthique et légal.

Nous comptons sur vous pour agir dans l’intérêt général et non dans l’intérêt des multinationales de l’agrochimie dont l’unique objectif est d’augmenter leurs bénéfices, au détriment de la santé des agriculteurs et des citoyens français, de la biodiversité et des générations futures.
En vous remerciant vivement de votre attention, je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs les députés, l’expression de mes salutations les plus respectueuses.

* (C) Pétition pour une commission d’enquête sur la Nouvelle Route du Littoral à la Réunion 974)

109 signatures sur 200 Lien pour signer

Rézistan’s Egalité 974 a lancé cette pétition adressée à ELU-E-S DE LA REUNION

Étant entendu :

  1. Que l’impact écologique et environnemental de la construction de la route digue reste imprécis et problématique ;
  1. Que l’imprévoyance en matière de fourniture des tonnes de matériaux nécessaires impose l’ouverture de carrières sans aucune expertise préalable ;
  1. Que sur le plan financier, les dépassements budgétaires, les surcoûts et retards permettent déjà d’affirmer que cette route est la plus chère au monde ;
  1. Qu’à ce jour il n’y a aucune suite à l’enquête du Parquet National Financier, pourtant auto-saisi depuis 2015, en ce qui concerne les conditions d’attribution des marchés publics de la NRL.

… Nous, Pétitionnaires, demandons que soit adoptée la Résolution numéro 2413 déposée à la Présidence de l’Assemblée Nationale le 13 novembre 2019, et demandant dans son article unique la création d’une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale pour une totale transparence concernant le chantier de la Nouvelle Route du Littoral à la Réunion.

* (C) Pétition en soutien à Tran To Nga et aux victimes de l’agent orange.)

7.576 signatures sur 6000demandées
Lien pour signer

Cette pétition en ligne s’ajoute aux 4 000 signatures déjà recueillies sur papier. Il y a plus de 40 ans, la guerre du Vietnam s’achevait. Pourtant des familles entières souffrent encore des effets de la guerre chimique américaine menée entre 1961 et 1971. Aujourd’hui, plus de 3 millions de personnes souffrent de maladies graves, de cancers et de handicaps suite aux épandages de défoliants et d’herbicides, en particulier l’Agent Orange contenant de la dioxine. Plusieurs centaines de milliers d’enfants forment une 3e et une 4e génération de victimes atteintes de malformations et de dysfonctionnements graves du système immunitaire et nerveux.

Les industriels connaissaient le danger de l’Agent Orange sur la santé humaine en le fabriquant et en ont augmenté la toxicité pour pouvoir le produire en masse. Depuis 40 ans, ni le gouvernement américain, ni les fabricants de l’Agent Orange n’ont accepté de reconnaître pleinement leur responsabilité vis-à-vis des victimes. En février 2009, la cour suprême des Etats-Unis déboutait les victimes vietnamiennes de leurs plaintes contre les 37 entreprises ayant fabriqué le défoliant (principalement Monsanto et Dow Chemical) alors qu‘en 1984, les anciens combattants américains souffrant des mêmes maux avaient été indemnisés pour retirer leur plainte.

L’utilisation de l’Agent Orange au Vietnam qui est pourtant le plus grand écocide et la plus grande guerre chimique de l’histoire reste encore trop méconnue. Face à cette tragédie, des citoyens et associations du monde entier se mobilisent au travers d’une campagne internationale pour :
• soutenir les actions en justice contre les fabricants de l’Agent Orange notamment celle en cours de Tran To Nga, victime vietnamienne de nationalité française au Tribunal d’Evry

• exiger qu’une aide sociale et médicale soit apportée d’urgence aux populations les plus touchées
• témoigner pour que ce drame ne soit pas oublié et serve pour les générations futures.

Collectif Vietnam-Dioxine.

Les associations faisant partie du collectif : Ad@ly, AAFV (Association d’Amitié Franco-Vietnamienne), ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), le Comité français pour le village de l’Amitie Van Canh, Droit et Solidarité, FaAOD (Fonds d’alerte contre l’Agent Orange/Dioxine), le Mouvement de la Paix, MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), Sông Viêt (Section francophone de l’Union Générale des Vietnamiens de France), Union des Etudiants Vietnamiens en France, Union des Jeunes Vietnamiens de France, Vietnam, les Enfants de la Dioxine.

* (E) Arrêtons le plastique à l’île de la Réunion !)

39.721 signatures Lien pour signer

Auteur : Réunion la Terre . Destinataire(s) : Cyrille Melchior ( Président du conseil départemental de La Réunion ), Huguette Bello, Jacques Billant, Olivier MERUYES, Fabien FAUCHARD

Malgré la directive européenne actée le 27 mars, nous avons décidé de créer cette pétition afin de poursuivre notre combat contre l’usage des plastiques à l’île de la Réunion. En effet :
- Des animaux (dont certains étant endémiques) ingurgitent nos déchets et cela aggrave leur santé jusqu’à provoquer leur extinction.
- Certains poissons et animaux mangent ces déchets, les mêmes bêtes qui arrivent dans nos assiettes (nous mangeons l’équivalent d’une carte de crédit par semaine).
- Le plastique tue environ 1,5 millions d’animaux par an !

Nous nous devons d’accélérer la prise de conscience collective. La quantité de plastique dans les océans pourrait tripler d’ici 2040 si rien n’est fait. Et cela a un impact catastrophique sur la biodiversité marine et terrestre. 47% des déchets retrouvés en mer sont des objets en plastique à usages uniques. Changeons nos actes, pour le bien fait de notre monde, et de ses habitants ! Cela ne changera rien à nos habitudes et à notre confort.Si vous voulez agir et nous soutenir, je vous invite à signer notre pétition et à la partager !

* (C) Christophe est un lanceur d’alerte !)

15.914 signatures Lien pour signer

Auteurs : Les Citoyens Eclairés
Destinataire : Emmanuel Macron (Président de la République)
Christophe est ehs (électro hyper sensible) ; il habite Rennes et a vu se densifier l’électrosmog ambiant avec la 3G la 4G, essai de 5G à la Gare, et le système linky. Il a entendu régulièrement d’autres personnes électro hyper sensibles au sein des associations « alterondes 35 » et « AALGA Bretagne » se plaindre de douleurs, de souffrances, d’exclusion et en a été ému. Devant le pilonnage de la société Enedis, et le déni de l’État, il a choisi d’agir : et a démonté méthodiquement quelques dizaines concentrateurs du système linky qui injectent sur nos réseaux électriques pas moins de 30 à 90 khz en G3, lesquels réseaux domestiques non blindés sont prévus pour recevoir du 50 hz. Trois restaient en attente.

Le 3 juillet 2020, il a vu débarquer chez lui une dizaine de gendarmes qui l’avaient repéré en installant des caméras à proximité de certains concentrateurs. Et il leur a donné les composants de ses prises, triés méticuleusement dans des bacs, le plastique d’un côté, les terres rares (extrêmement polluantes) de l’autre, en vue du recyclage. Il est un lanceur d’alerte, confronté au lobbie EDF/ENEDIS de l’État, qui veut imposer par tous les moyens la dictature des ondes et du flicage, et que de nombreux collectifs partout en France, refusent.

Nous demandons que Christophe soit jugé comme lanceur d’alerte et bénéficie d’un statut et d’une protection accordés par la loi du 9 décembre 2016. Il n’a pas d’arme et ne menace aucune vie humaine, au contraire, la protège, en éliminant les radiofréquences en ondes pulsées nuisibles à la santé, comme on peut le lire dans la résolution 1815 du Conseil de l’Europe qui date de 2011, dans la loi Abeille votée en 2015, dans la Charte de l’environnement 2004, ainsi que la Charte du citoyen Européen.

Il s’en est pris à du matériel et non à ses semblables, on ne peut mettre ce comportement éthique et responsable dans la même catégorie que des islamistes lanceurs de bombes sur les places publiques ? L’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 légitimise la désobéissance civile : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs." Merci de le soutenir en signant et diffusant cette pétition.

Vous pouvez également le soutenir financièrement pour les frais d’avocat en envoyant un chèque à l’attention des citoyens éclairés, à l’adresse ci-dessous, et en indiquant "Christophe" au dos du chèque. Merci !

Les citoyens éclairés, Maison des associations, Place Penvern , 56600 Lanester
https://lescitoyenseclaires.org contact@lescitoyenseclaires.org
illustration politiquedesante.fr

* (C) Pétition - Laissez SOS MEDITERRANEE sauver des vies en mer, libérez l’Ocean Viking !

112.665 sur 150.000 signatures Lien pour signer

Mercredi 22 juillet, les autorités italiennes ont placé en détention, le navire humanitaire Ocean Viking, en invoquant des « irrégularités techniques et opérationnelles ». Affrété par l’association civile européenne de sauvetage en mer SOS MEDITERRANEE, ce navire-ambulance a secouru plus de 2000 personnes en un an. Depuis sa création en 2015, l’association a porté assistance à plus de 31 000 femmes, hommes et enfants.

Bloqué à quai en Sicile, le navire-ambulance est désormais empêché de mener sa mission vitale de sauvetage en mer, alors que chaque semaine des centaines de personnes continuent de traverser la Méditerranée au péril de leur vie, pour fuir la misère, les violences et l’ “enfer libyen”. Cette détention est une étape supplémentaire dans le harcèlement administratif incessant que subissent les navires humanitaires en Méditerranée. La manœuvre politique est cynique : elle vise à stopper les activités de sauvetage des ONG, qui comblent pourtant le vide laissé par les Etats européens.

Sans bateaux humanitaires pour secourir les naufragés, le nombre de morts aux portes de l’Europe augmentera encore cet été. Demandez aux autorités italiennes de libérer l’Ocean Viking, signez cette pétition ! #FreeOceanViking

* (C) Pétition - Prime covid pour tous les soignants

33.191 signatures Lien pour signer

Auteur : Ludovic Boillon
Destinataire : Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé)
Monsieur le Ministre, je viens à vous concernant la situation des salariés intérimaires soignants.Je représente un groupe de plus de 3000 personnes qui ont répondu aux appels du gouvernement pour la période de "guerre". Chacun a fait de son mieux pour palier au remplacement des salariés postés qui étaient absents, ainsi que pour des créations de structures d’accueil covid-19, et bien entendu les renforts covid-19 sur plusieurs secteurs sanitaire dans le rouge en quantité de personnels :Aphp, association, Ephad etc.

Maintenant que la première vague est passée, je souhaite sincèrement qu il n’y en ait pas de seconde vague car bon nombre de mes collègues répondront par le mépris qu’ils ont reçu en grande majorité par les divers interlocuteurs, tant des structures que des tutelles. Bon nombre de collègues ont exercés en public, en privé dans des secteurs à risque. A ce jour on ne leur reconnaît pas le droit à cette prime qui est, par endroits, versée aux salariés fixes des structures. Croyez-vous que les risques sont amoindris par le fait d’être précaire ?

Les soignants intérimaires ne sont pas des"mercenaires" mais des salariés intérimaires qui ont normalement une égalité de traitement rien de plus, permettez à vos anciens collègues de pouvoir exercer dignement leurs métiers et rétablissez cette fameuse égalité de traitement concernant cette prime Covid-19, tant sur le secteur public que privé. Restant a votre disposition. Cordialement

* (C) Pétition PAC contre la 5G

55.539 signatures Lien pour signer

NOUS, citoyens conscients et informés – exposés à d’innombrables radiofréquences et technologies espionnes – entendons rappeler quelques principes simples et incontestables, destinés à promouvoir l’intérêt de tous plutôt que la spéculation de quelques-uns :

* Le respect de la santé ainsi que le principe de précaution ont valeur légale et constitutionnelle ;
* Le droit à l’autodétermination s’oppose à la soumission d’une population à des industriels adeptes du contrôle des citoyens ;

OR, la 5G a pour conséquences :

* D’augmenter l’exposition globale cumulée avec celle générée par les réseaux 2G/3G/4G ;
* De transformer le réel en un « Internet des objets » gouverné par des industriels dans leur propre intérêt sans contrôle démocratique ;

DÈS LORS, il est demandé :

* La suspension du déploiement de la 5G dans l’attente de réaliser toutes les études nécessaires ;
* La réalisation des études sanitaires et sociétales complètes sur les conséquences de la 5G ;

SAUF véritable solution : 30 jours après que la pétition ait atteint 10.000 pétitionnaires , les pétitionnaires se réservent le droit de saisir la Justice.

* (C) Pétition : Nextdoor : suspendez vos partenariats avec la police

Lien pour signer

Faites-le entendre à Nextdoor : suspendez vos relations avec les services de police.

Depuis des années, de nombreuses personnes tirent la sonnette d’alarme à propos du racisme sur Nextdoor. En parallèle, Nextdoor fait du pied aux services de police et les incite à utiliser sa plateforme pour « cibler géographiquement des messages à destination de quartiers spécifiques ». Les détails de ces partenariats sont en grande partie inaccessibles au public, ce qui ne contraint pas Nextdoor à rendre des comptes vis-à-vis des éventuelles conséquences néfastes pour les communautés ciblées de manière disproportionnée par la police. C’est pourquoi nous demandons à Nextdoor de suspendre ses relations avec les services de police jusqu’à ce qu’ils fournissent plus d’informations sur la nature de ces partenariats et des preuves qu’ils ont examiné l’impact et les potentielles conséquences néfastes de ces partenariats sur les communautés qui utilisent leurs services.

Alors que Nextdoor s’est engagé à lutter contre le racisme sur sa plateforme, les détails des actions qu’ils vont mener et la façon dont ils vont mesurer leurs progrès restent flous. La dernière mesure prise par Nextdoor, supprimer de sa plateforme la fonction « Transférer à la police », montre bien sa prise de conscience de la nécessité de ralentir la systématisation du déplacement de la police, comme poussent à le faire des technologies telles qu’Amazon Ring et Nextdoor. Mais sans un véritable exercice de transparence, le public ne pourra pas juger ces efforts. Nextdoor dispose d’une base d’utilisateurs importante et active, et les mesures prises maintenant peuvent avoir de grandes répercussions sur la façon dont nous pensons que les réseaux communautaires devraient fonctionner.

