AID Association Initiatives Dionysiennes

Ouv zot zié !

Accueil > Pétitions et Initiatives Citoyennes Européennes > Pétitions AID 2019-16

SIGNEZ ET DIFFUSEZ

Pétitions AID 2019-16

Période jusqu’au samedi 21 Septembre 2019

samedi 7 septembre 2019, par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 17 ans, pour adhérer ou faire un don . Vous pouvez regarder la vidéo de la dernière assemblée générale du 27/02/2016 de Cyberacteurs concernant l’exercice 2015

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les autres textes à signer particulièrement recommandés se trouvent ci-après :

* SOMMAIRE

- Dernière heure

- Référendum Privatisation Aéroports de Paris

- Création de l’Association Objectif Trains de Nuit

- Les pétitions nouvelles

- Collectes de dons (soutenues par AID)

- Initiatives Citoyennes Européennes (en cours pour signature)

- Les pétitions en cours

- Les pétitions stagnantes

- Les pétitions vouées à disparaître

- Les pétitions fermées
.
.
.

* DERNIERE HEURE :

.
.
* [Refus.Linky.Gazpar.Eau] COMMUNIQUÉ DU MAIRE DE BOVEL (35) + APPEL AUX DONS
Transmis parStéphane Lhomme

Bonjour, voici la réaction de notre ami José Mercier (valeureux maire de Bovel) après la décision insensée du Conseil d’Etat. Je me permets d’inviter celles et ceux qui le peuvent à répondre positivement à l’appel au don ci-dessous. Stéphane Lhomme

DÉCISION DU CONSEIL D’ÉTAT SUR LA PROPRIÉTÉ DES COMPTEURS ÉLECTRIQUES -
COMMUNIQUÉ DU MAIRE DE BOVEL (35) DU 03 JUILLET 2019

" Le 28 juin le Conseil d’état a tranché : les communes ne sont plus propriétaires de leurs compteurs : le transfert de compétence aux SDE induit un transfert de propriété. C’est la première fois en France qu’un transfert de propriété n’est pas organisé par un texte clair et précis, mais est issu de l’interprétation jurisprudentielle d’une combinaison de textes. La décision est essentiellement politique selon notre avocat, et liée à l’enjeu financier. Nos communes ont donc été dépossédées de leurs biens sans concertation, sans information, par un tour de passe-passe juridique...C’est une nouvelle atteinte à notre démocratie.

Bovel est en outre condamnée à verser 3000 euros à Enedis. C’est le prix que doit payer une petite commune attachée à la liberté et à la vérité. Liberté et vérité ont donc un prix, et le Conseil d’État a sans doute voulu être dissuasif. Je ne regrette pas. Il fallait bien que quelqu’un s’y colle... " José Mercier, Maire de Bovel

Voir l’article de Ouest France du 03 juillet 2019 ici

APPEL AUX DONS

Grâce au dernier appel à soutien concernant les procédures au TA (1° instance + appel) relatives au respect du RSD (Règlement sanitaire départemental), tous les frais d’avocats sont à ce jour réglés et il y a encore 2300€ en caisse. Mais il reste à régler au plus vite les 3000€ demandés par Enedis et d’ici quelques temps à prévoir les frais du futur examen au FOND par le TA (1° instance et sans doute appel) puisque les procédures concernant le respect du RSD sont toujours en cours. Ces nouveaux frais de procédures devraient s’élever autour des 10 000€.

Aussi, si vous souhaitez et si vous pouvez aider la commune de BOVEL qui se bat pour nous tous, met à disposition des autres communes les argumentaires de son cabinet d’avocats, et qui devra dans les mois qui viennent assurer à nouveau sa défense au TA et en Cour d’Appel pour les jugements sur le fond, vous avez la possibilité d’adresser vos dons (collectifs, associations, communes, particuliers) ici :

POT COMMUN (APPEL AUX DONS) CRÉÉ POUR SOUTENIR BOVEL

Un grand merci à vous tous par avance pour cette commune qui œuvre sans relâche pour le respect de nos droits et de notre sécurité. Merci pour vos dons et pour la diffusion massive de cet appel que vous voudrez bien faire après de vos contacts, communes, réseaux sociaux, etc.
196 personnes dont AID (100€) ont donné 6052,50 € au 07/09/2019
195 personnes dont AID (100€) ont donné 6002,50 € au 17/08/2019

* Signalement sanitaire glyphosate

Pour alerter les autorités sanitaires de la menace du glyphosate à l’encontre de la santé publique, vous pouvez remplir et envoyer le formulaire qui sera adressé par mail à l’Agence régionale de santé de l’océan Indien. lien
.
.
.

.
.

REFERENDUM D’INITIATIVE PARTAGEE : AEROPORTS DE PARIS

Au 30 Juillet le Conseil Constitutionnel annonçait 615.000 soutiens au RIP dont 97% validés. A compter de fin août l’annonce des chiffres deviendra bihebdomadaire.

* Le site gouvernemental pour signer

* Historique de la procédure sur Wikipédia

* Campagne publique ? Les parlementaires coalisés pour ce référendum exigent qu’il y ait une vraie campagne sur les chaînes de l’audiovisuel public. Le CSA devrait se prononcer ce mardi. Mais les pro-référendums ne se font pas d’illusions.

* Vidéo : Le point sur le RIP sur Aéroports de Paris par Public Sénat

* Vidéo : BUG et vote RIP ADP aéroport de Paris par Laurent Colas

* Création de l’Association Objectif Trains de Nuit

AID a adhéré, comme REN et des membres individuels du Comité Train Nice Coni Vintimille, à une nouvelle association nationale de droit français , dont le siège est, une fois n’est pas coutume, non pas à Paris , mais à Avignon .

Objectif Trains de Nuit a pour ambition de fédérer des acteurs passionnés par le transport ferroviaire en France mais aussi dans les pays limitrophes, avec un magnifique et enthousiasmant programme tranchant sur la vision macronésienne du transport ferroviaire, afin :

- de faire renaître les trains de nuit nationaux et internationaux, selon le magnifique exemple autrichien bientôt suivi par les Suisses,

- de faire renaître sur le territoire français avec éventuellement des prolongements internationaux des trains réguliers de fret pour que les opérateurs qui ne souhaitent pas passer par la voie routière aient d’autres options

- de proposer la création de trains mixtes nocturnes avec voyageurs en couchettes ou lits et marchandises en fret express, utilisant les LGV et les prolongements sur les lignes normales.

- de proposer des solutions techniques et organisationnelles innovantes existantes par exemple en Suisse avec les trains de croisière ferroviaire utilisant des matériels (français !) à largeur d’essieu variable en quelques secondes pour changer de type de voie

de soutenir les associations locales qui oeuvrent avec opiniâtreté pour maintenir les lignes locales qui sont la richesse d’un réseau car elles nourrissent les lignes principales, surtout là où la population n’est pas hyperconcentrée.

L’association fera du lobbying auprès des décideurs publics et privés et fera réaliser des études pour soutenir ses propositions. Elle a donc besoin de mobiliser beaucoup d’adhérents personnes physiques et morales pour arriver à peser, mobiliser l’opinion publique et des moyens d’action.

Le premier conseil d’administration nouvellement élu de l’association « Objectif Train de Nuit », créée formellement vendredi 7 juin à Paris en présence de :

- Eric Boisseau,(boisseaueric@wanadoo.fr) Président

- Huguette Tiegna, Parlementaire française, membre du bureau d’OTN, Vice-Présidente,

- Isabelle Chevalley, Parlementaire Helvétique au Conseil National, membre du bureau d’OTN, Vice-Présidente,

- Karima Delli, Parlementaire Européenne récemment réélue, membre du conseil d’administration d’OTN

Ainsi que :

- Stéphane Coppey, ( stephane@coppey.fr) Secrétaire, épaulé par Raymond Pelloux,

- Emmanuelle Mysona, Trésorière,

- Philippe Jansen (CH) et Christopher Tasti (F), chargés de la communication (Média, Internet, réseau sociaux )

Voir les statuts :

et le bulletin d’adhésion :

.
.
.

.
.

* (C) Pétition : Non à la hausse inadmissible de la carte de transport « Zou ! » en région Sud PACA !

4.070 signatures sur 8.000 lien pour signer

Le tarif de la carte de transport « Zou ! », à l’adresse des jeunes entre 3 et 26 ans inclus, mise en place par la majorité de Michel Vauzelle, passera, dès septembre 2019, de 15 euros à 110 euros. Cela représente une hausse de plus de 600 % pour les nouveaux abonnés. Les anciens abonnés, eux, pourront bénéficier d’un tarif préférentiel de 70 euros, soit une hausse de près de 400 %. De qui se moque-t-on ? Nous ne pouvons pas laisser faire !

Nous lançons donc cette pétition intitulée « Non à la hausse inadmissible de la carte de transport « Zou ! » en région Sud PACA », pour remettre en cause cette hausse INADMISSIBLE. Nous vous appelons à la signer largement et à mobiliser vos réseaux sociaux pour la faire signer. Cette démarche citoyenne est destinée à demander au président de Région, Renaud Muselier, de renoncer à cette hausse.

* (E) Pétition : Mobilité : il faut moins de voitures !

67.688 signatures sur100.000 lien pour signer

Au gouvernement et à l’UE : Madame, Monsieur, L’électromobilité n’est pas respectueuse de l’environnement ni climatiquement neutre. Elle nécessite d’énormes quantités d’électricité, dont la production écologique est loin d’être garantie. La fabrication de voitures électriques nécessite de grandes quantités de métaux et d’autres matières premières, qui doivent être presque intégralement importées de pays tropicaux et de zones de forêts tropicales.

L’électromobilité ne conduit pas au recul du trafic routier, comme en témoignent le nombre en augmentation constante d’immatriculations de véhicules et l’encombrement croissant du réseau routier. Nous vous demandons de réduire le nombre de voitures et le trafic routier. Les populations devraient pouvoir atteindre leur destination de manière rapide et sécurisée à pied, à vélo, en bus ou en train.

Merci de développer des concepts de mobilités efficaces qui profitent réellement aux hommes et à la nature. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Pour une indexation des retraites sur l’inflation !

42.009 signatures lien pour signer

Pétition pour la suppression de seuil pour l’indexation de toutes les pensions de retraites selon le pacte social de la retraite par répartition du code de la sécu article L161-25.

La retraite est un dû ! et un dû cela se paye ! La justice sociale exige que le déclassement subit depuis ces dernières années se doit d’être remboursé et la réindexation en fonction de l’inflation des pensions appliquée pour tous les niveaux de pensions sans exception et sans délai !

Toute la vie, les cotisations ont été ponctionnées proportionnellement au salaire, la justice sociale, les droits acquis exigent un seul et même taux de CSG appliqué à tous ! Les municipales à venir serviront à bien remercier, par ricochet, les auteurs de cette politique rugueuse et injuste à l’égard des anciens et il ne serait que trop dommage que seuls quelques millions de pensionnés et pensionnés à venir soient les seuls à être les dindons de cette farce empoisonnée !

* (C) Pétition : Crédit Suisse, cessez de financer les compagnies minières qui déversent leurs déchets toxiques dans les océans

95.734 signatures lien pour signer

Chrome. Nickel. Cuivre. Ce sont 30 millions de tonnes de produits chimiques toxiques et de métaux lourds en plus qu’une société minière financée par Crédit Suisse s’apprête à déverser dans un pur et magnifique fjord protégé norvégien - réserve naturelle de nombreux saumons.

Les scientifiques ont indiqué que ce déversement contaminera immédiatement toute la faune du fjord et auraient des conséquences épouvantables durables, même sur des zones bien plus éloignées. Aujourd’hui vous pouvez arrêter ce massacre. Ces compagnies minières criminelles n’ont de pouvoir que parce qu’elles sont financées à coup de millions par des banques telles que le Crédit Suisse.

Si ces compagnies se croient intouchables, les banques qui les financent, elles, sont dépendantes de ce que des personnes comme vous et moi pensons : et elle ne veulent surtout pas que nous exposions leurs VRAIS agissements derrière l’image respectable et propre qu’elles cherchent à se donner.Dites à Crédit Suisse d’arrêter de financer des mines qui déversent leurs déchets miniers toxiques dans les océans.

* (E) Pétition : Vis ma vie d’aide-soignante : écoutez-nous !!!

14.318 signatures lien pour signer

Lettre ouverte à Madame Buzin : Vis ma vie d’aide-soignante.

Tous les matins je me lève, et je sais que je vais affronter une dure journée. Ma journée seras ponctuée aussi bien de moments joyeux, de fous rires avec mes collègues, que des moments douloureux. Chaque matin, je ne sais pas ce qu’il m’attend. Chaque matin, c’est un nouveau livre, un nouveau chapitre de la vie qui s’ouvre à moi...

Mes journées sont parfois très longues et rythmées par le bruit incessant des scores et des respirateurs.Ces petits bips, qui quelquefois restent dans ma mémoire et que j’entends encore le soir quand je m’endors.Et quand j’arrive à mon travail, j’enfile ma blouse blanche et mes baskets, fini les Crocs les jambes sont souvent malmenées et les pieds douloureux d’avoir trop marché, trop couru tout au long de la journée. Alors, les baskets ça reste nécessaire. Une fois que j’ai enfilé ma blouse blanche je prends le temps de faire une petite pause café parce que je sais que ensuite je ne pourrais peut-être pas avoir le temps de me poser.

Ma journée débute souvent par de grosses toilettes, on pourrait croire que je suis une privilégiée, mais voyez-vous ces patients là sont ce que l’on appelle dans notre jargon des patients lourds. Souvent intubés, ventilés, avec des défaillances importantes qu’il faut suppléer avec des machines. Et là on rentre dans la technicité de l’hôpital où chacun a son rôle, ou chacun ses compétences, Mais où le binôme infirmier aide-soignant est important. Ma journée sera rythmée par des pansements lourds, des arrêts cardiaques, des entrées compliquées, des scanners, des I.R.M et des sorties soit par la grande porte, soit par la porte dérobée ou tout derrière est effacé.

Cette lettre n’est pas une plainte, cette lettre est juste celle d’une aide-soignante, qui veut juste vous faire comprendre les difficultés rencontrées au cœur de l’hôpital, au cœur du soin. Souvent, le soir lorsque je rentre j’emporte avec moi fatigue, douleur qu’elle soit physique ou morale. On est jamais préparé à la mort, et la mort est partout au sein de l’hôpital, des EHPAD, partout la mort rôde, il peut hanter mes nuits, et pourrir mes journées.

Mais ma vie d’aide-soignante, c’est la vie de milliers d’aide-soignante, de milliers d’infirmières, qui tous les jours œuvrent pour le bien des malades, des personnes âgées. Ma vie d’aide-soignante, c’est aussi celle, de cette autre aide-soignante qui travaille dans un service de gériatrie.et, qui doit effectuer 15 toilettes, voir plus sur des personnes n’ayant plus aucunes autonomies. Elles doivent porter, manipuler, avec souvent peu de matériel ce qui leur permettrait de ne pas se casser le dos, de ne pas se blesser. Car un corps malade, un corps vieillissant, est un corps lourd. C’est un corps qui a besoin de l’aide de tout ce personnel soignant.

Nous devons repenser les soins, nous devons repenser l’hôpital en y mettant de l’humanité, de la chaleur et du réconfort. Nous devons penser à l’avenir, et à cette prise en charge qui devient compliquée , qui devient maltraitante par manque de personnel et de matériel. Notre métier, ma vie d’aide-soignante je l’ai choisie , je l’ai voulue , et c’est une vie que j’aime. Bien sûr que cela est difficile bien souvent à l’hôpital, mais il y a des moments de bonheur, surtout dans les maternités ,la naissance d’un enfant est la plus belle chose au monde.

Nous devenons adultes, et nous vieillissons. Et la population est de plus en plus vieillissante on ne meurt plus à 60 ans, mais à 90. Alors il faut réfléchir à une autre approche des soins, à une autre approche de la prise en charge de ces personnes âgées, à la prise en charge de nos malades . Ma vie d’aide-soignante se passe aussi au milieu des pleurs des familles, ces familles que je dois prendre en charge comme le patient.

Ces familles que je dois rassurer avec mes mots, avec des mots simples.dans la douleur ou dans la joie, car en plus des patients ,de ce patient proche ,auquel je vais devoir administrer des soins, je vais devoir également prendre du temps pour parler aux familles. Mais ce temps ,nous ne l’avons plus, et pourtant ce temps d’échange est important.nous y apprenons tellement de choses, d’histoires de vie, il est aussi important que le soin.

Cette lettre, Madame est Un cri du cœur, un cri pour une reconnaissance, pour une prise de conscience de la souffrance de toutes les aides-soignantes, infirmières, tout le personnel paramédical confondu qu’il soit ash ,agent administratif ....etc....et j’en passe tout ce personnel qui œuvre pour le bien des malades, tout ce personnel doit être reconnu, doit être aidé, et ne doit pas continuer à devoir soigner, en considérant le malade comme objet de soin, mais comme une personne.

Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas et ce n’est surtout en aucun cas de leur faute. C’est en mettant en place des conditions de travail optimales que les soignants pourront retrouver leurs places au sein de l’institution.Les soignants ne sont pas des numéros sur des fiches de payes, ce sont des humains qui travaillent avec des humains. Leur salaire n’est peut être pas non plus à la hauteur du travail qu’ils effectuent et de la tâche considérable qui les incombe.

L’histoire de la santé, l’histoire du soin, l’histoire de l’hôpital est l’histoire de chacun d’entre nous.C’est l’histoire d’une loi santé qui vise à la fin du soin public. Quand, nous voyons nos collègues qui sont en grève depuis des mois, et l’indifférence des pouvoirs publics , il y a de quoi se poser des questions et craindre pour l’avenir, pour notre avenir et surtout celui de l’hôpital public avec un grand P.

Ma vie d’aide soignante, Madame ,vous pouvez venir la partager, vous ne vous ennuierez pas. Surtout n’oubliez pas de chausser vos baskets, car vous verrez qu’elles vous seront très utiles. Ma vie d’aide-soignante, c’est ma vie, oui il est vrai que que parfois c’est difficile, qu’il m’arrive de pleurer, mais pour rien au monde Madame je la changerai.Alors, ouvrez les vannes de la discussion, allez chercher les solutions non pas au fin fond d’un tiroir au sein d’un ministère , mais plutôt au sein même de ceux qui sont au cœur de tout, les soignants. N.K

* (C) Pétition : Le temps des procès politiques doit cesser !

2.102 signatures sur 2500 lien pour signer

Voir la vidéo

STOP LAWFARE a lancé cette pétition adressée aux citoyens

Leer la declaración en español
Para ler o apelo em português
Read the appeal in english

Non, la justice ne doit pas servir d’arme de persécution politique. Pourtant c’est devenu le cas aujourd’hui presque partout dans le monde. Déjà, avec la criminalisation des lanceurs d’alerte, des syndicalistes, des militants écologistes et des participants aux manifestations interpellés arbitrairement, les droits des citoyens ont beaucoup reculé. Le maintien de l’ordre libéral coûte cher à la démocratie. A présent un seuil est en train d’être franchi. C’est ce que l’on appelle la tactique du « lawfare ». Il s’agit de l’instrumentalisation de la justice pour éliminer les concurrents politiques.

Le « lawfare » commence avec des dénonciations sans preuves, se prolonge dans d’obsédantes campagnes de dénigrement médiatique et oblige ses cibles à d’interminables justifications sans objet. Puis c’est la prison et les amendes. Le « lawfare » enferme les débats politiques dans les cours de justice. Pour finir, il fausse le déroulement des élections qui ne sont plus vraiment libres. Les exemples sont nombreux. Citons, en Amérique du Sud, le Brésilien Lula, condamné sans preuve et empêché de se présenter à l’élection présidentielle. Son « juge », Sergio Moro, est devenu depuis ministre de la Justice du président d’extrême droite Jaïr Bolsonaro. Mais aussi l’Equatorien Rafael Correa et l’Argentine Cristina Kirchner, persécutés sans trêve.

Citons, en Afrique, le Mauritanien Biram Dah Abeid, emprisonné sur une dénonciation sans preuve retirée au bout de plusieurs mois de détention. Et encore l’avocat égyptien Massoum Marzouk, opposant au régime de Sissi emprisonné sur le prétexte fallacieux de charges antiterroristes. Il y aussi le cas de Maurice Kamto, arrivé deuxième à la dernière élection présidentielle au Cameroun et emprisonné depuis janvier dernier, ou l’ancien député gabonais Bertrand Zibi, condamné à six ans de prison.

Citons, en Europe, le Français Jean-Luc Mélenchon, poursuivi sans preuve et jugé pour rébellion, ou le Russe Serguei Oudaltsov, dirigeant du Front de gauche, condamné à quatre ans et demi de prison pour avoir organisé des manifestations contre le pouvoir. Citons, en Asie, le Cambodgien Kem Sokha, principal leader de l’opposition emprisonné à la veille des élections législatives de 2017. Ou l’acharnement judiciaire aux Philippines contre la sénatrice Leila de Lima, figure de l’opposition.

De nombreuses voix se sont élevées dans le monde pour dénoncer cette situation : des groupements de juristes, des autorités religieuses comme le pape François, des figures de la défense des droits de l’Homme, des dirigeants syndicalistes ou politiques.

Notre déclaration commune salue ces protestations. Nous invitons à la vigilance pour défendre les victimes de ce type d’opération quelle que soit leur appartenance politique. Nous appelons à la coopération mondiale des résistances juridiques. Nous demandons que soient dénoncés devant l’opinion publique les gouvernements et les magistrats comme le juge Sergio Moro, au Brésil, qui acceptent de jouer ce rôle néfaste aux libertés individuelles et politiques.

Les premiers signataires (retrouvez tous les signataires sur lawfare.fr)

Adolfo Perez Esquivel, Prix Nobel de la Paix,
Hebe de Bonafini, Présidente de l’association des Mères de la place de Mai, Argentine, prix Sakarov de l’Union européenne
Ignacio Ramonet, Ecrivain, journaliste et président d’honneur d’ATTAC, Espagne
Aminata Traoré, essayiste, Mali
Manon Aubry et Martin Schirdewan, co-présidents du groupe GUE au Parlement européen, France et Allemagne
Shumona Sinha romancière, prix de l’Académie française, Inde
Raul Zaffaroni juge cour interaméricaine des Droits de l’homme
Rashida shams al Din journaliste soudanaise
Janak Chaudhary secrétaire général syndicat GEFONT, Népal
Ignacio Lula prisonnier politique, ex- président du Brésil
Rafael Correa, ex-président de l’Équateur
Pepe Mujica, ex-président de l’Uruguay
Pablo Iglesias, député espagnol et secrétaire général de Podemos
Lucia Topolanski, vice-présidente de l’Uruguay
Jane Vargas dirigeante du syndicat de la construction NUDCW aux Philippines
Almir Narayamoga Surui, chef de la tribu Paiter Surui, un peuple indigène du Brésil
Marisa Matias, ancienne candidate à la présidence de la République au Portugal
Le groupe des députés de la France insoumise à l’Assemblée nationale
Esther Benbassa, sénatrice
André Chassaigne, président du groupe GDR à l’Assemblée nationale
Noël Mamère, ancien candidat écologiste à l’élection présidentielle
Marion Esnault, porte-parole de l’association ANV-COP21
Vikash Dhorasoo, ancien joueur de l’équipe de France de football
Jean Ziegler, conseille des droits de l’Homme au Nations Unies
Edward Bond, dramaturge britannique
Pipo Delbono, metteur en scène italien
Biram Dah Abeid, chef de file de l’opposition en Mauritanie, prix des droits de l’Homme des Nations Unie
Thomas Porcher, économiste
Arié Alimi, avocat
Hamma Hammami, porte-parole du Front populaire tunisien

retrouvez tous les signataires
.
.
.

.
.

* COLLECTES SOUTENUES PAR AID

* Linky et ses enjeux : création d’une brochure d’information
8 sept. 2019 Organisé parlinky-non-merci.info

Quatre membres de collectifs différents se sont regroupés pour créer une brochure d’information complète et pratique sur le Linky et ses enjeux, ainsi que ce site linky-non-merci.info.

Notre but est qu’elle soit diffusée le plus largement possible. Elle sera proposée aux particuliers à 1 € et mise gratuitement à disposition des collectifs d’information Linky pour les aider à soutenir leurs activités.

Nous avons mis en place une collecte qui servira à rémunérer le graphiste, imprimer 5 000 brochures et maintenir le site internet. Si nous dépassons le montant prévu, cela nous permettra de rémunérer les droits d’images des illustrateurs et de prévoir une nouvelle impression.

Rien n’est joué. La résistance se poursuit. Aujourd’hui nous avons besoin de votre coup de pouce financier.

Grand merci !

Pour participer au pot commun

Au 07/09/2019 à 23h00 le pot était à 5232€ donnés par 186 personnes sur 5500€ espérés au 08/09/2019.
Au 17/08/2019 à 23h00 le pot était à 1730€ sur 3000€ attendus d’ici au 8 Septembre
dont 100€ juste versés par JMT "au nom de l’Association Initiatives Dionysiennes (AID www.aid97400.re) qui soutient financièrement à la Réunion le collectif STOP-LINKY 974, dans le 06 le collectif STOP-LINKY ROYA, la commune de BOVEL et Stéphane LHOMME et le collectif Refus.Linky.Gaspar.eau (voir notre newsletter sur notre site)"

Les donateurs imposables voulant bénéficier de 66% de déduction fiscale peuvent faire un don à AID (à partir de 100€) par virement bancaire, don qui sera intégralement reversé au pot commun puisque AID est partenaire de collectifs qui seront bénéficiaires de la brochure.S’adresser au trésorier d’AID pour les modalités pratiques. Merci de le faire rapidement, la collecte finit le 8/9/2019

Le Collectif informel STOP LINKY ROYA qui agit depuis fin 2017, vient à cette occasion d’être déclaré sur le site linky-non-merci.info.

* * Projet filière chanvre Réunion

La collecte est terminée. 2310€ venant de 46 contributeurs (dont AID 50€)

En 2018, des agriculteurs se structurent pour développer une filière chanvre à La Réunion, dans le cadre de la diversification agricole. (...)

A quoi va servir la collecte ? La collecte servira au paiement et à l’acheminement de la commande des variétés de chanvre autorisées telles que précisées dans le cadre du protocole technique Armeflhor/Terres Inovia/Hemp It avec deux dates de plantation, six zones (Sainte-Suzanne, Saint-André, Saint-Philippe, Saint-Leu, Saint-Paul), et six variétés (earlina 8fc, fedora 17, futura 75, futura 83, kompolti, carmagnola). Elle permettra aussi de réaliser le suivi de l’expérimentation :

· Analyses de sols
· Choix des parcelles
· Aide à la mise en place de l’essai
· Fourniture des lots de semences
· Apport de la fertilisation
· Analyse des résultats

Le financement servira également à la collecte et à la fourniture des graines de variétés locales de cannabis sativa L. (mangue carotte, mauve poivrée, K1, fil rouge, fil blanc, taille poule) afin de permettre l’évaluation agronomique de ces graines, les caractériser et les collectionner ce qui sera une première mondiale, permettant in fine de poser les bases d’une filière franco-française de production et de transformation de cannabis thérapeutique. Nous avons besoin de vous pour réussir notre projet et engager la transition agricole et écologique de l’île. Votre soutien est précieux ! Merci !
lien pour renseignements et participation à la collecte

* GRECE : EXARCHEIA SOUS OCCUPATION POLICIÈRE !)

Le nouveau gouvernement est en train de mettre en place une offensive sans précédent contre le mouvement libertaire et autogestionnaire, devenu gênant et réputé au fil des années.

Mél du 26/08/2019:Alerte ! Ce que nous vous annoncions depuis un mois et demi vient de commencer ce matin, peu avant l’aube :

EXARCHEIA SOUS OCCUPATION POLICIÈRE !

Le célèbre quartier rebelle et solidaire d’Athènes est complètement encerclé par d’énormes forces de police : de nombreux bus de CRS (MAT), des jeeps de la police antiterroriste (OPKE), des voltigeurs (DIAS), des membres de la police secrète (asfalitès), ainsi qu’un hélicoptère et plusieurs drones.

Lieu unique en Europe pour sa forte concentration de squats et d’autres espaces autogérés, mais aussi pour sa résistance contre la répression et sa solidarité avec les précaires et migrants, Exarcheia était dans le collimateur du gouvernement de droite depuis son élection le 7 juillet. Le nouveau premier ministre Kyriakos Mitsotakis en avait fait une affaire personnelle, d’autant plus qu’il avait été raillé début août pour ne pas avoir réussi à atteint son objectif de "nettoyer Exarcheia en un mois" comme il l’avait annoncé en grandes pompes.

Ce matin, 4 squats ont été évacués : Spirou Trikoupi 17, Transito, Rosa de Fon et Gare. L’offensive concerne pour l’instant la partie nord-ouest du quartier, à l’exception notable du squat Notara 26, réputé mieux gardé et très important symboliquement pour le quartier en tant que premier squat historique de la "crise des réfugiés" au centre ville d’Athènes.

On compte pour l’instant une centaine d’arrestations, ainsi que des agressions brutales contre des personnes tentant de filmer. Seuls les médias de masse au service du pouvoir ont l’autorisation de couvrir l’événement.

Au total, il y a 23 squats dans Exarcheia plus 26 autres autour du quartier, soit un total de 49 concentrés sur une zone assez petite. 49 squats auxquels il faut ajouter d’autres types de lieux autogérés, dont certains en location (Espace Social Libre Nosotros, magasin gratuit Skoros, etc.) ainsi que des dizaines de logements particuliers regroupant des groupes de militant-es, souvent près des terrasses pour permettre un accès au-dessus des rues.

Sur les squats qui se trouvent précisément à l’intérieur d’Exarcheia, 12 sont des squats d’hébergement pour les réfugié-es et migrant-es et les 11 autres sont des squats de collectifs politiques anarchistes et antiautoritaires (même si la plupart des squats de réfugié-es sont aussi évidemment très politiques, à commencer par le Notara 26 et Spirou Trikoupi 17 avec des assemblées directes et beaucoup de liens avec le reste du mouvement social).

Dans les squats de Spirou Trikoupi 17 et Transito (que les valets du pouvoir sont maintenant en train de murer), plus d’une quinzaine d’enfants ont été arrachés à une existence paisible et heureuse pour être subitement envoyés dans des camps. Ces sinistres camps sont insalubres et surpeuplés, les migrant-es y sont mal nourri-es et souffrent des variations de températures, subissent des humiliations et parfois des tortures, et Mitsotakis exige de surcroît qu’ils soient tous bien fermés et, à l’avenir, complètement coupés du reste du territoire.

Le visage de l’Europe ne cesse de se durcir à l’instar de ce qui se passe également sur les autres continents. Cette évolution toujours plus autoritaire du capitalisme conduit à nous interroger sur ce qu’annonce l’ère actuelle : l’offensive contre les poches d’utopies couplée à l’enfermement des boucs émissaires rappelle des heures sombres de l’Histoire.

Le monde entier devient fasciste et la Grèce en est, une fois de plus, l’un des laboratoires.

Mais rien n’est fini. Septembre arrive bientôt. Les jobs saisonniers se terminent. Le mouvement social se rassemble et s’organise à nouveau. Des lieux comme le Notara 26 et le K*Vox sont sous haute surveillance. Des ripostes se préparent, ainsi que plusieurs grands événements mobilisateurs. L’automne sera chaud à Athènes.