Nous demandons à Nextdoor de suspendre immédiatement ses relations avec les services de police jusqu’à ce que Nextdoor :

* publie un rapport de transparence pour divulguer publiquement la nature des relations entre Nextdoor et les services de police dans tous les pays où Nextdoor opère, y compris les mesures prises pour identifier les éventuelles conséquences néfastes de ces partenariats ; et
* s’engage à embaucher des experts des droits civils, y compris au sein des équipes travaillant sur la plateforme pour les organismes publics, de la même façon que nos partenaires de Color of Change et la campagne StopHateForProfit l’ont déjà demandé à Facebook.

Si Nextdoor entend sérieusement s’engager à créer une plateforme où « tout le monde a sa place », alors Nextdoor doit assumer ses responsabilités et passer aux actes.

* (C) Pétition : Refus de la loi visant à empêcher la diffusion des images de violences policières

542.990 signatures sur1.000.000 lien pour signer

Ilyana AMANI a lancé cette pétition adressée à gouvernement français

Comme beaucoup d’entre nous, vous avez sûrement entendu parler de l’affaire George Floyd. En effet, cet homme noir a été assassiné par des policiers blancs ce lundi 25 mai 2020. Sa mort s’ajoute malheureusement à d’eux nombreuses autres. Ces crimes commis par la police et qui sont toujours de doivent d’être punis.
À l’heure actuelle, presque aucun cas de violences policières n’est puni. Notre seul moyen de communication permettant de se rappeler de ces victimes sont les réseaux sociaux, et particulièrement les vidéos. Ce mardi 26 mai 2020, un jour après la mort de George Floyd, Éric Ciotti a déposé une proposition de loi à l’Assemblée Nationale. Cette proposition de loi vise à empêcher la diffusion d’images de violences policières où les forces de l’ordre sont identifiables.
Cette loi empêcherait donc de pouvoir publier toutes les violences policières sur les réseaux sociaux. Comme dit précédemment, c’est actuellement notre seul moyen de donner de la visibilité à nos causes déjà impunies. Si cette loi est votée, l’impunité de la police ne sera que plus grande. Nous nous devons d’empêcher ceci, pour toutes les victimes de la police mais pour toutes celles et ceux qui en seront victimes. Ne les laissons pas faire barrière à nos libertés fondamentales.

* (C) Pétition : #SavePeopleNotPlanes : Non au sauvetage inconditionnel du secteur aérien !

103.066 signatures sur 150.000 lien pour signer

Cette pétition, coordonnée par le Réseau Stay Grounded, s’appuie sur une lettre ouverte aux gouvernements signée par plus de 250 ONG au niveau mondial.

Au milieu de la crise du Covid-19, alors que le monde entier lutte contre le virus et que d’innombrables travailleur.euse.s perdent leurs revenus, le secteur aérien exige des renflouements massifs et inconditionnels garantis par les contribuables. Le sauvetage financier des compagnies ne doit pas permettre au secteur aérien de reprendre ses activités habituelles une fois la crise du Covid-19 terminée. L’argent public doit être utilisé en priorité pour les travailleur.euse.s et le climat.

Nous demandons :

  • Priorité aux employés
  • Une transition juste vers une mobilité respectueuse du climat
  • Pas de sauvetages sans une fin des exemptions fiscales

Afin d’atteindre ces objectifs, nous allons travailler ensemble dans les semaines à venir à sensibiliser et exercer une pression politique. Ces demandes, soutenues par plus de 250 organisations dans le monde, ne sont qu’un début - restez informés et devenez actifs via la Newsletter Stay Grounded.

* (C) Pétition : Signez contre le génocide de Bolsonaro !

214.296 signatures sur 250.000 lien pour signer

Lettre à Fatou Bensouda, Procureure générale de la Cour pénale internationale

Madame la Procureure générale,

D’après plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, des populations indigènes et de l’environnement, le gouvernement brésilien dirigé par président Jair Bolsonaro se rendrait coupable de graves violations des droits humains. En qualité de Procureure générale de la Cour pénale internationale de La Haye, nous vous exhortons à ouvrir une « enquête préliminaire sur l’incitation au génocide et les attaques systématiques et généralisées contre les peuples indigènes » possiblement perpétrées par le président Bolsonaro au Brésil.

Le 27 novembre 2019, le collectif brésilien des avocats des droits de l’homme (CADHu) et la Commission des droits de l’homme de Dom Paulo Evaristo Arns (Commission Arns) vous ont déjà remis une « note d’information » à cet effet. Nous vous prions d’agréer, Madame la Procureure générale, l’expression de notre plus haute considération.

* (C) Pétition : N’extradez pas Julian Assange vers les Etats-Unis

487.352 signatures sur 500.000 lien pour signer

Calder Claydon a lancé cette pétition adressée à Sajid Javid, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur britannique et à 2 autres

Julian Assange vient d’être arrêté après s’être réfugié pendant 7 ans à l’ambassade d’Équateur à Londres. S’il doit être jugé pour des crimes, il doit l’être en Europe et ne doit en aucun cas être extradé vers les États-Unis, où il risquerait de faire l’objet d’un procès politique. Assange a facilité la fuite de documents américains classifiés qui intéressent tout le monde. Ces fuites ont permis de révéler des violations des droits de l’Homme commises par le Gouvernement américain et ainsi que des cas d’espionnage d’alliés. Toute allégation contre Assange devrait être traitée dans le système de justice pénale britannique ou européen.

Si l’enquête suédoise sur le viol à son encontre est rouverte, il doit bien sûr faire l’objet d’une enquête et être tenu pour responsable. Mais le Ministère de l’Intérieur a déclaré qu’il avait été arrêté suite à une demande d’extradition émanant des États-Unis. Que vous soyez d’accord avec Assange ou non, s’il est remis aux États-Unis, cela créera un dangereux précédent : n’importe quel journaliste pourra être extradé aux États-Unis simplement pour avoir publié des informations complètes et véridiques. Veuillez signer ma pétition appelant les autorités britanniques à refuser de remettre Julian Assange aux États-Unis.

.
.
.

.
.

* (C) Pétition - Stop aux violences sexistes : le gouvernement doit agir

11.345 signatures Lien pour signer

Auteurs : Trente organisations syndicales et ONG dont CARE France, ActionAid et la CGT
Destinataire : Emmanuel Macron (Président de la République)

M. le Président Macron,

Un tiers des salariées en France ont déjà été harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail. Nous vous demandons de respecter vos engagements et de protéger les travailleur·se·s de tels abus inacceptables. Nous vous demandons de ratifier au plus vite la toute première convention internationale contre les violences et le harcèlement au travail, la Convention 190 de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Contrairement à vos promesses que la France serait l’un des premiers pays à ratifier ce texte, cela fait plus d’un an que les Français·e·s attendent. La situation est grave : des millions de Françaises ont déjà subi sur leur lieu de travail des agressions, des blessures physiques et des traumatismes qui les hanteront toute leur vie. 70 % d’entre elles n’ont pas dénoncé ces abus car quand elles le font, dans près de la moitié des cas, la situation s’est réglée en défaveur des victimes par une mobilité forcée voire un licenciement.

Il faut mettre fin à cette double peine pour les victimes et à l’impunité des agresseurs. La Convention 190 est un outil puissant, à portée de main, qui liste des mesures concrètes pour protéger les travailleur·se·s. Mais sans ratification, ce texte et vos engagements resteront de belles paroles sans effet. M. le Président, il est temps d’agir ! Lancez la ratification de la Convention 190 maintenant !

Ce texte a déjà été approuvé et voté par les États, dont la France, des représentant·e·s des syndicats et des entreprises au sein de l’OIT. Alors que faut-il de plus ? Sa ratification permettra sa transposition dans le droit français et notamment l’instauration de trois protections phares pour les salarié·e·s :

* obligation pour les entreprises d’adopter des plans de lutte contre les violences, avec une attention particulière pour les personnes très vulnérables : travailleur·se·s précaires, migrant·e·s, LGBTQI+.
* accompagnement des victimes de violences et sécurisation de leur emploi par les entreprises : notamment par le droit à des aménagements de poste, la possibilité d’une mobilité choisie, l’accès sans frais à une prise en charge médico-sociale et psychologique...
* pour les multinationales françaises, action contre les violences dans leurs chaînes d’approvisionnement dans le monde, en adéquation avec leur devoir de vigilance sur le respect des droits humains.

M. le Président, chaque jour les violences sexistes font de nouvelles victimes en France et dans le monde. Il n’y a plus de temps à perdre !

* (C) Pétition : Pour l’autonomie alimentaire en France !

70.590 signatures sur 100.000 lien pour signer

Monsieur le Président,

Nous comptons sur vous pour changer de cap, vous aussi. Il est temps de prendre la défense de votre peuple.

Il est temps de le laisser manger à sa faim, quels que soient les ravages des circonstances.L’histoire n’est pas prête d’oublier le tournant qui s’annonce.

Prenez le train en marche, rejoignez-nous, protégez-nous.Votre nom restera dans les mémoires et nous pourrons être fiers à l’avenir, que notre pays ait apporté une pierre d’envergure à l’édification d’un monde meilleur.

Pour l’autonomie alimentaire des Français, nous comptons sur vous !

* (C) Pétition : Que Nestlé cesse de piller la seule ressource en eau de la petite ville française de Vittel

182.479 signatures sur 200.000 lien pour signer

800 millions de litres par an. C’est la quantité d’eau que Nestlé prélève chaque année dans la nappe souterraine de la petite ville de Vittel, menaçant d’épuisement la ressource principale des habitants. Mais au lieu d’exiger de Nestlé qu’elle cesse ses prélèvements, élus et industriels reportent la responsabilité sur les habitants. Leur solution ? Construire un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres pour venir ravitailler les 30 000 habitants du territoire concerné — et au frais du contribuable bien sûr ! Un projet qui ravit Nestlé mais qui a également conduit à ouvrir une enquête pour conflit d’intérêts contre l’élue en charge du dossier.

Vous l’aurez compris, les habitants ne comptent pas se laisser faire et nos partenaires du Collectif Eau 88 mènent la lutte sur le terrain. C’est pourquoi ils font appel à la communauté de SumOfUs aujourd’hui pour les aider dans leur combat. Les habitants sont seuls face à la multinationale et à l’Etat, unis pour faire triompher leurs intérêts aux dépens de l’avenir des communautés locales.

Nestlé a décidé que la nappe phréatique de Vittel lui appartenait, alors que l’eau est un bien commun censé permettre à chaque population locale de subvenir à ses besoins vitaux. La région des Vosges est certes riche en eau, mais la nappe phréatique très profonde — où Nestlé siphonne l’eau la plus pure — se recharge très lentement… N’ayant pas le temps de se régénérer, la nappe perd irrémédiablement 800 millions de litres chaque année... Exactement la quantité pompée par Nestlé — soit 280 piscines olympiques ! Ainsi, avec son pompage de 800 millions de litres par an, « Nestlé est aujourd’hui responsable de la totalité du déficit », estiment nos partenaires locaux du Collectif Eau 88.

Face à cette catastrophe environnementale, la solution des élus est de creuser un trou pour en reboucher un autre : ils souhaitent construire un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres pour faire acheminer l’eau de territoires voisins. Des travaux qui s’élèvent entre 12 et 30 millions d’euros, financés par les contribuables, les citoyens et peut-être Nestlé pour partie. Ce projet est un véritable cadeau de l’Etat à Nestlé, privatisant de fait la nappe phréatique au bénéfice de la multinationale. Montrons à Nestlé que les habitants de Vittel ne sont pas seuls dans leur lutte et exigeons de la multinationale qu’elle cesse le pillage de la nappe phréatique !

Mais le scandale ne s’arrête pas là. Le projet pourrait également révéler de bien sombre conflits d’intérêts. Claudie Pruvost, conseillère départementale vittelloise ainsi que la Vigie de l’Eau sont actuellement visés par une enquête. Présidente de la Commission Locale de l’Eau qui devait trouver comment mettre un terme à la surexploitation de la nappe, elle est aussi l’épouse de Bernard Pruvost, ex-cadre de Nestlé International et actuel Président de la Vigie de l’Eau, association elle-aussi chargée d’élaborer les solutions... Pour nos partenaires, le risque de prise illégale d’intérêts n’est pas à écarter.

Nous ne pouvons pas laisser Nestlé continuer à privatiser et marchander nos ressources naturelles. La nature n’est pas le réservoir à bénéfices de Nestlé. Que cela soit aux Etats-Unis, au Brésil, en Australie, en Afrique du sud, au Niger, en Afghanistan… ou en Europe, les membres de SumOfUs ont acquis une véritable stratégie d’attaque dans la lutte contre la prédation de Nestlé.Ensemble, une fois de plus, nous savons que nous pouvons faire plier Nestlé et l’industrie de l’eau en bouteille.

* (C) Pétition - N’ABANDONNONS PAS LES ENFANTS ! #ONCONTINUEDAGIR

Lien pour signer

COVID-19 : LA CHAÎNE DE L’ESPOIR CONTINUE DE SE MOBILISER
Tout est bouleversé. En signant cette pétition, vous soutenez la Chaîne de l’Espoir dans son combat pour soigner des milliers d’enfants. En cette période si particulière, nous souhaitons adresser notre profond soutien au personnel soignant qui réalise un travail incroyable chaque jour. En France, nos équipes médicales bénévoles, chirurgiens, infirmiers, réanimateurs, qui en temps normal nous accompagnent au bout du monde pour sauver les enfants, se sont évidemment engagés 24 heures / 24 dans leurs établissements. Nous avons même offert quelques respirateurs, des seringues électriques et des réserves de masques que nous avions en stock à des hôpitaux du Grand Est notamment, qui en avaient cruellement besoin.

Nous agissons dans 30 pays dans le monde en totale collaboration avec les personnels de santé d’hôpitaux partenaires ou construits par La Chaîne de l’Espoir. Mais là-bas, en Asie et en Afrique, ils nous appellent déjà. Nous devons nous préparer à les aider. Ces médecins que nous avons formés, ceux du Cambodge, d’Afghanistan, du Sénégal, du Mali, cette grande famille de soignants va avoir besoin de nous...

Car sauver ces enfants est, et a toujours été, notre priorité. Toky par exemple, est un bébé malgache qui souffre d’une grave malformation cardiaque. Hélas, le contexte nous oblige à reporter son opération. Mais nous n’avons pas abandonné Toky : hospitalisé à Antananarivo, la capitale de l’île, il est médicalement surveillé et bénéficie d’un traitement qui lui permet d’attendre…

Toky n’est pas un cas isolé. En Afghanistan, au Mali, au Burkina Faso, d’autres enfants, qui devaient être pris en charge par notre Chaîne, n’ont pas pu être soignés. Samba, Mona, Malick, Alioune patientent… car pour l’heure, tout est interrompu. Les petits malades qui devaient venir se faire opérer du cœur en France ne viendront pas, nos missions à Madagascar, au Mali, mais aussi au Laos ou encore en Côte d’Ivoire sont reportées, nos hôpitaux à Dakar ou à Kaboul ont été en partie dédiés aux malades du Covid-19.

Mais nous refusons que des enfants soient laissés pour compte à cause de la crise sanitaire actuelle. Or avec ces reports d’opérations, la liste d’attente des enfants à opérer va s’allonger cruellement. Lorsque le contexte sanitaire le permettra, il faudra agir très vite. C’est pour cette raison que nous avons besoin de votre soutien.Depuis 25 ans, notre association agit sur tous les fronts pour fournir des soins aux enfants les plus démunis :

  • Nous organisons l’accueil et l’opération bénévole des enfants en France, quand ils ne peuvent être soignés dans leur pays d’origine, faute de moyens techniques.
  • Nous opérons et soignons les enfants dans leur pays quand la situation le permet, offrant aux enfants une prise en charge rassurante, près de leur famille, tout en limitant les frais de déplacements, les difficultés organisationnelles et les complications administratives.
  • Nous formons les équipes médicales locales et construisons des hôpitaux là où il n’y a rien, permettant le développement de la médecine et surtout l’accès durable aux soins dans les pays où nous intervenons.

Chaque année, grâce à la générosité des donateurs et à l’engagement des bénévoles, 5 800 enfants sont opérés et 200 000 sont soignés, en France, ou sur place lors d’une des 170 missions menées sur le terrain.Si comme nous, vous êtes convaincus qu’il est prioritaire et urgent de continuer de sauver ces enfants et d’aider le personnel soignant : signez notre pétition !Vous encouragerez ainsi la mission de La Chaîne de L’Espoir pour que chaque enfant malade bénéficie des soins indispensables à sa survie, quel que soit son pays de naissance !Merci !

* (E) Pétition - MERCOSUR : non au libre échange avec les pyromanes !

349.777 signatures sur 350.000 attendues Lien pour signer

À la Commission européenne et aux gouvernements des Etats membres de l’UE
Madame, Monsieur,

L’UE souhaite signer un accord de libre-échange avec les Etats du Mercosur. L’accord a pour but de faciliter les exportations, notamment de viande bovine et de volaille, de sucre et d’éthanol en Europe. Ce projet implique une intensification de l’agriculture avec des répercussions négatives sur la nature et la population rurale.

Nous connaissons bien ces dangers :

- Des quotas plus élevés pour la viande bovine entraîneront une augmentation de la production de viande bovine en Amérique du Sud, une expansion des pâturages et donc le défrichage des forêts et des savanes. Dans le même temps, la pression exercée sur les exploitants européens les amènera à augmenter leur production, au détriment du bien-être animal.

- L’agriculture toujours plus intensive en Amérique du Sud implique souvent des conflits fonciers et des violations des droits humains pouvant aller même jusqu’à l’esclavage. L’utilisation à grande échelle de produits toxiques tels que le glyphosate met en danger la santé de nombreuses personnes.

- Des réglementations sur des barrières non tarifaires menacent les normes environnementales européennes ainsi que les droits du travail et des consommateurs. Le principe de précaution tel que défini dans l’UE est menacé, les principes démocratiques sont mis à mal.

En menant des négociations à huis clos, la Commission européenne poursuit apparemment la même stratégie que pour les accords TTIP et CETA, contre lesquels des millions de citoyens ont protesté. L’UE ne semble pas prendre ces critiques au sérieux et poursuit, avec l’ALE Mercosur, une politique commerciale tout aussi nocive, au détriment des hommes et de l’environnement des deux côtés de l’Atlantique.

Nous vous demandons de mettre un terme à cet accord.

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur à l’assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

* (E) Pétition Pour les tortues : stop au projet de logements de luxe PSR !

236.476 signatures sur 250.000 lien pour signer

À Tun Dr Mahathir Mohamad, Premier ministre de la Malaisie
Monsieur le Premier ministre, le gouvernement malaisien propose la création de trois énormes îles sur une surface de 1821 hectares au large de Permatang Damar Laut, sur la côte sud de l’île de Penang. Cette poldérisation se destine au développement de complexes et ne répond pas à une pénurie de terres. L’absence de consultation publique et le manque d’informations détaillées sur ce projet sont alarmants au vu de son envergure.

La zone concernée par le projet Penang South Reclamation (PSR) est l’aire privilégiée du dauphin à bosse et du marsouin aptère de l’Indo-Pacifique. Le milieu côtier de Permatang Damar Laut, Gertak Sanggul et Teluk Kumbar serait détruit par cette poldérisation et la pollution qui en résulte et les plages immaculées du sud du Penang seraient anéanties.

L’îlot de Pulan Kendi, riche en coraux, pourrait lui aussi être contaminé. La biodiversité marine s’en trouverait affectée et appauvrie dans un rayon de plusieurs kilomètres. Penang, riche de ses collines, de ses mers et de sa capitale classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, se trouve aujourd’hui à un tournant de son histoire.

Des stratégies de développement durable prudentes sur le plan financier et socialement inclusives sont garantes d’une croissance économique solide. Nous avons la responsabilité de laisser une meilleure planète à nos générations actuelles et futures ! Nous en faisons appel à vous pour sauver nos pêcheurs ! Sauvez notre environnement côtier ! Rejetez la poldérisation !Respectueusement vôtre,

* (C) Pétition : "Mais pour rester chez soi, il faut un chez soi !"

108.181 signatures sur 150.000 lien pour signer

Monsieur le Premier ministre,

Notre pays traverse une crise sanitaire sans précédent. Les Françaises et Français, confinés chez eux, adoptent progressivement les gestes barrière qui sauvent. Notre quotidien change, nos vies sont bouleversées, nous restons chez nous. Confinés mais chez nous. Mais pour rester chez soi, il faut un chez soi.

Comment est-on confiné quand on est sans domicile ? Pour ceux qui vivent dans la rue, les plus fragiles d’entre nous, la vie est chaque jour un peu plus dure. Il y a urgence. Urgence à leur permettre d’accéder aux soins nécessaires pour ceux qui sont touchés par le CoVid-19. Urgence à débloquer des moyens supplémentaires pour les associations qui interviennent sur le terrain. Urgence à aider les collectivités locales qui organisent le confinement des personnes sans abri. Autrement, les sans domicile fixe, les mineurs isolés, les familles et personnes exilées qui sont sur le territoire français risquent de faire partie des oubliés de la crise sanitaire.

Des solutions existent. Les représentants du secteur de l’hôtellerie se sont mis, par exemple, à la disposition du gouvernement pour offrir des solutions de relogement. Il faut agir vite, sinon le risque de mortalité chez les personnes sans abri risque de s’accélérer et cette crise sanitaire peut se transformer en désastre humanitaire.

Si nos vies doivent changer grâce à cette crise, c’est dans le sens d’une plus grande fraternité car cette crise sans précédent révèle les failles insupportables d’une société incapable de proposer à toute sa population un logement digne et durable. Les paroles du président de la République ont marqué les esprits. Nous l’avons entendu. Il a parlé d’une guerre à mener contre un ennemi invisible. Une guerre... Il connaît suffisamment l’Histoire pour savoir que les guerres ont toujours donné naissance à de nouvelles formes de solidarité.

Si rien ne doit être comme avant cette crise, faisons-en sorte que nos actes changent dès maintenant. Ce n’est pas en détournant le regard que nous parviendrons à nous en sortir, c’est en surmontant collectivement les échecs de notre modèle de développement et en aidant ceux qui sont restés depuis trop longtemps au bord du chemin. Ceux-là n’ont ni syndicat ni confédération pour les représenter, pas de revendications à vous adresser, pas de « charges » ni d’impôts à reporter. Ils sont pourtant touchés comme les autres et, plus fragiles encore, ils ont plus de risque que les autres d’être emportés.

Monsieur le Premier ministre, nous lançons cet appel au nom de ces centaines de milliers de femmes et d’hommes qui vivent à l’écart de notre société, que nos associations accompagnent chaque jour pour leur redonner espoir et que nous ne pouvons pas abandonner. Faites vite, ils ont besoin de vous. Comme les autres, plus que les autres. Merci.

* (E) Pétition : Stop au commerce illicite du palissandre au Ghana

142.825 signatures sur 150.000 lien pour signer

À la Commission européenne

Madame la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen,
Mesdames et Messieurs les Commissaires européens,

L’Union européenne et le Ghana sont sur le point de signer un contrat commercial portant sur le bois, conformément au plan d’action relatif à l’application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux (FLEGT). Il est attendu que le Ghana octroie dès 2020 des licences FLEGT dans le cadre d’un accord de partenariat volontaire (APV).

Le Ghana est considéré comme un exemple pour le plan d’action FLEGT en Afrique. Mais une grande partie de la filière bois est illégale et extrêmement corrompue. Cela concerne notamment le commerce du vène (Pterocarpus erinaceus), qui peut conduire à la disparition de cette espèce de palissandre dans la région.

L’Agence d’investigation environnementale (EIA) analyse de manière détaillée dans son rapport BAN-BOOZLED « comment la corruption ainsi que des ententes frauduleuses alimentent le commerce illégal de palissandre au Ghana ».

L’exportation illégale de ce bois précieux ne viole pas uniquement la convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore (CITES), mais également une interdiction nationale. Cela sape les efforts du Ghana visant à établir un système de commerce transparent et légal.

Nous vous demandons donc de faire pression afin que le gouvernement du Ghana mette fin au commerce illégal de palissandre. L’UE et le Ghana doivent s’assurer du respect des règles de la CITES. Plus aucun tronc de vène ne doit quitter le Ghana.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les Commissaires, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Oui au train de nuit !

196.365 signataires sur 200.000 attendus lien pour signer

JPEG

De nombreux trains de nuit ont été démantelés en 2016-2017. Le Paris-Nice est menacé en décembre 2017. L’activité demanderait au contraire à être relancée. Le train de nuit est un service efficace et pertinent pour l’avenir :

- Il permet de relier les territoires périphériques et les régions éloignées les unes des autres.

- Voyager pendant notre sommeil, permet d’arriver tôt le matin, sans (demi-)journée perdue dans les transports
- Le train de nuit est une alternative moins énergivore aux transports aériens et routiers. Il est compatible avec la Transition Écologique.

- Les trains de nuit ont une forte capacité (jusqu’à 800 places), et ils affichent toujours de bons taux de remplissage. La "baisse de fréquentation" qui sert de prétexte au démantèlement provient d’abord d’une diminution du nombre de trains.

- L’Autriche relance les trains de nuit en Europe centrale et elle a montré qu’ils peuvent s’autofinancer. Le "déficit supposé" des trains de nuit en France tient aussi aux nombreux dysfonctionnements (absence de promotion commerciale, sortie à la réservation souvent tardive, fréquentes annulations, etc).

Nous souhaitons donc dès aujourd’hui :

* qu’un bilan moins caricatural des trains de nuit soit publié.

* que les trains de nuit soient relancés et qu’ils reprennent leur place dans l’offre des transports.

Le tramway avait lui-aussi disparu au 20ème siècle, et désormais de nombreuses villes en rêvent. Le vélo n’était plus utilisé comme moyen de déplacement dans les années 1990, il est également de retour. Les trains de nuit ont besoin de vous pour revenir à leur tour !

Infos, idées d’actions, et une enquête sur le potentiel des trains de nuit sont disponibles ICI

===>Vous trouverez ci-dessous un communiqué de Presse et une photo en PJ à l’occasion du rassemblement organisé par les Amis du Rail Azuréen le 8/12/2017 à 19h gare de Nice-Ville pour informer les usagers de la suppression du train bleu le NICE PARIS le 9.12.17. Nos actions successives ne sont pas restées dans l’indifférence, les arguments développés tout au long de notre combat pour le maintien du service public ferroviaire, leurs sincérités ont touché les citoyens, les élus peuvent agir plus librement des dizaines de milliers de citoyens les soutiennent dans leurs démarches nouvelles. Les besoins de mobilité sont immenses dans notre ère numérique, les suppressions des lignes intercités sont incohérentes avec les objectifs de mobilité durable et de lutte contre le changement climatique. Nous n’en resterons pas là nos démarches persévèrent jusqu’à la reprise de ce service public. Pour les participants à ces rassemblements qui n’ont pas remis leur adresse de messagerie, les amis qui les ont fait associer à nos démarches leur communique ce mel et nous font parvenir s’ils le souhaitent leur adresse E-mail pour les ajouter à nos listes de diffusion et les tenir informés.