Résistance !

Yannis Youlountas

Vidéo karaoké en grec

PS : nous comptons sur vos communiqués, actions en direction des lieux représentant l’état grec à l’étranger, photos, vidéos et tout ce que bon vous semble. Pensez à nous les transmettre. La solidarité est notre arme. Nos luttes n’ont pas de frontières.
Vous trouverez la suite des infos comme toujours sur mon blog : http://blogyy.net

Yannis Youlountas

voir une vidéo

POUR VENIR AVEC NOUS LORS DU PROCHAIN CONVOI OU PARTICIPER À LA PRÉPARATION

Si vous aimeriez venir avec nous lors d’un prochain convoi ou, au moins, participer à la préparation depuis la France, la Suisse ou la Belgique, laissez-nous vos coordonnées (en vous présentant brièvement) à : solidarite@anepos.net

Nous vous recontacterons le moment venu. Pour l’instant les dates des prochains convois ne sont pas fixées. N’hésitez pas à nous préciser vos disponibilités dans l’année à venir.

NOS URGENCES ACTUELLES DANS LE MOUVEMENT SOCIAL EN GRÈCE (PRINTEMPS-ÉTÉ 2019)

Depuis la fin de la tournée du film L’Amour et la Révolution, cette source de financement s’est beaucoup affaiblie. En attendant le prochain convoi, tout soutien est donc le bienvenu.

Les besoins actuels les plus urgents sont surtout :

– de l’argent pour les énormes frais de Justice de Rouvikonas (même si nous venons d’en payer une grosse partie, il en reste encore beaucoup et c’est une lutte qui est loin d’être terminée) ;

– de l’argent et/ou des vivres pour les squats de réfugié-es, notamment le Notara 26 et le Spirou Trikoupi 17, ainsi que pour la cuisine sociale de rue L’Autre Humain ;

– quelques participant-es supplémentaires pour payer ensemble le loyer des locaux de la cuisine sociale (nous sommes actuellement à un peu plus de 300 euros sur 650 et souhaitons essayer d’atteindre les trois quarts du loyer pour alléger les charges de ce réseau vital pour les sans abris et précaires en Grèce) ;

– sans oublier la trentaine d’autres lieux et collectifs soutenus, comme Favela au Pirée qui a subi plusieurs attaques des néo-nazis ou encore Mikropolis à Thessalonique qui est le plus grand espace social libre en Grèce.

– Si vous avez l’occasion de venir en Grèce du nord en fourgons dans les semaines à venir, nous avons besoin de machines à laver en état de marche dans deux nouveaux lieux collectifs du nord-est du pays (près de Thessalonique).

POUR SOUTENIR NOS ACTIONS, LIEUX ET LUTTES

Si vous voulez soutenir nos actions, lieux et luttes, trois possibilités s’offrent à vous :
* PAR VIREMENT :
IBAN d’ANEPOS pour virement : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU

Merci de mentionner en objet du virement : – Action Solidarité Grèce

Ou, si vous préférez préciser votre aide à un collectif en particulier :
– Frais de Justice RKS (Rouvikonas)
– ou Notara (familles de réfugié-es/migrant-es)
– ou L’Autre Humain (réseau de cuisines sociales gratuites)
– ou Structure autogérée de santé d’Exarcheia (dispensaire médical gratuit)
– ou Frais de Justice collectif Kastelli contre l’aéroport

* par chèque, c’est à l’ordre d’ANEPOS (n’ajoutez rien sur l’ordre, mais mentionnez au dos ou en pièce jointe le collectif ou lieu que vous souhaitez soutenir) à envoyer à : ANEPOS Action Solidarité Grèce BP 10 - 81540 SORÈZE - FRANCE

* si vous préférez participer par PAYPAL

NB : AID a viré début Février 500€ d’aide d’urgence par Paypal. Si vous voulez participer par ce moyen (et bénéficier des 66% de déduction fiscale) contactez jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Plus d’infos sur le site

* Vintimille – Eufemia Infopoint et guichet « Assistance Juridique pour tous »
Collecte de fonds

Déception, la collecte n’a toujours pas avancé du tout malgré l’importance des besoins !
le 07/09/2019 à 23h00, 122 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 17/08/2019 à 23h00, 122 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 03/08/2019 à 22h00, 136 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 20/07/2019 à 23h00, 150 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 06/07/2019 à 16h00, 164 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 22/06/2019 à 11h00, 178 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 08/06/2019 à 20h00, 192 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 18/05/2019 à 14h00, 213 jours restant, 650€ récoltés auprès de 12 donateurs , 54.2 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 04/05/2019 à 14h00, 227 jours restant, 415€ récoltés auprès de 11 donateurs , 37.8 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 20/04/2019 à 23h00, 241 jours restant, 415€ récoltés auprès de 11 donateurs , 37.8 € par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 06/04/2019 à 23h00, 255 jours restant, 405€ récoltés auprès de 10 donateurs , 40,5€ par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 23/03/2019 à 18h00, 269 jours restant, 405€ récoltés auprès de 10 donateurs , 40,5€ par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 09/03/2019 à 18h00, 283 jours restant, 385€ récoltés auprès de 9 donateurs ,43€ par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID !!!!)
le 17/02/2019 à 12h00, 303 jours restant, 385€ récoltés auprès de 9 donateurs ,43€ par don (incluant deux dons de 100€ chacun d’AID)
le 16/02/2019 à 23h00 , 304 jours restant, 285€ récoltés auprès de 9 donateurs, 34€ par don
le 02/02/2019 à 24h00 , 318 jours restant, 285€ récoltés auprès de 9 donateurs, 34€ par don
le 29/12/2018 à 0h00 , 332 jours restant, 275€ récoltés auprès de 8 donateurs, 34€ par don

EUFEMIA INFOPOINT

Infopoint Eufemia, c’est un espace d’accueil indépendant, où les migrants/es peuvent recharger leurs téléphones portables, avoir un accès gratuit aux services internet et aux ressources en différentes langues sur les structures administratives nationales ainsi que au corpus des lois de protection des étrangers en Italie et en Europe.
Infopoint Eufemia est un lieu de prise de contact protégé et sûr pour tous les migrants, mais aussi un espace de rencontre et d’intégration citoyenne avec la ville et ses habitants.
Infopoint Eufemia, c’est un projet de Progetto 20K promu par un groupe de femmes et d’hommes qui s’engagent pour assurer le droit de circuler librement pour chacun/ne. Progetto 20k s’active à Vintimille depuis juillet 2016, il assure une unité mobile d’intervention quotidienne à la frontière, avec du matériel et une assistance aux migrants/es en déplacement dans cette zone.
Infopoint se propose donc de créer un lieu physique de contact où échanger et dialoguer avec la ville et ses habitants.

Une programmation culturelle et des cours d’initiation à la langue italienne verront le jour. Sera aussi prévue la présence sur place d’un traducteur titulaire de protection internationale pendant deux jours par semaine.

Cet espace, totalement auto-financé, reste ouvert 7/ jours grâce au travail bénévole de nombreux/ses militants/tes.

ASSISTANCE JURIDIQUE POUR TOUS

Afin d’apporter un aide concrète aux migrants/es qui traversent Vintimille , nous avons mis en contact, avec l’aide et la participation de Melting Pot Europa, un réseau d’avocats, assistants juridiques et étudiants qui seront disponibles avec leurs compétences pour le suivi bénévole des dossiers administratifs concernant les droits des migrants/es.

La nécessité d’obtenir une assistance juridique ainsi que des informations correctes par rapport au droit d’asile italien et européen, ainsi que les outils de protection des droits fondamentaux, ce sont parmi les besoins prioritaires des personnes en transit par Vintimille. La plupart parmi eux/elles arrive à Vintimille sans aucun repère après avoir débarqué sur la côte très peu de jours avant.

Compte tenu du grand nombre de migrants/es présents dans cette zone, et du fait qu’ils/elles sont aussi nombreux à ne pas pouvoir avoir réellement accès aux informations comme aux moyens de tutelle personnelle – nous avons décidé de donner notre contribution et ouvrir un guichet indépendant d’assistance légale auprès du quel les migrants/es pourront s’adresser.

Le quichet LEGAL AID FOR ALL sera ouvert pendant deux jours par semaine, nous espérons de pouvoir garantir son activité bien au delà de ce créneau hebdomadaire, c’est-à-dire pendant plusieurs jours par semaine selon la disponibilité des avocats et des assistants qui participeront à ce projet en tant que bénévoles.

Au même temps, on intégrera cette assistance légale avec une activité de veille et de recherche en Droit dédiée au repérage des plus fréquentes violations des droits subis par les migrants/es sur le territoire national et européen. En effet, Vintimille se présente comme un observatoire stratégique pour tester les dynamiques migratoires et les conséquences que les politiques de gestion des « flux » migratoires imposent aux personnes. Melting Pot Europa, avec d’autres ONG, parmi lesquelles Amnesty International, dénonce depuis longtemps les effets négatifs du système de lois, dit de Dublin et du soi-disant « modèle Hotspot ».

Notre parti-pris c’est donc de documenter de façon la plus détaillée possible ces violations des droits et les abus dont les migrants/es sont victimes chaque jour. Car il faut absolument tracer l’historique qui caractérise notre présent. Les données collectées par le monitorage et la recherche seront publiées dans un Rapport, un plaidoyer qui sera présenté publiquement aux organisations nationales et internationales pour la défense des Droits de l’homme.

Le projet Legal Aid for All participe au projet Infopoint de Ventimille, un projet organisé par Progetto 20k en collaboration avec Melting Pot Europa.

WOMEN’S DAY

À l’intérieur de l’espace Eufemia, on a activé le Sister group, qui veut être un moment hebdomadaire dédié uniquement aux femmes, où il est possible de partager du temps intime et de détente, en tissant des liens en dehors des logiques patriarcales. Il s’agit d’un endroit sûr, conçu pour les femmes en transit et leurs gamins, dans lequel il est possible de prendre une douche au calme, de changer de vêtements et d’avoir des moments de partage entre les solidaires appartenant à NonUnadiMeno Genova et à Progetto 20k qui ouvrent les portes d’Eufemia un jour par semaine en vue de la journée Sister Group.

Le Sister Group voit dans la rencontre entre femmes la base de son action : en tenant compte de la criticité du système d’accueil, des violences de genre subies par les femmes en transit, au-delà du risque très haut de devenir « monnaie d’échange » et d’entrer dans les réseaux de trafic et d’exploitation, la conquête d’espaces d’autonomie et de bien-être devient un moment fondamental soit pour revivre moments de « normalité », soit pour jeter les bases de parcours d’autodétermination.

Les activités du Sister Group ont besoin de votre soutien : non seulement pour la collecte et l’achat des matériaux pour le soin et l’hygiène du corps féminin et de la première enfance. De plus, la présence des médiatrices culturelles et interprètes des différents langues est fondamentale afin de rendre la communication, la connaissance et le soutien entre sisters de plus en plus riche.

Pour donner suite à tous ces projets nous avons besoin de votre aide !

Avec une somme modeste vous pouvez contribuer à :

* Permettre à ce lieu de poursuivre son activité et assurer les dépenses de location et des fournitures de l’ Infopoint.
* Financer l’ achat des outils indispensables à notre travail et de la gestion de l’Infopoint : pc, imprimantes, papeterie et matériaux destinés à l’accueil des migrants/tes.
* Imprimer les fiches d’information dans plusieurs langues.
* Créer un fond afin d’assurer les frais d’assistance légale et administrative ainsi que pour d’éventuelles démarches légales.
* Assurer les dépenses des déplacements des bénévoles qui participent au projet Legal Aid for All, Infopoint et le Women’s day
* S’occuper de la rédaction, de la publication et de la communication des reportages juridiques, ainsi qu’organiser des rencontres publiques pour informer sur la situation aux frontières, et pour des initiatives de sensibilisation dans le cadre des activités d’ Infopoint.
* Organiser des événements culturels pour informer et aider à la bonne cohabitation entre la population locale et les migrants/es de passage à Vintimille.
* Organiser des cours d’ Italien.

AR

* Appel à soutien financier pour Delia Buonommo et le "Bar des Migrants" de Vintimille
lien de la collecte

Lancée le 13 Septembre 2018 à l’initiative d’un universitaire écrivain italien francophile , Enzo Barnabà qui réside dans le hameau de Grimaldi à quelques mètres de la frontière française au lieu-dit "Le pas de la mort" qui a participé en Juillet 2018 au Ier Festival des Passeurs d’Humanité de la Roya

À Vintimille, à 9 km de la frontière italo-française, des dizaines de milliers de réfugiés passent chaque année. Ils fuient la guerre, la torture, les violences. Ils tentent de traverser la frontière pour rejoindre des proches ou des connaissances en France, en Angleterre et dans d’autres pays européens, risquant leur vie pendant le voyage. Lorsqu’ils franchissent la frontière, ils butent souvent sur des abus, des détentions et des refoulements par la police française. (...)

Dans cette situation dramatique, cependant, une petite partie de la population résiste : parmi elle Delia, dont le bistro (le bar Hobbit) est devenu l’âme de la solidarité à Vintimille. L’histoire de Delia commence il y a trois ans, lorsqu’elle invite à entrer et offre un repas à des femmes et à des enfants assis sur le trottoir devant le bar. Depuis, grâce au bouche à oreille, le café est devenu un point de repère pour tous les réfugiés qui transitent de Vintimille, ainsi que pour les volontaires et les organisations de soutien. Delia, surnommée "Maman Africa", a aidé des milliers de personnes en transit, offrant des vêtements, un repas chaud, un câlin et un lieu d’accueil à ceux qui en ont besoin.(...) Les enfants ont leur propre coin, que Delia a aménagé avec des jouets reçus en donation. Le bar est souvent le seul refuge pour les plus vulnérables, les femmes enceintes, les mineurs et les victimes de la traite.
Cependant, la solidarité de Delia l’a rendue impopulaire dans le quartier et chez une partie de la population de Vintimille, qui a banni le bar Hobbit, le nommant le « bar des immigrés », le « bar des noirs » ou même des nègres. Les insultes, les agressions et le vandalisme font désormais partie du quotidien de Delia. L’isolement, la perte de clients et les pressions de toutes sortes ont plongé le bistro dans une situation économique de plus en plus grave. Delia n’est plus en mesure de supporter les coûts et a été obligée, malgré elle, de le mettre en vente.

Ne permettons pas que l’un des rares lieux d’humanité et de solidarité qui résistent à Vintimille disparaisse ! Aidez-nous à soutenir Delia et à poursuivre son projet de solidarité active : chaque don, même petit, nous aide à acheter de la nourriture, de l’eau, des boissons et à couvrir les frais du bar.

pour approfondir :
- https://maquistraductions.wordpress.com/2017/07/30/entretien-avec-delia-du-bar-le-hobbit-vintimille-ne-peut-pas-me-voir-et-jai-plus-a-craindre-des-habitants-de-la-ville-que-des-migrants/
- http://www.lobservateurdemonaco.mc/aidants-desempares

07 Sept. à 23h00 : d’après le site, 1.097 personnes ont fait un don en 358 jours et 41.019 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don

17 Août à 23h00 : d’après le site, 1.097 personnes ont fait un don en 337 jours et 41.019 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don

03 Août à 22h00 : d’après le site, 1.097 personnes ont fait un don en 323 jours et 41.019 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don

20 Juillet à 23h00 : d’après le site, 1.097 personnes ont fait un don en 309 jours et 41.019 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don

06 Juillet à 11h00 : d’après le site, 1.097 personnes ont fait un don en 295 jours et 41.019 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don

22 Juin à 11h00 : d’après le site, 1.091 personnes ont fait un don en 281 jours et 40.856 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don

08 Juin à 20h00 : d’après le site, 1.091 personnes ont fait un don en 267 jours et 40.856 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don.

18 Mai à 16h00 : d’après le site, 1.088 personnes ont fait un don en 246 jours et 40.605 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don.

04 Mai à 14h00 : d’après le site, 1.081 personnes ont fait un don en 232 jours et 40.440 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit 37€ par don.

20 Avril à 18h00 : d’après le site, 1.080 personnes ont fait un don en 218 jours et 40.420 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit presque 38€ par don.

06 Avril à 23h00 : d’après le site, 1.080 personnes ont fait un don en 204 jours et 40.420 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit presque 38€ par don.

23 Mars à 23h00 : d’après le site, 1.080 personnes ont fait un don en 190 jours et 40.420 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit presque 38€ par don.

09 Mars à 23h30 : d’après le site, 1.076 personnes ont fait un don en 176 jours et 38.670 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit presque 36€ par don.

16 Février à 23h30 : d’après le site, 1.075 personnes ont fait un don en 155 jours et 38.600 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit presque 36€ par don.

02 Février à 23h30 : d’après le site, 1.073 personnes ont fait un don en 141 jours et 38.570 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit presque 36€ par don.

19 Janvier à 12h00 : d’après le site, 1.068 personnes ont fait un don en 127 jours et 35.800 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 33€ par don.

29 Décembre à 0h00 : d’après le site, 1.043 personnes ont fait un don en 106 jours et 35.608 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 34€ par don.

19 Décembre à 19h00 : d’après le site, 1.015 personnes ont fait un don en 96 jours et 34.491 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu moins de 34€ par don.

15 Décembre à 15h00 : d’après le site, 864 personnes ont fait un don en 92 jours et 28.050 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don.

08 Décembre à 14h00 : d’après le site, 863 personnes ont fait un don en 85 jours et 28.000 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don.

24 Novembre à 18h00 : d’après le site, 863 personnes ont fait un don en 71 jours et 28.000 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don. Don d’AID ce jour : 112€

10 Novembre à 18h00 : d’après le site, 862 personnes ont fait un don en 57 jours et 27.888 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don.

20 Octobre à 19h00 : d’après le site, 850 personnes ont fait un don en 36 jours et 27.373 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don.

06 Octobre à 17h00 : d’après le site, 836 personnes ont fait un don en 22 jours et 26.666 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don.

21 Septembre à 18h00 : d’après le site, 705 personnes ont fait un don en 8 jours et 22.046€ ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 31€ par don. Vu la générosité et la rapidité avec laquelle ils ont répondu à cet appel au secours, les donateurs ont été directement informés que cet appel de fonds resterait ouvert afin que Delia puisse continuer son oeuvre de soutien humanitaire comme elle le fait depuis trois ans sans que la baisse de sa clientèle habituelle ne mette en danger le Hobbit Bar. Diffusez partout l’appel pour permettre à de nouveaux donateurs d’apporter leur petite pierre à cet effort commun.

* Appel pour une collecte (non défiscalisable) PERMANENTE de nourriture pour Roya Citoyenne

* Dons (non défiscalisables) pour Roya-Citoyenne

* Dons (défiscalisables à 66%) pour l’association HABITAT & CITOYENNETE de NICE

* Dons (défiscalisables à 66%) pour les victimes de l’Agent Orange (permanent) et le procès intenté par Madame Tran To Nga aux fournisseurs de ce produit

* Dons (défiscalisables à 75% dans la limite de 537€ par an et par donateur, 66% ensuite) pour l’association RIVE de Saint-Denis de la Réunion

* Et bien évidemment les dons (défiscalisables à 66%) à AID que vous pouvez flécher ensuite sur les collectes non défiscalisables (renseignements ici )
.
.
.

.
.

ICE : Ending the aviation fuel tax exemption in Europe

Adresse pour signature
Signataires Délai Numéro d’enregistrement

49.733/1.000.000 10/05/2020 ECI(2019)000009
dont France 6.034/55.500
Date d’enregistrement Langue de l’initiative
10/05/2019 English

Pour soutenir une initiative citoyenne européenne, vous devez être un citoyen de l’UE (ressortissant d’un État membre) et être en âge de voter aux élections du Parlement européen.

Pour en savoir plus sur les règles et les conditions applicables à l’initiative citoyenne européenne : http://ec.europa.eu/citizens-initiative

Objet : We call the European Commission to propose to member states the introduction of a tax on aviation fuel (kerosene). The aviation sector enjoys tax advantages despite being one of the fastest growing sources of greenhouse gas emissions.

Principaux objectifs : While greener alternatives to aviation are subject to high taxes, the aviation industry benefits from many unjust tax exemptions. Aviation fuel remains untaxed in Europe and Member States don’t impose VAT on plane tickets, making aviation a more and more attractive transport mode whereas it is the most carbon-intensive. Taxing kerosene would allow the EU to drastically increase its funding for greener mobility as transport is the fastest growing greenhouse gas emissions sector.

Adresse internet de la proposition d’initiative citoyenne dans le registre de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2019/000009

Appel pour un Pacte Finance-Climat européen

En ce jour de manifestations publiques pour demander à nos élu-e-s de prendre en compte les appels de scientifiques éminents signalant l’urgence de changer nos comportements individuels et collectifs,

AID vous propose toujours de signer cet appel européen lancé par plusieurs dizaines de personnalités que nous connaissons et avec qui nous avons l’occasion de travailler pour certaines. L’appel est également relayé par d’autres organisations avec qui nous sommes en lien . Il a été lancé notamment par Jean JOUZEL climatologue français, ancien vice-président du GIEC

lien pour signer

Nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Nous ne pouvons pas rester sans agir. Aujourd’hui, l’esprit se révolte contre le sort qui est promis à l’Homme. Nous, Citoyens d’Europe et Citoyens du monde associés dans une même communauté de destins, n’acceptons pas que l’humanité se dirige, sans réagir, vers le chaos climatique.

Le 31 octobre 2017, l’ONU nous alertait solennellement sur l’écart « catastrophique » qui existe entre les engagements des Etats et les réductions des émissions de gaz à effet de serre qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement en-dessous de 2°C.

« Les engagements actuels des Etats couvrent à peine un tiers des réductions nécessaires, soulignait Erik Solheim, directeur du Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Gouvernements, secteur privé, société civile doivent combler cet écart catastrophique. Un an après l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, nous sommes loin de faire ce qu’il faudrait pour préserver des centaines de millions de personnes d’une vie de misère ». Comment combler cet écart ? Comment rattraper le temps perdu ? Que peut faire l’Europe ?

Puisque c’est « au nom de l’emploi américain » que les Etats-Unis ont décidé de se retirer de l’Accord de Paris, il est fondamental que l’Europe fasse la preuve « grandeur nature » qu’il est possible de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre tout en créant massivement des emplois. Il est fondamental aussi que l’Europe prenne pleinement sa part pour cofinancer la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud.

Diviser par 4 nos émissions, d’ici 2050 au plus tard ? Le chantier est colossal mais investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables pourrait conduire à « 900.000 créations d’emplois en France » selon les dernières prévisions de l’ADEME et plus de 6 millions d’emplois pour toute l’Europe… Voilà un bon moyen de faire reculer nettement le chômage et la précarité. Un bon moyen, donc, de réconcilier l’Europe avec les citoyens.....lire la suite

Voir le site officiel des INITIATIVES CITOYENNES EUROPEENNES
.
.

* (C) ICE : Demandons une Europe accueillante !

lien pour signer

Merci de soutenir une Europe accueillante pour les réfugiés. Malheureusement, cette Initiative Citoyenne Européenne (ICE) n’a pas reçu le soutien nécessaire et n’a pas été couronnée de succès. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil à d’autres campagnes qui pourraient vous intéresser ici : https://www.wemove.eu/fr/nos-campagnes


Image credit : PROEMAID

Nous sommes une Europe accueillante : laissez-nous agir ! Les gouvernements n’arrivent pas à faire face aux enjeux posés par les migrations. La plupart d’entre nous voulons soutenir des personnes qui en ont besoin, parce que nous ne pouvons pas être indifférents à leur sort. Des millions de personnes se sont mobilisées pour apporter leur soutien. Aujourd’hui, nous voulons être entendus. Exigeons une Europe accueillante ! Nous appelons la Commission européenne à agir :

- Des citoyens de toute l’Europe souhaitent parrainer des réfugiés pour leur offrir un foyer sûr et une nouvelle vie. Nous voulons que la Commission offre un soutien direct aux groupes locaux venant en aide aux réfugiés qui se voient délivrer un visa national.
- Nul ne devrait être poursuivi ou se voir infliger une amende pour avoir apporté une aide humanitaire ou un toit. Nous voulons que la Commission empêche les États membres de punir les citoyens solidaires.
- Tout le monde a droit à la justice. Nous voulons que la Commission garantisse des moyens et des règles plus efficaces pour défendre toutes les victimes de l’exploitation par le travail et de la criminalité en Europe, ainsi que toutes les personnes victimes de violations des droits de l’Homme à nos frontières.

Pourquoi c’est important ? Manuel, un pompier espagnol sera bientôt jugé pour trafic d’êtres humains [1]. Il comparaîtra devant les tribunaux grecs le 7 mai 2018 pour avoir sauvé des hommes, des femmes et des enfants de la noyade. Chaque jour, de courageux bénévoles partout en Europe risquent la même chose que Manuel. Mais nous avons un plan. Nous travaillons avec des partenaires sur une pétition officielle adressée à l’UE, connue sous le nom d’Initiative citoyenne européenne (ICE). Ces pétitions, qui exigent un million de signatures, obligent juridiquement l’UE à écouter nos propositions. La nôtre vise à changer directement la législation européenne, qui fait de la compassion un crime [2].

Cette initiative se penche également sur les raisons pour lesquelles les bénévoles risquent leur liberté. Comme Manuel, ils ressentent l’urgence de braver les mers européennes car les pays de l’UE échouent à agir. Des hommes et des femmes se noient chaque jour. Les lacunes de la législation européenne bloquent celles et ceux qui veulent faire un geste en proposant un lit ou un trajet en sécurité. L’Initiative citoyenne européenne demande de clarifier ces réglementations afin que tout un chacun puisse ouvrir sa porte aux réfugiés. Les bénévoles comme Manuel ne se reposeront pas tant que celles et ceux qui fuient la guerre devront encore risquer leur vie pour trouver un endroit sûr. Nous savons que les Initiatives citoyennes européennes fonctionnent et que notre communauté peut rassembler les signatures nécessaires. L’an dernier, nous en avons lancé une qui a porté de grands coups à Monsanto [3]. Ce fut grâce à notre communauté, à nos partenaires [4], et aux 1,3 million de citoyens européens qui l’ont signée.

Aujourd’hui, nous pouvons encore utiliser notre pouvoir pour que des gens comme Manuel ne soient plus traités comme des criminels. En 2016, lorsque Manuel et les autres bénévoles ont été arrêtés, les membres de WeMove se sont mobilisés pour les aider. Avec nos partenaires [5], nous avons lancé une vague de soutien qui a porté Manuel jusque dans les bureaux de la Commission européenne à Bruxelles. Et même si le Commissaire à la Migration a reconnu le problème, l’UE a abandonné Manuel à ses juges. Mais nous ne le laisserons pas seul. Les gens comme Manuel montrent un autre visage de l’Europe. Si nous nous rassemblons maintenant, nous pourrons témoigner notre soutien à Manuel ET nous attaquer au fond du problème en changeant la loi européenne. Si les hommes et les femmes qui fuient les guerres et les persécutions peuvent se rendre en Europe en sécurité, les bénévoles comme Manuel n’auront plus besoin de risquer leur liberté pour sauver des vies.

[1] site France tv info

[2] European Parliament study : “Fit for Purpose ? The Facilitation Directive and the Criminalisation of Humanitarian Assistance to Irregular Migrants”

Actual text of the EU’s Facilitation directive

[3] Site Ouest-France

[4] Campact, CEO, GLOBAL2000, Greenpeace, SumOfUs, Avaaz, Health and Environment Alliance, la Danish Society for Nature Conservation, Pesticide Action Network, Skiftet, et toutes les organisations partenaires de la coalition pour l’ICE

[5] socialplatform and PROEMAID
.
.
.

.
.

* (C) Pétition : NON au changement de fonctionnement de la carte d’allocation des demandeurs d’asile)

10.409 signatures sur 15.000 lien pour signer

LDH - LIGUE DES DROITS DE L’HOMME a lancé cette pétition adressée à L’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration et à 1 autre

Le 2 aout, l’OFII a officielement annoncé un changement de fonctionnement de la carte bancaire qui est donné aux demandeurs d’asile, afin de percevoir leur allocation : "À partir du 5 septembre, la carte de retrait d’espèces remise aux bénéficiaires de l’Allocation de demandeur d’asile (ADA), deviendra une carte de paiement. Elle permettra gratuitement 25 paiements, dans la limite de son solde. Au delà, il sera décompté 0,50 € par opération." source

Pour rappel, contrairement à beaucoup de fausses informations qui peuvent circuler, le montant de l’allocation perçue est largement inférieur au RSA, qui est de 560€/mois.
L’ADA pour une personne seule hébergée : 204€/mois
L’ADA pour une personne seule non hébergée : 426€/mois
Cette allocation est perçue uniquement pendant les quelques mois de la procédure, période pendant laquelle ils n’ont pas le droit de travailler. source

NOUS DEMANDONS À L’OFII, ET À LA DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTRANGERS EN FRANCE, D’ANNULER CETTE RÉFORME POUR LES RAISONS SUIVANTES :

- 25 paiements par mois est beaucoup trop juste, cela revient à un seul achat par jour (hors dimanche). Il est difficile de voir autre chose qu’un énième moyen de compliquer encore un peu plus la vie des demandeurs d’asile et de restreindre leurs droits fondamentaux.
Même si les commerces sont majoritairement équipés de TPE, certains exigent un montant minimum d’achat. Les épiceries sociales et solidaires, les brocantes, les marchés, n’en sont que rarement équipés.

- Près de la moitié des demandeurs d’asile ne se voient proposer aucune solution d’hébergement. Certains n’ont d’autres solutions que l’hébergement d’urgence, dont certains demandent un paiement symbolique. D’autres ne peuvent accéder qu’à des colocations avec paiement en liquide. Cette mesure risque donc de favoriser encore plus la précarisation des demandeurs d’asile non hébergés.

L’argument invoqué par l’OFII, dans un mail adressé quelques jours plus tôt aux gestionnaires de centres d’hébergement, était qu’il fallait limiter les retraits, qui présentent un coût pour l’OFII.

L’argument financier semble d’autant plus discutable que ce changement de fonctionnement va lui-même engendrer des coûts importants :
- L’impression de guides d’explication, dans plusieurs langues
- Les gestionnaires de centre d’hébergements, qui font payer une caution à leurs résidents, vont devoir s’équiper de terminaux de paiement (TPE).
- Actuellement la carte permet 5 retraits maximum, en argent liquide.
L’argument semble discutable, la plupart des banques ne font pas payer les frais de retraits. De plus, les paiement par carte engendrent une commission interbancaire d’un montant de 0,2%. Cette commission est payé par le commerçant à la banque émettrice de la carte.
Dans le dernier rapport annuel de l’OFII, consultable ici page 18 il est indiqué que les montants d’ADA versés correspondent à 34,8 M€ mensuels, et 417 M€ annuel.
Cela reviendrait à dire que les frais de fonctionnement de la carte ADA devraient être basculés sur les commerçants, qui vont donc reverser 69 600€ chaque mois, ou 834 000 € chaque année, à la banque qui gère cette carte ?

Pour toutes ces raisons, nous demandons à l’OFII d’annuler ce changement de fonctionnement et d’enclencher une réflexion plus pragmatique, avec les demandeurs d’asile eux-même et les structures qui les accompagnent.

* (E) Pétition : Demandons le reclassement de la plus grande réserve naturelle d’Afrique.)

48.068 signatures sur 50.000 lien pour signer

La réserve naturelle de Termit et Tin Toumma, plus grande réserve naturelle terrestre d’Afrique, est aujourd’hui menacée par la Chine via sa multinationale pétrolière, la CNPC ( China National Petroleum Corporation).
Le gouvernement Nigérien, sous la pression de la Chine, vient de déclasser cette réserve naturelle.
Nous ne pouvons pas laisser la Chine détruire impunément la biodiversité en Afrique. Mobilisons nous.

La réserve naturelle de Termit et Tin Toumma, située en plein désert du Sahara c’est :
- 100.000 kilomètres carrés - soit trois fois la Belgique
- plus de 130 espèces d’oiseaux
- des dizaines de reptiles
- plus d’une quinzaine d’espèces de mammifères dont l’addax, classée comme espèce en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (dont la Chine assure la présidence depuis 2012).

En déclassant cette réserve, c’est toute cette biodiversité qui disparaît à jamais pour les générations futures. Alors que la Chine multiplie les engagements en matière environnementale sur son propre territoire, accueille des grands événements tels que la prochaine COP 15 de la « Convention pour la Diversité Biologique », et défend vaille que vaille notamment les pandas, elle se livre dans le même temps à une véritable opération de destruction de la biodiversité africaine. Il est temps de refuser cette nouvelle forme de néocolonialisme, destructeur de l’environnement et des populations locales. Malgré leurs nombreuses sollicitations, les ONG internationales comme locales n’ont pas réussi à dialoguer avec la CNPC (China National Petroleum Corporation) pour mettre en place des mesures environnementales.

Nous n’avons plus d’autre choix que de nous mobiliser massivement pour mettre la pression sur la CNPC et le gouvernement nigérien pour obtenir le reclassement de la réserve naturelle de Termit et Tin Toumma.

* (C) Pétition : RÉCLAMEZ TOUTE LA VÉRITÉ SUR L’ASSASSINAT DE MARIELLE FRANCO)

3.140 signatureslien pour signer

BRÉSIL : Marielle Franco a été assassinée dans la nuit du 14 mars 2018 à Rio de Janeiro, alors qu’elle se trouvait dans sa voiture. Le conducteur du véhicule, Anderson Gomes, a également été tué. Marielle était une défenseure des droits humains. Elle était également conseillère municipale de Rio de Janeiro. Très populaire auprès de ses concitoyens, elle se présentait comme une femme noire bisexuelle et une jeune mère habitant les favelas. Elle consacrait ses efforts à faire la promotion des droits des femmes noires, des personnes LGBTI et des jeunes des favelas de Rio. Le 12 mars 2019, un an après les assassinats, deux personnes ont été arrêtées et ont été accusées d’avoir participé à ces deux meurtres. Toutefois, les "auteurs intellectuels" ayant motivés et facilités l’exécution de ces crimes ne sont toujours pas connus.

Le lendemain des arrestations, des représentants d’Amnistie internationale et des membres de la famille de Marielle Franco ont rencontré le gouverneur de l’État et le procureur général du bureau du procureur général de Rio de Jainero. Les deux hommes, Wilson Witzel et Eduardo Gussem, ont tous deux fait une promesse : celle de s’assurer que l’enquête sur ces assassinats se poursuivra tant et aussi longtemps que toutes les personnes impliquées ne seront pas identifiées. Y compris les auteurs intellectuels. L’arrestation de deux suspects dans le meurtre de Marielle Franco et Anderson Gomes constitue une étape importante. Toutefois, l’enquête doit continuer jusqu’à ce que toutes les personnes impliquées dans ce meurtre soient connues, tout particulièrement les auteurs intellectuels.

Amnistie internationale rappelle aux autorités que nous allons continuer de suivre ce dossier et de mobiliser les gens jusqu’à ce que nous ayons obtenu une réponse. Nous voulons savoir qui a ordonné l’assassinat de Marielle Franco, et pourquoi.
Signez dès maintenant pour faire pression pour que justice soit faite !
© Amnistie Internationale

* (C) Pétition : Les citoyens européens sont solidaires)

84.478 signatures sur 100.000 lien pour signer

P&tition à Jean-Claude Junker, Matteo Salvini, Joseph Muscat, Emmanuel Macron et Pedro Sànchez

Nous vous appelons à assumer vos responsabilités, au nom du droit international et en tant qu’êtres humains : offrez un port sûr pour le débarquement des personnes recueillies par les navires de recherche et de sauvetage présents dans les eaux européennes, et mettez un terme à la criminalisation de ceux qui leur prêtent assistance.

Pourquoi est-ce important ? Ceci est un message urgent : Plus de 130 personnes, dont des dizaines d’enfants, sont actuellement bloquées en pleine mer, après que Malte et l’Italie, les deux pays les plus proches, ont refusé de les laisser accoster.

Après huit jours de navigation par une chaleur accablante, les conditions de vie sur le bateau deviennent insupportables. L’organisation espagnole propriétaire du navire Open Arms a lancé un appel désespéré aux dirigeants européens pour qu’ils acceptent de laisser accoster un navire qui arrivera très bientôt à court de carburant et de vivres. [1]

Nous vous appelons à vous lever avec nous, pour montrer à nos dirigeants que les citoyens européens sont solidaires.

Référence

* (E) Pétition : Stop au diesel à l’huile de palme et de soja, MAINTENANT !

144.129 signatures sur 150.000 lien pour signer

Au Président de la République et au gouvernement français
Monsieur le Président,Madame la Ministre, Monsieur le Ministre,

Le carburant de nos stations-services contient toujours plus de biodiesel produit à partir d’huile de palme et d’huile de soja. Nous demandons au gouvernement d’engager une suppression immédiate de l’huile de palme et de l’huile de soja dans le carburant au niveau national.

La culture de palmiers à huile et de soja est la principale responsable de la destruction des forêts tropicales et anéantit la biodiversité. Le biodiesel est jusqu’à trois fois plus nocif pour l’environnement que le diesel fossile. Nous ne voulons pas d’huile de palme et d’huile de soja dans nos réservoirs !

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

* (C) Pétition : EXIGEONS l’INDÉPENDANCE de l’IGPN, la police des polices

24.098 signatures lien pour signer

Pétition adressée à M.Macron, Président de la République. Par Franck Clever
Nous avons tous pu constater, lors de manifestations par exemple ou de la Fête de la Musique à Nantes en particulier, que certains policiers frappaient violemment des personnes pacifiques, sans défense ou déjà maîtrisées par ailleurs. Certaines personnes sont d’ailleurs MUTILÉES voire même MORTES.

Il faut certes condamner la violence envers les policiers. Mais de la même façon les policiers doivent respecter la loi et ne peuvent frapper des individus que pour se défendre, qu’en cas de légitime défense : La VIOLENCE GRATUITE des POLICIERS DOIT aussi être CONDAMNÉE.

C’est normalement le rôle de l’IGPN, Inspection Générale de la Police Nationale, de juger et condamner les pratiques délictueuses de la Police. On ne peut cependant pas compter sur ce service d’inspection car il n’est pas indépendant puisqu’il relève, comme la Police, du Ministère de l’Intérieur.

Il faut demander à ce que les inspecteurs de l’IGPN deviennent INDÉPENDANTS de TOUT MINISTÈRE comme le sont les juges du Siège dans le domaine de la Justice.
C’est la SEULE SOLUTION pour que les policiers deviennent responsables de leurs actes, que le Gouvernement garde raison et ne cherche pas à FAIRE PEUR et que les citoyens retrouvent de la CONFIANCE et du RESPECT pour leur Police et le Gouvernement.

SIGNEZ et PARTAGEZ cette pétition sur les réseaux sociaux. Et réclamez, par tous les moyens autour de vous, cette demande d’indépendance de l’IGPN. Il faut agir et partager. Et ne pas se contenter d’attendre les prochaines élections pour dire non une fois de plus. UN GRAND MERCI, pour nous tous, pour nos enfants et pour le respect des DROITS.

* (C) Pétition : STOPPONS le CORVICIDE ! - NON à La BACC 87 (Brigade d’Action Contre les Corvidés)

56.848 signatures lien pour signer

Pétition adressée à Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, Préfet de la Haute-Vienne, Par Crow Life

En mai dernier en Haute-Vienne, la Chambre d’Agriculture et la Fédération Départementale des Chasseurs se sont associées pour former une « Brigade d’Action Contre les Corvidés » alternativement et publiquement dénommée « la BACC ».

Une prime pour chaque oiseau tué ! « Dégâts de corbeaux ? La BACC recrute ! » peut-on lire sur son site. Déclarer des dégâts agricoles permet de demander l’autorisation de tirs de destruction et leur délégation aux chasseurs lesquels pourront alors faire des cartons toute l’année, cartouches fournies gracieusement par la Chambre d’Agriculture. En prime, un chasseur se verra remettre « trois cartouches par oiseau tué » ! Une généralisation qui incite autrui à la destruction des corvidés sans discernement d’espèces.

Où est le crime de ces oiseaux ? Tout simplement de prélever leur nourriture pour survivre, et de jouer leur rôle de régulateurs dans l’écosystème. Or, le véritable scandale est ailleurs : toute action visant à leur destruction est un corvicide*.

Crow-Life dénonce : Nous dénonçons l’usage d’une dénomination imitant celle de la Brigade Anti-Criminelle et son acronyme (la BAC ou la BACC, l’homophonie est parfaite). Un usage qui opère insidieusement, guidant vers l’association d’idées ‘’corvidés = criminels’’. Pire, la dénomination« Brigade d’Action Contre les Corvidés » comme les termes « dégâts de corbeaux ? La BACC recrute ! » entraînent une confusion des espèces susceptible d’inciter autrui à la destruction d’espèces protégées, une action illégale. Deux espèces de corvidés, la Corneille noire et le Corbeau freux, viennent d’être classées sur la liste noire des ESOD (ex-"nuisibles’’, désormais « susceptibles d’occasionner des dégâts ») en Haute-Vienne sans que les conditions de ce classement aient été remplies. Aucune espèce de corvidés ne devrait avoir le statut ESOD ou ‘’nuisible’’ aujourd’hui !

Crow-Life rappelle que : Dix espèces de corvidés sont présentes en France et la majorité d’entre elles ont le statut d’espèces protégées (6/10) ; la Fédération départementale des chasseurs et la Chambre d’agriculture de Haute-Vienne ne peuvent donc (se) proposer d’agir contre les corvidés en général, ni y inciter autrui ;
Deux espèces de corbeau, le Corbeau freux et le Grand corbeau, sont présentes en France comme dans le 87 et l’une de ces deux espèces est protégée ; la Fédération départementale des chasseurs et la Chambre d’agriculture de Haute-Vienne ne peuvent donc (se) proposer d’agir contre « les » corbeaux ni y inciter autrui.

Crow-Life demande :

  • D’interdire la dénomination « Brigade d’Action Contre les Corvidés » et l’acronyme “BACC” ou “BACC87” ;
  • De rappeler à la chambre d’agriculture et à la fédération départementale des chasseurs de Haute-Vienne leur devoir d’information et de formation de façon fiable et rigoureuse, non de produire ou à entretenir une confusion susceptible d’entraîner la destruction d’espèces protégées ;
  • De condamner fermement toute incitation d’autrui à la destruction de spécimens appartenant à des espèces protégées, que cette incitation ait été ou non suivie d’effets.

(*) Au sens où Crow Life l’entend et l’emploie, un « corvicide » désigne un meurtre animal, l’action de tuer ou de détruire méthodiquement des spécimens appartenant à l’une ou l’autre des espèces de la famille des corvidés. Le terme peut également désigner le ou les responsable(s) d’un tel acte.

* (C) Pétition : Lidl : ne trahissez pas votre engagement !)

157.493 signatures sur 200.000 lien pour signer

C’est à peine croyable. Lidl a fait la une des journaux en septembre dernier lorsque le géant de la distribution avait annoncé qu’il ne vendrait que des bananes Fairtrade dans ses 3300 magasins allemands - mais maintenant, le géant du discount revient tranquillement sur sa promesse, en espérant que personne ne s’en rendra compte ou ne s’en souciera.

Lidl : Nous l’avons remarqué, et nous nous en soucions. Il en va de même pour les producteurs de bananes des pays en développement d’Amérique latine et d’Afrique, dont des milliers seront affectés si vous ne tenez pas votre promesse.

Chaque banane discount que Lidl vend représente un travailleur agricole qui est soumis à un travail pénible et exposé à des pesticides toxiques pour seulement quelques euros par jour. La direction de Lidl est convaincue que nous ne sommes pas prêts à dépenser un tout petit peu plus pour des fruits provenant d’exploitations agricoles qui offrent à leurs employés un salaire décent. C’est à nous de leur dire que les bananes bon marché n’en valent pas la peine !

Dites à Lidl de tenir sa promesse et de ne vendre que des bananes Fairtrade. Les efforts des supermarchés européens pour maintenir les prix des bananes à un bas niveau ont conduit à des conditions de travail horribles dans les plantations conventionnelles - y compris le travail des enfants, l’exposition quotidienne aux produits chimiques toxiques et l’impossibilité de se syndiquer.

Après que des consommateurs comme vous aient fait prendre conscience à Lidl des abus présents dans sa chaîne d’approvisionnement en bananes, le discounter a déclaré qu’il passait à des bananes 100% Fairtrade, cultivées dans des exploitations qui protègent les droits des travailleurs, versent aux employés au moins le salaire minimum et respectent certaines normes environnementales.

Revenir sur cette décision serait un désastre - signaler aux plantations de bananes que l’éthique et la durabilité ne paient pas, et encourager d’autres supermarchés à acheter des bananes conventionnelles par pur appât du gain. C’est pourquoi nous devons agir, pour rappeler à Lidl la promesse qu’il nous a faite et ce qui est en jeu. Plus de 75 000 personnes ont déjà demandé à Lidl de ne pas abandonner les ouvriers de la banane, mais il nous faut plus de soutien pour que l’entreprise tienne ses promesses. S’il vous plaît, pouvez-vous signer la pétition pour vous assurer que Lidl continue à jouer franc jeu ?

* (C) Pétition : URGENCES POUR LES URGENCES DE L’HOPITAL DE GRASSE)

30.762 signatures lien pour signer

Pétition adressée à Agnès BUZIN, ministre de la santé ; DE MESTER Philippe DG ARS PACA ; DOMBREVAL Loïc Député 06 ; TABAROT Michèle Député 06 ; VIAUD Jérôme Maire de Grasse ; BEN BRAHIM Walid DG Hôpital de Grasse, Par CGT hôpital Grasse et collectif inter- urgences de Grasse

A travers nos signatures, nous soutenons le personnel des Urgences de l’Hôpital de Grasse et demandons :

  • L’arrêt des fermetures de lits et de services ;
  • L’arrêt immédiat, partout en France, des fermetures, même temporaires des services d’Urgences, leur ouverture 24h/24 ;
  • L’arrêt des fermetures de lits et de services conventionnels ;
  • Des moyens humains suffisants pour l’ensemble des services d’Urgences ;
  • 1 poste de brancardier la nuit ;
  • 1 AS en renfort 7j/7 ;
  • 1 renfort AS sur l’ O.P.U ;
  • Une étude de la charge de travail infirmier sur les 24h ;
  • Des renforts d’effectifs lors des pics épidémiques ;
  • La modification du circuit des entrées directes ;
  • Mettre fin à l’alternance jour/nuit de l’équipe soignante ;
  • La mise en stage de tous les personnels contractuels ;
  • Une augmentation de salaire équivalente à 300 euros net mensuel ;
  • Des équipements suffisants en nombre et qualité pour chaque poste d’accueil de patients des urgences ;
  • Une amélioration des moyens existants afin de lutter contre l’insécurité des personnels.

* (C) Pétition : Dicamba : l’herbicide de l’apocalypse)

348.412 signatures lien pour signer

Pétition contre le Dicamba ! Adressée à madame la ministre de l’Écologie, Elisabeth Borne

Madame la ministre de l’Écologie, Depuis quelques années maintenant, l’entreprise Monsanto commercialise aux États-Unis une nouvelle formule de l’herbicide Dicamba. Cette substance est pourtant soupçonnée d’être tératogène, d’altérer le processus de reproduction, de provoquer une perte d’appétit, des vomissements, des douleurs musculaires, des AVC, des problèmes respiratoires, des troubles visuels…De plus, cet herbicide a la particularité de se « re-vaporiser » après épandage. Il se répand autour des plantations et dans les forêts environnantes. Les seules plantes pouvant lui résister sont des plantes transgéniques commercialisées par l’entreprise Monsanto.

Il faut prendre des précautions contre l’entreprise Monsanto qui, depuis plus de 50 ans, commercialise des produits toxiques… et collectionne les scandales sanitaires.
Cette multinationale a une force d’action qui lui permet de convaincre les responsables politiques. Grâce à ses lobbys, elle avait fait plier la Commission européenne sur le Roundup en obtenant un sursis en 2017 et désormais, la nouvelle date d’expiration de l’autorisation du glyphosate en Europe est fin 2022.

NOUS REFUSONS que le Dicamba soit testé sur le sol français. NOUS REFUSONS d’être les cobayes de Monsanto. NOUS EXIGEONS qu’une étude menée par des experts indépendants soit menée systématiquement pour chacun des produits Monsanto commercialisés en France.

C’est pourquoi nous vous demandons, monsieur le Ministre, d’agir pour faire barrage à l’utilisation des herbicides de Monsanto sur le sol français. Ne laissons pas l’avenir de la planète entre les mains des entreprises d’OGM et d’herbicides. Je vous remercie, madame la Ministre, de l’attention que vous voudrez bien porter à notre requête, et vous prie d’agréer l’expression de ma plus haute considération.

* (E) Pétition : Pas de polluants radioactifs dans notre eau potable !

31.929 signatures lien pour signer

DEMANDE DE PROTECTION
En France, des millions de personnes consomment de l’eau contaminée par le tritium, un radionucléide rejeté en grande quantité par les installations nucléaires. Pour les autorités il n’y a aucun problème puisque les concentrations sont très inférieures à la limite de potabilité (10 000 Bq/l) et même à la référence de qualité (100 Bq/l). L’étude de la CRIIRAD a montré que les limites sanitaires définies pour la contamination radioactive de l’eau potable conduisent à un risque de cancer plus de 100 fois supérieur au maximum toléré pour les polluants cancérigènes chimiques. Il faut mettre fin à ce régime d’exception et fixer des limites qui protègent réellement la population. En soutien à la lettre que la CRIIRAD a adressée le 11 juillet aux autorités :

  • Je demande la suppression des privilèges accordés aux activités nucléaires et la révision à la baisse de toutes les limites sanitaires relatives à la radioactivité de l’eau.
  • Je demande en particulier l’abandon immédiat de la limite de 10 000 Bq/l que l’OMS a fixée pour le tritium.
  • Je demande le recensement de toutes les communes alimentées par de l’eau potable contaminée par le tritium et l’information de toutes les personnes concernées. Un plan d’actions correctives doit être établi avec un ordre de priorité qui tienne compte notamment de la durée et de l’intensité de l’exposition des habitants.

DEMANDE D’ENQUETE
Début juillet, la CRIIRAD avait appelé ses adhérents à contrôler le niveau de tritium de l‘eau de leur commune. Le travail de vérification basé sur ces constats a révèle des anomalies très graves dans le dispositif de contrôle de la radioactivité de l’eau et dans l’information du public. Contrairement à ce qu’affirme le ministère de la Santé, des millions de personnes sont privées de toute information sur le niveau de contamination de l’eau qui sort de leur robinet. Des analyses sont faites mais ne sont pas publiées ; des analyses obligatoires ne sont pas réalisées. Dans certains cas, aucune analyse n’a été réalisée depuis 2005, date de l’entrée en vigueur de l’obligation de contrôle ; dans d’autres cas, le contrôle a commencé avec des années de retard, parfois avec plus de 10 ans ; encore ailleurs, les analyses sont bien effectuées mais selon une fréquence très inférieure à celle requise par le code de la santé publique.

  • Je demande l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur les anomalies, incohérences et irrégularités détectées par la CRIIRAD.
  • Je demande que l’intégralité du fichier soit adressée sans délai à la CRIIRAD pour lui permettre d’aller au bout de ses investigations.

DEMANDE DE TRANSPARENCE
L’accès aux résultats d’analyse de la qualité de l’eau se fait à partir du site du ministère de la Santé. Le dispositif est archaïque et opaque. Le temps nécessaire à la consultation des résultats est souvent dissuasif et interdit toute étude d’ensemble. Paris bat tous les records : il faut 15 mn pour récupérer 1 seule analyse de tritium, près de 3 h pour les résultats d’une année ! Sans compter les incohérences incompréhensibles entre les différentes sources de données.

  • Je demande que les résultats soient publiés sous une forme facilement consultable, qui permette de sélectionner les données selon différents critères et de récupérer les données dans un tableur pour analyse.

Les installations nucléaires sont autorisées à rejeter leurs effluents radioactifs, chimiques et thermiques dans l’environnement. L’essentiel des rejets radioactifs liquides s’effectue par vidange des réservoirs ce qui provoque des injections massives dans les cours d’eau et explique la présence du tritium jusqu’à l’embouchure des fleuves et dans tous les réseaux de distribution qu’ils alimentent. En dépit de demandes répétées, la CRIIRAD n’a jamais pu obtenir la transmission à l’avance des dates, heures et durées des opérations de rejets. En l’absence de ces informations, les contrôles indépendants sont réalisés en aveugle ce qui les prive d’une grande partie de leur efficacité. Ces informations devraient également être utilisées pour éviter de pomper l’eau des cours d’eau lorsqu’elle est la plus contaminée

  • Je demande la levée du secret sur les dates et heures des rejets massifs de radioactivité dans l’environnement.

Pour plus d’information, lire le dossier de la CRIIRAD. En savoir plus sur la CRIIRAD : http://www.criirad.org. Nous écrire : contact@criirad.org

La CRIIRAD est une association. Pour la soutenir dans son travail d’investigation et ses démarches pour une meilleure protection contre les pollutions radioactives, vous pouvez faire un don ou adhérer à l’association.

Attention : la page d’appel à don destiné à diffuser la pétition et qui s’affiche à la suite de votre signature est une page du site Mes Opinions pour l’aider à diffuser les pétitions. Il ne s’agit pas de l’appel à don de la CRIIRAD qui lui s’effectue sur le site de notre association (voir liens ci-dessus).

* (E) Pétition : Déclarons l’Urgence Écologique et Climatique !

147.938 signatures sur 150.000 lien pour signer

Mathieu HESTIN a lancé cette pétition adressée à Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président du Sénat, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale

Messieurs, Vous avez l’honneur et la responsabilité d’être à la tête de notre pays à l’heure où l’humanité fait face à la pire menace de son histoire. À vrai dire, pour retrouver trace d’une crise de cette ampleur, il faut remonter quelques millions d’années en arrière, bien avant qu’Homo Sapiens ne foule le sol de la Terre. C’est de notre survie, et de celle de millions d’espèces qui peuplent cette planète, qu’il s’agit. Aucun chef d’État, aucun responsable politique, n’a, de toute l’histoire de l’humanité, eu à exercer dans des circonstances aussi décisives et aussi dramatiques.

Qu’il s’agisse du climat ou de la biodiversité, nos scientifiques sont à la tâche, pour observer, comprendre, évaluer, mettre en garde et alerter. GIEC, IPBES, leur message ne pourrait être plus clair : l’humanité est responsable d’un dérèglement climatique et d’une chute de la biodiversité d’une ampleur qui menace de crise grave ou d’extinction, dans les prochaines décennies, de millions d’espèces, dont la nôtre.

Il y a quelques mois, au lendemain de la démission de Nicolas Hulot, j’ai lancé un appel intitulé « Non, Monsieur Hulot, vous n’êtes pas seul ». Je ne pouvais pas me résoudre à l’impuissance et à l’inaction. Près de 150 000 personnes ont rejoint cet appel, des personnes conscientes de la gravité de la crise écologique, et prêtes à se mobiliser pour changer. De cet appel est né le collectif Un Climat de Changement, qui a contribué, parmi bien d’autres groupes, à l’élan citoyen qui se manifeste en France depuis, à travers les marches, les pétitions, les actions, les tribunes, et d’innombrables initiatives. Cet élan ne cesse de s’amplifier, et nous sommes nombreux à prendre notre part de responsabilité et à être prêts à des changements radicaux.

Mais ce n’est pas suffisant, et aujourd’hui, nous nous tournons vers vous pour sonner à nouveau l’alarme : la crise écologique en cours mérite une mobilisation sans précédent. Toute notre action, en premier lieu la vôtre, en tant que responsables politiques, doit être tendue vers les objectifs de limiter la catastrophe et nous y préparer. Il nous reste très peu de temps.

Nous vous appelons donc :

- À déclarer solennellement, devant la Nation, l’Urgence Écologique et Climatique.
- À dire la vérité à nos concitoyens : à quelles menaces faisons-nous face, à quelle échéance ? Qu’est-ce que cela implique dans nos façons de vivre, d’être au Monde ?
- À ne prendre plus aucune décision incompatible avec ces objectifs. A revenir sur les décisions passées qui sont contradictoires avec ceux-ci.
- À reconnaître le crime d’écocide en droit pénal français et à faire condamner les atteintes à l’environnement, pour lutter contre l’impunité vis à vis des actes de destruction de la nature et de la biodiversité.

Messieurs, l’urgence est absolue. Nous n’avons plus le temps, et nous n’avons plus le droit de faillir. C’est le combat de notre génération, c’est le combat de tous les Vivants.

Le Royaume-Uni l’a fait le 1er mai. (https://metro.co.uk/2019/05/01/mps-declare-climate-emergency-calling-government-act-9378336/). L’Irlande lui a emboîté le pas le 9 mai (https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/10/apres-le-royaume-uni-le-parlement-irlandais-declare-a-son-tour-l-urgence-climatique_5460459_3210.html). Ne tardons pas à les imiter !

Cet appel a été initié par Un Climat de Changement, collectif des signataires de la pétition « Non, Monsieur Hulot, vous n’êtes pas seul », qui travaille depuis plusieurs mois à informer, sensibiliser, interpeler au sujet de la gravité des enjeux écologiques. Je tiens à remercier tous les membres du collectif pour leur soutien et leurs suggestions !

Ils soutiennent l’appel : Boycott Citoyen, United4Earth, Little Citizens for Climate, Unis pour le Climat

* (C) Pétition : Sauvegardons le chemin de fer de la vallée de la Brévenne

7.435 signatures sur 8.000 lien pour signer

La Brévenne, c’est une jolie vallée du Rhône qui, jusqu’à récemment, a vu circuler en son bout le train touristique du Monts du Lyonnais. Mais c’est aussi une vallée vivante, dynamique : plus d’habitants, plus d’activités, plus de trafic, notamment routier.

De fait, la circulation y est saturée, avec un grand nombre de poids lourds qui viennent s’ajouter au trafic automobile. Aux heures de pointe, la vallée devient une cocotte minute avec, des niveaux de pollution largement augmentés, un niveau élevé de bruit et une baisse de la sécurité du trafic routier.

Dans ce contexte, il est inadmissible que la SNCF soit en train d’abandonner la ligne de chemin de fer de la vallée de la Brévenne. En raison de la dégradation continue de la ligne en l’absence d’entretien, toute activité sera arrêtée en fin d’année, en particulier un fret ferroviaire qui va être reversé sur la route avec 10 000 poids lourds supplémentaires par an !

En effet, il y a une carrière à La Patte, en fond de vallée. Reporter le transport ferroviaire actuel des cailloux de La Patte sur la N89 va induire une circulation supplémentaire annuelle de 4 800 véhicules poids-lourds, et avec le retour des camions à vide, ce seront 9 600 circulations de poids-lourds supplémentaires par an injectés dans le trafic chaque jour du lundi au vendredi. Inacceptable ! C’est pourtant ce qui arrivera si nous n’arrivons pas à organiser une forte mobilisation.

Aidez-nous en signant notre pétition « Sauvegardons le chemin de fer de la vallée de la Brévenne ».

Cette ligne de chemin de fer est une chance pour les transports dans la vallée, pour son développement économique et pour ses habitants de plus en plus nombreux.

Refuser de l’entretenir, c’est condamner la ligne de la Brévenne à la fermeture. Et la vallée à l’asphyxie…

Ce serait catastrophique et en contradiction totale avec les impératifs écologiques, avec l’activité économique ainsi que les besoins des habitants qui se sentent littéralement abandonnés.

Aidez-nous à empêcher cette fermeture injuste et incohérente : S’il vous plaît, signez notre pétition « Sauvegardons le chemin de fer de la vallée de la Brévenne ». Et pour nous aider à faire monter le compteur, transférez cet email à vos amis convaincus eux-aussi du bien fondé de l’utilité du chemin de fer. Merci !

Collectif « Gardons la ligne » Vous pouvez consulter leur page Facebook en cliquant ici

* (C) Lettre aux élus : URGENCE CETA - Demandez à vos parlementaires de ne pas ratifier le CETA !

391.110 envois lien pour signer

Mobilisons-nous ! Repoussé après les élections par Emmanuel Macron, le processus de ratification du CETA, cet accord de commerce et d’investissement entre le Canada et l’Union européenne, vient de débuter ! Les députés voteront le 17 juillet, en séance plénière de l’Assemblée nationale. La volonté d’Emmanuel Macron est claire : ratifier le CETA en catimini, dans la torpeur de l’été, en espérant le moins de contestation possible. Les députés n’ont pas la possibilité de modifier le texte :ils ne peuvent que l’approuver ou le rejeter. Au nom de l’urgence climatique, de la santé, de l’agriculture, de l’emploi, des services publics et de la démocratie, aidez-nous à interpeller les députés et sénateurs. Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chance de bloquer la ratification du CETA !
Grâce à l’outil fourni , vous pouvez envoyer un courriel aux député·e·s pour leur demander de ne pas ratifier le CETA. Pensez bien à modifier le texte pour qu’il soit adapté (notamment choisir entre Monsieur et Madame le/la député·e).

* (C) Pétition sauvegarde ligne Nice Breil Cuneo version en ligne

1.386 signatures sur 1.500 lien pour signer

Sujet : signature pétition en ligne Nice Tende Cuneo
Date : Sun, 16 Jun 2019 20:06:23 +0200
De : amisdurailazureen06@free.fr

Les Lignes Nice Sospel Breil Tende Cuneo et Breil Vintimille sont menacées de fermeture si les travaux de consolidation ne sont pas effectués.

Section Breil Tende, les travaux votés en 2015 à la Région Paca soit 15 M€ ne sont toujours pas financés.

Section Nice Breil, la SNCF a identifié 4 points sensibles sur la ligne qu’il est nécessaire de réduire avant 2022.

Les parlementaires et élus avec les associations et populations doivent agir en conséquence pour débloquer la situation et rassurer une population soumise à de sérieux problèmes de déplacements ferroviaires qui forcent les usagers actifs à l’exil et compromettent l’économie touristique des villages.

En signant la pétition, je soutiens la démarche des associations qui œuvrent pour la sauvegarde de la ligne Nice Breil/ Roya Tende Cuneo, du service public ferroviaire, pour l’environnement avec moins de nuisances et de pollutions.