Bien cordialement, Nallino Germain

COMMUNIQUE DE PRESSE : Un avenir au Train Bleu …

Une quarantaine d’usagers avait répondu à l’appel des Amis du Rail Azuréen du 8 décembre pour aller à la rencontre des usagers du train Bleu. Une ambiance joyeuse régnait dans la salle des pas perdus de la gare de Nice-Ville, nous avions communiqué la bonne nouvelle, Philippe TABAROT vice-Président PACA en charge des Transports en réponse à nos initiatives nous annonçait l’implication de la région PACA dans le financement des Intercités et le Train Bleu. Cris de joie, distribution de tracts 500 ce soir, discussion avec des usagers dont certains n’avait toujours pas connaissance de la suppression du Train Bleu. Des commerciaux : « ce n’est pas possible qu’on supprime le train Bleu ! Le programme que nos avions monté pour nos déplacements sur Nice devient obsolète. C’est au moins une nuitée d’hôtel qu’il faudra compter en plus… » Un autre « je ne comprends pas, à chaque montée sur Paris le train est bien chargé, j’ai même eu des difficultés à réserver une couchette préférentielle. Il est certain que ce train pourrait mieux faire s’il était modernisé, espace convivial de détente, espace de travail numérisé, restaurant … avec une bonne publicité, des tarifs attractifs, le respect des horaires je pense qu’il faudrait dédoubler ce train. Trois journalistes radio, Europe 1, France Inter, une Radio régionale interviewaient usagers et organisateurs.

Nous ne pouvons que constater l’intérêt que suscitent les trains de nuit. En Autriche ils ont réussi le tour de force de remettre sur rail 6 liaisons de nuit abandonnées par la DB avec du matériel existant relooké. L’objectif étant de satisfaire une large palette de clientèle aux exigences très différentes : Löw cost, déplacements en famille, en couple ou voyages d’affaires. Tout est possible, de la place assise bon marché jusqu’au compartiment individuel équipé de toutes les commodités (WC, lavabo, douche), avec collation en soirée et copieux petit déjeuner à la carte. Et pourquoi pas chez nous en France ? Toutes rencontres nous ont démontré un potentiel d’usagers importants, la SNCF doit faire les efforts d’adaptation ainsi qu’une organisation ponctuelle. La Région PACA a pris un tournant politique décisif dans l’avenir des Intercités et du Train Bleu, le gouvernement doit être à la mesure de nos attentes. Plus que jamais résistance aux intercités et trains de nuit. Il est toujours temps de se mobiliser en ajoutant son nom aux plus de 28 500 signataires de la pétition www.change.org/p/ouiautraindenuit. Celle-ci a d’ailleurs été signée plus de 1500 fois la semaine dernière.

Nallino Germain, Président,156 bd Napoléon III - Bourgogne A - 06200 NICE Tel : 0493 210875 et 0695 306043 amisdurailazureen06@free.fr

* (E) Pétition : Mobilité : il faut moins de voitures !

125.258 signatures sur 150.000 lien pour signer

Au gouvernement et à l’UE : Madame, Monsieur, L’électromobilité n’est pas respectueuse de l’environnement ni climatiquement neutre. Elle nécessite d’énormes quantités d’électricité, dont la production écologique est loin d’être garantie. La fabrication de voitures électriques nécessite de grandes quantités de métaux et d’autres matières premières, qui doivent être presque intégralement importées de pays tropicaux et de zones de forêts tropicales.

L’électromobilité ne conduit pas au recul du trafic routier, comme en témoignent le nombre en augmentation constante d’immatriculations de véhicules et l’encombrement croissant du réseau routier. Nous vous demandons de réduire le nombre de voitures et le trafic routier. Les populations devraient pouvoir atteindre leur destination de manière rapide et sécurisée à pied, à vélo, en bus ou en train.

Merci de développer des concepts de mobilités efficaces qui profitent réellement aux hommes et à la nature. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre profond respect.

* (E) Pétition : TOTAL : stop au projet pétrolier Tilenga en Ouganda

188.344 signatures sur 200.000 lien pour signer

Au Président de l’Ouganda, Yoweri Museveni, et aux dirigeants de TOTAL, Tullow Oil, CNOOC, CCCC et Exim Bank of China

Monsieur le Président, Madame, Monsieur, la région qui entoure les chutes de Murchison est un joyau de l’Afrique. Les divers écosystèmes du rift Albertin abritent 500 autres espèces animales dont certaines emblématiques comme le lion, l’éléphant et l’hippopotame. Chaque année, des milliers de touristes venus du monde entier visitent les chutes de Murchison, procurant des revenus substantiels à la population locale et à l’Ouganda dans son ensemble.

Ce trésor naturel unique et les moyens de subsistance de la population sont toutefois menacés si le projet pétrolier Tilenga et la réalisation des infrastructures y afférents se poursuivent. Leur mise en œuvre affecterait également le secteur du tourisme tout comme la réputation de l’Ouganda, considéré jusqu’ici comme un pays soucieux de la protection de la nature et du climat. Les premiers dommages sont déjà visibles, puisque l’extension des routes à travers le Parc national Murchison Falls a déjà commencé.

Nous vous demandons de laisser le pétrole là où il est. Merci de mettre fin au projet Tilenga ainsi qu’à tous les projets liés à l’activité pétrolière, tels que la construction de routes. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Madame, Monsieur, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Stop au travail des enfants pour le chocolat !

223.845 signatures sur 250.000 lien pour signer

À la Ministre fédérale allemande de l’Alimentation et de l’Agriculture, Julia Klöckner

Madame la Ministre, le chocolat cache une sombre réalité : 1,2 million d’enfants travaillent dans des plantations de cacao, les ouvriers agricoles ne touchent pas un revenu suffisant pour vivre et les forêts sont détruites au profit de nouvelles plantations. Malgré plusieurs décennies d’initiatives volontaires, la filière cacao mondiale ne s’est guère empressée à attaquer ces questions urgentes.

Une réglementation de l’UE est indispensable pour instaurer un changement à l’échelle de la filière et pour que tous les acteurs soient tenus responsables de leur conduite environnementale et sociale. En tant que principale exportatrice, transformatrice et consommatrice de cacao, l’UE pourrait entraîner toute la filière cacao à réguler ses importations à sa suite. Ceci viendrait compléter la réglementation déjà en place en matière de chaîne d’approvisionnement dans les secteurs du bois, de la pêche et des mines.

Une approche réglementaire peut également présenter de solides avantages pour les producteurs. Ils pourraient ainsi respecter les droits humains et préserver l’environnement sans craindre une sous-cotation des prix par leurs concurrents au détriment de la durabilité. Lors de la Conférence mondiale sur le cacao de 2018 à Berlin, la déclaration finale a conclu que « le respect volontaire n’a pas eu d’impact suffisant » et que des « mesures réglementaires potentielles prises par les gouvernements » sont nécessaires. Les consommateurs européens veulent s’assurer que le chocolat qu’ils achètent :
– est exempt de violations des droits humains, y compris de travail des enfants et de travail forcé ;
– fournit un revenu suffisant aux ouvriers agricoles pour nourrir leurs familles ;
– ne résulte pas de la déforestation et de la destruction environnementale.

La France s’est déjà déclarée en faveur d’une loi de l’UE sur le cacao. Il est temps que l’Allemagne prenne le relais. Malgré des signaux positifs de certaines agences gouvernementales allemandes, le ministère fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) n’a manifesté aucun intérêt apparent à soutenir une loi qui protègerait les enfants et notre planète. Merci d’agir pour protéger les enfants, les populations rurales et l’environnement dans les pays producteurs de cacao et de plaider pour une règlementation de l’UE vis-à-vis de la filière cacao mondiale. Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

* (E) Pétition : Aidez-nous à sauver la forêt pluviale du Mulu !

227.130 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au Premier Ministre de la Fédération de Malaisie et au Ministre en chef de l’Etat du Sarawak

Monsieur le Premier ministre,Monsieur le Ministre en chef, La forêt pluviale est en train d’être détruite à proximité immédiate du Parc national du Gunung Mulu pour établir des plantations de palmiers à huile. Ces défrichements, réalisés contre la volonté des communautés locales Penan et Berawan, menacent la biodiversité dans la zone voisine, pourtant classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le gouvernement malaisien ne respecte pas sa promesse de ne plus laisser détruire de forêt tropicale au profit des cultures d’huile de palme. Mais il n’est pas trop tard pour empêcher cette catastrophe. Merci d’annuler sans plus attendre les concessions déjà octroyées et d’adopter un moratoire interdisant toute nouvelle plantation de palmiers à huile.

Merci de soutenir le combat des Penan et des Berawan en mettant fin aux déboisements dans l’exceptionnelle forêt pluviale du Mulu. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre en chef, l’expression de notre profond respect.

* (E) Pétition À l’UNESCO : inscrivez les grands singes au patrimoine mondial !

300.023 signatures sur 300.000 lien pour signer

Madame la Directrice générale, Madame, Monsieur,

Les différences génétiques entre l’homme et les grands singes hominoïdes sont très minces. Nous partageons ensemble une histoire évolutive commune de plusieurs millions d’années. Pourquoi laissons-nous nos plus proches parents disparaitre dans l’indifférence ?

Les grands singes devraient être reconnus comme des membres de notre propre généalogie / famille. Nous demandons en conséquence à l’UNESCO de déclarer les quatre espèces de grands singes - bonobo, orang-outan, chimpanzé et gorille - comme « PATRIMOINE MONDIAL VIVANT ».

Nous vous prions de croire, Madame la Directrice générale, Madame, Monsieur, en l’assurance de notre respectueuse considération

* (E) Pétition : Stop au diesel à l’huile de palme et de soja, MAINTENANT !

207.189 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au Président de la République et au gouvernement français
Monsieur le Président,Madame la Ministre, Monsieur le Ministre,

Le carburant de nos stations-services contient toujours plus de biodiesel produit à partir d’huile de palme et d’huile de soja. Nous demandons au gouvernement d’engager une suppression immédiate de l’huile de palme et de l’huile de soja dans le carburant au niveau national.

La culture de palmiers à huile et de soja est la principale responsable de la https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1182/mobilite-il-faut-moins-de-voitures?mtu=438165224&t=5650destruction des forêts tropicales et anéantit la biodiversité. Le biodiesel est jusqu’à trois fois plus nocif pour l’environnement que le diesel fossile. Nous ne voulons pas d’huile de palme et d’huile de soja dans nos réservoirs !

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

* (C) Pétition - Arrêtez la vente d’armes à l’Arabie Saoudite !

9.109 signatures sur 15.000 attendues Lien pour signer

Les véhicules blindés légers (VBL) fabriqués par le Canada sont à risque d’être utilisés contre des civils dans le conflit au Yémen et dans la répression des civils en Arabie saoudite. Il existe des preuves accablantes selon lesquelles des violations du droit international humanitaire, dont de possibles crimes de guerre, sont commises au Yémen. Cette crise humanitaire s’aggrave alors que la vente d’armes continue d’alimenter le conflit.

En novembre 2018, après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi par le gouvernement de l’Arabie saoudite, le gouvernement a suspendu l’approbation de nouvelles licences d’exportation d’armes pour ce pays, dans l’attente d’une révision indéfinie.En avril 2020 le gouvernement a annoncé que le moratoire sera levé. Malgré un dossier important confirmant que l’Arabie saoudite a déjà commis de graves violations du droit international humanitaire au Yémen, et son comportement lamentable en matière de droits de la personne à l’intérieur du pays, Affaires mondiales Canada a conclu que les types d’armes que le Canada exporte ne sont pas préoccupants.

Le Canada doit cesser immédiatement le transfert d’armes au profit de l’ensemble des parties impliquées dans le conflit au Yémen afin de s’assurer qu’aucun armement, munition, équipement et technologie militaires, ou soutien logistique et financier pour de tels transferts, ne leur soit offert ni directement ou indirectement, ni comme appui aux opérations militaires au Yémen, et ce aussi longtemps qu’il existe un risque substantiel que l’utilisation de ces armes entraînerait de sérieuses violations du droit international humanitaire et des droits humains. Vous pouvez agir ! Signez la pétition pour demander au ministre des affaires étrangères François-Philippe Champagne d’arrêter la vente d’armes à l’Arabie saoudite.

* (E) Pétition : Non au train à touristes dans la forêt des Mayas

261.288 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au Président mexicain Andrés Manuel López Obrador

Monsieur le Président, la nature est déjà menacée dans le sud du Mexique par le tourisme international, les monocultures industrielles d’huile de palme et de soja, l’élevage, l’exploitation forestière et le commerce illégal des espèces. Des réserves naturelles possédant une valeur écologique et culturelle stratégique ainsi que des communautés d’agriculteurs et de Mayas sont touchées. La construction et l’exploitation du train touristique impliquent une charge environnementale supplémentaire, qui menace les écosystèmes et la biodiversité des zones de forêts vierges de la jungle maya. Une réserve naturelle aussi importante et les sites archéologiques des Mayas doivent être préservés à tout prix.

La nécessité du projet et le tracé de la voie ferrée doivent faire l’objet d’une révision et la dégradation des réserves de biosphère doit être évitée. Cela requiert également la réalisation d’une étude complète sur l’impact environnemental du projet. L’expropriation des terres et l’acquisition de droits de passage, qui concernent les communes de la péninsule de Yucatan, sont une atteinte grave au tissu social. Le projet doit être approuvé par les habitants, ce qui implique de leur fournir des informations complètes et précises sur le projet, comme l’exige la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Les communautés indigènes ne sont pas, selon leurs propres mots, contre le progrès, mais contre des Grands projets qui ne leur apporteront aucun avantage et ne permettront pas de contribuer au développement régional. Les pays, qui préservent au mieux leur patrimoine culturel et naturel, seront les destinations touristiques les plus prisées dans le futur.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre profond respect.

* (E) Pétition : Arrêtez de financer la crise climatique !

138.150 signatures sur 150.000 lien pour signer

Personne ne sait à quoi ressemblera le futur une fois la pandémie de coronavirus maîtrisée, mais une chose est sûre : les combustibles fossiles n’y ont pas leur place. Alors pourquoi la Banque centrale européenne (BCE) réagit-elle à la crise en finançant à coup de plusieurs milliards les industries les plus polluantes ?

1100 milliards d’euros. C’est le montant impressionnant que la BCE va dépenser cette année pour soutenir l’économie. Et si nous n’agissons pas maintenant, une partie de cette énorme somme ira remplir les poches d’entreprises minières, pétrolières, gazières et aériennes — nous éloignant définitivement de la relance verte promise par l’UE et nous conduisant tout droit vers la catastrophe climatique.
Avant la prochaine réunion de la banque ce jeudi prochain, nous devons nous rassembler et exiger que la BCE fasse passer la survie de notre planète avant les intérêts des plus grands pollueurs !

Des centaines de milliers de personnes comme vous se sont adressés à l’Union européenne pour s’assurer que ses dépenses d’urgence face au coronavirus soient en conformité avec les objectifs de transition climatique juste et équitable. Désormais, avec l’appui des commissaires européens, des gouvernements et des organisations environnementales, nos chances de parvenir à une relance verte sont plus grandes que jamais.

Mais grâce à son mystérieux système dit « d’assouplissement quantitatif », la BCE pourrait bien anéantir ce projet. Elle s’apprête à accorder jusqu’à 132 milliards d’euros aux plus gros pollueurs européens, allant de Shell à Total, en passant par Fortum, cette entreprise d’énergie qui veut absolument poursuivre en justice les Pays-Bas pour avoir initié une sortie nationale du charbon.

Ces multinationales nous ont déjà menés au bord du gouffre climatique. Il y a seulement quelques jours, le cyclone Amphan, l’une des plus fortes tempêtes jamais enregistrées, a semé la destruction à travers la baie du Bengale. Les effets de la crise climatique sont déjà là, et la hausse continue des températures ne fera qu’augmenter la fréquence et la puissance de ces super-cyclones.

Avec les poches pleines à craquer de milliards supplémentaires, octroyés sans conditions, imaginez combien de vies et de paysages ces multinationales polluantes vont-elles encore détruire.

La pandémie a été dévastatrice, mais notre projet de relance pour en sortir est une occasion sans précédent d’apporter un changement durable et significatif pour la planète et tous ses habitants. À l’heure où même les banques privées commencent à prendre leurs distances par rapport au charbon, au pétrole et au gaz, nous ne pouvons pas laisser la BCE ruiner nos progrès.

Le moment est venu de révéler les pratiques honteuses de la BCE, de la pousser à couper ses liens avec l’industrie des énergies fossiles et de lui demander d’investir dans l’avenir vert que notre monde mérite. Faites entendre votre message jusqu’aux plus grands décideurs européens !

* (C) Pétition - REFONTE DES RELATIONS COMMERCIALES ET POLITIQUES FRANCE - AFRIQUE POUR ASSURER LA JUSTICE ECONOMIQUE ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

27.374 signatures Lien pour signer

Auteur(s) : Taillisfée
Destinataire(s) : Monsieur le Président, Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’agriculture - Jean-Marie Burguburu, président de la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) - Nicole Belloubet, Ministre de la justice - Monsieur Bruno Le Maire, ministre de l’économie - Jean-Yves Le Drian, Ministre des affaires étrangères - Madame Elisabeth Borne, Ministre de la transition écologique

Madame et Messieurs,
"Celui qui permet qu’on vole à l’autre sa liberté finit par perdre sa propre liberté.
Celui qui permet qu’on prenne à l’autre sa dignité, finit par perdre sa dignité."
Votre gouvernement tout comme celui de vos prédécesseurs, a privilégié le mercantilisme à son paroxysme. Au nom de la liberté d’entreprendre, au nom des relations commerciales, au nom de l’Europe, vous avez intégré et appliqué dans votre politique, l’exploitation, la soumission, la déforestation, l’appropriation qui ont eu pour effet de soustraire à la population leur minimum vital.La puissance d’un état ne peut se résumer à la soumission et à l’exploitation.

L’agriculture à grande échelle, la diffusion de pesticides, et ses corollaires ont montré ses limites : Contrairement aux arguments avancés pour nous faire adopter ces méthodes, nous n’avons en aucun cas eu la promesse d’une nourriture abondante ou nutritionnelle.Bien au contraire, donc il en ressort qu’un changement est impératif.Lors de la crise sanitaire, vous avez pris conscience de l’importance d’être plus autonome dans nos industries, notre agriculture et ceci afin d’assurer notre sécurité alimentaire et notre Santé, droits élémentaires pour chaque être humain. L’autonomie alimentaire peut et doit devenir une nouvelle voie de développement pour nous ainsi que pour l’ensemble des pays africains francophones et ceci pour assurer la sécurité alimentaire de chacun.
Cette prise de conscience doit-elle donc se limiter à la France uniquement ?

De par votre fonction, nous avons remis entre vos mains notre avenir, afin que vous représentiez et défendiez les droits et les aspirations des français, mais aussi les droits dans les pays africains francophones. Les pays africains francophones n’auraient-ils pas les mêmes droits ? Ou allez-vous continuer à prendre l’Afrique pour votre marché ouvert et gratuit ? Ou bien considérez-vous encore les pays africains comme des colonies à gérer ?

Plus encore, nous français, nous sommes les représentants de l’image de la France au-delà de l’hexagone. Vos actions, vos décisions et par extension notre adhésion, acceptation, ou rejet déterminent qui nous sommes en tant que Français et quelles valeurs nous souhaitons incarner. Il ne s’agit pas seulement de la puissance de la France mais de la dignité et de l’intégrité de l’ensemble des français.

Nous sommes un peuple dont la valeur, le rayonnement est fondé sur la liberté de chaque être humain ainsi que ses droits fondamentaux. Ces droits fondamentaux impliquent la sécurité alimentaire et la santé.Or, la teneur même des fondamentaux commerciaux actuels et des partenariats entravent et annihilent ces droits les plus élémentaires non seulement en France mais plus encore dans les pays africains.

La Déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire mondiale, lors du sommet mondial de l’alimentation de 1996, réaffirme le droit de chaque être humain d’être à l’abri de la faim et d’avoir accès à une nourriture saine et nutritive.Votre gouvernement, de par ses décisions, avez sous-traité ces droits à des firmes, multinationales et entreprises au détriment de notre bien-être, de notre sécurité alimentaire mais également au détriment des pays africains francophones.

Aujourd’hui, nos aspirations profondes s’orientent vers une justice économique pour tous.En ce sens, nous ne voulons plus être complices des agissements déniant aux pays africains leur souveraineté politique économique et monétaire, nous ne voulons plus porter la responsabilité criminelle et inéquitable des accords qui condamnent ces pays à la pauvreté, à la charité et à la mendicité et qui les soustrait à cette autonomie et à cette sécurité alimentaire dont nous français, nous nous réclamons et auxquels ils ont également droit. Nous savons que la sécurité alimentaire n’est pas qu’une affaire d’agriculture, et de mode de production mais également d’économie, d’accords commerciaux ainsi que de politique.

En tant que français, en tant que nation à l’origine de la DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME, en tant que citoyens français, ces partenariats sont une honte car ils assujettissent ces pays à nos desiderata sans égards pour leurs propres besoins et pour leur propre souveraineté. Si votre gouvernement trouve légitime d’imposer une taxe sur le Chiffre d’affaires des GAFA, si vous trouvez inadmissible l’évasion fiscale de Starbucks, vous comprendrez alors que le rapatriement des bénéfices des entreprises françaises installées en Afrique grâce aux investissements directs étrangers ou IDE est également inadmissible. Par conséquent, nous vous demandons :

1- Un soutien total aux agriculteurs de France et l’Afrique francophone qui veulent l’autonomie alimentaire pour amorcer un changement de modèle et assurer la transition du modèle de production agricole.

2- Nous demandons la souveraineté du pouvoir politique français qui mettra tout en œuvre pour sa population, sa dignité mais aussi pour la dignité de tous les pays africains auxquels la France est rattachée.

3-Nous demandons l’arrêt des pillages des ressources Africaines et de l’appropriation frauduleuse des variétés locales et paysannes par le biais du système de protection des obtentions végétales qui dépossède les populations de leur savoir traditionnel et accroît leur dépendance envers des entreprises sans scrupules.

4- nous demandons la dissolution des contrats de désendettement-développement (C2D) qui ne laissent pas les pays africains libres de leur propre choix d’orientation économique et stratégique.Nous considérons comme relevant d’un comportement colonial le fait que l’AFD (Agence française de développement) soit le seul organe habilité à accorder son véto ou son accord sur le choix des programmes à développer, limitant encore une fois la marge de manœuvre du pays en question et lui déniant le choix de son développement.

5 – Nous demandons à la France de se retirer des pays de l’AELE dont les agissements sont en violation directe des obligations internationales visant à protéger les droits des agriculteurs et à préserver la biodiversité agricole. L’AELE porte atteinte dans les pays du sud et en Afrique aux droits des agriculteurs en matière de semence, sape le droit des agriculteurs à obtenir, reproduire, échanger et vendre des semences, mettant en péril le droit à l’alimentation et la souveraineté alimentaire.En France, la loi a enfin autorisé les ventes de semences paysannes mais interdit ce droit aux agriculteurs des pays du sud.Nous n’acceptons plus les" deux poids, deux mesures".

6-Nous demandons la dissolution des Préférences tarifaires de la France dans les importations africaines.Ces préférences imposées depuis l’époque coloniale afin que les pays africains accèdent à leur indépendance est un chantage qui doit prendre fin maintenant plus que jamais car cela ne permet pas aux pays africains de choisir des meilleurs conditions et tarifs pour assurer leur économie et la vente de leur production, les condamnant là encore au bon vouloir de l France et à ses conditions inéquitables. Ainsi la dissolution de ces préférences leur permettrait enfin de vendre leurs produits aux prix du marché et donc de se constituer un capital, de moderniser leurs infrastructures pour organiser leur marché intérieur. Bénéfices qu’officiellement, les IDE sont sensés remplir mais qui depuis plusieurs années n’ont jamais été honorées pour les causes citées plus haut.

7- Nous demandons le retrait de la France dans CET ODIEUX CHANTAGE qu’est la législation concernant les droits de propriété intellectuelle sur les semences comme condition pour recevoir une aide au développement par le biais de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (NAFSN).

8- Nous demandons que les entreprises françaises cessent leur mainmise sur les systèmes semenciers africains, et ceci afin de leur permettre de construire des systèmes semenciers gérés par les agriculteurs africains eux-mêmes pour leur propre souveraineté alimentaire.

9- Nous demandons la dissolution de quasi-monopoles des entreprises françaises en Afrique. Il n’est plus à prouver que dans bon nombre de pays africains francophones comme en Côte d’Ivoire pour citer un exemple, les entreprises françaises possèdent et contrôlent tous les grands services publics – eau, électricité, téléphone, transports, ports et les grandes banques, commerce, la construction et l’agriculture.

La France est fortement impliquée ici et en Afrique, depuis 2013, dans des projets aux conséquences humaines, agricoles et climatiques dramatiques. Devons-nous vous rappeler que le 31 Janvier le conseil constitutionnel a entériné l’idée que la protection de l’environnement prévalait sur la liberté d’entreprendre. Je cite l’extrait : Les auteurs de projets et propositions de loi, quelque soient l’objet et l’ambition de leur texte, devront s’assurer que celui-ci respecte l’objectif de valeur constitutionnelle que constitue "la protection de l’environnement, patrimoine, commun des êtres humains. Ils devront non seulement tenir compte de la santé et de l’environnement des français, mais aussi RAISONNER AU DELÀ DU TERRITOIRE NATIONAL, en prenant en compte la santé et l’environnement sur l’ensemble de la terre.

Là encore, cette disposition concernerait-elle que l’Europe ?Il semblerait bien que vous approuviez que certaines entreprises françaises dérogent à cette loi Je cite " Total a récemment annoncé un nouvel objectif de "neutralité carbone à horizon 2050". Mais le groupe s’engage à la neutralité sur l’utilisation de ses produits par le consommateur final (périmètre dit "scope 3") en Europe seulement. Pourtant la majeure partie des actions de Total s’effectuent en Afrique et sont destructrices pour leur environnement.De même pour les barrages dans les pays du sud par des constructeurs comme EDF et Suez qui ne prennent pas en compte la pollution au mercure.

En ce sens, nous vous demandons d’étendre ces droits aux pays africains francophones ou de mettre fin à l’ingérence politique et économique française en Afrique et par conséquent de favoriser une refonte de la politique étrangère en Afrique.

En résumé, nous demandons que la France et ses entreprises cessent les pillages, les monopoles d’état, les accaparements des terres, les spoliations, les déforestations en Afrique, les mises en esclavage des enfants africains dont les entreprises françaises sont complices. Toutes ces pratiques participant chaque jour un peu plus à la paupérisation et altèrent la capacité des pays africains à assurer leur propre sécurité alimentaire et à honorer leur souveraineté.

En résumé, Monsieur le Président, Monsieur le ministre des Relations extérieures, Monsieur le Ministre de l’économie, nous demandons que vous remettiez la France sur le chemin de l’intégrité et non plus sur celui de la duplicité.

Donc merci de rétablir une justice économique, des échanges commerciaux équitables et d’intégrer dans votre politique des valeurs dignes de La France et des français.
.
.
.

.
.

* (E) Pétition - Non à la justice foraine, pour une justice sereine.

14.512 signatures Lien pour signer

Auteur : Nourredine BELMOUHOUB Destinataire : Emmanuel Macron (Président de la République)
Amar Benmohamed un policier lanceur d’alerte, pour avoir dénoncé sur France info la maltraitance et le racisme dans les cellules du tribunal de Paris, ce après avoir informé la hiérarchie dans un signalement le mars 2019, fait révélé dénonçant des propos racistes à l’adresse des déférés d’origine étrangère. Ce fonctionnaire de police affirme qu’en deux ans, plus de mille prévenus ont été maltraités au dépôt du tribunal. Et comble des combles, l’IGPN n’a pas trouvé mieux que de proposer des sanctions contre ce policier lanceur d’alerte dans les faits de racisme et maltraitances au Tribunal de Paris, lui reprochant d’avoir dénoncé ces faits un peu tard.