Comptant sur votre soutien, Bien cordialement, Germain Nallino, Président
Amis du Rail Azuréen 06 95 30 60 43

VERSION PAPIER/ Ci-joint le formulaire de signatures à faire remplir et signer, scanner et retourner par mél à : rail06@free.fr (Amis du Rail Azuréen) ou à Comité Nice Cuneo Vintimille (nice.tende.en.train@gmail.com )

* (E) Pétition Pour les tortues : stop au projet de logements de luxe PSR !

173.399 signatures sur 150.000 lien pour signer

À Tun Dr Mahathir Mohamad, Premier ministre de la Malaisie
Monsieur le Premier ministre, le gouvernement malaisien propose la création de trois énormes îles sur une surface de 1821 hectares au large de Permatang Damar Laut, sur la côte sud de l’île de Penang. Cette poldérisation se destine au développement de complexes et ne répond pas à une pénurie de terres. L’absence de consultation publique et le manque d’informations détaillées sur ce projet sont alarmants au vu de son envergure.

La zone concernée par le projet Penang South Reclamation (PSR) est l’aire privilégiée du dauphin à bosse et du marsouin aptère de l’Indo-Pacifique. Le milieu côtier de Permatang Damar Laut, Gertak Sanggul et Teluk Kumbar serait détruit par cette poldérisation et la pollution qui en résulte et les plages immaculées du sud du Penang seraient anéanties.

L’îlot de Pulan Kendi, riche en coraux, pourrait lui aussi être contaminé. La biodiversité marine s’en trouverait affectée et appauvrie dans un rayon de plusieurs kilomètres. Penang, riche de ses collines, de ses mers et de sa capitale classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, se trouve aujourd’hui à un tournant de son histoire.

Des stratégies de développement durable prudentes sur le plan financier et socialement inclusives sont garantes d’une croissance économique solide. Nous avons la responsabilité de laisser une meilleure planète à nos générations actuelles et futures ! Nous en faisons appel à vous pour sauver nos pêcheurs ! Sauvez notre environnement côtier ! Rejetez la poldérisation !Respectueusement vôtre,

* (E) Pétition Soutien au Maire de Langouët contre les pesticides

53.813 signatures sur 50.000 lien pour signer

Association VIDA a lancé cette pétition adressée à Michèle Kirry, préfète de la région Bretagne, préfète d’Ille-et-Vilaine.

Soutenons Monsieur le Maire de Langouët qui a pris un courageux arrêté contre l’utilisation de pesticides à moins de 150m des habitations et que la Préfète veut faire annuler !

Article de Ouest France :

Pour s’exprimer (courtoisement svp)voici le mail de la préfecture

* (C) Pétition Fin des poursuites contre l’héroïne qui a sauvé des vies en mer

397.964 signatures sur 500.000 lien pour signer

Je vous demande de signer cette pétition en geste de solidarité pour tous les collaborateurs courageux et engagés qui risquent la prison. Je lance également un appel au ministre de l’Intérieur italien de droite, Matteo Salvini, pour qu’il acquitte les sauveteurs immédiatement ! S’il vous plaît, aidez-nous à financer le procès coûteux, je vous demande de soutenir financièrement Pia et son équipe

À mes yeux, chaque vie humaine a la même valeur, c’est pourquoi il est indispensable d’aider ceux qui en ont besoin. Nous ne devons pas être obligés de repenser nos concepts moraux à cause de punitions injustifiées possibles ! Le silence n’est plus une option !

Pour une démocratie forte et libérale.

* (E) Pétition : Amazonie colombienne : des fleuves empoisonnés par le mercure

111.361 signatures sur 150.000 lien pour signer

Au Président et au Ministre de l’environnement de la République de Colombie
Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Nous sommes extrêmement préoccupés par le niveau de contamination au mercure du fleuve Caquetá, et par les conséquences de cette pollution sur plusieurs peuples autochtones qui vivent sur ses rives et se nourrissent principalement de la pêche, certains ayant déjà été classés en voie d’extinction physique et culturelle par la Cour constitutionnelle en 2009.

En effet, aujourd’hui, de nombreuses communautés murui, muinane et andoke sont frappées par diverses pathologies sévères, souvent incurables, parfois fatales. Ces communautés présentent notamment un pourcentage anormalement élevé d’enfants souffrant de malformations de naissance et de retards mentaux conséquents. Par ailleurs, les personnes âgées, par nature plus fragiles, développent en grand nombre des troubles neurologiques, digestifs et cutanés qui leur étaient jusqu’alors inconnus. Leur décès prématuré est non seulement une tragédie pour leurs familles, mais également pour leur culture, dont ils sont les garants.

La Colombie est le troisième pays affichant la plus haute contamination au mercure du monde. Des études menées par l’Université des Andes, l’Université de l’Amazonie et la Fondation Omacha démontrent que les poissons pêchés dans le Caquetá recèlent des taux de mercure jusqu’à 4,5 fois plus élevés que les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, et sont donc impropres à la consommation humaine. Ces populations vivant dans des zones très éloignées de tout service de santé, elles sont d’autant plus démunies face aux pathologies qu’elles contractent.

Nous vous demandons de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour protéger les populations autochtones vivant sur le territoire colombien et pour arrêter la contamination de leur environnement. Nous vous demandons de déployer les ressources humaines, matérielles et financières requises pour lutter contre les activités d’extraction d’or polluantes, responsables d’un déversement quotidien de grandes quantités de mercure dans le fleuve et dans les sols. Nous vous demandons de mettre en place des mesures de décontamination du fleuve au moyen des technologies existantes, afin de protéger un environnement exceptionnel à l’échelle du monde.

En tant qu’État constitutif du bassin amazonien, il vous appartient de contribuer à la protection de ce biome, dont dépend non seulement la santé de ses habitants, mais également celle de l’ensemble de la planète. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

* (C) Pétition : N’extradez pas Julian Assange vers les Etats-Unis

334.552 signatures sur 500.000 lien pour signer

Calder Claydon a lancé cette pétition adressée à Sajid Javid, Secrétaire d’Etat à l’Intérieur britannique et à 2 autres

Julian Assange vient d’être arrêté après s’être réfugié pendant 7 ans à l’ambassade d’Équateur à Londres. S’il doit être jugé pour des crimes, il doit l’être en Europe et ne doit en aucun cas être extradé vers les États-Unis, où il risquerait de faire l’objet d’un procès politique. Assange a facilité la fuite de documents américains classifiés qui intéressent tout le monde. Ces fuites ont permis de révéler des violations des droits de l’Homme commises par le Gouvernement américain et ainsi que des cas d’espionnage d’alliés. Toute allégation contre Assange devrait être traitée dans le système de justice pénale britannique ou européen.

Si l’enquête suédoise sur le viol à son encontre est rouverte, il doit bien sûr faire l’objet d’une enquête et être tenu pour responsable. Mais le Ministère de l’Intérieur a déclaré qu’il avait été arrêté suite à une demande d’extradition émanant des États-Unis. Que vous soyez d’accord avec Assange ou non, s’il est remis aux États-Unis, cela créera un dangereux précédent : n’importe quel journaliste pourra être extradé aux États-Unis simplement pour avoir publié des informations complètes et véridiques. Veuillez signer ma pétition appelant les autorités britanniques à refuser de remettre Julian Assange aux États-Unis.

* (E) Pétition : Le Botswana veut réautoriser la chasse aux éléphants !

231.222 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au Président de la République du Botswana

Monsieur le Président, le Botswana était jusqu’à présent considéré comme un refuge pour les éléphants. Il jouissait d’une bonne réputation auprès des défenseurs de l’environnement et des touristes participant aux safaris. Nous constatons avec inquiétude que la population des éléphants s’effondre en Afrique et que les braconniers sévissent de plus en plus au Botswana. Malgré cela, vous envisagez de lever l’interdiction de la chasse en vigueur depuis 2014 et de mettre en place un abattage régulier (culling).

Nous vous demandons de rejeter les propositions de votre commission sur la réforme de la protection des éléphants. Des mesures telles que la levée de l’interdiction de la chasse et l’abattage systématique ne menacent pas uniquement la population d’éléphants, mais nuisent également à la réputation de votre pays et au très lucratif tourisme du safari. Les éléphants ont besoin de la meilleure protection possible. Nous vous exhortons en conséquence à :

  • Maintenir l’interdiction de la chasse.
  • Cesser l’abattage ciblé.
  • Lutter contre le braconnage.
    Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Non à la privatisation d’Aéroports de Paris !

318.562 signatures sur 500.000 lien pour signer

Pétition lancée par : David CAYLA et Coralie DELAUME, adressée à Monsieur le ministre l’Économie et des Finances

Après le scandale de la privatisation des autoroutes qui a abouti à des hausses de tarifs pour les usagers et à des rentes de situation exorbitantes pour les concessionnaires, le gouvernement décide de remettre ça. Avec la loi PACTE il s’apprête à se séparer d’Aéroports de Paris, d’Engie et de la Française des jeux, qui lui rapportent pourtant quelques 800 millions d’euros par an. En période de disette budgétaire et de dégradation continue de la qualité des services publics, peut-on vraiment se passer de cette rentrée d’argent ? Ne risque-t-elle pas d’être compensée par l’impôt ? Parmi ces privatisations, le cas d’Aéroports de Paris est de loin le plus préoccupant. Il s’agit d’une infrastructure stratégique, présentant des enjeux de souveraineté, de sécurité, d’aménagement du territoire et environnementaux.

Faut-il le rappeler ? Les aéroports du Bourget, de Roissy et d’Orly forment une frontière stratégique pour notre pays. Avec 101,5 millions de voyageurs en 2017 – en hausse continue – ils représentent même la principale frontière du pays ! Le caractère sensible de ce type d’infrastructures explique d’ailleurs que 86 % des aéroports dans le monde soient publics. Aéroports de Paris est une entreprise rentable. Désormais première société aéroportuaire au monde devant Atlanta, son chiffre d’affaires a progressé de manière très substantielle en 2017 (+22%). Elle verse entre 100 et 200 millions de dividendes à l’État chaque année et sa valeur ne cesse de progresser. ADP, c’est aussi un patrimoine foncier gigantesque aux portes de Paris. Avec la privatisation c’est le privé qui en bénéficiera.

En 2015, alors qu’il était ministre de l’économie, Emmanuel Macron avait vendu l’aéroport de Toulouse à un consortium chinois sans expérience dans la gestion aéroportuaire. Trois ans plus tard, non content d’avoir « vidé les caisses » de l’entreprise en se versant des dividendes considérables – et après avoir été épinglé très durement par la Cour des comptes – le groupe chinois entend le revendre pour un montant supérieur de... 200 millions au prix où il l’a acheté ! Une véritable prédation !

La privatisation d’ADP est un scandale. La loi prévoit une concession extrêmement longue de 70 ans à l’échéance de laquelle l’aéroport ne pourra revenir dans le giron public qu’après une indemnisation des propriétaires. De plus, elle prévoit d’indemniser également les actionnaires minoritaires actuels. Autrement dit, l’État va payer pour privatiser, perdre des revenus et payer à la fin de la concession de 70 ans pour récupérer son dû. Un détroussage en règle et inédit en faveur du privé ! Enfin, tout porte à croire que la privatisation d’ADP est contraire à notre Constitution. Plusieurs juristes l’on fait remarquer, elle entre en contradiction avec le 9ème alinéa du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, qui dit que « tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité ». En principe, l’aéroport n’est donc pas constitutionnellement privatisable.

Parce que l’opération sera très coûteuse pour le contribuable et probablement à terme pour l’usager, parce que c’est contraire à notre droit, parce qu’il est irresponsable de faire gérer notre principale frontière par le privé et parce que les précédents (la privatisation de l’aéroport de Toulouse mais également celle des autoroutes) ne cessent de défrayer la chronique, parce que le rôle de l’État en France, enfin, est constitutif de notre identité collective et l’attachement de nos concitoyens au service public très profond, nous demandons au gouvernement de renoncer à la privatisation d’Aéroports de Paris.

* (E) Pétition : Libérons les orques et belugas des “prisons à baleine”de la baie de Srednyaya

1.559.105 signatures sur 3.000.000 lien pour signer

Анастасия Иванова a lancé cette pétition adressée à Dmitry Kobylkin, Ministre des Ressources Naturelles et de l’Environnement de la Fédération de Russie et à 2 autres

Plus de 100 baleines - orques et bélugas - sont actuellement enfermés dans de minuscules enclos sur la côte pacifique russe, dans la ville de Nakhodka, près de Vladivostok. Il s’agit du plus grand nombre de créatures marines jamais détenues dans de petites enceintes provisoires. Certains d’entre elles sont là depuis juillet. Alors que ces animaux ne peuvent être capturés que pour des travaux scientifiques et éducatifs, les experts affirment qu’ils sont vendus à des aquariums chinois. Un marché qui rapporte des millions d’euros. Dans ces cages, il y a 11 orques, 5 bébés morses et 90 bébés bélugas. De tels bébés devraient être en contact constant avec la mère. En cas de danger, les femelles se battent à mort pour les protéger et ne sortent généralement pas vivantes de cette bataille. Raison pour laquelle la capture de ces jeunes baleines est interdite.

L’exportation de mammifères marins de la "prison des baleines" est désormais interdite. Mais la situation est compliquée car les autorités tentent de retrouver les coupables et d’utiliser les procédures administratives adéquates. Des experts indépendants s’inquiètent sérieusement des conditions de survie de ces animaux marins. Les bébés baleines qui n’ont pas reçu suffisamment de lait maternel ne peuvent tout simplement pas survivre à l’hiver. Relâchez les orques dans leur habitat naturel ! Transférez les bélugas à des personnes responsables qui les nourriront, les réhabiliteront et les relâcheront ensuite dans leur habitat naturel !

* (E) Pétition : Non au train à touristes dans la forêt des Mayas

194.772 signatures sur 200.000 lien pour signer

Au Président mexicain Andrés Manuel López Obrador

Monsieur le Président, la nature est déjà menacée dans le sud du Mexique par le tourisme international, les monocultures industrielles d’huile de palme et de soja, l’élevage, l’exploitation forestière et le commerce illégal des espèces. Des réserves naturelles possédant une valeur écologique et culturelle stratégique ainsi que des communautés d’agriculteurs et de Mayas sont touchées. La construction et l’exploitation du train touristique impliquent une charge environnementale supplémentaire, qui menace les écosystèmes et la biodiversité des zones de forêts vierges de la jungle maya. Une réserve naturelle aussi importante et les sites archéologiques des Mayas doivent être préservés à tout prix.

La nécessité du projet et le tracé de la voie ferrée doivent faire l’objet d’une révision et la dégradation des réserves de biosphère doit être évitée. Cela requiert également la réalisation d’une étude complète sur l’impact environnemental du projet. L’expropriation des terres et l’acquisition de droits de passage, qui concernent les communes de la péninsule de Yucatan, sont une atteinte grave au tissu social. Le projet doit être approuvé par les habitants, ce qui implique de leur fournir des informations complètes et précises sur le projet, comme l’exige la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Les communautés indigènes ne sont pas, selon leurs propres mots, contre le progrès, mais contre des Grands projets qui ne leur apporteront aucun avantage et ne permettront pas de contribuer au développement régional. Les pays, qui préservent au mieux leur patrimoine culturel et naturel, seront les destinations touristiques les plus prisées dans le futur.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre profond respect.

* (C) Pétition : Stop au travail des enfants pour le chocolat !

205.031 signatures sur 250.000 lien pour signer

À la Ministre fédérale allemande de l’Alimentation et de l’Agriculture, Julia Klöckner

Madame la Ministre, le chocolat cache une sombre réalité : 1,2 million d’enfants travaillent dans des plantations de cacao, les ouvriers agricoles ne touchent pas un revenu suffisant pour vivre et les forêts sont détruites au profit de nouvelles plantations. Malgré plusieurs décennies d’initiatives volontaires, la filière cacao mondiale ne s’est guère empressée à attaquer ces questions urgentes.

Une réglementation de l’UE est indispensable pour instaurer un changement à l’échelle de la filière et pour que tous les acteurs soient tenus responsables de leur conduite environnementale et sociale. En tant que principale exportatrice, transformatrice et consommatrice de cacao, l’UE pourrait entraîner toute la filière cacao à réguler ses importations à sa suite. Ceci viendrait compléter la réglementation déjà en place en matière de chaîne d’approvisionnement dans les secteurs du bois, de la pêche et des mines.

Une approche réglementaire peut également présenter de solides avantages pour les producteurs. Ils pourraient ainsi respecter les droits humains et préserver l’environnement sans craindre une sous-cotation des prix par leurs concurrents au détriment de la durabilité. Lors de la Conférence mondiale sur le cacao de 2018 à Berlin, la déclaration finale a conclu que « le respect volontaire n’a pas eu d’impact suffisant » et que des « mesures réglementaires potentielles prises par les gouvernements » sont nécessaires. Les consommateurs européens veulent s’assurer que le chocolat qu’ils achètent :
– est exempt de violations des droits humains, y compris de travail des enfants et de travail forcé ;
– fournit un revenu suffisant aux ouvriers agricoles pour nourrir leurs familles ;
– ne résulte pas de la déforestation et de la destruction environnementale.

La France s’est déjà déclarée en faveur d’une loi de l’UE sur le cacao. Il est temps que l’Allemagne prenne le relais. Malgré des signaux positifs de certaines agences gouvernementales allemandes, le ministère fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) n’a manifesté aucun intérêt apparent à soutenir une loi qui protègerait les enfants et notre planète. Merci d’agir pour protéger les enfants, les populations rurales et l’environnement dans les pays producteurs de cacao et de plaider pour une règlementation de l’UE vis-à-vis de la filière cacao mondiale. Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

* (C) Pétition : Stop à l’impunité des multinationales !

595.995 signatures lien pour signer

Des droits pour les peuples, des règles pour les multinationales : aux Présidents de la Commission européenne et du Conseil de l’UE, aux représentants des Etats membres et aux parlementaires européens.

"Les accords de commerce et d’investissement confèrent aujourd’hui aux entreprises multinationales des droits exorbitants et leur donnent accès à un système de justice parallèle pour les protéger. Nous demandons à l’Union européenne et à ses Etats membres de mettre fin à ces privilèges en révoquant les clauses d’arbitrage entre investisseurs et États des accords de commerce et d’investissement en vigueur, et en s’abstenant de conclure des accords de ce type à l’avenir.

"Nous demandons également à l’Union européenne et à ses Etats Membres de soutenir les négociations en cours aux Nations Unies en vue de l’adoption d’un traité contraignant relatif aux entreprises multinationales et aux droits humains, mettant fin à leur impunité. L’Union européenne et ses Etats Membres doivent inscrire dans leurs législations des obligations contraignant les entreprises transnationales à respecter les droits humains et l’environnement dans leurs activités et opérations dans le monde entier. Les victimes de dommages et de violations dont les droits humains sont bafoués par des entreprises doivent avoir accès à la justice."

* (E) Pétition : Faisons barrage pour la réserve de Selous en Tanzanie

282.683 signatures sur 300.000 souhaitées lien pour signer

Au Président de la Tanzanie John Pombe Joseph Magufuli
La réserve de gibier de Selous est un trésor écologique avec ses éléphants et ses lions. Merci de préserver ce site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Avec ses troupeaux d’éléphants et ses girafes traversant la savane, ses hippopotames pataugeant dans des eaux peu profondes, ses lions se faufilant entre les herbes à l’affût de proies et ses rhinocéros noirs récemment observés par des biologistes, la réserve de gibier de Selous regorge de vie. Mais un désastre écologique la menace aujourd’hui : le projet de barrage de Stiegler Gorge doit être construit sur le fleuve Rufiji en plein cœur du site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Président John Magufuli veut raser 2,6 millions d’arbres. 1 500 km² de forêt en passe d’être submergés par le lac artificiel doivent être déboisés. Le gouvernement vient d’octroyer en décembre 2018 le permis de construire du barrage à un consortium égyptien.

Des écologistes s’opposent au projet. Ils redoutent la destruction définitive de la zone protégée déjà dégradée. Une mine d’uranium menace déjà de détruire une partie de la réserve. La population d’éléphants s’est effondrée. L’UNESCO a donc placé en 2014 la réserve de Selous sur la liste du « patrimoine mondial en péril ». En février, elle a envoyé une lettre incendiaire au gouvernement – sans effet. Le barrage provoquerait des dommages en aval jusqu’au delta et dans les forêts de mangroves, affectant 200 000 habitants. La construction doit débuter à l’été 2019, bien que le financement reste à préciser. Le président Magufuli veut apparaître comme un homme d’action non soucieux de la critique. Un membre du gouvernement a même menacé de prison des opposants au projet. La population de Tanzanie a besoin d’un meilleur approvisionnement en électricité. Mais le projet de barrage de Stiegler Gorge n’est pas une solution. Non au sacrifice de la réserve de Selous pour un projet insensé ! Merci de signer et partager notre pétition au plus vite.

* (E) Pétition : Stop au massacre des Roussettes noires à l’île Maurice

344.953 signatures sur 350.000 lien pour signer

À la Présidente, au Premier ministre et au gouvernement de la République de Maurice

Madame la Présidente, Monsieur le Premier ministre, Madame la Ministre, Monsieur le ministre,

Le gouvernement de Maurice est en train de procéder à un "abattage contrôlé" de 10 000 roussettes noires. Cette décision donne raison aux cultivateurs qui accusent les chauves-souris frugivores de décimer leurs cultures. Des défenseurs de l’environnement ont manifesté leur opposition à ce projet, la population de chauve-souris étant bien moindre que les 65 000 roussettes noires annoncées. Elles n’excéderaient même pas les 50.000 individus estiment des scientifiques. La mise en œuvre de cette tuerie pourrait pousser l’espèce vers l’extinction prévient l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le statut des roussettes noires pourrait passer de "vulnérable" à "en danger critique d’extinction".

La responsabilité des roussettes noires concernant les mauvaises récoltes est sérieusement remise en cause par des scientifiques. Les chauves-souris seraient responsables de seulement 11% des pertes fruitières. La mise à mort massive n’aidera pas les producteurs de fruit et n’a aucun sens d’un point de vue économique. Le projet laisse les aspects écologiques et moraux totalement de côté : il ne prend pas en compte la contribution des roussettes noires à la pollinisation et à la propagation des espèces fruitières dans l’île ; il ignore qu’à cette période de l’année, les chauves-souris allaitent ou sont en gestation, augurant d’infimes chances de survie pour la génération à venir.

La population mauricienne rejette massivement la mise à mort des roussettes noires. Selon un sondage, plus de 90% des personnes interrogées nourrissent pour l’animal des sentiments allant de « neutres à très positifs ». En risquant délibérément l’extinction d’une espèce endémique, votre action nuira considérablement à l’image de Maurice à travers le monde. Je vous exhorte à prendre les alertes des scientifiques au sérieux et à annuler l’abattage programmé des roussettes noires.

Je vous prie de croire, Madame la Présidente, Monsieur le Premier ministre, Madame la Ministre, Monsieur le ministre, à l’assurance de ma considération et de ma vigilance citoyenne.

* (E) Pétition : La Chine ne peut pas faire ça !

236.465 signatures sur 250.000 lien pour signer

Au gouvernement de la République populaire de Chine, Monsieur le Président, Madame, Monsieur,
Nous sommes consternés de prendre connaissance de la volonté du gouvernement chinois d’autoriser à nouveau le commerce d’os de tigre et de cornes de rhinocéros, et ce à des fins « médicales et scientifiques ». Il n’existe aucune preuve scientifique de l’efficacité médicale de ces produits d’origine animale. Cette décision envoie un signal fatal aux braconniers et constitue un coup dur pour la protection des espèces animales menacées au niveau mondial. Elle pourrait signer leur arrêt de mort. L’expérience de l’ivoire montre qu’il est quasi impossible de dissocier les produits légaux et illégaux. Merci de maintenir l’interdiction totale de ce commerce. Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, Madame, Monsieur, en l’assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.

* (E) Pétition : Que voulons-nous, de l’or ou des gorilles ?

186.655 signatures sur 200.000 lien pour signer

À Brett A. Richards, PDG de l’entreprise Banro : Monsieur Richards, la réserve naturelle d’Itombwe en République du Congo abrite un grand nombre de gorilles des plaines orientales, menacés d’extinction, ainsi que des chimpanzés, des éléphants de forêt et de nombreuses autres espèces. Cela n’empêche pas l’entreprise Banro de développer un projet de mine d’or dans cette région aussi importante que fragile du point de vue écologique. Le projet est par ailleurs susceptible de détruire les moyens de subsistance de la population locale et de porter atteinte à ses droits. En raison de ces risques écologiques et sociaux, nous vous prions de mettre fin au projet d’exploitation aurifère dans la réserve naturelle d’Itombwe. La survie des gorilles et d’autres espèces menacées ne doit pas être mise en péril. Nous vous prions d’agréer, Monsieur Richards, l’expression de nos respectueuses salutations.

* (E) Pétition : Empêchons le massacre des hippopotames en Zambie

213.822 signatures sur 250.000 lien pour signer


Selon les estimations, il ne reste plus que 130.000 hippopotames à l’état sauvage. (© Frei)

Lettre au Président de la République de Zambie
Autoriser l’abattage de 2.000 hippopotames est inadmissible. Merci de mettre fin sans plus attendre au terrifiant projet de votre gouvernement. Le drame se joue dans la célèbre vallée de Luangwa, où des chasseurs seront autorisés à tuer 2 000 hippopotames au cours des 5 prochaines années. L’agence de voyages de chasse Umlilo propose des safaris permettant à chaque tireur de tuer 5 animaux pour 14.000 $ par personne. Le gouvernement justifie cette tuerie en prétextant une surpopulation d’hippopotames, qui menacerait les conditions de vie d’autres espèces et l’écosystème du fleuve. Cette action permettrait également de prévenir les foyers d’anthrax. Le ministre du Tourisme zambien confirme le plan d’abattage, tout en précisant qu’il se limite à 250 hippopotames par an.

Les défenseurs de l’environnement critiquent vertement le projet : Le gouvernement ne fournit aucune justification scientifique à cette prétendue surpopulation. Une étude prouve même que des opérations de ce type ne sont pas efficaces. L’ argument de lutter contre la propagation de l’anthrax en abattant des animaux en bonne santé n’est pas convaincant. D’autant plus qu’il apparaît douteux du point de vue éthique de tuer des animaux pour préserver la nature. En réalité, le gouvernement semble être motivé par d’autres considérations, notamment par l’argent des chasseurs étrangers. Ce faisant, il nuit surtout à la réputation touristique de la Zambie. Cette action est d’autant plus irresponsable que les hippopotames figurent sur la Liste rouge des espèces menacées et sont considérés comme vulnérables. Selon des estimations, seuls 130 000 hippopotames vivent encore à l’état sauvage. En 2016, le gouvernement zambien avait prévu une action similaire, mais abandonné son projet sous la pression internationale. Nous devons l’en empêcher une nouvelle fois ! Écrivons au gouvernement de la Zambie pour lui demander de laisser les hippopotames vivre en paix. Merci de signer notre pétition !

* (E) Pétition :Banque mondiale : ne financez pas la déforestation au Mozambique !

188.720 signatures sur 200.000 lien pour signer

Alerte au Mozambique ! La société Portucel veut défricher 237 000 hectares de forêt, dont d’uniques écosystèmes de miombo, pour établir des plantations d’eucalyptus et une usine de pâte à papier. Pour la population locale, accaparement des terres et appauvrissement. Demandons à la Banque mondiale de ne pas pas financer ce projet.
Afficher la lettre de pétition

Au président de la Banque mondiale et au directeur général de la Société financière internationale (IFC)

Le projet d’usine de pâte à papier et de plantations d’eucalyptus de Portucel au Mozambique serait une catastrophe écologique et sociale. Ne le financez pas ! Les forêts sèches et savanes de miombo d’Afrique australe forment une mosaïque complexe où les biologistes ont identifié plus de 3E00 espèces d’arbres. Sur les 633 espèces d’oiseaux recensées, 11 sont endémiques et n’existent nulle part ailleurs. De nombreuses espèces d’antilope y trouvent leur habitat, ainsi qu’éléphants, girafes et lions. Aujourd’hui, 114 000 hectares de forêts miombo doivent être abattus dans le nord du Mozambique pour faire place à de monotones plantations d’eucalyptus. Pour la nature, l’impact serait dramatique : rupture de la biodiversité, dégradation des sols et perturbation de l’équilibre hydrologique. Ce projet du papetier Portucel laisse aussi peu de place à la nature qu’aux habitants. De nombreux petits fermiers ont perdu leur terre et leurs moyens de subsistance. Toujours plus pauvres, ils ne savent où s’approvisionner en nourriture. Pour la plupart, les promesses de travail et de meilleures conditions de vie restent une illusion. L’usine doit permettre à Portucel Moçambique de produire 1,5 million de tonnes de cellulose pour le marché asiatique. Les plants proviennent de la pépinière de la société, la plus vaste d’Afrique.Les 3 milliards d’euros investis dans le projet sont la preuve que le grand capitalisme arrive au Mozambique. Pas étonnant donc que l’IFC, membre de la Banque mondiale, participe et détienne 20% des parts. L’usine et ses plantations n’est pas le seul grand projet problématique sur le plan écologique et social. Avec le programme ProSavana, le gouvernement étend l’agriculture industrielle à une échelle massive, suivant l’exemple brésilien. Portucel Moçambique a déjà défriché des milliers d’hectares de forêt. Objectif : établir toutes les plantations d’ici à 12 ans. Il n’est donc pas trop tard pour encore sauver de précieuses zones boisées !

* (E) Pétition : NON au sale marché avec l’huile de palme

267.272 signatures sur 300.000 lien pour signer

Voulons-nous faciliter l’importation d’huile de palme en Europe ? C’est un enjeu majeur de l’accord de libre-échange négocié actuellement entre l’UE et l’Indonésie. Pour ne pas aggraver la déforestation et le changement climatique, des organisations indonésiennes demandent l’exclusion de l’huile de palme de cet accord. Soutenons-les !

Afficher la lettre de pétition

Aux participants des négociations sur l’APEG entre l’Indonésie et l’UE

L’UE doit tenir compte de ses propres études climatiques et exclure en conséquence l’huile de palme de l’accord de libre-échange négocié avec l’Indonésie.L’UE négocie actuellement un accord de libre-échange avec l’Indonésie. La question de l’huile de palme domine le débat.Les groupes écologistes indonésiens craignent que l’APEG facilite le négoce d’huile de palme et aggrave la déforestation et les conflits sociaux. Ils demandent donc le retrait de l’accord de l’huile de palme. « Seuls les grands groupes profitent du libre-échange », avertit Yuyun Harmono de l’ONG WALHI. Les biocarburants génèrent plus d’émissions de gaz à effet de serre que les carburants fossiles car forêts et tourbières sont détruites au profit de plantations de palmiers à huile. Et le réchauffement climatique empire. Yuyun Harmono et d’autres défenseurs de l’environnement exigent l’arrêt des plantations de palmiers à huile.