Pour avoir fait son devoir ce Brigadier-Chef au lieu d’être encouragé, félicité et protégé, et pour avoir eu le courage de dénoncer des actes qui ternissent l’image d’un corps officiel de l’ordre public, on tente de le sanctionner et de le bâillonner. Le Brigadier Amar Benmohamed en plus du respect qui lui est dû, a besoin du soutien de toutes les personnes éprises de justice, du mouvement des gilets jaunes et des victimes des violences policières.

* (C) Pétition - Libérez les êtres humains !

20.306 signatures Lien pour signer

Bonjour, je fais cette pétition je ne sais pas si elle va aboutir à quelque chose mais je tente. Vous avez sûrement entendu parler du peuple Ouïghour ? Il s’agit d’un peuple musulman qui se fait massacrer et utiliser par le peuple chinois en toute impunité ! On leur vole les organes et en font un vaste trafic ! C’est seulement répugnant !

Rien ne bouge depuis des mois ! Personne ne les arrête ! C’est un grave crime contre l’humanité et personne ne bouge ou bien n’en parle ! J’ai envoyé l’alerte a plusieurs influenceurs mais personne ne veut montrer ce massacre à ses followers ! Oui je pense qu’ils préfèrent faire l’autruche !

Une seule influenceuse a osé en parler, il s’agit d’Alix je ne la connais pas du tout mais c’est la seule qui ose dénoncer !Je n’ai aucun pouvoir magique mais plus les gens seront informés plus les médias en parleront et les choses pourront avancer pour libérer ce peuple d’êtres humains !

* (E) Pétition : L’entreprise brésilienne JBS S.A. impliquée dans des affaires d’élevage illégal de bétail en forêt amazonienne

9.599 signatures Lien pour signer

De récentes recherches alertent quant à la hausse préoccupante de l’élevage illégal de bétail dans les zones protégées de l’Amazonie, intensifiant les menaces qui pèsent sur les populations indigènes et leurs droits fondamentaux. Les peuples indigènes, premières victimes de la hausse de l’élevage commercial illégal de bétail. Les saisies illégales de terres dans les réserves et territoires indigènes violent les droits des peuples indigènes et des résidents vivant dans ces zones protégées. La hausse de l’élevage commercial illégal de bétail dans ces régions s’accompagne d’une recrudescence des incendies et d’une déforestation intensive, et constituent de ce fait des menaces graves pour les populations avoisinantes. En effet, les confiscations de terres et l’exploitation illégale privent ces dernières de leurs ressources principales pour vivre ainsi que de leur habitat et les plongent dans une situation d’incertitude et de vulnérabilité.

Les saisies de terres illégales s’accompagnent souvent de menaces et de tentatives d’intimidation à l’encontre des habitants qui cherchent à protéger leur environnement et leurs ressources. En effet, ces derniers craignent d’être blessés voire même assassinés s’ils tentent de s’opposer. Dans le pire des cas, certains sont contraints d’abandonner leur maison. Ces actes constituent une violation des droits des peuples autochtones en vertu du droit international, notamment en ce qui concerne leurs terres et les ressources naturelles. "Nous sommes préoccupés par les invasions qui se sont multipliées ces derniers mois, et qui se rapprochent progressivement des villages. Nous avons constaté qu’une énorme zone avait été récemment déboisée. Nous avons vu un hélicoptère semer de l’herbe pour qu’ils puissent, à l’avenir, amener du bétail" a déclaré Araruna, un homme d’Uru-Eu-Wau-Wau d’une vingtaine d’années.

JBS, le géant brésilien de la viande, complice indirect de ces violations des droits humains

JBS est une multinationale basée au Brésil et plus grande productrice de viande bovine au monde. Si Amnesty International n’a pas relevé d’implication directe de JBS dans des violations des droits humains, nous avons découvert, en revanche, que du bétail élevé illégalement en pâturage dans des zones protégées est entré dans la chaîne d’approvisionnement de la multinationale. Selon le procureur général du Brésil, “aujourd’hui, aucune entreprise qui achète en Amazonie ne peut affirmer que sa chaîne d’approvisionnement ne contient pas de bétail provenant de la déforestation. [...] Aucune industrie agro-alimentaire responsable du conditionnement de la viande et aucun supermarché non plus.” JBS doit mettre en place un système de contrôle efficace, y compris vis-à-vis de ses fournisseurs indirects, d’ici à la fin de 2020, pour s’assurer qu’aucun bovin élevé en pâturage illégal dans des zones protégées n’entre dans sa chaîne d’approvisionnement.

* (C) Pétition - Revalorisez l’ASS des seniors privés d’emploi

17.899 signatures Lien pour signer

Auteur : Carole NEGRE Destinataire(s) : Emmanuel Macron (Président de la République), Jean Castex (Premier Ministre )
Monsieur le 1er Ministre

Lors de votre discours de politique générale vous avez donné des précisions sur les 100 milliards d’euros du plan de relance annoncé hier par Emmanuel Macron :
➢ 30 milliards d’euros seront dédiés au financement des dispositifs d’activité partielle.
➢ 40 milliards seront mis sur la table pour l’industrie. Objectif ? "Ne plus être dépendants de nos partenaires extérieurs".
➢ 20 milliards d’euros seront consacrés à la croissance verte (rénovation thermique des bâtiments, réduction des émissions de CO2, consommation locale...).
➢ 6 milliards d’euros seront investis dans le système de santé (et 13 milliards destinés à la reprise de la dette hospitalière).
➢ 1,5 milliard d’euros supplémentaires seront investis dans la formation, notamment des jeunes et des demandeurs d’emplois.

Pas un seul mot sur les seniors privés d’emploi, dont tout le monde sait que pas une entreprise ne les embauchera, d’autant plus que toutes les aides seront destinées à être attribuées pour l’embauche de 800.000 jeunes qui vont arriver sur le marché du travail en septembre 2020. Or, les seniors en recherche d’emploi étaient déjà très nombreux avant la crise sanitaire. Compte tenu des licenciements programmés, ils seront combien en fin d’année et en 2021 à rejoindre les rangs des demandeurs d’emploi avec peu de chance de retrouver un poste. Et combien de temps va durer la galère.

Après l’indemnisation en ARE, ce sera (et c’est déjà le cas d’un grand nombre) l’Allocation de Solidarité Spécifique aujourd’hui à 16.89 € par jour (c’est moins que le RSA qui s’élève à 564,78 €)

Une ASS qui se prolongera jusqu’à la retraite ? Permettez nous au moins de vivre dignement. Les seniors ont travaillé, ont cotisé, et ne doivent pas être les grands oubliés de vos projets. Il y a plusieurs pistes pour éviter cette injustice :
- un revenu universel généralisé pour les plus de 50 ou 55 ans (qui ne serait pas maintenu en cas de contrat de travail en CDI)
- une ASS revalorisée
Montant : seuil de pauvreté (actuellement 1.041€).

Cet état de fait va être aggravé par la réforme de l’assurance chômage qui va faire basculer en ASS un grand nombre de privés d’emploi !
PLF 2020 : hausse prévue du nombre de bénéficiaires de l’ASS suite à l’application de la réforme de l’assurance chômage

REFORME DES RETRAITES : Il s’agit également de tenir compte de cette catégorie dans votre réforme des retraites et ne pas pénaliser encore plus les seniors qui auront dû survivre plusieurs années avec une misère par la diminution de leur points acquis et l’application d’une décote.

Nous attendons des décisions courageuses pour eux, pour nous...Vous avez 600 jours pour les prendre.

Ma bio : Je suis senior privée d’emploi, ancienne cadre administrative dans le secteur du service et du conseil aux entreprises (de l’industrie de la santé). J’ai commencé à travailler à 17 ans, j’aurai 59 ans dans 2 mois, je pourrai prendre ma retraite à 62 ans. Toutes mes recherches sont infructueuses malgré l’aide de 5000 € de subvention par an pendant 3 ans à toutes entreprises qui accepteraient de m’embaucher. C’est une vaste hypocrisie que de nous demander d’envoyer encore et encore des candidatures alors que nous savons tous que les postes seront destinés aux plus jeunes (et c’est normal)

* (E) Pétition : Pour une réforme radicale* de la chasse

259.715 signatures lien pour signer Par One Voice
Pétition adressée à Monsieur Emmanuel Macron, président de la République

*Radical, radicale : adjectif Qui vise à agir sur la cause profonde de ce que l’on veut modifier.

En France, la chasse tue chaque année 45 millions d’animaux sauvages libres ou issus d’élevages (dont 30 millions nés en liberté), sans compter les victimes « collatérales » humaines et animales.La chasse n’est ni un loisir ni un art de vivre ! Et ce n’est pas en remplaçant les termes « tuer » et « abattre » par ceux de « gérer », « prélever » ou « servir » que la pratique en est moins cruelle pour les animaux et moins nuisible pour la nature.Il est temps qu’une activité si destructrice soit interdite. En attendant, voici 10 points pour réformer cette pratique :

  • Indépendance de la police de la chasse ;
  • Interdiction de chasser les espèces en mauvais état de conservation ;
  • Interdiction de chasser en périodes de reproduction ;
  • Interdiction des pièges tuants ;
  • Fin des chasses dites « traditionnelles » (glu, lèques, lacs, pentes, tendelles…) ;
  • Abolition de la vènerie sous terre pour toutes les espèces ;
  • Abolition de la chasse à courre pour toutes les espèces ;
  • Abolition de la chasse dans les espaces protégés (Parcs Nationaux, Réserves naturelles, réserves biologiques) ;
  • 2 jours par semaine sans chasse ni piégeage (dont le dimanche) et l’intégralité des vacances scolaires ;
  • Visite médicale annuelle obligatoire pour le permis de la chasse avec contrôle de la vue.

Nous soussignés demandons aux côtés de l’association One Voice une réforme radicale de la chasse !
Amour de la nature ne rime pas avec destruction, dégradation et souffrance animale mais avec respect et émerveillement.

Avec le soutien des personnalités :
Laurent Baheux - Photographe
Fabrice Nicolino - Journaliste
Laurence Parisot - Dirigeante d’Entreprise
Pierre Rigaux - Naturaliste
Franck Sorbier - Grand Couturier et Maître d’Art
Pierre Athanaze - Naturaliste et forestier
Yolaine de la Bigne - Journaliste et auteure
Vincent Munier - Photographe
Paul Watson - Activiste de la cause animale, capitaine de navire
Marc Giraud - Naturaliste et écrivain

* (E) Manifeste : DE L’EAU POTABLE POUR TOUS

11.201 signatures lien pour signer

Auteur : Solidarités International

Près de 3,5 milliards d’êtres humains n’ont encore d’autre choix que de boire une eau dangereuse pour leur santé alors même que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement a été reconnu comme un Droit de l’homme en 2010. 2,4 milliards de personnes ne disposent toujours pas de latrines. C’est 40% de la population mondiale. Résultat : 2,6 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à l’eau, ce qui fait de l’eau insalubre une des premières causes de mortalité au monde.

Aussi, l’accès à l’eau saine est indispensable pour réduire les propagations d’épidémies comme celle du Covid-19, car le lavage de mains à l’eau propre et au savon réduit les risques de transmission. Les acteurs humanitaires que nous sommes menons contre ce fléau un combat quotidien, sur le terrain, mais aussi en luttant auprès des instances nationales et internationales pour faire entendre la voix de celles et ceux à qui nous venons en aide chaque jour.

Condition de toute vie sur terre, l’eau reste une cause majeure de mortalité dans le monde. C’est un bien précieux et fragile, dont beaucoup manquent toujours cruellement et qui est menacé par le dérèglement climatique, la démographie, l’urbanisation, la pollution. Autant de facteurs engendrant des tensions de plus en plus dangereuses autour de cette ressource vitale.

C’est pourquoi SOLIDARITÉS INTERNATIONAL appelle le plus grand nombre à signer son manifeste pour un accès effectif et sans condition de tous les êtres humains à l’eau potable et à l’assainissement. Les 10 engagements d’urgence en faveur de l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous

1. Sauvons des vies grâce à l’accès à l’eau potable et à l’assainissement
2. Arrêtons de bafouer le droit humain à l’eau
3. Exigeons des États et des Nations Unies de respecter enfin leurs engagements
4. Mettons enfin les moyens financiers nécessaires à l’atteinte de l’ODD 6
5. Appelons à une meilleure coordination des Objectifs du Développement Durable
6. Appelons les grandes institutions de développement à gagner en rapidité, en souplesse, en partenariat et en impact
7. Préservons l’eau, préservons la paix !
8. Appelons les Nations Unies à mettre en place un comité intergouvernemental de l’eau
9. Appelons la France à augmenter son Aide Publique au Développement, ainsi que la part dédiée à l’aide humanitaire
10. Donnons l’exemple

En signant notre manifeste, vous participerez aussi gratuitement au Tirage au Sort pour gagner une rencontre avec les volontaires de l’association au siège de Solidarités International

* (E) Pétition - NON à l’agro-industrie qui ravage la planète !

41890 signatures Lien pour signer

« L’agroécologie, c’est l’ennemie de l’agriculture industrielle et de l’agriculture chimique » En Guinée, Abdoullaye Diallo et des milliers d’autres paysans sont appuyés par notre partenaire local pour stopper l’agro-industrie et mettre en œuvre une agriculture respectueuse des hommes et de l’environnement : l’agroécologie ! Il y a urgence ! Partout dans le monde, l’agro-industrie est synonyme d’accaparements des ressources naturelles, de non-respect des droits des paysans, de violence et aussi bien sûr, de destruction de l’environnement.

En effet, saviez-vous que 80% de la déforestation est due à l’agriculture, et en particulier à l’expansion des plantations et de l’élevage industriels ? Saviez-vous que l’agriculture est championne des émissions de deux des gaz les plus dangereux, le méthane et le protoxyde d’azote ? Ces gaz ont un potentiel de réchauffement supérieur au CO2 de respectivement 25 fois et 298 fois supérieur !

Les premières victimes de l’agro-industrie sont les petits paysans. Leurs terres sont bien souvent accaparées par les industriels ou les Etats, et ils deviennent alors ouvriers agricoles et perdent leur indépendance. Or, ces petits paysans sont ceux qui produisent 80% de l’alimentation mondiale et assurent la souveraineté alimentaire de milliards de personnes.

En 2017, le secteur de l’agroalimentaire est devenu le plus risqué et le plus meurtrier pour les défenseurs des droits. 321 meurtres de défenseurs des droits ont eu lieu dans 27 pays en 2018. Avec le CCFD-Terre Solidaire, dites NON à l’agro-industrie ! Exigeons une agriculture d’avenir ! Signez notre appel et dénoncez avec nous le danger de l’agro-industrie pour l’humanité toute entière !

* (E) Pétition - Stop aux masques en plastique jetables ! Masques biodégradables pour tous !

423 signatures sur 500 Lien pour signer

Ecologistes ET SOLIDAIRES a lancé cette pétition adressée à Olivier Véran (Ministre des Solidarités et de la Santé) et à 1 autre
La pandémie de Covid 19 touche désormais l’humanité entière. Face à elle le port du masque est recommandé. Malheureusement, trop souvent ces masques sont à usage unique et comportent des matières plastiques non biodégrables. 24 millions de masques sont jetés chaque semaine en France, près d’un milliard en rythme annuel. Leur durée de vie est estimée à 450 ans !

Au niveau mondial c’est pire encore, 129 milliards de masques sont jetés chaque mois !!! Il en résulte une pollution massive de nos rues, cours d’eau et de nos océans, qui ne va que s’aggraver si nous ne faisons rien. C’est pourquoi de nombreux experts de la santé au niveau mondial appellent à recourir à des masques réutilisables et biodégradables. Le coût du jetable est également très conséquent pour les familles comme pour les collectivités publiques.

Il existe pourtant des solutions techniques, des masques lavables, recyclables, biodégradables (par ex à l’achat ici ou là, les tutoriels officiels existent pour une fabrication maison. Ces solutions sont également plus économiques pour le consommateur que le jetable. De nombreux dossiers écologiques sont compliqués, le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité... A quoi bon prétendre vouloir résoudre ces dossiers compliqués, si à propos de la covid 19, seulement un an après la loi Egalim visant l’interdiction des plastiques à usage unique, nous incitons à la production, la vente, et in fine le rejet de milliards de masques plein de plastique ? Cessons de nous payer de mots :
- Interdisons la vente de masques jetables non recyclables au grand public maintenant !
- Organisons la production en France de masques lavables, recyclables et biodégradables !
- Organisons une filière de collecte et recyclage dans les hôpitaux et entreprises !

La pollution plastique nous tuera aussi surement que la Covid 19. Notre santé et celle de la planète exige de basculer vers le 0 déchet, la permaculture partout, maintenant.

* (E) Pétition - Contre les pandémies, stoppons l’élevage industriel !

30.701 signatures Lien pour signer

Auteur : CIWF France. L’élevage industriel pourrait-il contribuer à la prochaine pandémie ? Il entraîne une déforestation massive, décime les habitats de nombreuses espèces sauvages, et la pollution de l’air et de l’eau qu’il engendre met en danger de mort les personnes vulnérables.

Les élevages intensifs sont des lieux de multiplication de bactéries, de virus et de maladies qui menacent la santé humaine. La taille des élevages, avec tant d’animaux enfermés et stressés, très proches génétiquement, leur rythme de croissance élevé et l’affaiblissement de leur système immunitaire augmentent le risque que des maladies se propagent chez les animaux, mutent et soient ensuite transmises aux humains. En continuant à surconsommer des produits issus de l’élevage industriel, soi-disant à « bas coûts », on risque de le payer cher !

Un tournant fort de l’histoire Pour protéger notre santé et la planète, nous devons repenser notre relation aux animaux et sortir de l’élevage industriel. Les animaux doivent être élevés dans des systèmes plus extensifs, comme par exemple l’élevage en plein air.

Pas de retour à la case « normale » ! Pour sauver la planète et nous sauver tous, nous devons mettre fin à l’élevage industriel. Agissons en interpellant les organisations internationales influentes sur ces sujets, afin de mettre un terme à l’élevage industriel et de protéger notre avenir.

* (C) Pétition : Non au carnet de santé greffé sous la peau !

95.973 signatures sur 150.000 lien pour signer

Adressée à : Emmanuel Macron - Président de la République, Agnès Buzyn - Ministre de la santé et des solidarités, Richard Ferrand - Président de l’Assemblée Nationale Française, Laurent Fabius - Président du Conseil Constitutionnel

Considérant qu’il est du devoir du devoir de l’Etat français et des représentants du peuple de protéger les français contre l’arbitraire et les atteintes à leur liberté et à leur dignité,
Considérant que ce devoir est consacré par la Constitution, par la longue tradition de protection des droits et libertés de notre démocratie, poursuivie et complétée aujourd’hui par nos tribunaux et le Conseil Constitutionnel,
Considérant, selon l’article 16 du code civil, que la “loi assure la primauté de la personne, interdit tout atteinte à la dignité de celle-ci” et par ailleurs que “chacun à droit au respect de son corps,”
Considérant enfin que le consentement est un élément fondamental avant toute expérimentation thérapeutique pour les citoyens français comme pour les citoyens hors de France,

nous vous demandons :

1/ de faire interdire en France, par mesure de précaution, le carnet de santé sous la peau qui par nature est contraire aux droits et libertés fondamentales des citoyens cités plus haut : de même que vous avez fait interdire sur le territoire Français, l’exploitation des gaz de schistes, empêchez que vos citoyens ne se voient un jour doublement surveillés et contrôlés par des entreprises privées et l’Etat, à travers l’utilisation du carnet de santé sous la peau

2/ d’intervenir politiquement auprès des autorités du Bangladesh, du Malawi et du Kenya pour éviter que n’ai lieu les expérimentations sur des êtres humains du carnet de santé sous la peau, prévues par la Fondation Bill et Melinda Gates : s’il vous plaît, faites-le dès aujourd’hui. Plus tard il se sera trop tard.

Je vous remercie, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel, Madame la Ministre, pour l’attention que vous voudrez bien porter à notre requête, et vous prie d’agréer l’expression de ma plus haute considération,

* (E) Pétition : NON au sale marché avec l’huile de palme

279.330 signatures sur 300.000 lien pour signer

Voulons-nous faciliter l’importation d’huile de palme en Europe ? C’est un enjeu majeur de l’accord de libre-échange négocié actuellement entre l’UE et l’Indonésie. Pour ne pas aggraver la déforestation et le changement climatique, des organisations indonésiennes demandent l’exclusion de l’huile de palme de cet accord. Soutenons-les !

Afficher la lettre de pétition

Aux participants des négociations sur l’APEG entre l’Indonésie et l’UE

L’UE doit tenir compte de ses propres études climatiques et exclure en conséquence l’huile de palme de l’accord de libre-échange négocié avec l’Indonésie.L’UE négocie actuellement un accord de libre-échange avec l’Indonésie. La question de l’huile de palme domine le débat.Les groupes écologistes indonésiens craignent que l’APEG facilite le négoce d’huile de palme et aggrave la déforestation et les conflits sociaux. Ils demandent donc le retrait de l’accord de l’huile de palme. « Seuls les grands groupes profitent du libre-échange », avertit Yuyun Harmono de l’ONG WALHI. Les biocarburants génèrent plus d’émissions de gaz à effet de serre que les carburants fossiles car forêts et tourbières sont détruites au profit de plantations de palmiers à huile. Et le réchauffement climatique empire. Yuyun Harmono et d’autres défenseurs de l’environnement exigent l’arrêt des plantations de palmiers à huile.

L’Indonésie est responsable de la moitié de la production mondiale d’huile de palme. L’UE en est la principale importatrice après l’Inde. Ces dernières années, le déboisement de forêts de tourbes a été massif. Les émissions des sols tourbeux calcinés causent chaque année un désastre écologique et humanitaire. Après les incendies de forêts de 2015, le gouvernement indonésien a interdit la plantation de palmiers à huile sur des zones brûlées et sur la tourbe. L’APEG réduirait ces efforts à néant.Parallèlement aux négociations, l’UE décidera bientôt de sa politique énergétique d’ici à 2030. La persistance à recourir aux agrocarburants perpétuerait l’ère des énergies fossiles et nuirait à une politique énergétique plus écologique. Le Parlement de l’UE plaide pour une réduction des sources d’énergie issues de plantes, et notamment de l’huile de palme. L’APEG serait un pas en arrière pour la politique énergétique de l’UE. « Asimetris », le nouveau film du réalisateur indonésien Dandhy Laksono, est un témoignage frappant de la réalité de l’huile de palme.

* (E) Pétition - Dow Chemical : ne faites pas appel du jugement interdisant vos néonicotinoïdes tueurs d’abeilles

51.302 signatures Lien pour signer

Dow Chemical qui commercialise des pesticides tueurs d’abeilles à base de sulfoxaflor ne lâche rien ! Alors que le monde entier a les yeux rivés sur la crise sanitaire liée au coronavirus, la multinationale du toxique en profite pour faire appel d’une décision de justice qui a récemment interdit la commercialisation de ces insecticides. Cet appel est un véritable coup de tonnerre. Il pourrait aboutir à la remise sur le marché de ce type de pesticides néonicotinoïdes dont la dangerosité n’est plus à prouver. En effet, il fait partie de la longue liste des néonicotinoïdes à l’origine de la disparition de 80% des insectes en Europe en moins de trente ans.

Si le confinement dans lequel nous sommes chamboule notre quotidien et bouscule nos priorités, il nous faut rester vigilants et à l’affût des stratégies de certains industriels visant à remettre sur le marché leurs produits toxiques qui détruisent notre planète.En vous mobilisant par milliers, vous pourriez pousser Dow Chemical à abandonner cet appel et ainsi protéger les abeilles.

Alors que de nombreuses études ont démontré la dangerosité des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, la France a dès 2018 interdit leur commercialisation. Les lobbys de l’industrie des pesticides ont tenté à maintes reprises de torpiller cette interdiction. C’est ainsi qu’en 2018, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) avait fini par donner son feu vert à la commercialisation du sulfoxaflor.

Cette décision avait fait l’effet d’une bombe auprès des apiculteurs et de tous ceux qui se battent depuis des années pour obtenir leur interdiction. Mais une décision de justice du tribunal de Nice en décembre dernier avait finalement annulé l’autorisation de mise sur le marché accordée par l’Anses grâce à votre mobilisation et à celle de nombreuses associations. Aujourd’hui, face à la tentative sans vergogne de Dow Chemical d’obtenir en catimini la commercialisation de son pesticide, nous devons agir vite et leur montrer que même en pleine crise sanitaire et malgré le confinement, nous ne sommes pas dupes de leur stratégie et sommes toujours capables de nous mobiliser pour la survie des abeilles.

* (C) Pétition - On nous empoisonne tous ! 105 médicaments dangereux encore en circulation…

18.294 signatures Lien pour signer

C’est inacceptable !!! 105 médicaments dangereux, dont 92 commercialisés en France, sont toujours en circulation, voire même prescrits. Ces médicaments n’ont plus lieu d’être. Ils enrichissent seulement les bourses de gros groupes pharmaceutiques. Ils ne sont pas vos amis. Ils vous font plus de mal que de bien.

Certains sont commercialisés depuis des années et d’utilisation courante comme :

  • l’alpha-amylase (Maxilase® ou autre), utilisé contre les maux de gorge, peut provoquer de l’urticaire, prurits, érythèmes etc …1
  • le Ginkgo biloba (Tanakan® ou autre) dans les troubles cognitifs chez les personnes âgés, qui les expose à des hémorragies, des troubles digestifs ou cutanés, des convulsions et des réactions d’hypersensibilité 1,
  • la pentoxyvérine (Vicks sirop pectoral 0,15 %® , Clarix toux sèche pentoxyvérine®0,15 %® ) contre la toux, expose à des troubles cardiaques et des allergies graves,1
  • la diosmectite (Smecta® ou autre) pour cause de contamination par du plomb des argiles médicamenteuses 1
  • etc… la liste des médicaments nuisibles pour votre santé est longue …

Ces médicaments doivent être retirés complètement du marché !!!

Une situation aberrante !
Les laboratoires qui commercialisent un médicament doivent apporter la preuve qu’il est bénéfique via des essais cliniques.Ce médicament est alors approuvé par les autorités médicales si et seulement SI les bénéfices pour le patient sont supérieurs aux risques (effets secondaires, complications, etc.).Et pourtant, 105 médicaments approuvés par les autorités médicales ont des risques supérieurs aux bénéfices. Comment arrive-t-on à une aberration pareille ?Et surtout, pourquoi les autorités médicales les ont approuvés ? Parce-que sur le papier, la balance bénéfices / risques était positive au moment de leur mise sur le marché.

Qu’est-ce qui les rend nuisibles maintenant ? Les raisons sont multiples :

  • arrivée de nouveaux médicaments plus efficaces qui fait pencher la balance bénéfices / risques des anciens du côté … négatif,
  • études plus récentes qui remettent la balance bénéfices / risques en question,
  • des effets indésirables peuvent se produire plusieurs années après leur commercialisation.