L’Indonésie est responsable de la moitié de la production mondiale d’huile de palme. L’UE en est la principale importatrice après l’Inde. Ces dernières années, le déboisement de forêts de tourbes a été massif. Les émissions des sols tourbeux calcinés causent chaque année un désastre écologique et humanitaire. Après les incendies de forêts de 2015, le gouvernement indonésien a interdit la plantation de palmiers à huile sur des zones brûlées et sur la tourbe. L’APEG réduirait ces efforts à néant.Parallèlement aux négociations, l’UE décidera bientôt de sa politique énergétique d’ici à 2030. La persistance à recourir aux agrocarburants perpétuerait l’ère des énergies fossiles et nuirait à une politique énergétique plus écologique. Le Parlement de l’UE plaide pour une réduction des sources d’énergie issues de plantes, et notamment de l’huile de palme. L’APEG serait un pas en arrière pour la politique énergétique de l’UE. « Asimetris », le nouveau film du réalisateur indonésien Dandhy Laksono, est un témoignage frappant de la réalité de l’huile de palme.

* (E) Pétition : Sables bitumineux - stop au monstrueux projet Frontier

210.521 signatures sur 250.000 attendues Lien pour signer

Réaliser la plus grande mine de sables bitumineux de tous les temps. C’est ce que pourrait bientôt autoriser le Canada à l’entreprise Teck Resources. Cet ouvrage démesuré menace une zone sauvage de 292 km², l’habitat des ours et des caribous et le Parc National Wood Buffalo. Mobilisons-nous pour empêcher cette catastrophe écologique !

Au Premier ministre et à la ministre de l’Environnement du Canada

Le projet Frontier mené par l’entreprise Teck Resources est une catastrophe écologique aux conséquences planétaires. Stop à l’extraction de sable bitumineux ! Des trous béants jonchent déjà le nord de l’État de l’Alberta. Du sable contenant des hydrocarbures est extrait dans des mines à ciel ouvert. L’eau polluée par des métaux lourds est stockée dans des lacs artificiels. Des bassins de retenue et des raffineries émettent des gaz toxiques. Le projet Frontier est une hérésie environnementale qui accumule tous les non-sens écologiques. L’entreprise Teck Resources y investit 13 milliards d’euros et veut commencer les travaux en 2019 pour produire 260 000 barils par jour à partir de 2026 - pendant 50 ans. Le pétrole issu des sables bitumineux est celui le plus nuisible au monde pour le climat. Son extraction et sa transformation requièrent des quantités d’énergie bien plus importantes que pour le pétrole conventionnel. Pour protéger le climat, le pétrole doit rester dans le sol - sinon la sortie des énergies fossiles devient illusoire.

Des pipelines sont en projet et constituent d’autres véritables bombes écologiques. Le pipeline Trans Mountain de la société Kinder Morgan doit acheminer du pétrole jusqu’au Pacifique en passant par les Montagnes Rocheuses. Des risques de fuite existent. Si un pétrolier échouait, la marée noire menacerait la côte et l’habitat des orques. L’Unesco s’alarme du danger potentiel du projet pour le parc national Wood Buffalo situé à l’embouchure de la rivière Athabasca. Le cours d’eau est déjà pollué et son état pourrait empirer.

La population souffre aussi de la destruction de l’environnement. Les Premières Nations des Cris de Mikisew et chipewyanne d’Athabasca se sont opposées au projet et ont déclaré la région située au nord de la rivière Firebag « zone interdite ». Les droits des populations indigènes y sont toutefois bafoués.La décision relative à l’autorisation du projet sera prise cet été. Nous devons éviter la catastrophe !

* (E) Pétition Non à l’importation massive de viande bovine d’Amérique du Sud !

303.830 signatures sur 250.000 attendues Lien pour signer

L’UE veut finaliser au plus vite un accord de libre-échange avec quatre pays sud-américains qui espèrent exporter massivement leur viande bovine à bas prix vers le marché européen. Les grandes perdantes seraient les forêts et savanes détruites pour l’expansion des pâturages. Mobilisons-nous contre la signature de l’accord UE-Mercosur.

Lettre à la Commission européenne et aux gouvernements des Etats membres de l’UE

L’accord de libre-échange projeté avec les Etats du Mercosur constitue une grave menace pour l’homme et la nature. Merci de le rejeter. La motivation de l’accord avec l’Amérique du Sud est claire : le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay veulent vendre plus de viande bovine et de volaille, de sucre et d’éthanol dans l’UE, favorisant l’agriculture intensive et ses graves conséquences pour l’homme et la nature.Les quotas d’importation de viande bovine dans l’UE doivent augmenter. Au lieu des 70 000 tonnes initialement prévues, il était question de passer à 99 000 tonnes début mars. Les États du Mercosur espéraient même parvenir à 200 000 tonnes ! Des quotas plus élevés conduiront inévitablement à une augmentation de la production de viande. Des forêts seront détruites pour établir des pâturages et développer la culture de soja. En Europe, la concurrence des pays du Mercosur menace de déclencher une guerre des prix, au détriment de l’agriculture écologique et du bien-être animal.

L’agriculture intensive affecte souvent la population. Ainsi, en Amérique du Sud, des avions épandent du glyphosate dans les champs, polluant les villages au passage. Les conditions de travail ressemblent à de l’esclavage dans certaines plantations. Indigènes et paysans sont expulsés pour augmenter l’étendue des pâturages. L’accord entre le Mercosur et l’UE ne se limite pas aux quotas d’importation et aux douanes, mais s’étend aux « obstacles commerciaux non tarifaires », c’est-à-dire aux normes environnementales, aux droits des consommateurs et des travailleurs. Prenons un exemple : dans la mesure où l’accord doit faciliter les importations de sucre dans l’UE, il sera plus difficile, voire impossible, de mener des campagnes contre l’excès de sucre dans les friandises. Il en va de même pour les plantes génétiquement modifiées telles que le soja et des produits comme le glyphosate. Ce dangereux accord ne doit pas aboutir. Merci de signer la pétition !

* (C) Pétition : Oui au train de nuit !

159.292 signataires sur 1200.000 attendus lien pour signer

De nombreux trains de nuit ont été démantelés en 2016-2017. Le Paris-Nice est menacé en décembre 2017. L’activité demanderait au contraire à être relancée. Le train de nuit est un service efficace et pertinent pour l’avenir :

- Il permet de relier les territoires périphériques et les régions éloignées les unes des autres.

- Voyager pendant notre sommeil, permet d’arriver tôt le matin, sans (demi-)journée perdue dans les transports
- Le train de nuit est une alternative moins énergivore aux transports aériens et routiers. Il est compatible avec la Transition Écologique.

- Les trains de nuit ont une forte capacité (jusqu’à 800 places), et ils affichent toujours de bons taux de remplissage. La "baisse de fréquentation" qui sert de prétexte au démantèlement provient d’abord d’une diminution du nombre de trains.

- L’Autriche relance les trains de nuit en Europe centrale et elle a montré qu’ils peuvent s’autofinancer. Le "déficit supposé" des trains de nuit en France tient aussi aux nombreux dysfonctionnements (absence de promotion commerciale, sortie à la réservation souvent tardive, fréquentes annulations, etc).

Nous souhaitons donc dès aujourd’hui :

* qu’un bilan moins caricatural des trains de nuit soit publié.

* que les trains de nuit soient relancés et qu’ils reprennent leur place dans l’offre des transports.

Le tramway avait lui-aussi disparu au 20ème siècle, et désormais de nombreuses villes en rêvent. Le vélo n’était plus utilisé comme moyen de déplacement dans les années 1990, il est également de retour. Les trains de nuit ont besoin de vous pour revenir à leur tour !

Infos, idées d’actions, et une enquête sur le potentiel des trains de nuit sont disponibles ICI

===>Vous trouverez ci-dessous un communiqué de Presse et une photo en PJ à l’occasion du rassemblement organisé par les Amis du Rail Azuréen le 8/12/2017 à 19h gare de Nice-Ville pour informer les usagers de la suppression du train bleu le NICE PARIS le 9.12.17. Nos actions successives ne sont pas restées dans l’indifférence, les arguments développés tout au long de notre combat pour le maintien du service public ferroviaire, leurs sincérités ont touché les citoyens, les élus peuvent agir plus librement des dizaines de milliers de citoyens les soutiennent dans leurs démarches nouvelles. Les besoins de mobilité sont immenses dans notre ère numérique, les suppressions des lignes intercités sont incohérentes avec les objectifs de mobilité durable et de lutte contre le changement climatique. Nous n’en resterons pas là nos démarches persévèrent jusqu’à la reprise de ce service public. Pour les participants à ces rassemblements qui n’ont pas remis leur adresse de messagerie, les amis qui les ont fait associer à nos démarches leur communique ce mel et nous font parvenir s’ils le souhaitent leur adresse E-mail pour les ajouter à nos listes de diffusion et les tenir informés.

Bien cordialement, Nallino Germain

COMMUNIQUE DE PRESSE : Un avenir au Train Bleu …

Une quarantaine d’usagers avait répondu à l’appel des Amis du Rail Azuréen du 8 décembre pour aller à la rencontre des usagers du train Bleu. Une ambiance joyeuse régnait dans la salle des pas perdus de la gare de Nice-Ville, nous avions communiqué la bonne nouvelle, Philippe TABAROT vice-Président PACA en charge des Transports en réponse à nos initiatives nous annonçait l’implication de la région PACA dans le financement des Intercités et le Train Bleu. Cris de joie, distribution de tracts 500 ce soir, discussion avec des usagers dont certains n’avait toujours pas connaissance de la suppression du Train Bleu. Des commerciaux : « ce n’est pas possible qu’on supprime le train Bleu ! Le programme que nos avions monté pour nos déplacements sur Nice devient obsolète. C’est au moins une nuitée d’hôtel qu’il faudra compter en plus… » Un autre « je ne comprends pas, à chaque montée sur Paris le train est bien chargé, j’ai même eu des difficultés à réserver une couchette préférentielle. Il est certain que ce train pourrait mieux faire s’il était modernisé, espace convivial de détente, espace de travail numérisé, restaurant … avec une bonne publicité, des tarifs attractifs, le respect des horaires je pense qu’il faudrait dédoubler ce train. Trois journalistes radio, Europe 1, France Inter, une Radio régionale interviewaient usagers et organisateurs.

Nous ne pouvons que constater l’intérêt que suscitent les trains de nuit. En Autriche ils ont réussi le tour de force de remettre sur rail 6 liaisons de nuit abandonnées par la DB avec du matériel existant relooké. L’objectif étant de satisfaire une large palette de clientèle aux exigences très différentes : Löw cost, déplacements en famille, en couple ou voyages d’affaires. Tout est possible, de la place assise bon marché jusqu’au compartiment individuel équipé de toutes les commodités (WC, lavabo, douche), avec collation en soirée et copieux petit déjeuner à la carte. Et pourquoi pas chez nous en France ? Toutes rencontres nous ont démontré un potentiel d’usagers importants, la SNCF doit faire les efforts d’adaptation ainsi qu’une organisation ponctuelle. La Région PACA a pris un tournant politique décisif dans l’avenir des Intercités et du Train Bleu, le gouvernement doit être à la mesure de nos attentes. Plus que jamais résistance aux intercités et trains de nuit. Il est toujours temps de se mobiliser en ajoutant son nom aux plus de 28 500 signataires de la pétition www.change.org/p/ouiautraindenuit. Celle-ci a d’ailleurs été signée plus de 1500 fois la semaine dernière.

Nallino Germain, Président,156 bd Napoléon III - Bourgogne A - 06200 NICE Tel : 0493 210875 et 0695 306043 amisdurailazureen06@free.fr

* (E) Pétition:La plateforme Biofuture, ni propre, ni verte

125.806 signatures sur 150.000 lien pour signer

Aux gouvernements de l’Argentine, du Brésil, du Canada, de la Chine, du Danemark, de l’Égypte, des États-Unis, de la Finlande, de la France, de l’Inde, de l’Indonésie, de l’Italie, du Maroc, du Mozambique, du Paraguay, des Pays-Bas, des Philippines, du Royaume-Uni, de la Suède et de l’Uruguay.

Suivant l’exemple du Brésil, 20 nations ont approuvé une plateforme Biofuture visant à remplacer notre économie basée sur les énergies fossiles par une économie basée sur les biocarburants, la biomasse et d’autres cultures. Alors qu’il est absolument essentiel d’éliminer les énergies fossiles pour protéger notre planète, remplacer ces dernières par de la biomasse n’est pas la transition dont le monde a besoin. De nombreux gouvernements soutiennent déjà le développement des biocarburants, y compris la combustion d’arbres pour générer de l’électricité et les carburants de transport liquides tels que la canne à sucre, le maïs, l’huile de palme et le soja, entre autres.

Cette « bioéconomie » serait élargie pour inclure l’utilisation de culture et d’arbres pour produire des bioplastiques, des produits biochimiques et toute une série de « bioproduits ». Alors que le terme de « bioéconomie » a été communément adopté, cette économie est faussement présentée comme viable et comme une voie durable vers le bas carbone. En réalité, étant donné l’ampleur de la demande en terre et en eau pour la culture de biomasse, les conséquences seraient désastreuses : reconversion de larges étendues de terres au profit de cultures et de plantations, dégradation continue des écosystèmes naturels restants et déplacements forcés de personnes et de la production alimentaire. La popularité de la bioéconomie repose sur la croyance erronée que nous pouvons maintenir une croissance économique et le statu quo en remplaçant simplement les énergies fossiles par des énergies vivantes.

Une bioéconomie telle que prévue par la plateforme Biofuture serait :

- Mauvaise pour le climat : la plateforme Biofuture prône le passage à la bioénergie et aux biomatériaux pour l’énergie, le transport et l’industrie, en ignorant les effets amplement attestés de la demande en cultures et en plantations qui conduirait à la reconversion de vastes étendues de terre. Il est aujourd’hui scientifiquement prouvé que les biocarburants augmentent les émissions de gaz à effet de serre au lieu de les réduire. Il est bien plus efficace d’investir dans la protection et la restauration des écosystèmes. Mais cela ne peut se faire face à d’importantes demandes en cultures et en bois.

- Mauvaise pour les droits humains : la production de biocarburant à grande échelle a déjà conduit à l’accaparement de terres, ainsi qu’à de violentes expulsions, au déplacement de la production alimentaire et à la faim en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires, à la destruction de la souveraineté alimentaire et à des violations du droit du travail. La nouvelle demande massive en terres agricoles pour produire la biomasse nécessaire à maintenir une bioéconomie mondiale ne ferait qu’empirer considérablement ces effets négatifs.

- Mauvaise pour la biodiversité : des forêts et des écosystèmes riches en diversité biologique seraient défrichés pour faire place à la production de biomasse, comme cela a déjà été le cas pour les biocarburants à base de maïs, de canne à sucre, d’huile de palme et de soja. Pour protéger la biodiversité nous devons réduire et non pas augmenter notre demande en terres agricoles, ainsi que diminuer notre utilisation d’eau, d’engrais et de produits agrochimiques.

- Néfaste à des solutions réelles et efficaces : si elle est soutenue, la vision de la plateforme Biofuture ne conduirait qu’à la subvention continue des biocarburants et au détournement des investissements et de l’attention qui devraient être consacrés à des solutions réelles et prouvées. Des solutions qui s’avèrent urgentes si nous voulons enrayer la catastrophe climatique.

Les groupes et particuliers soussignés en appellent aux 20 pays et aux organisations multilatérales signataires de la plateforme Biofuture de cesser leur appui. Nous invitons les autres gouvernements à s’abstenir de tout soutien à la plateforme. Au lieu de cela, nous demandons aux gouvernements de proposer des solutions à la crise climatique qui soient viables et équitables, qui respectent les droits humains, privilégient les technologies à faible émission de carbone, réduisent la surconsommation et les déchets et protègent les forêts et les autres écosystèmes.

Lettre complète (en anglais)

* (C) Pétition : Hauts fonctionnaires : Stop aux salaires indécents à Bercy !

42.585 signatures lien pour signer

Mesdames, Messieurs, Trop, c’est trop.
À Bercy, au Ministère des finances, il y a 600 personnes qui gagnent plus d’argent que le Président de la République. 17 000 € par mois. Ils sont en charge de récolter et gérer nos impôts mais en profitent pour se sucrer de façon scandaleuse au passage. Même la Cour des comptes, l’organe qui surveille les dépenses publiques s’alarme pudiquement : « Le niveau élevé de la rémunération des administrateurs généraux des finances publiques est difficile à justifier ». Une manière polie de dire que ces super-fonctionnaires s’en mettent plein les poches sans AUCUNE justification. Pourtant, cela fait des années que les gouvernements successifs restent sans rien faire. Ils ont laissé, en toute connaissance de cause, les fonctionnaires de Bercy gaspiller l’argent public à leur propre profit.

Bercy et ses intouchables : Ceci ne serait encore rien s’ils se montraient respectueux des lois… mais ça n’est pas le cas : Vincent Jauvert, journaliste à l’Observateur et auteur du livre Les intouchables de l’Etat les appelle : « la noblesse d’Etat » . Une caste de fonctionnaires surpayés qui semblent au-dessus des lois : 70 % des primes des hauts fonctionnaires de Bercy n’ont « aucune base légale » ! [Ce sont les mots de la Cour des comptes en 2010 et 2011. En 2017 et 2018, rebelote : « les règles juridiques en matière indemnitaire ne sont toujours pas pleinement respectées » On parle ici du ministère des Finances … qui n’applique pas les règles des finances publiques : un comble ! Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais en somme.

Bercy compte « 193 des 219 fonctionnaires les mieux payés de France » : Pour rappel, on parle de salaires « entre 15 000 et 17 000 euros net en moyenne par mois pour les directeurs installés de longue date » Et le pire c’est que cette grille de salaire est certes scandaleuse… mais elle est légale. Avec un salaire de 15 000 euros brut mensuel, même le Premier ministre et le président de la République sont moins bien payés !

Le véritable scandale : les indemnités ! Mais si ces salaires son légaux, c’est avec leurs indemnités « sans fondement légal » que nous pouvons les arrêter. Et selon les rapports de la Cour des comptes, cela se passe à tous les niveaux ! Même lorsque ces hauts fonctionnaires ne sont plus en poste et préfèrent aller jouer leur carte en politique dans les cabinets ministériels, ils continuent à abuser des fameuses indemnités de sujétions particulières (ISP). Elles leur permettent parfois de doubler leur rémunération. Plus grave encore, ces ISP ont « augmenté de 39 % par rapport à 2016, un record, et se montent à 5 484 euros par mois en moyenne, un autre record : s’ajoutant à leur salaire de base, cela leur donne un traitement brut moyen de 12 000 euros par mois ». Mais le pire est que ces indemnités ne sont pas fiscalisées. Ils s’occupent d’appliquer les lois qui sont responsables du matraquage fiscal dans ce pays alors qu’ils ne paient même pas eux-mêmes !

STOP aux abus ! Cela fait plusieurs années que les gouvernements laissent faire. Malgré les informations officielles et vérifiées de la Cour des comptes, ces profiteurs sont épargnés. Nous demandons donc urgemment :

  1. Un contrôle complet de TOUTES les indemnités de « sujétions particulières » (ISP),
  2. Un remboursement avec intérêts de TOUTES les indemnités qui ne sont pas justifiées par la loi,
  3. L’instauration d’un véritable contrôle de ces dépenses pour les prochaines années,
  4. Et le renvoi immédiat de tous les fraudeurs.

* (E) Pétition : Aidez-nous à sauver la forêt pluviale du Mulu !

206.242 signatures sur 200.000 lien pour signer

Au Premier Ministre de la Fédération de Malaisie et au Ministre en chef de l’Etat du Sarawak

Monsieur le Premier ministre,Monsieur le Ministre en chef, La forêt pluviale est en train d’être détruite à proximité immédiate du Parc national du Gunung Mulu pour établir des plantations de palmiers à huile. Ces défrichements, réalisés contre la volonté des communautés locales Penan et Berawan, menacent la biodiversité dans la zone voisine, pourtant classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le gouvernement malaisien ne respecte pas sa promesse de ne plus laisser détruire de forêt tropicale au profit des cultures d’huile de palme. Mais il n’est pas trop tard pour empêcher cette catastrophe. Merci d’annuler sans plus attendre les concessions déjà octroyées et d’adopter un moratoire interdisant toute nouvelle plantation de palmiers à huile.

Merci de soutenir le combat des Penan et des Berawan en mettant fin aux déboisements dans l’exceptionnelle forêt pluviale du Mulu. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre en chef, l’expression de notre profond respect.

* (E) Pétition : Stop au commerce d’amphibiens !

168.744 signatures sur 200.000 Lien pour signer

Alerte au champignon tueur : partout sur la planète, d’innombrables amphibiens disparaissent, contaminés par un champignon mortel qui infecte leur peau. Le commerce international de grenouilles et autres amphibiens exacerbe la propagation de l’agent pathogène. Demandons la fin de ce commerce afin d’endiguer cette crise mondiale. La crise qui touche les amphibiens est dramatique : au moins 120 des 7.800 espèces connues ont déjà été décimées par le champignon. L’agent pathogène est considéré comme une menace pour la survie des amphibiens.

Le champignon aquatique Batrachochytrium dendrobatidis (Bd) contamine la peau des amphibiens, altère la respiration cutanée et perturbe les processus métaboliques. Très contagieux et souvent mortel, il décime rapidement des populations entières de grenouilles, de crapauds et de salamandres. Bd est « le pire ennemi des amphibiens », explique le biologiste Dirk Schmeller du Centre Helmholtz de recherche environnementale UFZ à Leipzig, qui a participé à une étude internationale sur le champignon. L’agent pathogène du champignon Bd est originaire de Corée et s’est répandu dans le monde entier. Il touche l’Europe depuis les années 90. Cette propagation a été rendue possible par le commerce international d’amphibiens vendus à des fins de recherche, comme animaux domestiques ou aliments. Le commerce de cuisses de grenouille représente des dizaines de millions de dollars et joue un rôle important à cet égard. Les chercheurs redoutent que de nouvelles lignées de Bd soient propagées par le commerce, car elles pourraient s’adapter aux résistances développées par certaines espèces d’amphibiens.

En Europe, les biologistes sont inquiets pour la salamandre tachetée qui est attaquée par le champignon Batrachochytrium salamandrivorans. L’agent pathogène a déjà conduit à une mortalité massive aux Pays-Bas et se propage rapidement en Belgique et en Allemagne. Les chercheurs redoutent que le champignon traverse l’Atlantique. Il n’a encore jamais été observé en Amérique du Nord, où il pourrait menacer des centaines d’espèces. Pour endiguer l’épidémie, nous demandons l’arrêt du commerce d’amphibiens.

Lettre de la pétition : Au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Copie à la CITES, l’IUCN, l’OMC et l’Organisation mondiale des douanes

Monsieur le Directeur exécutif Solheim, Madame, Monsieur, des scientifiques constatent une mortalité inquiétante des amphibiens dans le monde. Ce phénomène est dû au Batrachochytrium dendrobatidis, un champignon très contagieux et souvent mortel. Selon les études actuelles, le champignon originaire de la Péninsule coréenne s’est propagé jusqu’en Amérique du Sud et en Europe. Cela a été rendu possible par le commerce international d’amphibiens. Les scientifiques préconisent donc la fin de ce commerce. Nous nous joignons à cette demande fondée sur des données scientifiques. Merci de mettre fin au commerce d’amphibiens ! Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur exécutif Solheim, Madame, Monsieur, l’expression de nos respectueuses salutations.

* (E) Pétition : Le temps est compté. L’UE doit agir contre la déforestation !

227.462 signatures sur 250.000. Lien pour signer

Saviez-vous que nos habitudes de consommation contribuent à une déforestation massive ? La production de bœuf, de soja, d’huile de palme et de cacao représente 70% de la déforestation mondiale ! Grande importatrice de ces produits, l’UE s’est engagée à arrêter la déforestation d’ici 2020. Elle n’a plus que 20 mois pour agir !
Lettre

À M. Jean-Claude Juncker, Président de la Commission Européenne, Copie aux Vice-présidents Jyrki Katainen et Frans Timmermans et aux Commissaires Cecilia Malmström et Miguel Arias Cañete

L’UE doit rapidement tenir ses engagements contre la déforestation. Un plan d’action de l’UE est urgent pour préserver les forêts et les droits humains.Bœuf, soja, huile de palme et cacao sont les ingrédients de base de produits d’usage courant dans les pays riches : le cacao est transformé en chocolat, l’huile de palme sert à la fabrication de snacks, de produits cosmétiques ou d’essence et plus de 70% de la production mondiale de soja sert à nourrir les animaux dont nous buvons le lait et mangeons la viande. La production de ces ingrédients cause une déforestation mondiale massive, détruisant les forêts en Indonésie, Côte d’Ivoire, Argentine, Brésil et dans de nombreux autres pays boisés. L’expansion des plantations et des fermes est à l’origine d’expulsions, de violence, d’intimidation, de travail forcé, de massacre de communautés locales et d’assassinat d’activistes.L’UE est le deuxième importateur mondial de produits agricoles résultant de la déforestation. La planète a perdu une surface boisée de la taille du Portugal entre 1990 et 2005 à cause de la consommation en UE de produits cultivés sur des terres déboisées, en grande partie de manière illégale.Bien que l’UE se soit engagée à lutter et inverser la déforestation et la dégradation des forêts d’ici 2020, elle n’a encore pris aucune mesure pour freiner les effets désastreux de la consommation de ces biens.Dans 20 mois seulement, nous serons en 2020 : il faut agir maintenant !Signez cette pétition pour demander au Président de la Commission Européenne de tenir ses engagements à arrêter la déforestation et de proposer en conséquence un plan d’action pour protéger les forêts et les droits de leurs habitants. Ce plan devra garantir qu’aucun produit ou qu’aucune transaction financière liée à l’UE ne conduise à la déforestation, à la dégradation de forêts ou à des violations des droits humains.
.
.
.

.
.

* (E) Pétition : Pas de tomate bio en hiver : non aux serres chauffées !

85.328 signatures sur 150.000 lien pour signer

Monsieur le Ministre de l’Agriculture, il faut interdire la production de fruits et légumes bio hors saison ! Le marché bio se développe et les appétits aussi. Avec l’arrivée de nouveaux acteurs économiques poussant des pratiques incompatibles avec le cahier des charges bio, c’est tout le système qui est menacé ! Halte aux rendements à tout prix, oui aux saisons ! Depuis quelques mois, on voit se développer des projets de conversion biologique de serres chauffées pour la production de fruits et légumes hors saison (Pays de la Loire, Bretagne…). Ces projets en gestation vont permettre de retrouver sur les étals de la tomate bio française en plein mois de mars. Une aberration gustative, agronomique et environnementale !

Le chauffage des serres est incompatible avec le label bio. Le cahier des charges bio impose le « respect des cycles naturels » et une « utilisation responsable de l’énergie ». Chauffer sa serre pour produire des tomates ou des concombres en plein hiver ne peut donc pas être compatible avec l’agriculture biologique. Selon les régions et les années, la saison de la tomate peut aller de mai/juin à octobre/novembre, mais certainement pas en hiver. Pour rentabiliser leurs serres chauffées, les industriels se spécialisent sur un ou deux légumes à forte valeur ajoutée. En diminuant la diversité des cultures, ils appauvrissent leurs sols et ainsi contreviennent encore aux principes de l’agriculture biologique.

Mobilisons-nous pour lutter contre l’industrialisation de la bio ! Nous avons jusqu’au 11 juillet 2019, prochaine date du Comité national de l’agriculture biologique, pour convaincre le Ministre de l’Agriculture de lutter contre l’industrialisation de la bio en limitant le recours au chauffage des serres à la production de plants et au maintien hors gel, garantissant ainsi que la production reste de saison.

Ne discréditons pas le label bio : soutenons les paysannes et paysans bio qui respectent les saisons, pas de serres chauffées pour produire à contre-saison ! Signez la pétition pour demander au Ministre de l’Agriculture de soutenir un encadrement strict du chauffage des serres en bio afin d’interdire la production de fruits et légumes bio hors saison.

* (E) Pétition : Amazon vend tout, même la planète

8.268 signatures lien pour signer

AMAZON ET OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE : QUEL LIEN ?voir la vidéo
La multinationale pousse à la surconsommation et entretient la société du tout jetable, au lieu de réparer les produits pour allonger leur durée de vie. La multinationale a vendu 5 milliards de produits en 2017, grâce à la guerre des prix et au non respect de la loi sur notre droit à réparer. Un gâchis colossal pour la planète et nos ressources naturelles !

LA PLANÈTE EN RUPTURE DE STOCK
Les nouvelles technologies ont pris une place croissante dans nos vies. Alors que la fabrication et le transport des produits électroniques ont un impact écologique et social catastrophique, leur durée de vie a diminué de moitié en 25 ans : ainsi, un smartphone est utilisé deux ans en moyenne, en France. 40 millions de biens tombent en panne chaque année en France, sans être réparés. En parallèle, 37% des emplois de réparateurs ont disparu

Avec Amazon : tout doit disparaître... même la planète !

AMAZON HORS-LA-LOI : ACTION EN JUSTICE CONTRE LA MULTINATIONALE
Amazon est hors-la-loi : les Amis de la Terre ont enquêté et dénoncent des violations en matière de droit du consommateur. Depuis plusieurs années, la multinationale Amazon propage un modèle commercial qui se joue des frontières et des lois pour proposer des prix de vente toujours plus bas au détriment de la planète et de ses habitants.Amazon a développé une importante activité de place de marché, c’est-à-dire qu’elle héberge sur son site des offres de vendeurs tiers. Selon Amazon, ce rôle d’intermédiaire la dégage de toute responsabilité envers les consommateurs français. Pourtant, Amazon n’est pas un intermédiaire mais bien un distributeur qui offre des services d’expédition et de stockage à ces vendeurs, il devrait donc être tenu de la garantie légale de la réparation (pendant 2 ans après la date d’achat) et du recyclage de ces produits.L’irresponsabilité d’Amazon permet à des fabricants de refuser la réparation, même lorsque les produits sont défectueux.

QUE DIT L’EUROPE DANS TOUT CA ?
Le droit européen est très laxiste sur la responsabilité des sites de e-commerce. Nous continuerons le combat en justice afin de prouver qu’Amazon n’est pas, comme elle l’affirme, un simple intermédiaire, mais bien un distributeur de produits puisqu’elle a mis en œuvre une stratégie active pour “capter” l’offre à bas prix de revendeurs situés en Chine et de sociétés écrans, en proposant des services de traduction et d’expédition et de stockage des produits. Au moment où les injonctions se multiplient dans l’Union européenne et en France pour allonger la durée de vie des produits et réduire nos niveaux de consommation insoutenables, il existe donc une véritable dé-corrélation entre les discours volontaristes et la façon dont le marché se comporte.

* (E) Pétition : Sauvez les abeilles ! Interdisez les pesticides toxiques Sulfoxaflor des champs européens

266.978 signatures sur 300.000 lien pour signer

Pétition adressée à : gouvernements européens et Commission européenne
Ce tueur d’abeilles sera prochainement interdit en France mais un géant des pesticides veut continuer de le commercialiser en Europe. Il a pourtant été prouvé que le sulfoxaflor pouvait détruire de moitié les colonies d’abeilles. Dow Chemical se prépare à remplacer les néonicotinoïdes interdits en Europe pour leurs effets destructeurs sur les abeilles par ce « produit de remplacement » tout autant toxique. En effet, l’UE examine actuellement une demande d’homologation du sulfoxaflor, c’est donc le moment idéal pour faire pression !