Ok, mais alors pourquoi les autorités médicales laissent ces produits une fois qu’ils ont connaissance de leurs pouvoirs nuisibles ? Mystère ou histoire de gros sous ?
Comment peut-on justifier de mettre la santé, voir même la vie de patients en danger, quand l’efficacité d’un médicament est remise en question ?
Comment peut-on justifier le quasi-déremboursement de l’homéopathie en 2020 et le déremboursement total en 2021, dans le seul but de pousser un tiers de français dans les bras de BIG PHARMA…L’homéopathie n’aurait qu’un effet placebo selon les autorités. Pourtant, de nombreuses personnes témoignent de ses bienfaits. Au pire, l’homéopathie n’a aucun effet mais ne fait pas de mal !

Comment peut-on justifier qu’en France nous soyons privés des bienfaits des plantes médicinales :

  • le diplôme d’herboriste a été supprimé il y a 77 ans,
  • la France ne compte plus que 15 herboristeries contre 23 000 pharmacies,
  • 148 plantes seulement sont en vente libre en dehors des pharmacies…

Une véritable chasse aux sorcières est lancée contre les herboristes et pharmaciens qui prescrivent des plantes alors qu’à l’étranger, elles sont souvent la première solution. Il n’y a pas de mystère, c’est vraiment une histoire de gros sous. On en a MARRE du monopole des grands groupes pharmaceutiques !!! Les autorités de santé doivent prendre des dispositions concrètes pour nous protéger et pour guider les médecins et pharmaciens vers des traitements utiles, qu’ils soient chimiques ou naturels !!! C’est pourquoi je vous demande de signer cette pétition et de la partager le plus possible pour que M. Olivier Véran, Ministre de la Santé et des Solidarités :

  • dérembourse les anciens médicaments moins efficaces que les nouveaux,
  • retire du marché les médicaments nuisibles à la santé.
    Merci

* (E) Pétition - STOP à l’abattage des requins en Nouvelle Calédonie

52.752 signatures Lien pour signer

Auteur(s) : Collectif Requins NC
Destinataire(s) : Province Sud Nouvelle Calédonie
Le risque requin en Nouvelle-Calédonie ne peut pas raisonnablement être appréhendé à grands coups de prélèvements dès lors qu’un animal s’approche de nos côtes. S’attaquer au requin, sans chercher à régler et adapter nos comportements et l’impact humain sur le milieu marin, ne permettra en aucun cas de sécuriser les côtes Calédoniennes.
De surcroît, des solutions scientifiquement étayées pour limiter le risque existent. En abattant des requins dans leur milieu naturel, sans discernement, les institutions font passer un message dangereux : celui que les requins n’ont plus leur place dans leur habitat naturel, proche des zones urbanisées, tout en tentant de rassurer la population par des mesures montrées scientifiquement comme inefficaces pour réduire le risque et dangereuses pour la biodiversité.
Ensemble, faisons prendre conscience à nos élus que nous sommes nombreux à nous élever contre leur politique actuelle d’abattage d’espèces protégées, indispensables aux écosystèmes marins sains et que plus aucun prélèvement ni envie de déclassement ne doit avoir lieu ni être envisagée.

Soutenu par les associations et ONG locales : CalédoClean, Corail Vivant, Ensemble Pour La Planète, Sea Shepherd Nouvelle-Calédonie, SOS Mangrove, WWF Antenne Nouvelle-Calédonie.
.
.
.

.
.

* (C) Pétition - L’Humain sacrifié à l’économie, halte aux maires complices !

15.502 signatures Lien pour signer

CONTRE LA DÉRÉGULATION ET LES COMMERCES PRÉDATEURS, POUR UNE RÉAPPROPRIATION CITOYENNE DE NOTRE CADRE DE VIE

Sous prétexte de « relancer l’économie », l’espace public des centres-villes est livré à la dérégulation ; à la gentrification ; à la monoactivité ; à la consommation à ciel ouvert (alcool, chicha, malbouffe…) ; et bientôt au retour du tourisme de masse. La loi s’applique à TOUS. Pourtant, CERTAINS ÉLUS AGISSENT SANS ARRÊTÉS MUNICIPAUX et sans consulter les habitants, pour sacrifier l’espace public aux intérêts privés de la restauration rapide et des débits de boisson. Ces derniers, déjà pléthoriques dans trop de quartiers centraux, répandent leurs nuisances sur les circulations piétonnes, les aires de livraison, les pistes cyclables, la chaussée…

Nous ne cherchons pas à les empêcher de travailler, mais à les empêcher de nuire : nous luttons pour réguler leur logique du profit, avec les moyens du droit et de la concertation citoyenne. Or faute de concertation, les « règles » et autres « chartes » avancées par les MAIRIES (sans contrepartie financière pour les caisses municipales) sont abandonnées au « principe de confiance », autrement dit à l’interprétation et à la « responsabilité » d’intéressés incontrôlables, organisés en lobbies, soutenus par leurs organisations professionnelles et le secteur alcoolier.
Pour ces appétits égoïstes, seuls priment la concurrence, la captation des meilleurs emplacements, l’envahissement sonore et publicitaire au service d’une unique « cause » : la consommation.

Ainsi chaque jour, chaque nuit, au mépris des "chartes vertueuses" qu’ils affichent sur leur vitrine sans s’y soumettre, au mépris des gestes barrières et de la distanciation sociale, au mépris de la sécurité, de la tranquillité et du silence, de la mobilité, de la propreté, des commerçants nuisent au bien-commun ; ils privent le citoyen du droit inaliénable d’accéder à l’espace public, l’exposent à leurs nuisances, lui abandonnent déchets et déjections, dressent des obstacles sous ses pas, sous ses roues, sous ses fenêtres, annexent sa vitrine ou sa porte cochère, encombrent la cour ou la cave de son immeuble…

Face au surcroît de dérégulation introduit par nos élus sans consultation démocratique,NOUS DÉNONÇONS des conséquences graves :
- les difficultés pour circuler et accéder à l’espace public ;
- la confiscation des places de livraisons (embouteillages et klaxons à la clé) ;
- la confiscation des places de stationnement ;
- la confiscation des pistes cyclables ;
- la recrudescence des nuisances d’exploitation (bruits, odeurs, saleté, tension urbaine…) ;
- les agressions verbales et physiques perpétrés par certains commerçants ou clients, contre des riverains spoliés et mis en danger.

Dans la jungle urbaine, l’effet de masse et l’alcool aidant, le virus n’existe plus, le passant n’existe plus, la personne à mobilité réduite, le livreur, le riverain, l’employé qui rentre dormir n’existent plus. Aussi, sans faire barrage à la relance économique, à la liberté de commercer ou d’entreprendre,au plaisir de se détendre entre amis, EXIGEONS DE NOS MAIRES LA « RELANCE DU BIEN-COMMUN »,LA « RELANCE DE LA QUALITÉ DE VIE » et l’application des lois qui définissent nos droits.

Aux Maires et CANDIDATS qui briguent les sièges des métropoles, rappelons d’urgence ceci : QUI sont les ÉLECTEURS ? NOUS ! Car délaissant nos centres-villes invivables, nuiseurs et touristes rentrent voter ailleurs, là où on les laisse exister, circuler et dormir normalement. Exigeons le respect de nos DROITS FONDAMENTAUX À VIVRE DANS UN ÉCOSYSTÈME URBAIN PACIFIÉ, NON-MARCHANDISÉ, CONTRÔLÉ, RÉGULÉ, SÉCURISANT, REPOSANT.

Exigeons que partout et en tous temps, même de pandémie, LA LOI S’APPLIQUE. Et ne confondons pas : les pertes indéniables du secteur privé relèvent des assurances privées. Ce n’est ni aux administrés ni aux caisses de la Mairie de renflouer des commerces inciviques, en laissant régner leurs nuisances ingérables.

* (C) Pétition - Hong Kong. Stop à la répression !

10.221 signatures sur 15.000 attendues Lien pour signer

À l’attention de Li Zhanshu, président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire

Monsieur Li Zhanshu, depuis le début des manifestations l’année dernière, la police a fait usage d’une force inutile et excessive pour réduire les manifestants au silence. Ils ont utilisé des gaz lacrymogènes et des matraques contre des manifestants en grande partie pacifiques et ont arrêté de nombreux manifestants sur base de vagues accusations. Aujourd’hui, alors que les personnes sont à nouveau amenées à protester pour protéger les droits de chacun, elles doivent à nouveau faire face au danger.

Nous demandons aux autorités chinoises de mettre fin à leurs projets d’imposer la loi de sécurité nationale à Hong Kong. Tant que les autorités ne pourront pas garantir que les modifications juridiques proposées seront conformes à la législation et aux normes relatives aux droits humains sous tous leurs aspects, cet appel restera d’actualité. Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

* (E) Pétition:Des chamois en danger en Corrèze !

56.243 signatures lien pour signer

Auteur : Mahamadou Siribie
Destinataire :Didier Guillaume (Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation)

Depuis une quinzaine d’années, une population de chamois s’épanouit et vit paisiblement dans les à-pics rocheux des lacs de la vallée de la Dordogne. Mais voilà que cette harmonie douce et paisible va être perturbée brutalement.
Ce sont des animaux arrivés du Cantal voisin, où ils ont été introduits à la fin des années 70. L’environnement des lacs de la Dordogne corrézienne étant, par endroits, inaccessible, au début, ce sont des pêcheurs qui ont indiqué leur présence à la fédération de chasse.

Pour la première fois, ces chamois vont être chassés en Corrèze où ils sont pourtant bien établis et ne font de mal à personne ! Au contraire, ces animaux ont une utilité écologique. Le régime alimentaire du Chamois est composé de plantes herbacées des prairies en hiver, de feuilles et de pousses des arbres et arbrisseaux, d’aiguilles de résineux, de mousse, de lichen, d’écorces.Ils ne se reproduisent qu’à 3 ou 4 ans. Le chamois a une durée de vie qui est de 5 à 7 ans. Durée de vie courte, faible reproductivité, ne présentant aucune menace, doit-on les chasser ? NON

En Corrèze, la population des Chamois est faible. Nous devons laisser les chamois se reproduire paisiblement et préserver leur tranquillité et d’arrêter de toujours chercher à réguler la population des animaux qui vivent en totale liberté ! Agissez, en signant cette pétition adressée au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Monsieur Didier Guillaume.

* (C) Pétition - Une Convention citoyenne pour une nouvelle Constitution et une nouvelle République

13.689 signatures Lien pour signer

Auteur(s) : Bruno C.
Destinataire(s) : Emmanuel Macron (Président de la République)
Les institutions de la Cinquième République ne répondent plus aux aspirations démocratiques des citoyens. D’élections en élections, l’abstention augmente montrant que les citoyens ne croient plus au système représentatif tel qu’il fonctionne aujourd’hui. Mais à côté de cela, les citoyens veulent s’engager, participer et aspirent à une nouvelle démocratie.

Les prochaines élections présidentielles de 2022, si elles doivent s’engager dans le même cadre institutionnel que celui d’aujourd’hui, avec les mêmes prérogatives et pouvoirs donner à nos représentants, et en premier lieu au Président de la République, n’apporteront sans doute pas les réponses nécessaires pour renouveler notre démocratie.

La Convention Citoyenne pour le Climat, telle qu’elle a fonctionné avec le tirage au sort des citoyens la constituant, peut être un modèle pour la création d’une Convention Citoyenne appelée à rédiger une nouvelle Constitution instituant une nouvelle République. 200 citoyens pourraient être tirés au sort et auraient une année pour proposer une nouvelle Constitution.

Cette Constitution serait soumise au référendum populaire, et cela, avant les nouvelles élections présidentielles de 2022.

* (C) Pétition : BlackRock, arrêtez de financer la crise climatique !

146.056 signatures lien pour signer

Le plus grand moteur du chaos climatique sur Terre est un nom que vous avez peut-être découvert lors des derniers scandales politiques en date : BlackRock. BlackRock est un géant de Wall Street qui a investi des milliards de dollars dans les industries polluantes qui accélèrent l’effondrement climatique. Il est le premier investisseur mondial dans les énergies fossiles, y compris les nouvelles centrales à charbon, et constitue un obstacle majeur entre nous et une planète en bonne santé et habitable.

Mais grâce à la pression croissante de militants du monde entier, le PDG de BlackRock, Larry Fink, a finalement publié une lettre affirmant qu’il allait agir en faveur du climat. Cette lettre a provoqué une onde de choc dans le monde des affaires. Mais depuis cette lettre, quasiment rien a suivi. En bref, on dirait bien que cette grande annonce de BlackRock sur le climat est retombée comme un soufflé. La réunion annuelle de BlackRock a lieu dans moins d’une semaine, et il est temps de faire pression pour que les 6 000 milliards de dollars d’actifs de BlackRock deviennent notre meilleure arme dans la lutte contre le bouleversement climatique : Dites au PDG de BlackRock, Larry Fink, de joindre l’acte à la parole et de prendre des mesures concrètes pour lutter contre la crise climatique.

C’est pourtant simple : les investissements de BlackRock sont en train de tuer la planète. Et les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les placements du géant financier dans l’industrie des énergies fossiles représentent 30% de la totalité des émissions carbone liées aux énergies fossiles depuis 2017. La bonne nouvelle, c’est que nous avons déjà affronté BlackRock et que nous avons gagné. L’année dernière, sous la pression de notre communauté SumOfUs et de nos partenaires locaux, BlackRock s’est séparé d’une société minière érythréenne qui recourt au travail forcé. Il y a quelques mois, Larry Fink a publié cette lettre inattendue sur la nécessité de transformer l’industrie financière face à l’urgence climatique : il est clair que nous pouvons gagner ce combat. Mais uniquement si nous maintenons la pression.

Avant la grande réunion annuelle des actionnaires de BlackRock la semaine prochaine, nous devons exiger du PDG de BlackRock qu’il concrétise ses paroles et prenne des mesures courageuses en faveur du climat, avant qu’il ne soit trop tard. Pouvez-vous ajouter votre nom dès maintenant pour faire pression sur BlackRock afin qu’il se retire des entreprises qui sont à l’origine de la crise climatique, avant que nous atteignons le point de non-retour ?