La bonne nouvelle, c’est que nous sommes en train de gagner la bataille idéologique pour sauver les abeilles. Soyons donc des milliers à alerter l’UE sur le sulfoxaflor afin de pousser nos dirigeant-es à protéger davantage les abeilles. Une nouvelle étude publiée dans la prestigieuse revue Nature a révélé que l’exposition au sulfoxaflor réduisait à la fois la taille des colonies de bourdons actuelles et le nombre de descendants produits par 54% !

Les abeilles sont l’un des plus importants pollinisateurs au monde de cultures vivrières. Un tiers de la nourriture que nous ingurgitons repose sur les abeilles - des avocats aux brocolis, en passant par les cerises et les courges. Mais les Nations unies ont averti que 40% des pollinisateurs invertébrés - en particulier les abeilles et les papillons - risquent aujourd’hui l’extinction mondiale. Et les preuves sont claires : les pesticides toxiques empoisonnent les populations d’abeilles.

En signant la pétition, vous aiderez à lancer une nouvelle campagne et à faire pression sur les décideurs pour qu’ils opposent leur veto à cette dernière menace pour les abeilles, comme ils l’avaient fait pour les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles les plus dangereux, plus tôt cette année. Nous demandons à ce que le sulfoxaflor soit stoppé et que tous les pesticides placés sur le marché soient testés selon les mêmes normes rigoureuses que les trois néonicotinoïdes qui ont été récemment interdits. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés alors que les multinationales des pesticides comme Dow Chemical remplacent les pesticides interdits par du sulfoxaflor toxique, qui agit comme un néonicotinoïde sur les abeilles.

Grâce aux pressions exercées par des milliers de membres de SumOfUs, d’apiculteurs et de groupes écologistes, la France a décidé le mois dernier d’interdire de nouveaux pesticides qui agissent comme des néonicotinoïdes, notamment le sulfoxaflor. Il s’agit d’un précédent important sur lequel l’UE doit s’appuyer pour instaurer une interdiction à l’échelle européenne !

Tout en s’appuyant sur la loi, les membres de SumOfUs sont des experts dans l’utilisation des média et des pressions en ligne pour persuader les décideurs et entreprises de faire ce qui est nécessaire pour les abeilles. Plus de 650 000 d’entre nous ont signé la pétition en faveur d’une interdiction des néonicotinoïdes en Europe, ce qui a mis une pression énorme sur les décideurs européens, et nous a permis de l’emporter en avril dernier !

Les membres de SumOfUs comme vous ont travaillé si dur pour interdire les pesticides néonicotinoïdes destinés à tuer les abeilles dans le monde entier - nous devons maintenant nous assurer que les pesticides interdits ne seront ont pas simplement remplacés par un autre produit chimique nocif.

* (E) Pétition : Nous ne voulons plus de chlorpyrifos dans nos assiettes. L’UE ne doit pas céder aux lobbys

213.333 signatures sur 250.000 lien pour signer

Mise à jour du 16 novembre 2018 : C’est un véritable scandale ! D’éminents scientifiques viennent de montrer que le chlorpyrifos a été autorisé par les États-Unis et l’UE sur la base d’une étude de Dow Chemical qui masquait son danger pour le cerveau ! Ce pesticide neurotoxique, qui est aujourd’hui l’un des plus utilisés au monde, n’a rien à faire dans nos assiettes. Une réunion importante aura lieu lundi 26 novembre au Parlement européen et c’est donc le moment de dire aux eurodéputés de nous débarrasser de ce véritable poison. Soyons nombreux à dire stop au chlorpyrifos et à tous pesticides que les industriels du toxiques mettent dans nos assiettes.

Mise à jour du 23 octobre 2018 : Mauvaise nouvelle. La proposition de la Commission de prolonger l’homologation du chlorpyrifos d’un an a été approuvée à la majorité qualifiée lors d’un vote du comité d’experts à Bruxelles. Mais cette extension peut être révoquée si, au cours de l’année, une décision de non-renouvellement est prise. Restons donc mobilisés pour venir à bout de ce pesticide et vaincre le lobbying des industriels de l’empoisonnement. Nous vous tiendrons informés des prochaines étapes. L’UE va-t-elle permettre à l’industrie des pesticides de continuer à empoisonner nos enfants avec le chlorpyrifos ? Ce pesticide engendre de graves effets néfastes sur la santé, particulièrement chez les enfants. L’exposition à celui-ci, même à faible dose, peut avoir un impact sur le développement du cerveau et le système hormonal des enfants. Les scientifiques l’ont associé aux retards de développement chez l’enfant, à la maladie de Parkinson et au risque accru d’autisme.

Alors pourquoi le trouve-t-on partout sur nos fruits et légumes ? Le chlorpyrifos est encore largement utilisé comme pesticide dans toute l’Europe. En fait, il s’agit de l’un des pesticides les plus couramment détectés dans les fruits et les légumes sur le continent. On en a détecté dans le sol et, en Espagne, même dans l’eau. À présent, les pays de l’UE sont en train de décider s’il faut réhomologuer ce produit chimique dangereux. Une réunion importante aura lieu le 23 octobre à Bruxelles et nous sommes déterminés à ne pas laisser cela se produire - et nous ne sommes pas les seuls. Nous nous joignons à une coalition regroupant des représentants de l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL), Générations Futures, Ecologistas en Acción et les antennes européenne et allemande du Pesticide Action Network pour lancer une campagne d’urgence visant à interdire le chlorpyrifos. Voulez-vous contribuer à l’interdiction de ce terrible pesticide ? Dites à l’UE d’interdire le chlorpyrifos et d’assurer un avenir sans produits toxiques pour nos enfants et notre environnement.

Les fruits et légumes frais sont censés être bons pour la santé. Mais une trop grande partie de la nourriture vendue actuellement en Europe contient du chlorpyrifos, qui peut provoquer des lésions cérébrales et des retards de développement chez les enfants, même en très petites quantités. Les scientifiques disent que ces effets neurologiques « semblent être permanents, irréversibles et à vie ». La licence actuelle du chlorpyrifos pour l’Union européenne expire en janvier 2019. En ce moment même, les autorités européennes examinent la demande de renouvellement du pesticide présentée par l’industrie. Mais il manque des données clés dans ce processus de révision, en particulier le lien entre le pesticide et les problèmes de développement cérébral. C’est notre chance d’empêcher la réhomologation de cet épouvantable pesticide ; mais pour y arriver, nous avons besoin de votre soutien aujourd’hui

Car le très puissant lobbying des multinationales des pesticides se dresse devant nous. Dow, la principale entreprise à l’origine de la demande de renouvellement, a dépensé plus de 3 millions d’euros pour faire pression sur les responsables européens sur des questions liées aux pesticides pour la seule année 2017. La même année, sous la pression de Dow, le gouvernement Trump a annulé l’interdiction d’utiliser le chlorpyrifos à des fins agricoles aux États-Unis, malgré les avertissements des scientifiques de l’Agence de protection de l’environnement étasunienne (EPA). La cour d’appel américaine a depuis ordonné le maintien de l’interdiction. Nous pouvons gagner contre les multinationales du toxique et leur lobbying dopé à coup de millions d’euros, et nous débarrasser définitivement du chlorpyrifos. Nous l’avons fait à maintes reprises, mais comme toujours, nous avons besoin de vous pour y parvenir.Dites à l’Union européenne d’écouter la science plutôt que les lobbyistes des pesticides et d’interdire ce produit chimique toxique en Europe.

* (C) Pétition : Pour l’entrée de Molière au Panthéon

6.954 signatures sur 8.000 lien pour signer

En 2022, nous fêterons les 400 ans de la naissance de Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous son nom de plume : Molière. Molière, dont les œuvres contribuent au rayonnement de la France dans le monde depuis 4 siècles. Molière, qui appartient à notre plus beau patrimoine culturel et artistique. Quelle plus belle occasion de rendre hommage à cet immense auteur que de le faire entrer au Panthéon, monument qui a pour vocation d’honorer les grands personnages ayant marqué l’histoire de notre pays ?!

Alors mobilisez vous aux côtés de Francis Huster, acteur, metteur en scène et scénariste, 463e sociétaire de la Comédie Française, passionné de théâtre, que vous avez pu apprécier sur les planches comme au cinéma dans « Chacun sa vie » (2019), « Un homme et son chien » (2009), « Le dîner de cons » (1998), « Tout ça… pour ça ! » (1992), « Si c’était à refaire » (1976) et tant d’autres…… Joignez-vous à son appel au Président de la République et signez la pétition « Pour l’entrée de Molière au Panthéon ».

* (E) Pétition : Le Ghana ne doit pas vendre sa nature à la Chine !

162.370 signatures sur 200.000 . Lien pour signer
Au Président et au Vice-Président de la République du Ghana

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, votre pays possède avec la forêt tropicale de montagne d’Atewa un des plus importants trésor naturel d’Afrique de l’Ouest. Elle abrite des espèces animales et végétales extrêmement rares sur le continent, dont certaines endémiques. En novembre 2017, des chercheurs de l’organisation environnementale A Rocha Ghana y ont découvert le Mangabey couronné, une espèce de primate menacée d’extinction. Ce fait remarquable ravive l’espoir de découvrir d’autres espèces, dont nous ne soupçonnons même pas encore l’existence, dans les denses régions de forêt de montagne. Nous vous exhortons à ne pas compromettre cette richesse et ainsi à renoncer à tout projet qui mettrait en péril la forêt de montagne d’Atewa pour des considérations purement économiques. Nous vous demandons d’exclure Atewa de l’accord sur la bauxite avec la Chine et de respecter le droit de la population à disposer d’une information complète et donner son consentement, un droit garanti à l’échelle internationale. Les négociations ne doivent plus être menées à huis clos. Grâce à son incroyable biodiversité, la forêt d’Atewa bénéficie depuis 1926 d’une protection à différents niveaux. Procédez sans attendre à la dernière étape en la déclarant Parc national. Faites-le dans l’intérêt des millions de personnes qui vivent grâce aux ressources en eau offertes par Atewa. Faites-le pour protéger cette faune et cette flore uniques au monde. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président, l’expression de notre profond respect.

* (E) Pétition : Sauvons le Bras de la Plaine !

1.929 signatures sur 2.500 lien pour signer

Anne-françois MORICE a lancé cette pétition adressée à MINISTERE DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE et à 2 autres

Pour rénover un barrage, une piste traversera bientôt les gorges du Bras de la Plaine à la Réunion pour acheminer engins et matériaux vers le barrage. Telle est la solution choisie par le Département de La Réunion pour rénover l’ouvrage.

Un des joyaux naturels de la Réunion est donc menacé de destruction irréversible ; d’autres solutions sont envisageables mais celle qui doit détruire à jamais ce lieu paradisiaque a été retenue.

Sauvons ce lieu magique et empêchons sa destruction, car la nature n’a pas de prix et ne peut être soumise à une vision comptable !

Argumentaire d’EELV La Réunion : Le Conseil Départemental, maître d’ouvrage des travaux de sécurisation et de confortement du barrage du Bras de la Plaine, a choisi, pour y accéder, de faire construire une piste de 12 km dans le lit la rivière, un lieu pourtant réputé pour la beauté sauvage de ses gorges dont des falaises d’orgues basaltiques.
Les travaux sont en cours, il en résulte déjà une totale défiguration du site : la piste est construite avec des roches prélevées dans la partie basse de la rivière et le touriste randonneur se retrouve confronté, dans le bruit et la poussière, à une noria de camions et de pelles excavatrices. Cette piste devrait suivre exactement le tracé de celle qui fut construite en 2006, déjà pour les mêmes motifs, mais qui fut balayée par le cyclone Gamède.
Les conséquences du chantier sont aussi environnementales avec des atteintes sur la faune aquatique et sur une importante colonie de salanganes, espèce protégée, qui sera impactée au point que le Conseil National de la Protection de la Nature conseille un suivi sur une période de dix après la fin des travaux ! Enfin, l’Autorité Environnementale reconnaît que le chantier va provoquer « la destruction, la fragmentation ou l’altération de la flore patrimoniale ou protégée et des habitats naturels terrestres sur environ 1,2 hectares ».
Ce nouveau chantier devrait durer deux ans et comme d’habitude le maître d’ouvrage promet qu’il sera démonté et le site nettoyé. Mais comment le croire alors que le lit de la rivière est resté jonché de déchets et des ferrailles du chantiers détruit par Gamède il y a douze ans ? Pourquoi la solution de la remise en état du téléphérique de Pont d’Yves n’a-t-elle pas été étudiée et préférée à la construction d’une piste dans le lit de la rivière ? A notre connaissance, il n’y a même pas eu d’étude du coût de cette alternative.
Comment des élus peuvent-ils continuer au nom du progrès ou pour des raisons de moindres coûts, à accepter de défigurer des sites naturels ? Car la liste des saccages à La Réunion est longue : bétonnage de la route du volcan prévu pour 2020, futures carrières de roches massives dans l’ouest et à La Possession, destruction de la forêt de La Saline et de sa population d’endormis, bétonnage dans le cadre du PAPI Hermitage/La Saline, etc. Europe Écologie Les Verts soutient la pétition lancée par un citoyen et s’associera à toute mobilisation visant à faire cesser le saccage du lit de la rivière du Bras de la Plaine. JP. Marchau, 5 juillet 2019

* (C) PETITION : DES CENTRES D’ACCUEIL POUR METTRE LES FEMMES SDF EN SÉCURITÉ

390.169 sur 500.000 signatures Lien pour signer

Mise à jour sur la pétition du 14 Décembre 2018
C’est gagné, la pétition part au sénat. 154 voix pour, 0 contre ! voir la vidéo

C’est gagné, grâce à toutes vos signatures notre pétition part au sénat avec des préconisations qui pourraient enfin changer réellement la situation. Ils ont demandé à ce que la cause des sans abris, soit une cause nationale ! qu’il existe, entre autre, une prévention et un numéro d’urgence avant une totale expulsion qui amène à la rue.
Pour la question des femmes, ils demandent que le gouvernement fasse une priorité et bien d’autres choses !

Vous étiez nombreux à suivre en direct mon entretien avec les membres du CESE pour effectuer un compte des préconisations. Mais si vous avez raté ce direct ou souhaitez le revoir, cliquez ici :
https://www.facebook.com/Change.orgFrance/videos/780760485591464/

Sachez que d’autres centres pour femmes sdf vont commencer à ouvrir et que la jeune femme enceinte de 24 ans qui dormait dans une tente et bien au chaud maintenant. Une autre femme qui vit dans un parking va aussi pouvoir entrer dans un des centres car je vais demander à ce qu’ils aillent la chercher aussi. Enfin, du concret et cela grâce vraiment mais vraiment....à vous tous ! un énorme merci
**************************************************************************

Le quotidien d’une femme SDF consiste à fuir les multiples agressions dont elle est victime. Ceci n’est pas une vie.Chaque nuit elle risque de nouvelles agressions physiques et sexuelles.Une image me hante : celle de cette femme recroquevillée au dernier étage d’un parking tremblant de peur à l’idée d’être à nouveau agressée. Malheureusement nous ne la voyons pas car elle se cache pour tenter de se protéger. Pourtant les femmes SDF représentent 38 % des personnes sans domicile d’après l’Insee.

Noa (son nom a été changé) m’a confié que lorsqu’elle était SDF, elle avait été violée 70 fois en 17 ans. Sa vie était un enfer de violence.Les maraudes que je fais dans Paris m’ont permis de découvrir l’horreur de cette réalité. Un homme SDF m’a même interpellé une nuit sur leur vulnérabilité « nous on peut encaisser » il m’a dit.
La rue les prive de dignité, nous devons la leur rendre !

Monsieur le Président, vous avez fait de la cause des femmes une priorité de votre quinquennat. Les femmes SDF sont doublement vulnérables pour être femme et SDF. Nous vous demandons de mettre en place dès 2018 des centres d’accueil dédiés pour leur offrir sécurité, dignité et leur apporter l’accompagnement spécifique nécessaire pour affronter leur trauma. Parce qu’elles ne peuvent plus attendre car leur vie est en jeu, j’ai décidé de lancer une collecte GoFundMe pour rénover un hébergement d’urgence pour loger 8 femmes SDF.Maintenant, ensemble, nous pouvons les secourir en attendant que les autorités prennent la relève et leur apportent une solution permanente.

Merci à toutes et tous de participer en signant cette pétition, en donnant pour la collecte ou en diffusant à vos familles, à vos amis, à vos proches pour partager ce grand élan de solidarité. Sarah de Réchauffons nos SDF

* (E) Pétition : Pour une réforme radicale* de la chasse

175.308 signatures sur 200.000 lien pour signer Par One Voice
Pétition adressée à Monsieur Emmanuel Macron, président de la République

*Radical, radicale : adjectif Qui vise à agir sur la cause profonde de ce que l’on veut modifier.

En France, la chasse tue chaque année 45 millions d’animaux sauvages libres ou issus d’élevages (dont 30 millions nés en liberté), sans compter les victimes « collatérales » humaines et animales.La chasse n’est ni un loisir ni un art de vivre ! Et ce n’est pas en remplaçant les termes « tuer » et « abattre » par ceux de « gérer », « prélever » ou « servir » que la pratique en est moins cruelle pour les animaux et moins nuisible pour la nature.Il est temps qu’une activité si destructrice soit interdite. En attendant, voici 10 points pour réformer cette pratique :

  • Indépendance de la police de la chasse ;
  • Interdiction de chasser les espèces en mauvais état de conservation ;
  • Interdiction de chasser en périodes de reproduction ;
  • Interdiction des pièges tuants ;
  • Fin des chasses dites « traditionnelles » (glu, lèques, lacs, pentes, tendelles…) ;
  • Abolition de la vènerie sous terre pour toutes les espèces ;
  • Abolition de la chasse à courre pour toutes les espèces ;
  • Abolition de la chasse dans les espaces protégés (Parcs Nationaux, Réserves naturelles, réserves biologiques) ;
  • 2 jours par semaine sans chasse ni piégeage (dont le dimanche) et l’intégralité des vacances scolaires ;
  • Visite médicale annuelle obligatoire pour le permis de la chasse avec contrôle de la vue.

Nous soussignés demandons aux côtés de l’association One Voice une réforme radicale de la chasse !
Amour de la nature ne rime pas avec destruction, dégradation et souffrance animale mais avec respect et émerveillement.

Avec le soutien des personnalités :
Laurent Baheux - Photographe
Fabrice Nicolino - Journaliste
Laurence Parisot - Dirigeante d’Entreprise
Pierre Rigaux - Naturaliste
Franck Sorbier - Grand Couturier et Maître d’Art
Pierre Athanaze - Naturaliste et forestier
Yolaine de la Bigne - Journaliste et auteure
Vincent Munier - Photographe
Paul Watson - Activiste de la cause animale, capitaine de navire
Marc Giraud - Naturaliste et écrivain

* (E) Pétition : Pour des bateaux propres dans les ports et en mer

3.794 signatures sur 2.500 lien pour signer

Jean ECOCHARD (avec 25 autres signatures) a lancé cette pétition adressée à À Monsieur le Premier Ministre Édouard PHILIPPE et à 3 autres

Considérant qu’il faut réduire les pollutions atmosphériques émises par les voitures, les camions, les transports en commun, les chauffages à fuel mais aussi des bateaux qui, tous ensemble, sont la cause de 48.000 décès prématurés en France,
Considérant qu’actuellement les combustibles utilisés par les navires peuvent encore contenir jusqu’à 3,5 % de soufre quand le diesel terrestre est limité à 0,001% soit 3500 fois moins,
Considérant que les émissions des combustibles utilisés par les navires acidifient les mers et polluent l’air des environnements littoraux et celui respiré par les populations riveraines,
Considérant qu’en 2020, la réglementation internationale imposera aux bateaux d’utiliser des combustibles dont les teneurs en soufre seront inférieures ou égales à 0,5 % en masse, soit 7 fois moins que la limite actuelle,
Considérant que des "zones à émissions contrôlées" de soufre existent où les bateaux doivent utiliser des combustibles avec une teneur en soufre inférieure à 0,1 %, soit encore 5 fois moins,
Considérant que les habitants riverains de la Baltique, de la Mer du Nord et de la Manche bénéficient déjà de telles « zones »,
Considérant que les ports italiens de Naples, de Rome (CivitaVecchia) et de Venise imposent déjà l’utilisation de combustibles à moins de 0,1 % en soufre,
Pour l’égalité des citoyens et des territoires, pour la santé et la préservation de la biodiversité,

1) Nous demandons que les mêmes règles s’imposent à tous les bateaux, présents dans les eaux territoriales françaises, jusqu’à 12 miles des côtes, en vue des terres et des hommes, le long des côtes, au mouillage, dans les aires portuaires ou à quai.

2) Nous demandons que tous les bateaux de fret ou à passagers, présents dans les eaux territoriales françaises, utilisent des combustibles ayant une concentration maximale en soufre de 0,1 %, dès le 1er janvier 2020 et que soit planifiée la transition à l’utilisation de combustibles plus propres : GNL, biogaz, hydrogène..

Nous vous demandons en conséquence d’amender l’article L.218-2 du Code de l’Environnement.

Jean ECOCHARD, président du mouvement d’actions de la rade de Toulon et du littoral Varois, administrateur de France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

* (C) PÉTITION NATIONALE POUR METTRE LE COMPTEUR #LINKY HORS D’ÉTAT DE NUIRE.

140.511 signatures,Par stoplinkyblc Lien pour signer
Pétition adressée à M. Emmanuel MACRON

Monsieur le Président, le déploiement des compteurs/capteurs connectés LINKY constitue une atteinte aux droits de l’homme et les prochaines actions en justice collectives pourraient permettre de confirmer plusieurs infractions au droit pénal, code de la consommation, droit communautaire, code des assurances.

Cet appareil ne peut pas être considéré comme un simple compteur. Il a une fonction indissociable et non désactivable de capteur de données personnelles qui en fait de facto un appareil de surveillance au regard de la loi. Par ailleurs, le Linky nous est imposé et constitue de fait une vente forcée. Pour justifier le concept, les pouvoirs publics nous disent ceci : « les données sont récupérées mais elles ne sont utilisées qu’avec l’accord du client. » Par défaut, c’est le contraire qui doit prévaloir : aucun capteur ne doit permettre de récupérer des données y compris par les lignes électriques privées, sauf dans le cadre d’un nouveau contrat de vente signé par le consommateur avant la pose du compteur, lequel doit en outre bénéficier d’un délai de rétractation en vigueur lors de toute vente à domicile, ce qui n’est pas le cas. De plus, il provoque une pollution électromagnétique du fait des communications CPL incessantes dans toutes les lignes électriques de notre habitat qui ne sont pas prévues dans nos contrats d’électricité.

En France, nous aurions pu décider comme huit pays Européens de ne pas généraliser ce dispositif. Pour répondre aux recommandations de l’Europe, nous aurions pu choisir de coupler la génération de compteurs précédant le Linky à l’ADSL. Les pouvoirs publics et ENEDIS ont préféré un système permettant l’intrusion et la récupération de données au profit du Big data et en négligeant la santé. De plus on a transformé une recommandation en obligation, mais seulement pour ENEDIS. Les usagers eux ne sont pas légalement obligés d’accepter : nous pouvons donc refuser sans craindre de sanction d’aucune sorte malgré la désinformation, voir le harcèlement téléphonique pour ceux qui refusent, tout ceci orchestré de façon inadmissible et jusqu’au ministre de l’Ecologie (qui a changé d’avis depuis qu’il est au gouvernement), qui menace par écrit d’une éventuelle fin de la gratuité de la relève des compteurs pour les usagers récalcitrants ! Tous ces éléments constituent une pose forcée (parfois de manière agressive) de ce capteur connecté qu’il est impossible à l’usager de désactiver, et font la démonstration du mépris que portent les pouvoirs publics vis-à-vis de la population. De plus, des préfets et ENEDIS saisissent le tribunal administratif pour faire annuler les délibérations municipales de refus des plus de 500 maires courageux et responsables.

Les risques pour la santé sont sérieux  : les experts indépendants sont considérés comme des empêcheurs et on préfère conserver des normes excessives qui permettent d’ajouter légalement de nouvelles émissions d’ondes électromagnétiques avec le Linky, les autres compteurs communicants et la 5G au lieu de les réduire ! (L’Allemagne a un seuil de 0.1µt, la France : 6.25µt !). Il suffit de constater sur quelle base a été reconduit le glyphosate en Europe pour soupçonner leur légitimité. Du coup, on nous dit qu’il n’y a pas de nocivité : à l’époque l’amiante n’était pas reconnue comme nocive ! Les pouvoirs publics disent que le Linky n’émet pas plus qu’un téléviseur (en réduisant la comparaison au seul boîtier Linky). C’est omettre de dire que la principale problématique vient de la diffusion incessante de données CPL dans toutes les lignes électriques des habitats. Résultat : comme elles ne sont pas blindées, elles se transforment toutes en antennes émettrices d’ondes électromagnétiques 24h/24 et 7j/7. Le CSTB et l’ANFR le démontrent par des mesures prises chez plusieurs habitants en condition réelle de fonctionnement. Ces nouvelles émissions s’ajoutent aux autres (2G, 3G, 4G, Wifi), dont le cumul est nocif pour la santé humaine, et pourrait créer des changements irréversibles dans l’organisme humain (DC Paul Héroux, rapport Bioinitiative…).

Le coût du déploiement se chiffre à presque 6 milliards d’euros sans compter le bilan financier et écologique de la mise au rebut des 35 millions de compteurs en parfait état de marche et qui ont une durée de vie 5 fois supérieure au Linky. Il faut compter aussi la consommation électrique des Linky, des concentrateurs et des Data center dédiés. Les bénéfices pour les usagers seront négligeables, au contraire, dans bien des cas, ils doivent prendre un abonnement plus élevé. Le rapport de la cour des comptes 2018 confirme que les consommateurs n’y trouveront aucun bénéfice réel et que la gratuité annoncée du remplacement du compteur n’est qu’un trompe l’œil !

Les risques de piratages individuels peuvent faciliter des cambriolages et les risques collectifs peuvent se traduire par des coupures d’électricité de plus ou moins grande ampleur. Des hackers en ont démontré la faisabilité avec des compteurs connectés dans d’autres pays. Les compteurs qu’ENEDIS veut remplacer ne sont pas piratables !Les journaux régionaux font état d’incendies et aucune information officielle sur internet n’est disponible à ce sujet.

Les citoyens sont obligés de faire eux-mêmes le travail d’information en créant des collectifs, blogs et pages Facebook, et en tenant des réunions publiques alors que les médias nationaux sont aux abonnés absents dans le travail d’investigation qui est le leur.

Tous ces éléments nous conduisent à vous demander de faire cesser immédiatement les déploiements du Linky et des autres compteurs communicants. Les communications CPL intrusives des Linky et des concentrateurs déjà posés doivent être désactivées et l’usage du CPL abandonné. Dans un deuxième temps, les usagers devront pouvoir demander un remplacement du Linky sans aucuns frais. Les compteurs communicants installés dans les lieux fréquentés par les enfants (crèches, écoles, lycées…) devront être remplacés systématiquement et le Wifi sur Off.

Tous les éléments évoqués ici sont visibles en détail sur le blog : https://stoplinkyblc.blogspot.fr/ et sur les blogs et pages Facebook des 300 collectifs de France.

Veuillez croire M. le Président, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs, et soyez sûr de notre attachement à la préservation de notre santé et de nos libertés.

Le collectif Stoplinkyblc.

* (C) Pétition : Que Nestlé cesse de piller la seule ressource en eau de la petite ville française de Vittel

121.486 signatures sur 150.000 lien pour signer

800 millions de litres par an. C’est la quantité d’eau que Nestlé prélève chaque année dans la nappe souterraine de la petite ville de Vittel, menaçant d’épuisement la ressource principale des habitants. Mais au lieu d’exiger de Nestlé qu’elle cesse ses prélèvements, élus et industriels reportent la responsabilité sur les habitants. Leur solution ? Construire un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres pour venir ravitailler les 30 000 habitants du territoire concerné — et au frais du contribuable bien sûr ! Un projet qui ravit Nestlé mais qui a également conduit à ouvrir une enquête pour conflit d’intérêts contre l’élue en charge du dossier.

Vous l’aurez compris, les habitants ne comptent pas se laisser faire et nos partenaires du Collectif Eau 88 mènent la lutte sur le terrain. C’est pourquoi ils font appel à la communauté de SumOfUs aujourd’hui pour les aider dans leur combat. Les habitants sont seuls face à la multinationale et à l’Etat, unis pour faire triompher leurs intérêts aux dépens de l’avenir des communautés locales.

Nestlé a décidé que la nappe phréatique de Vittel lui appartenait, alors que l’eau est un bien commun censé permettre à chaque population locale de subvenir à ses besoins vitaux. La région des Vosges est certes riche en eau, mais la nappe phréatique très profonde — où Nestlé siphonne l’eau la plus pure — se recharge très lentement… N’ayant pas le temps de se régénérer, la nappe perd irrémédiablement 800 millions de litres chaque année... Exactement la quantité pompée par Nestlé — soit 280 piscines olympiques ! Ainsi, avec son pompage de 800 millions de litres par an, « Nestlé est aujourd’hui responsable de la totalité du déficit », estiment nos partenaires locaux du Collectif Eau 88.

Face à cette catastrophe environnementale, la solution des élus est de creuser un trou pour en reboucher un autre : ils souhaitent construire un pipeline de plusieurs dizaines de kilomètres pour faire acheminer l’eau de territoires voisins. Des travaux qui s’élèvent entre 12 et 30 millions d’euros, financés par les contribuables, les citoyens et peut-être Nestlé pour partie. Ce projet est un véritable cadeau de l’Etat à Nestlé, privatisant de fait la nappe phréatique au bénéfice de la multinationale.Montrons à Nestlé que les habitants de Vittel ne sont pas seuls dans leur lutte et exigeons de la multinationale qu’elle cesse le pillage de la nappe phréatique !

Mais le scandale ne s’arrête pas là. Le projet pourrait également révéler de bien sombre conflits d’intérêts. Claudie Pruvost, conseillère départementale vittelloise ainsi que la Vigie de l’Eau sont actuellement visés par une enquête. Présidente de la Commission Locale de l’Eau qui devait trouver comment mettre un terme à la surexploitation de la nappe, elle est aussi l’épouse de Bernard Pruvost, ex-cadre de Nestlé International et actuel Président de la Vigie de l’Eau, association elle-aussi chargée d’élaborer les solutions... Pour nos partenaires, le risque de prise illégale d’intérêts n’est pas à écarter.

Nous ne pouvons pas laisser Nestlé continuer à privatiser et marchander nos ressources naturelles. La nature n’est pas le réservoir à bénéfices de Nestlé. Que cela soit aux Etats-Unis, au Brésil, en Australie, en Afrique du sud, au Niger, en Afghanistan… ou en Europe, les membres de SumOfUs ont acquis une véritable stratégie d’attaque dans la lutte contre la prédation de Nestlé.Ensemble, une fois de plus, nous savons que nous pouvons faire plier Nestlé et l’industrie de l’eau en bouteille.
.
.
.

.
.

* (C) Stop aux violences sexuelles au Sénégal

90.637 signatures sur 100.000 lien pour signer

Le Sénégal est sous le choc après une série d’abus sexuels et de meurtres de jeunes femmes. Face à l’indignation, l’artiste sénégalaise Black Queen vient de lancer une pétition avec ONE pour demander l’adoption rapide d’une loi criminalisant le viol, encore considéré comme un simple délit au Sénégal. Black Queen a besoin du plus grand nombre de signatures pour inciter le gouvernement à l’action. Signez et partagez la pétition !

Maître Malick Sall, ministre de la Justice du Sénégal ; Madame Ndèye Sali Diop Dieng, ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, nous vous appelons à tout mettre en oeuvre pour faire adopter et appliquer au plus vite une loi criminalisant le viol au Sénégal. Face à la recrudescence des actes de violence envers les femmes, il est temps d’agir avec fermeté pour protéger les femmes et les filles.

* (C) Pétition : Monsieur Castaner, votre politique d’enfermement en rétention a franchi la ligne rouge

23.956 signatures lien pour signer

Des hommes et des femmes s’automutilent ou tentent de se suicider dans les centres de rétention administrative (CRA). D’autres se révoltent face à la violence et aux humiliations. Des lignes rouges ont été franchies par le gouvernement dans sa politique d’expulsion à tout prix. Adressons un message clair au ministre de l’Intérieur : "Monsieur Castaner, votre politique d’enfermement en rétention a franchi la ligne rouge".

Les hommes, les femmes et les enfants enfermé·e·s dans les centres de rétention administrative français* sont dans une situation de désespoir rarement égalée. Des personnes étrangères s’automutilent ou tentent de se suicider dans les CRA. Au cours de ces quinze derniers mois, deux hommes se sont donné la mort dans ces lieux où l’administration enferme des personnes pour les expulser du territoire français. D’autres se révoltent ou expriment leur désespoir à travers des lettres publiques, des grèves de la faim, des émeutes ou des tentatives d’incendie. Ces actes qui se multiplient à une fréquence inédite sont le résultat d’une politique inacceptable qui a conduit à une situation extrêmement alarmante.

La Cimade, qui intervient dans 8 CRA pour accompagner les personnes enfermées dans l’exercice de leurs droits, prend l’initiative d’interpeller publiquement le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, premier responsable de ce choix d’utiliser l’enfermement en rétention comme outil principal d’une politique d’expulsion. Cette politique du gouvernement banalise la privation de liberté des personnes étrangères.

22 organisations engagées en faveur des personnes migrantes et réfugiées se sont associées à cette lettre ouverte qui pointe du doigt les effets catastrophiques de la loi Asile et Immigration de septembre 2018, qui a notamment doublé la durée maximale de rétention. Cette loi permet désormais d’enfermer toutes les personnes visées durant trois mois, ce qu’aucun gouvernement français n’avait jamais jusqu’alors proposé. Or, les statistiques sont formelles : enfermer plus longtemps ne permet pas d’expulser plus. En revanche, être privé·e de liberté derrière des barbelés pendant 90 jours, c’est subir une machine à enfermer qui brise des vies, notamment celles d’enfants, dans un environnement carcéral oppressant.

La Cimade avec 21 organisations interpellent le ministre de l’Intérieur pour lui demander de :

  • Faire cesser cette politique du tout enfermement qui conduit à la maltraitance de personnes étrangères ;
  • Proscrire tout enfermement d’enfants en rétention ;
  • Assurer la protection des personnes les plus vulnérables, parmi lesquelles les personnes malades ;
  • Mettre un terme aux pratiques illégales de l’administration.

Associez-vous à ces demandes, envoyez la lettre ouverte à Christophe Castaner. Refusons les violences faites aux personnes enfermées en rétention. Merci .

Lettre ouverte et pétition initiées par La Cimade avec le soutien de Médecins du Monde, la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), Amnesty International France, le GISTI, le CCFD-Terre Solidaire, Emmaüs France, le Syndicat des avocats de France (SAF), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), le Comède, le Secours islamique, ADDE, le MRAP, l’ACAT, le Syndicat de la magistrature, le Secours Catholique – Caritas France, l’Uniopss, la Fasti, Le Collectif des morts de la rue, Emmaüs Solidarité, l’Observatoire Citoyen du CRA de Palaiseau et l’Anaf

* (C) Pétition : Après la mort de Lakhdar pendant l’expulsion de sa famille exigeons l’arrêt des expulsions

6.099 signatures lien pour signer

Par DAL, Pétition adressée à E. Macron, C. Castaner, J. Denormandie, AMF

Après la mort de Lakhdar pendant l’expulsion de sa famille, entre les mains de la police, exigeons l’arrêt des expulsions. Tout le monde savait qu’il était cardiaque, les policiers ont été prévenus par les voisins, mais ils n’en ont pas tenu compte. Exécuter coûte que coûte le jugement d’expulsion après 2 tentatives et l’acharnement des institutions, telles ont été les causes du drame survenu le 3 juillet à Chambéry. Lakhdar, en attente d’un logement social, avait occupé ce logement HLM, vide depuis plusieurs années, pour mettre sa famille à l’abri. C’était un acte légitime.

Ce drame est aussi la conséquence du durcissement de la police mais aussi des politiques du logement menées ces dernières années. De plus l’expulsion de familles avec enfants se multiplient dès la fin de l’année scolaire, et se succéderont tout l’été. Après la mort de Lakhdar, nous demandons :

- Une enquête impartiale et que justice soit rendue, ainsi qu’un vrai relogement de sa famille

- La suspension immédiate par le gouvernement des expulsions lorsqu’aucune solution réelle et durable de relogement n’est mise en place.

- A défaut, nous demandons aux maires de prononcer des arrêtés anti-expulsion, et si besoin des arrêtés de réquisition, afin de bloquer ces pratiques brutales dont Lakhdar a été la victime, alors qu’il ne faisait que protéger sa famille d’une mise à la rue.

* (C) Pétition : Xistor : Donnons toutes ses chances à la paix !

12.090 signatures lien pour signer

Artisans DE LA PAIX a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron, Président de la République française.

Depuis plusieurs années, au Pays Basque, la société civile, appuyée par des représentants politiques de tous bords, est engagée dans un processus qui veut tourner définitivement la page de 80 ans de violences et de souffrances. La dissolution de l’ETA a été un moment essentiel dans ce processus qui n’est pas achevé. Ainsi, ce vendredi 5 juillet 2019, alors que le Tribunal d’Application des Peines de Paris a accordé la libération conditionnelle à M. Frédéric « Xistor » Haramboure incarcéré depuis 30 ans – il est éligible à la libération conditionnelle depuis avril 2008 - , le Parquet Antiterroriste a immédiatement interjeté appel de cette décision. “Xistor” Haramboure reste donc en prison.

Rien ne peut justifier cette obstination à maintenir en détention un homme ayant déjà purgé 30 ans de prison, à l’état de santé précaire et remplissant toutes les conditions nécessaires à sa mise en liberté conditionnelle. Nous regardons la décision du Parquet comme une volonté délibérée d’ignorer le processus de paix en cours. Soutenir que la mise en liberté de Xistor Haramboure serait de nature à permettre à l’ETA de renaître relève au mieux de l’ignorance et au pire d’un désir de vengeance dissimulé derrière des arguments fallacieux.

Alors que le processus de rapprochement des prisonnier. e. s est actuellement bloqué et que nombre d’entre eux sont encore maintenus sous le statut de DPS, sans aucune raison, cette décision du Parquet peut au contraire raviver les rancœurs et les souffrances de tous. Cette situation est en contradiction avec les propos récents tenus par le Président de la République : « Le Pays Basque est pour moi un exemple, quand je regarde ces dernières années, de résolution d’un conflit et de sortie des armes. Le devoir de l’État est d’accompagner le mouvement (…) Nous ne devons pas faire bégayer l’Histoire, il faut l’accompagner. »

Nous demandons solennellement que l’État mette ses actes en conformité avec ses déclarations. Donnons toutes ses chances à la paix ! Michel Berhocoirigoin – Txetx Etcheverry – Michel Tubiana

* (C) Pétition : INDEXATION DES RETRAITES SUR L’INFLATION

254.334 signatures lien pour signer

Pétition adressée à TOUS LES RETRAITÉS AINSI QUE CEUX QUI PEUVENT NOUS AIDER Par FRANCINE VERGON
Monsieur MACRON va supprimer la hausse de la CSG injustement établie pour les retraités ayant une retraite de plus de 1200 euros/mois. Cette suppression concernera les personne touchant des pensions de - de 2000 euros.
Les retraites n’ont plus été revalorisées depuis avril 2013 ce qui est scandaleux compte tenu de l’augmentation du coût de la vie.
Tous ceux qui ont une pension de retraite de - de 1000 euros par mois sont les grands oubliés des mesures annoncées par MACRON. Beaucoup d entre nous ont du mal, eux aussi, à finir le mois.
NOUS EXIGEONS L’INDEXATION DES RETRAITES SUR L’INFLATION afin que tous puissent vivre un peu plus dignement !

* (C) Soudan, une pétition européenne pour rompre le silence

9.696 signatures sur 20.000 lien pour signer

Comme un rayon de lumière au cœur des ténèbres. Comme un coup de tonnerre qui briserait des années de silence. La révolution soudanaise s’est levée pour mettre fin à trente ans de tyrannie, d’oppression et de répression. Pour les Soudanais, les cendres des 3000 villages incendiés au Darfour par le régime islamiste du dictateur Omar el Bachir sont encore chaudes. Les cris de douleur des 221 femmes et petites filles violées et torturées dans le village de Tabbit résonnent encore dans tous les esprits. Les millions de personnes déplacées et les réfugiés soudanais en exil n’ont pas oublié les exactions qui les ont séparés de leurs familles, les privant de leurs foyers et de leur pays. Tous ces crimes ont été commis par les « Janjaweeds », les bien nommés « démons à cheval », récemment rebaptisées RSF (forces de soutien rapide), la milice raciste et criminelle dirigée par le général Muhammad Hamdan Daklo qui se fait appeler « Hemetti ». Cet homme fut en son temps au service du dictateur déchu ; il sévit aujourd’hui dans les rues de Khartoum et voudrait étendre ses crimes à l’échelle de tout le pays.

Pour mettre fin à des décennies de guerres civiles et de terreur, des millions de Soudanais sont descendus dans la rue. Depuis le 19 décembre, les révolutionnaires risquent leur vie pour obtenir une transition démocratique. Leur soulèvement a été pacifique. Après des années de résistance et de protestations, le 11 avril, ils ont fait tomber le dictateur Omar El Bachir. Mais le monstre a plusieurs têtes. Et à présent, d’autres chefs militaires, les généraux Borhan et Hemetti, essaient de remplacer l’ancien régime par une nouvelle dictature, comme si les millions de Soudanais se réclamant d’un gouvernement civil n’existaient pas. Ils ont d’abord feint de jouer le jeu des négociations avec l’Alliance des Forces pour la Liberté et le Changement qui représentent la population civile.

Mais le lundi 3 juin, le masque est tombé. Les miliciens du RSF sous le commandement de Hemetti ont attaqué le sit-in démocratique qui était installé depuis deux mois devant le ministère des armées pour réclamer la passation du pouvoir aux civils. Ils ont mis le feu aux tentes, brûlant vifs les dormeurs, tirant à balles réelles sur les jeunes qui tenaient les barricades et sur ceux qui essayaient de s’enfuir, fouettant et violant tous ceux qui se trouvaient sur leur passage. Rien qu’à Khartoum, ils auraient tué plus d’une centaine de personnes et blessé plus de 500 autres, selon le Comité Central des Médecins Soudanais. Des centaines de personnes sont encore portées disparues. Des cadavres continuent de remonter à la surface du Nil. Ce massacre est une réplique des massacres commis sous le commandement du même général Hemitti dans les villages du Darfour.

Depuis une semaine, des millions de Soudanais vivent en état de siège. À Khartoum, les miliciens du RSF s’introduisent dans des maisons au hasard pour agresser et piller les habitants. La résistance pacifique continue. Les Soudanais ont lancé dimanche un grand mouvement de désobéissance civile : grève générale, reconstruction permanente des barricades pour entraver le mouvement des milices, marches pour demander la passation du pouvoir au peuple. Mais même la désobéissance civile est devenue difficile à tenir. Les RSF ont été cherchés certains grévistes jusque dans leur maison pour les forcer à aller travailler. Des employés de banque, des ingénieurs de la compagnie d’électricité et des pilotes d’avion racontent avoir été battus et emmenés de force sur leurs lieux de travail. Et les exactions des miliciens du RSF continuent. L’Université de Khartoum - qui fut en 2012 le foyer d’une révolte étouffée dans le sang par le régime d’Omar El Bechir - a été mise à sac et certains locaux brûlés ce lundi 3 juin.

Hemetti, nouvel homme fort de Khartoum est coupable de tous ces crimes. L’Union Européenne doit cesser de le reconnaître comme son principal interlocuteur et de lui donner ainsi une légitimité qu’il n’a pas.

Nous appelons les citoyens européens à faire pression sur leurs gouvernements et sur l’Union européenne pour qu’ils rompent le silence et agissent. Rester silencieux et continuer à considérer le Conseil Militaire de Transition comme un partenaire politique après les crimes commis depuis le 3 juin, reviendrait à soutenir des milices militaires qui terrorisent et assassinent des populations civiles pacifiques.

Les pays de l’UE doivent faire pression sur l’ONU pour qu’elle déploie rapidement une équipe de surveillance des droits de l’homme chargée d’enquêter sur les allégations de violations des droits de l’homme commises au Soudan depuis le 3 juin et pour que les commanditaires de ces crimes, y compris le général Hemetti soient traduits en justice.

Les pays de l’UE doivent avoir une position plus forte au Conseil de sécurité des Nations Unies, car avec le veto de la Chine et de la Russie, l’ONU n’a pas condamné les violences. Les membres de l’UE doivent également faire pression sur les autorités militaires soudanaises pour qu’elles lèvent l’interdiction du service mobile Internet. L’UE doit cesser toute coopération avec le Soudan, à l’exception de l’aide humanitaire qui sauve des vies. Les membres de l’UE doivent respecter la position adoptée le 17 avril par leur haute représentante, Federica Mogherini, qui a déclaré : « Un transfert rapide et ordonné à un organe civil de transition doté du pouvoir décisionnel complet est le seul moyen de de garantir la paix au Soudan. »

* (C) Pétition : Que Macron mette un terme aux exportations d’armes au Yémen

135.097 signatures sur 150.000 lien pour signer

C’est un véritable carnage. Un enfant meurt toutes les dix minutes au Yémen à cause d’une guerre aussi terrible qu’injuste qui enrichit l’industrie de l’armement. C’en est trop pour le gouvernement allemand qui vient de décider de ne plus participer à ce commerce morbide en déclarant l’arrêt des exportations d’armes dans cette région.Et comment réagit la France dont l’industrie militaire se porte à merveille grâce aux commandes faramineuses des monarchies du Golfe ? Rien. Silence radio. Au grand dam des milliers de victimes innocentes.

Faut-il rappeler que les exportations d’armements sont interdites en France ? Seul le Premier Ministre peut accorder une dérogation. Or, celui-ci est soumis aux pressions et du Ministère des finances et de celui de la défense. Mais il en va de même pour la chancelière allemande qui a su y échapper et prendre une décision politique historique. Qu’attend le président français pour suivre cet exemple ? Ce scandale commence à faire grand bruit en France et c’est donc le moment de pousser le président Macron à emboiter le pas de son homologue allemande !
Exigeons que le président Macron mette fin aux exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite plusieurs fois épinglée par les instances internationales. Le gouvernement à le pouvoir de mettre fin au massacre d’innocents au Yémen.

La guerre au Yémen représente peut-être « la pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale » selon les Nations-unies. Si le commerce des armes constitue un domaine hautement stratégique, non seulement, il terni terriblement l’image de la patrie des droits humains mais en plus, il décime des milliers de vies humaines. La monarchie saoudienne est l’un des principaux clients des industriels de l’armement français : elle leur a acheté près de 9 milliards (!!) d’armes entre 2010 et 2016. Le gouvernement justifie ses ventes d’armes au nom de la « lutte contre le terrorisme » dont l’Arabie saoudite serait partie prenante alors que celle-ci est hautement suspectée de faire le jeu des mouvements terroristes dans la course au leadership face à son ennemi juré : l’Iran. La France a ratifié en 2014 un traité sur le commerce des armes qui prévoit qu’un Etat signataire ne peut pas autoriser une vente d’armes qui serait utilisée contre des civils. Or, l’arsenal militaire dont s’est dotée l’Arabie Saoudite ces dernières années a largement été dirigé contre les populations civiles du Yemen. Paris aurait dû sonner l’alarme et faire respecter les accords. Hélas, elle a fermé les yeux avec la bienveillance de François Hollande.

L’Allemagne n’est pas le seul pays à cesser ce commerce de la mort au Yémen : la Norvège, la Belgique et le Canada ont également gelé ces exportations. Il existe en réalité un mouvement mondial de désengagement que le gouvernement français ne peut plus ignorer. Le Président Macron ne cesse de se présenter comme un humaniste : poussons-le à passer aux actes et à se distinguer de son prédécesseur en faisant cesser ce commerce macabre. Dites à Macron de mettre fin à ce commerce honteux qui avilit la France et les Français.

Selon le journaliste spécialiste des questions de défense, Romain Mielcarek, cette situation pourrait changer car « les gouvernements et les industriels sont sensibles à l’opinion publique ; les citoyens ont un rôle à jouer, ils peuvent faire évoluer les choses ». Les membres de SumOfUs ont déjà prouvé à plusieurs reprises que leur voix pouvait changer la donne. La mairie de Paris a cessé son partenariat avec le cimentier Lafarge accusé de financer les groupes terroristes en Syrie grâce à la mobilisation de plus de 41 000 membres de SumOfUs. Continuons d’exercer notre pouvoir collectif pour que l’humain passe avant les intérêts voraces de l’industrie de l’armement français.

* (C) Pétition : Non à la privatisation de nos barrages !

81.565 signatures sur 100.000 lien pour signer

Alors que leur construction a été financée à grands frais par nos impôts, et qu’ils commencent maintenant à rapporter de l’argent, l’Etat est en train de vendre 150 barrages français, tout ça pour se plier à une demande de la Commission européenne que tous les autres pays ont refusée ! Ne laissons pas privatiser nos centrales hydrauliques construites avec l’argent public de générations entières de contribuables, et qui, à l’image des autoroutes, vont maintenant aller enrichir de grosses sociétés françaises ou étrangères, qui n’ont pas donné un centime pour les financer, et qui vont devenir propriétaires de la 2e ressource de production d’électricité du pays ! Le sujet ne fait pas les « une » des médias mais en ce moment-même, l’Etat, se pliant à une directive européenne à laquelle la France a été la seule à céder, est en train d’ouvrir à la concurrence la concession de 150 des 400 plus grands barrages français ! Les premiers appels d’offres auront lieu fin 2018, pour se poursuivre ensuite jusqu’en 2022.Ce projet touche directement chacun d’entre nous !

Les barrages coûtent extrêmement cher à construire mais comparativement très peu à entretenir et exploiter. Or, ce sont les impôts des Français qui ont payé les très lourds investissements nécessaires à la construction des barrages, la plupart dans les années 1970. Et maintenant que ces investissements sont amortis, on laisserait de grosses multinationales récolter les fruits de nos efforts, et gagner des millions sur notre dos ?? Hors de question !

En outre, ces barrages fournissent 12 % de la production électrique du pays, et représentent 66 % de notre consommation de « pointe ». Surtout, ils représentent 70 % de l’énergie renouvelable produite actuellement en France : c’est une formidable ressource d’avenir, parmi les plus propres ! Vendre les barrages au privé est aussi très dangereux pour notre indépendance énergétique : que se passera-t-il le jour où, sous la pression d’un pays étranger, des multinationales possédant les barrages français décideront subitement de « couper les vannes » ?

Cette vente de nos barrages est destinée à se plier à une directive de la Commission européenne, qui juge trop « dominante » la position d’EDF sur le marché global de l’électricité… Aucun autre pays n’a accepté de se soumettre à une telle directive : si la France cède, il n’y aura aucune réciprocité, et des géants de l’énergie allemands, italiens ou belges pourront venir acheter leurs barrages, sans qu’EDF puisse acheter une part de l’énergie de ces pays ! Alors, nous devons obliger nos dirigeants à résister à la pression de la Commission européenne, en refusant de privatiser nos barrages : pour cela, signez s’il vous plaît ma pétition, et transmettez l’information au plus de personnes possible ! Merci, Georges

* (E) Pétition : Sauvez les abeilles ! Arrêtez d’ignorer les risques mortels pour les abeilles lors de l’homologation de nouveaux pesticides

238.399 signatures sur 250.000 lien pour signer

Pétition adressée à : Tous les gouvernements européens
Adoptez un véritable protocole d’homologation qui empêche la mise sur le marché des pesticides tueurs d’abeilles ! Prenez en compte les directives de l’EFSA sur les abeilles dans les évaluations des risques liés aux pesticides.

Nous avons une immense opportunité de sauver les abeilles des pesticides dangereux. Ce mois-ci, les gouvernements européens se réunissent à Bruxelles pour repenser la manière dont les pesticides dangereux sont approuvés et homologués. Ensemble, nous pourrions les convaincre de soutenir des normes beaucoup plus élevées, qui interdisent les pesticides tueurs d’abeilles. Le cœur du problème ? Les lobbyistes de Bayer et de Dow font tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir leurs produits chimiques nocifs dans les champs européens.

Les pesticides toxiques et l’agriculture intensive tuent nos abeilles - mais de plus en plus de pesticides continuent à être approuvés. Nous avons maintenant l’opportunité de renverser la courbe. Avant la fin de l’année, l’Union européenne souhaite améliorer la manière dont elle homologue les pesticides en accordant davantage d’attention à la manière dont ils nuisent aux abeilles - mais d’abord, les gouvernements européens doivent approuver ce plan. Ensemble, nous devons convaincre nos gouvernements d’améliorer le système d’homologation et de prendre en compte l’avis de scientifiques dont la protection des abeilles est une priorité.Si nous réussissons, nous pourrions convaincre les gouvernements européens d’approuver des normes plus élevées d’ici la fin du mois de décembre.

Sous la pression de membres de SumOfUs comme vous, l’UE a déjà testé l’utilisation de normes plus strictes lors de l’examen de trois pesticides néonicotinoïdes toxiques, ce qui a conduit à leur interdiction plus tôt cette année. Et si l’UE avait adopté ces règles plus strictes plus tôt, les produits chimiques nocifs pour les abeilles tels que le sulfoxaflor, le flupyradifurone et le cyantraniliprole n’auraient jamais pu être déversés dans la nature.

Nous comptons tous sur les abeilles pour polliniser les fruits, les légumes et les cultures. Mais dans le monde entier, les abeilles sont en déclin, et à moins que nos gouvernements et l’UE ne prennent des mesures concrètes pour sauver les abeilles, cette tendance ne semble pas prête de s’inverser.La méthode actuelle pour homologuer les pesticides est inadéquate. Elle ignore ce qui peut nuire aux abeilles. Mais à moins que le comité ne se sente vraiment sous pression, il pourrait s’en prendre à la biodiversité qui nous entoure. C’est pourquoi les membres de SumOfUs comme vous se mettent en action pour demander à l’UE de prendre en compte :

Les effets à long terme des pesticides sur les abeilles et leurs colonies.
Les effets de l’exposition des abeilles à de faibles concentrations de pesticides.
Les effets cumulatifs de l’exposition à plusieurs pesticides.
Et nous demandons aussi à ce que l’UE n’approuve ces pesticides qu’en dernier recours, lorsque toutes les options non chimiques auront échoué.

Aidez-nous à exhorter les gouvernements européens à défier les lobbyistes de Bayer et de Dow, qui sont résolus à mettre leurs bénéfices avant la santé des abeilles, en signant la pétition de SumOfUs.

* (C) Pétition :Libérez Oyub Titiev – un défenseur des droits humains russe injustement accusé de possession de drogue

60.205 signatures sur 75.000 . Lancée le 29.05.2018 Lien pour signer

Un mois avant le début de la Coupe du monde de football en Russie, la FIDH, dont la LDH est membre, et plusieurs organisations russes et internationales de défense des droits humains ont lancé une campagne en soutien au défenseur des droits de l’Homme Oyub Titiev.

Responsable du bureau de Grozny du Centre des droits de l’Homme (CDH) « Memorial », Oyub a été arrêté le 9 janvier 2018 sur des accusations de possession de drogue fabriquées de toute pièce. Il demeure jusqu’à ce jour en détention risquant dix ans de prison dans un contexte où le président tchétchène traite les défenseurs des droits humains « d’ennemis » n’ayant pas leur place en Tchétchénie. Oyub est derrière les barreaux, alors que Grozny deviendra bientôt un lieu d’entraînement pour l’équipe de football égyptienne.

CDH « Memorial » demeure le seul organisme de défense des droits humains présent en Tchétchénie. L’arrestation d’Oyub est clairement une tentative des autorités de le punir pour son travail en faveur des droits humains et de forcer les défenseurs à quitter la Tchétchénie. Depuis cette arrestation, ses collègues et
avocats ont été harcelés et menacés par les autorités tchétchènes. Les biens et les représentants de CDH « Memorial » ont également été cible de violentes attaques dans les régions voisines de la Tchétchénie.

Retrouvez la pétition en faveur d’Oyub Titiev et du CDH « Memorial ».

Regardez et partagez l’appel vidéo adressé par la fille de Natalia Estemirova, défenseure des droits humains assassinée en 2009 pour son travail en Tchétchénie.

Vous pouvez faire la différence. Ensemble, nous pouvons sauver Oyub et CDH « Memorial ». Appelez le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine à prendre des mesures pour libérer Oyub et mettre fin aux attaques sur CDH « Memorial ».

* (C) Pétition : Soutien à Saïd Bouamama et contre les campagnes de calomnie de l’extrême-droite

855 signatures lien pour signer

9 JUIL. 2019, HTTPS ://BLOGS.MEDIAPART.FR/LES-INVITES-DE-MEDIAPART/BLOG/090719/EN-SOUTIEN-SAID-BOUAMAMA

Après le boycott d’un colloque par des représentants de l’Etat pour seul motif que le sociologue Saïd Bouamama y participait, 130 personnalités communiquent leur solidarité à l’universitaire face à une « campagne de diffamation » islamophobe. Ils déplorent que le pouvoir ait « obtempéré aux injonctions de l’extrême-droite ».

Le colloque de deux jours, organisé à Bobigny sur le thème « Mécaniques de l’extrémisme violent », a été troublé par l’absence d’un de ses organisateurs, le sociologue Saïd Bouamama, conséquence d’un veto émanant du ministère de l’intérieur. Cette intervention relaie une campagne expresse initiée par le Rassemblement national, aussitôt suivi par le FigaroVox et Valeurs Actuelles.

Les officiels qui devaient introduire le colloque, le président du conseil départemental, la préfète déléguée à l’égalité des chances du 93, la procureure de la République du 93 ainsi que la secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), ont « boycotté » ce colloque, pour reprendre la formulation du Parisien.

L’oukase contre Saïd Bouamama est d’autant plus étonnant qu’il est co-animateur depuis quatre ans du projet dont ce colloque est l’aboutissement, et qu’il s’agit d’un projet soutenu par l’État et en particulier la préfecture de Seine-Saint-Denis. L’intervention qu’il devait faire a été lue et chaudement applaudie ; quand elle sera publiée, chacun·e pourra constater, outre sa qualité, qu’elle est à mille lieues de constituer une « complaisance envers le djihadisme » comme l’en ont accusé ses détracteurs sans s’être donné la peine de l’entendre.

La question du djihadisme est donc instrumentalisée pour tenter de discréditer un sociologue dont les opinions politiques de gauche sont publiques, ses références intellectuelles se situant du côté du marxisme, à l’opposé de l’islam politique. Cette campagne de diffamation contre Saïd Bouamama émane de milieux islamophobes et d’extrême droite devant lesquels le pouvoir a cédé.

La volonté destructrice de ces lobbys va donc jusqu’à tenter d’anéantir des structures et projets visant à réinsérer des personnes dites "radicalisées" dans une vie sociale partagée plutôt que de poursuivre une trajectoire dangereuse pour les autres comme pour elles-mêmes.

Nous, signataires, sommes solidaires de Saïd Bouamama et dénonçons l’attitude de ce pouvoir qui obtempère aux injonctions de l’extrême-droite, preuve éclatante de son double discours qui prétend la combattre en la renforçant quotidiennement.

* (C) Pétition : Non à la déshumanisation des Gares et des Trains !

3.310 signatures sur 5.000 lien pour signer

Convergence Nationale Rail a lancé cette pétition adressée à SNCF
Depuis l’adoption de la réforme de la SNCF en 2018 imposée par le Gouvernement et votée par le Parlement malgré les nombreuses oppositions la SNCF a accéléré le dépeçage du Service public ferroviaire. Fermetures de gares, suppressions de guichets dans les gares et de boutiques SNCF dans les villes, transferts sur route, suppressions d’arrêts de trains, de dessertes, fin des correspondances, suppressions d’emplois de cheminots (25 000 entre 2007 et 2017, 2 500 prévus en 2019) sont la traduction de cette politique de la réduction de l’offre où c’est la rentabilité financière à tous prix qui prévaut au détriment de la réponse aux besoins du plus grand nombre, de l’intérêt général. La SNCF a pourtant les moyens de maintenir un service public ferroviaire de qualité, en tous points du territoire.
Le chiffre d’affaires du Groupe SNCF a progressé de 3,8% en 2017 pour atteindre 33,515 milliards d’euros. Le bénéfice net a dépassé le milliard d’euros. On annonce un bénéfice de plus de 700 millions d’euros pour 2019 ! Refusons ces orientations politiques qui excluent une partie de la population de l’accès au train en lui imposant le TOUT INTERNET ! Ces stratégies mettent également en cause la sûreté et la sécurité des usagers dans les gares et dans les trains. Nous exigeons :

- le maintien et/ou la réouverture des guichets et des boutiques SNCF dans les plages horaires compatibles avec la délivrance de titres de transports effectuée par des agents qualifiés.

- La présence d’agents SNCF sur les quais au départ et à l’arrivée des trains.

- La présence d’agents d’accompagnement (contrôleurs SNCF) à bord de tous les trains intercités et TER.

- La mise en œuvre d’une tarification de service public accessible à tous et en tous lieux.

- Une tarification à bord non pénalisante pour les usagers lorsque les guichets sont fermés et que les distributeurs de billets sont hors service.

* (C) Pétition : Halte aux détentions arbitraires des militants des droits humains au Niger ! [fr/eng]

14.682 signatures sur 15.000 lien pour signer

Ils s’appellent Maikoul Zodi, Ali Idrissa ou encore Moussa Tchangari et militent aux côtés d’Amnesty, d’Oxfam, et du Secours Catholique depuis longtemps pour les droits de l’homme et la démocratie dans leur pays. A Niamey et dans d’autres grandes villes, la société civile nigérienne organise depuis septembre 2017 des manifestations pour lutter contre la nouvelle loi de finance 2018. En application depuis janvier 2018, cette loi accorde des avantages fiscaux aux multinationales tout en augmentant les charges qui pèsent sur les plus précaires. La société civile sur place juge cette loi comme particulièrement injuste et antisociale.

Le Gouvernement fait tout son possible pour museler la voix du peuple : interdictions anticonstitutionnelles de manifester et arrestations arbitraires, dénoncées par de nombreuses ONG internationales, sont monnaies courantes, et ce dans l’absence totale de toute condamnation par la communauté internationale. Plus de 25 activistes pacifistes arbitrairement incarcérés ces trois dernières semaines. Voici le bilan des dernières manifestations pacifiques au Niger.

Avec une manifestation toutes les deux semaines, le peuple nigérien est décidé à ne pas laisser passer la loi de finance. Le 25 mars 2018, une nouvelle Journée d’Action Citoyenne est organisée par la société civile, mais elle est interdite par le gouvernement pour cause d’insécurité. Considérant ce motif comme non-recevable, de par le caractère pacifique des manifestations, la société civile refuse de prendre en compte cette interdiction et maintient le rassemblement. Le dimanche 25 mars, avant même le début de la marche, Moussa Tchangari est arrêté dans son bureau d’Alternatives Espaces Citoyens ; puis ce fut le tour d’Ali Idrissa coordinateur du ROTAB, interpellé au siège du MPCR de Nouhou Arzika, QG du Cadre de Concertation de la Société Civile. Nouhou Arzika sera également arrêté quelque temps après, suivi de maître Lirwana Abdourahamane, d’Ibrahim Namaïwa, d’Idrissa Adamou ainsi que d’autres manifestants pourtant pacifiques. Au total, 23 manifestants sont arrêtés pour avoir librement et en accord avec la Constitution de leur pays, manifesté contre une loi qu’ils trouvaient injuste.

Depuis, la mobilisation citoyenne sur place ne faiblit pas et d’autres manifestation citoyennes sont organisées, donnant lieu à une nouvelle vague d’arrestation le 15 avril 2018. Dans une volonté affichée de décapiter tout mouvement social dans le pays, trois leaders d’opinion sont arrêtés. Parmi eux : Maikoul Zodi, coordinateur de Tournons la Page au Niger et Président du Mouvement des Jeunes Républicains, Ibrahim Diori, chargé de plaidoyer d’Alternative Espace Citoyen et Abdourahamane Idé Hassane, président de Jeunesse pour une Mentalité Nouvelle. Ce dernier a depuis été placé en liberté provisoire. L’ensemble de ces arrestations fait courir le risque d’une dégradation durable de l’Etat de droit et de la démocratie au Niger. Cette vague répressive est sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir du Président M. Issoufou.Tout cela se déroule dans l’impunité la plus totale, et le silence de la communauté internationale en dit long sur les relations qu’elle entretient avec le gouvernement en place. C’est donc à nous de nous mobiliser pour défendre les libertés au Niger !

Ensemble, demandons au gouvernement Nigérien de :

- Libérer immédiatement et sans condition les activistes incarcérés suite aux manifestations du 25 mars et 15 avril 2018
- Respecter la liberté de manifester des citoyens nigériens, telle qu’elle est avancée dans la Constitution
- Cesser les pressions à l’encontre des médias indépendants et des leaders de la société civile.

* (C) Pétition : Impunité au Rwanda : des manifestants tués par la police

10.380 signatures sur 15.000 lien pour signer

Les policiers ayant tiré sur des réfugiés congolais lors de manifestations doivent faire l’objet d’une enquête et rendre des comptes

Des manifestations qui tournent au cauchemar : Le 22 février 2018, la police rwandaise a tiré à balles réelles sur une foule de centaines de réfugiés congolais qui manifestaient devant le bureau du HCR à Karongi, dans l’ouest du Rwanda. Les réfugiés se plaignaient, entre autres raisons, de la diminution de l’aide humanitaire dans le camp de réfugiés de Kiziba, qui accueille nombre d’entre eux depuis plus de 22 ans. Au moins 11 réfugiés ont été abattus ce jour-là -huit à Karongi et trois à Kiziba. Un autre réfugié est décédé après que des affrontements avec la police ont eu lieu dans le camp de Kiziba, le 1er mai.

Des inculpations pénales pour avoir manifesté : Au moins 63 réfugiés ont été arrêtés et sont visées par des accusations liées aux manifestations, allant d’« organisation et de participation à des manifestations illégales » à « propagation d’informations fausses avec l’intention de monter l’opinion internationale contre l’État rwandais » et « actes de violence à l’encontre des autorités publiques ».

Une enquête en demi teinte : À ce jour, aucune enquête n’a été ouverte sur le fait que les forces de sécurité rwandaises ont eu recours de façon excessive à la force. Des enquêtes menées par la Commission nationale des droits de l’Homme et la police nationale du Rwanda ont porté uniquement sur le rôle des réfugiés dans les actes de violence présumés lors de ces événements mais n’ont pas évalué les méthodes de maintien de l’ordre utilisées pour répondre aux manifestations ou ouvert d’enquêtes pénales sur les agissements de la police qui ont provoqué au moins 12 morts.

Demandez aux autorités rwandaises d’ouvrir une enquête sur ces homicides afin de traduire les responsables en justice.

* (E) Pétition : Faites stopper les tirs sur les LOUPS !

59912 signatures lien pour signer

Par La Voix des Loups, Pétition adressée à M. Pascal Mailhos, Préfet coordonnateur du plan loup et Mr Xavier Doublet, Directeur de Cabinet du Préfet

Monsieur le Préfet Pascal Mailhos, Monsieur le directeur de cabinet Xavier Doublet,
La France semble s’être lancée dans la chasse aux loups ! Bilan pour cette année 2018, déjà 51 Loups morts et décomptés du plafond. 47 Loups massacrés "légalement" + 4 loups braconné . A ceci s’ajoute, 19 loups morts de façon accidentelles, de cause indéterminée ou "mort naturellement" (non décomptés). Nous savons tous que ces tirs ne servent à rien, bien au contraire, ils augmentent les prédations, laissant les meutes désorganisées se retrancher sur des proies plus faciles. Le funeste quota atteint ne semblant pas suffisant vous venez de mettre en application l’article 3 de l’arrêté ministériel : La mise en œuvre des tirs de défense simple pouvant conduire à la destruction de spécimens de loups et qui pourra se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2018 compris, sans aucune limite de nombre et ce jusqu’au 31 décembre. Souhaitez-vous l’éradication du loup ?

Nous nous permettons de vous rappeler que l’espèce couverte par un régime de protection stricte au titre de l’article 12 de la directive 92/43/CE du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, dits habitats. Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a émis le 12 janvier 2018 un avis négatif sur les deux projets d’arrêtés qui fixent les conditions de tirs et le nombre maximal de loups pouvant être détruits : "Il semble (...) que ce plan s’inscrive dans un freinage, par régulation, de la croissance des populations de loups, allant bien au-delà des possibilités réglementaires de déroger à la protection de l’espèce". Nous, citoyen Français, sommes en désaccord avec cette politique d’extermination du loup. Nous vous demandons , donc ,de retirer cet arrêté criminel et insensé , qui ne fixe pas de quota à abattre et d’imposer aux éleveurs de se protéger, en prenant les mesures nécessaires de vérification sur le terrain ( Le plan loup ne l’impose pas et c’est un non sens ).
Collectif citoyen La Voix Des Loups.

* (C) Pétition : Stop aux menaces contre les journalistes enquêtant sur les armes françaises au Yémen

57.946 signatures sur 75.000 lien pour signer

Je m’appelle Afrah Nasser et travaille depuis plus 10 ans comme journaliste à promouvoir la liberté de la presse dans mon pays, le Yémen. Je suis maintenant exilée en Suède, d’où je continue à couvrir le conflit au Yémen. En cette journée mondiale de la liberté de la presse, je suis très inquiète de voir trois journalistes français menacés de poursuites judiciaires pour avoir écrit sur la guerre dans mon pays.

Mardi 14 mai, Geoffrey Livolsi et Mathias Destal du media d’investigation Disclose, ainsi que Benoît Collombat de Radio France, seront interrogés par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Ils sont convoqués uniquement pour avoir fait leur travail. Le mois dernier, ils ont publié des documents «  secret défense  » confirmant la présence au Yémen d’armes françaises, britanniques et américaines vendues à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Leur enquête permet d’établir avec une forte probabilité que ces armes sont utilisées contre des populations civiles. Pour cela, ils sont maintenant sous le coup de poursuites et ont besoin de notre soutien. Ce qui est en jeu, c’est le droit à l’information du public.

Je vous invite à demander au Président de la République Emmanuel Macron, à la ministre des Armées Florence Parly, au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, de renoncer à toute menace de poursuites à l’encontre de ces trois journalistes, et de respecter le secret des sources journalistiques.

En tant que journaliste yéménite, j’estime qu’il est de mon devoir de soutenir les journalistes français inquiétés pour avoir tenté de faire la lumière sur la guerre qui se déroule dans mon pays. En tant que journaliste couvrant le Yémen, je connais trop bien les pressions et les intimidations que subissent les médias. Alors que la liberté d’informer est menacée partout dans le monde, il est d’autant plus inquiétant de voir que la France, qui se dit la championne de la liberté de la presse, contribue elle aussi à la fragiliser.

Ensemble, nous avons le pouvoir de changer cela. Si nous sommes suffisamment nombreux à demander à Emmanuel Macron et à ses ministres de cesser d’intimider les journalistes parce qu’ils font leur travail, ils seront obligés de nous écouter. Demandez avec moi au Président de la République Emmanuel Macron, à la ministre des Armées Florence Parly, au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, de renoncer à toute menace de poursuites contre Geoffrey Livolsi, Mathias Destal et Benoît Collombat, et de respecter le secret des sources journalistiques.

http://afrahnasser.blogspot.com/

* (C) Pétition : Pour la reconnaissance d’un droit personnel au refus de l’installation de Linky chez soi !

81.431 signatures sur 100.000 lien pour signer

Pétition adressée à
Premier ministre, Edouard Philippe
ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner
ministre de la Santé, Agnès Buzyn
ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy

Attendu que de sérieux doutes pèsent quant à l’innocuité des ondes émises par les compteurs Linky ;
Attendu que le déploiement des compteurs Linky sur tout le territoire résulte d’une politique confuse et autoritaire qui ne respecte pas le droit de propriété et le droit à une juste information de chaque citoyen français ;
Attendu que chacun a le droit au respect de sa vie privée et doit rester libre de participer ou non à la course planétaire au Big Data.

Je vous demande de faire reconnaître, explicitement, dans le droit français, le droit personnel au refus de l’installation de Linky chez soi et de tout autre compteur « intelligent » ; et de prévoir, également explicitement, des sanctions dissuasives en cas de violation ou tentative de violation de ce droit.

* (C) Pétition pour l’instauration en France du référendum d’initiative citoyenne

216.169 signatures confirmées + 89.286 à confirmer) lien pour signer

L’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, qui fait partie du préambule de notre Constitution, prévoit la participation des citoyens à la formation de la loi. Il déclare : « La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation ». Ce texte n’a jamais été appliqué !

Certes, les élus élaborent et votent les lois mais les électeurs restent exclus du processus et les rares fois où l’on daigne les consulter, leur avis ne compte que s’il est conforme à ce qu’on attend d’eux(1). Il s’ensuit que la défiance des Français envers la classe politique bat aujourd’hui tous les records(2). Il devient donc urgent d’équilibrer le système en instituant dans notre pays le référendum d’initiative citoyenne, dans tous les domaines et à tous les niveaux territoriaux afin que les citoyens puissent avoir le dernier mot pour imposer leurs décisions.

Être seulement autorisé à glisser un bulletin dans l’urne pour élire un président, un député ou un maire, ce n’est pas exercer sa souveraineté mais au contraire s’en laisser déposséder et se faire réduire au silence pendant les 5 ou 6 ans qui séparent deux scrutins de même niveau. En démocratie, le peuple doit pouvoir être le législateur en dernier ressort. Seul le référendum d’initiative citoyenne nous permettra de reprendre la parole à tout moment pour décider de ce qui nous regarde, et ainsi de devenir pleinement citoyens.

Nous vous proposons de soutenir, en signant cette pétition, une nouvelle formulation de l’article 3 de la Constitution française : "La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum [d’initiative citoyenne, en toutes matières y compris constitutionnelle et de ratification des traités ; cet article ne peut être modifié que par voie référendaire]."

Les Français veulent le référendum d’initiative citoyenne, maintenant !

* (E) Pétition : Pour que le gouvernement français s’engage réellement contre la déforestation

178.861 signatures sur 200.000 lien pour signer

Daisy TARRIER a lancé cette pétition adressée à MINISTERE DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE et à 2 autres

Je suis militante depuis près de 15 ans pour la protection de l’environnement. Je n’ai pourtant compris que tardivement que ma consommation personnelle avait un impact sur la déforestation. J’ai alors eu l’occasion de réfléchir à la notion de déforestation importée, c’est à dire l’incidence de mon mode de vie en France sur la destruction des forêts du monde. Ainsi, je me suis rendue compte que mon empreinte était principalement liée à mes habitudes alimentaires. Depuis je mange moins de viande et je privilégie les produits locaux, mais ce n’est pas suffisant.L’urgence pour les forêts est flagrante. Chaque année ce sont plus de 13 millions d’hectares bruts de forêt qui disparaissent dans le monde. L’Europe est le continent qui, par ses importations, génère le plus de déforestation dans d’autres régions du globe. Certaines matières premières d’importation comme le soja ou l’huile de palme sont particulièrement à risque pour la déforestation.

L’empreinte forêt moyenne d’un Français est de 352 m². Cela signifie que pour nous approvisionner en principaux produits à risque de déforestation, nous avons prélevé sur les forêts la surface de presque deux terrains de tennis. Nous devons réduire cette empreinte au plus vite - c’est notre responsabilité - car nous, citoyens européens, impactons majoritairement les forêts de la planète. Nous avons tous notre rôle à jouer pour diminuer notre impact. Cependant, pouvons-nous arriver à Zéro Empreinte Forêt par nos simples choix de consommation ? Allons-nous stopper la déforestation en arrêtant seulement de manger du poulet alimenté au soja ? La réponse est non. Sans des décisions fortes des gouvernements et des entreprises, c’est impossible !

Le soja est le premier responsable de l’Empreinte Forêt des Français. Il est surtout consommé par les animaux de nos élevages qui serviront à produire de la viande mais aussi des produits laitiers et des œufs, il est importé à 97 % ! Ce soja pourrait être produit localement en Europe, sans OGM, et sans générer de déforestation. Mais les accords du GATT entre les Etats-Unis et l’Union européenne bloquent l’augmentation des surfaces de culture d’oléagineux en Europe. Quant à l’huile de palme, responsable de 61 % de la déforestation en Indonésie, c’est la même chose. Le consommateur a permis de réduire l’usage de l’huile palme alimentaire de 25 % entre 2010 et 2018. Pourtant, dans le même temps, la consommation totale d’huile de palme a augmenté de 325 % à cause de sa présence dans les carburants ! L’usage des agrocarburants est encouragé par une directive européenne, et l’huile de palme est le premier biocarburant utilisé.

À l’occasion de la publication par l’État français de la Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée (SNDI) qui est un premier pas insuffisant, un collectif d’associations françaises luttant à travers le monde pour la préservation des forêts publie une tribune, et appelle à prendre immédiatement des mesures concrètes et ambitieuses pour réduire de moitié la déforestation importée de la France dès 2020. Nous, consommateurs et citoyens, pouvons faire bouger les choses en faisant pression sur les décideurs ! Pour arriver à Zéro Empreinte Forêt, c’est maintenant ! Signons pour que les décideurs publics et privés mettent en place immédiatement et avec les moyens nécessaires une stratégie de lutte contre la déforestation importée contraignante et responsable ! Pour retrouver la version complète de la tribune en ligne

* (C) Je signe pour une loi contre les inégalités

46.976 signatures sur 50.000 avec OXFAM-FRANCE lien pour signer

Dans le monde, près de 850 millions d’individus, survivent dans l’extrême pauvreté avec moins de 1,9 $ par jour, sans accès à l’eau potable, à l’éducation, à la santé, et sans opportunité d’un avenir meilleur. A l’extrême opposé, depuis une dizaine d’années, une élite d’ultra-riches a émergé. L’année 2017 a battu un record alarmant : le nombre de milliardaires dans le monde a connu sa plus forte hausse de l’histoire. Leur fortune a augmenté de 762 milliards de dollars, soit sept fois le montant nécessaire par an, pour sortir de l’extrême pauvreté les personnes qui en sont touchées .

Le constat que nous faisons est sans appel : si la société est globalement plus riche, elle est pourtant incapable d’offrir une vie meilleure au plus grand nombre. En 2017, 82 % de la croissance a profité aux 1 % les plus riches alors que les 50 % les plus pauvres n’en ont récupéré que des miettes. En France, les inégalités se creusent aussi : les 10 % les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses nationales quand les 50 % les plus pauvres se partagent seulement 5 % du gâteau.

L’extrême richesse qui s’est accumulée sur les comptes bancaires des 1 % les plus riches, sans entraves et sans règles, alors qu’elle est aussi le produit du travail des 99 % restants de la population, n’a pas fait l’objet d’un partage équitable. Des scandales d’évasion fiscale tels que les Paradise Papers, les écarts de rémunérations au sein de grandes entreprises ou la réforme fiscale d’Emmanuel Macron, montrent que les responsables économiques et politiques ne sont pour l’instant pas décidé.e.s à s’attaquer sérieusement à cette injustice.

Contre les inégalités : pesons de tout notre poids !

Pour lutter contre les inégalités, des solutions existent pourtant et demandent une forte volonté, certes de la part des entreprises, mais surtout, des responsables politiques. Sans mesures fortes, les pays pauvres et riches resteront privés de leurs recettes fiscales, tandis que les personnes les plus vulnérables, souvent des femmes payées à des salaires indécents resteront enfermées dans la pauvreté. Sans mesures fortes, la France verra ses citoyen.ne.s et petites entreprises payer la facture des pratiques irresponsables de grandes entreprises, dans un climat d’injustice et de stigmatisation des plus pauvres. Sans mesures fortes, comme le reconnaissent de plus en plus d’institutions comme le Fonds monétaire international (FMI) ou l’OCDE, cet accroissement continu des inégalités, in fine, portera atteinte à la croissance et à la prospérité économique de tou.te.s.

Face à l’indignation contre les inégalités, il est temps d’agir de tout notre poids pour peser et ré-équilibrer les choses. Pour cela, Oxfam s’adressera aux grandes entreprises pour leur demander de tourner le dos à des pratiques nocives : évasion fiscale, grands écarts salariaux, versement record de dividendes, et d’emprunter la voie d’une économie plus humaine et inclusive. Mais des mesures volontaristes ne suffiront pas à gagner le combat contre les inégalités. Des mesures publiques ambitieuses doivent être adoptées et s’imposer aux entreprises et aux contribuables.

C’est pourquoi, Oxfam mobilisera des milliers de citoyens cette année autour d’une demande prioritaire à Emmanuel Macron, au Gouvernement et aux parlementaires : adopter une loi contre les inégalités, au service de l’intérêt général (pour en savoir plus, rendez-vous ici). Cette loi reposerait sur trois piliers :

* Un partage réellement équitable des richesses créées au sein des entreprises, entre dirigeant.e.s, salarié.e.s et actionnaires

* La lutte contre l’évasion fiscale pour financer les services publics – comme l’éducation, la santé ou les transports - qui réduisent les inégalités

* La défense d’un impôt juste et progressif pour une redistribution équitable des riches

Monsieur le Président de la République,

Alors que le nombre de milliardaires dans le monde a connu en 2017 sa plus forte hausse de l’Histoire, partout les écarts de richesses se creusent. Et la France n’échappe pas au fléau des inégalités. Les 10 % des Français-es les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses nationales quand les 50 % les plus pauvres se partagent seulement 5 % du gâteau.

L’explosion des inégalités constitue un des défis majeurs de ce début de 21ème siècle. Cette injustice menace les sociétés et les économies, et doit être combattue de toute urgence par les gouvernements. Engagez-vous contre les inégalités et initiez en 2018 une loi contre les inégalités. Une telle loi fera de la France un pays pionnier dans la défense d’une économie plus humaine, solidaire et responsable.

* (C) Pétition : Favoriser les écoles préparatoires à l’entrée des écoles d’infirmiers !!!

12.010 signatures lien pour signer

Par Les Blouses Blanches en Danger,Pétition adressée à Le Ministère de l’Education Nationale
Bonjour, Nous sommes une classe préparatoire à l’entrée d’écoles d’infirmier.s Cette année, il y a eu un changement en juillet 2018. Le concours infirmier a été supprimé, maintenant pour rentrer en école d’infirmiers il faut passer par la plateforme Parcoursup soit une inscription par dossier. Sauf que nous avons eu les informations pour s’inscrire au goutte à goutte. Toutefois, on nous avait dit que les classes préparatoires comme nous avons fait étaient favorisées dans l’inscription. Nous avons fait des stages, on a suivi des cours de première année d’IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmier) mais cela n’a pas était pris en compte.

Nous avons payé une école entre 1500 euros voire 3000 euros pour 6 mois de formation. Et aujourd’hui, nous sommes dans les listes d’attentes ou pire refusés au sein de notre académie.Nous dénonçons cette ignominie et que l’Etat réagisse !
Nous avons fait le choix de suivre ce cursus scolaire car nous somme sûrs et décidés à faire ce métier et n’aurions pas fait de vœux sur Parcoursup pour les IFSI si ce n’était pas le cas.
.
.
.

.
.

* (E) Députés européens : Ne vous fiez pas au lobby du plastique, votez pour la responsabilité des pollueurs !

273.032 signatures sur 300.000 lien pour signer

Pétition adressée à : Député-es membres de la Commission Environnement du Parlement Européen
Soutenez l’adoption d’une législation ambitieuse visant à réduire considérablement la consommation de plastiques à usage unique dans l’UE et à garantir que les producteurs paient pour les pollutions qu’ils génèrent.

Cette année, nous avons vu les images déchirantes de cadavres de tortues de mer et d’oiseaux, le ventre gonflé et déchiré par du plastique. Les scientifiques estiment que jusqu’à 12 millions de tonnes de plastique arrivent dans les océans chaque année. Et cela ne s’arrêtera pas tant que les entreprises qui fabriquent les produits et emballages en plastique ne seront pas obligées de payer pour la pollution qu’elles génèrent. Dans une dizaine de jours, les eurodéputés se réunissent pour voter de nouvelles règles visant à réduire la quantité de plastiques à usage unique en circulation en Europe. 69 eurodéputés, membres de la commission de l’environnement (ENVI) décideront des mesures qui seront proposées au vote dès les 10 et 11 octobre : et c’est là que nous devons agir pour gagner face aux lobbies du plastique.

L’an dernier, des centaines de milliers de membres de SumOfUs comme vous ont exigé de la Commission européenne qu’elle fasse enfin preuve de fermeté en matière de plastique. Elle nous a entendu. La proposition de la commission est loin d’être parfaite, mais avec quelques améliorations, elle pourrait permettre la réduction drastique de la production de plastiques à usage unique et rendre la vie un peu meilleure pour tous. Les eurodéputés doivent s’assurer que les amendements apportés constituent des exceptions légitimes aux règles établies, et non des compromis en faveur des entreprises. Un élément clé de la réglementation que les élus vont être amenés à voter est, par exemple, appelée « responsabilité élargie des producteurs ». Cela signifie que les entreprises doivent payer pour leurs déchets plastiques, au lieu de laisser le nettoyage à la charge de tous les autres. Le risque maintenant, Dominique, c’est que les députés pro-plastiques tentent d’affaiblir les règles, surtout en ce qui concerne le fait de faire payer les entreprises.

D’un autre côté, les personnes en situation de handicap ou souffrant de troubles neurologiques par exemple, ont besoin de pailles en plastique en raison de leur souplesse et de leur résistance à la température. Il est donc normal que les eurodéputés accordent une attention particulière aux pailles.Ensemble, nous pouvons convaincre l’UE de prendre des mesures visant à lutter contre les déchets plastiques et à construire un monde plus inclusif pour tous. L’année dernière, des centaines de milliers d’entre vous ont signé et partagé notre pétition européenne sur la pollution plastique, ont tweeté auprès des commissaires et ont financé de grands panneaux publicitaires à Bruxelles pour appeler la Commission européenne à s’attaquer à la crise du plastique. Nous avons également mis sous le feu des projecteurs certaines des plus grandes marques au monde pour leur utilisation sans vergogne de plastique jetable, les obligeant à s’engager avec des plans d’action volontaires afin qu’ils puissent se débarrasser de nous. Mais maintenant, c’est là dessus que nous devons nous concentrer - et vous pouvez parier que c’est là, aussi, que se concentre le lobby des plastiques.

* Le Monde. 11 septembre 2018 : « Cash Investigation » et le double discours des industriels sur le recyclage du plastique
* Actu-Environnement. 14 septembre 2018 Interdiction des produits plastique jetables : les industriels ripostent
* Parlement Européen. 24 septembre 2018. Single-use Plastics and Fishing Gear : Reducing Marine Litter from Plastics

* (C) Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer

272.369 signatures sur 350.000 lien pour signer
A l’attention des Etats d’Europe, cette pétition vous est adressée par SOS MEDITERRANEE, Médecins Sans Frontières (MSF)

Texte de la pétition : En tant que citoyens, nous nous associons à l’équipage de l’Aquarius, le dernier navire civil de sauvetage en mer Méditerranée centrale, pour demander à tous les Etats d’Europe de respecter l’obligation de sauvetage en mer. Cet impératif doit primer sur toute considération d’ordre politique, dans le respect du droit international. Nous exhortons tous les Etats en Europe à :

  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de repartir au plus vite mener sa mission vitale de sauvetage,
  • Respecter l’obligation de porter assistance aux personnes en détresse en mer,
  • Assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée.

Pourquoi c’est important : L’Aquarius opère en Méditerranée centrale depuis 31 mois, et a secouru 29.523 personnes lors de 230 opérations de sauvetage. Ces derniers mois, la mission de recherche et sauvetage de l’Aquarius a été l’objet de manœuvres politiques délibérées visant à y mettre fin. Le navire s’est vu retirer deux fois son pavillon en un mois : d’abord par Gibraltar, puis par le Panama. En empêchant l’Aquarius d’opérer, d’autres vies seront perdues aux portes de l’Europe, des vies perdues en silence, alors que l’Europe ferme les yeux. Pour ces raisons, nous exhortons tous les Etats en Europe à prendre les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission vitale de sauvetage au plus vite, en octroyant sans délai un pavillon au navire.

Au cours des derniers mois, les marins et sauveteurs des navires de sauvetage civils ont été témoins de développements politiques en Méditerranée centrale incompatibles avec le droit international et maritime. Les navires de sauvetage civils sont empêchés dans leur mission ; l’obligation de porter assistance en mer n’est plus respectée. La solidarité et l’humanité sont criminalisées, en mer et à terre.Pour ces raisons, nous exhortons tous les Etats en Europe à respecter l’obligation de porter assistance aux personnes en détresse en mer et à dénoncer les manœuvres visant à criminaliser les sauveteurs et travailleurs humanitaires.

Face à la défaillance des Etats européens à répondre à la tragédie humanitaire en Méditerranée centrale, sur la route migratoire la plus dangereuse au monde, l’Aquarius a poursuivi ses opérations de sauvetage aux côtés d’autres navires de sauvetage. Les moyens de sauvetage font toujours cruellement défaut pour porter secours à celles et ceux qui risquent leurs vies en fuyant la Libye où leurs droits sont systématiquement bafoués. De plus, depuis le mois de juin, il n’existe plus de système opérationnel pour débarquer les rescapés dans un port sûr.Pour ces raisons, nous exhortons tous les Etats en Europe à assumer leurs responsabilités en établissant un modèle de sauvetage européen en Méditerranée, incluant un mécanisme prévisible et pérenne de débarquement des rescapés dans un port sûr.

Des êtres humains meurent. L’Aquarius, avec le soutien de la société civile, tente de les secourir. Rejoignez-nous en signant cette pétition pour nous aider à défendre les valeurs d’humanité et de solidarité en mer ».SOS MEDITERRANEE a organisé le samedi 6 octobre des rassemblements citoyens dans plusieurs villes d’Europe et en France notamment à Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Montpellier, Toulouse, Brest, Bordeaux, Grenoble, Saint-Etienne et Mouans-Sartoux (06)

* (E) Pétition : Commission Européenne : pas de forêt tropicale dans nos réservoirs ! Stop aux subventions pour l’huile de palme

246.463 signatures lien pour signer

Pétition adressée à Président de la Commission Européenne Juncker, au Vice-Président Timmermans, au Commissaire Cañete et à la Commissaire Malmström : Pas d’huile de palme dans mon réservoir !

Les plantations de palmier à huile sont en train de ravager les dernières forêts tropicales primaires de la planète et la précieuse biodiversité qu’elles abritent. Mais peu de gens savent que 75% de l’huile de palme que nous consommons en France sert à faire rouler les voitures. Présentés à tort comme des carburants écologiques, les “biocarburants” sont en réalité trois fois plus néfastes pour le climat que les carburants conventionnels à cause de la déforestation qu’ils entraînent. Le 1er février 2019, la Commission Européenne a le pouvoir d’arrêter cette folie. Le Parlement Européen a voté pour demander à mettre fin à l’utilisation de l’huile de palme dans les carburants : c’est maintenant à la Commission Européenne de faire en sorte que cette demande devienne réalité.

L’Union Européenne est sous la pression des lobbies depuis des années pour soutenir l’utilisation d’huiles végétales dans les carburants. Elle a réussi à faire passer cette industrie de la destruction pour une alternative écologique, forçant les automobilistes à être malgré eux des complices de la déforestation. Des millions d’hectares de forêts tropicales ont été détruites, remplacées par d’immenses plantations de palmiers à huile, pour combler l’appétit de l’Europe en huile végétale.

Privés de leurs forêts, les orangs-outans sont condamnés à errer au milieu des vastes plantations de palmier à huile pour chercher de la nourriture. Ils deviennent des proies faciles à abattre pour les braconniers. Brûler des milliards de litres d’huile de palme dans les véhicules aggrave cette crise. Si nous ne faisons rien, dans quelques années, les orangs-outans, qui sont parmi nos plus proches et intelligents cousins, auront disparu. Nous pouvons encore sauver les orangs-outans, les forêts tropicales et les communautés qui en dépendent en arrêtant les ravages liés à l’extension des plantations de palmiers à huile mais il nous faut agir maintenant et rapidement.

En mai dernier, près de 100 000 européens ont poussé l’Europe à adopter une loi pour mettre un terme à l’incorporation dans les carburants de matières premières qui sont à « haut risque » pour le climat, comme l’huile de palme. Cette loi propose de plafonner puis d’éliminer des produits controversés et demande aux distributeurs de carburants davantage de transparence. Mais il reste une condition : la Commission Européenne doit entériner cette volonté par un acte délégué, attendu pour le 1er février. Les lobbies sont en train de tout tenter pour que l’huile de palme échappe à cette loi. Si nous voulons mettre fin à ce scandale, nous devons faire plus de bruit qu’eux.

L’Europe est sous le feu de l’Indonésie et de la Malaisie qui exigent le maintien des avantages fiscaux poussant à l’utilisation d’huile de palme dans les carburants et menacent la Commission de rompre les négociations d’accords commerciaux. C’est pourquoi nous devons faire entendre notre voix très clairement auprès du Président de la Commission Européenne, Jean-Paul Juncker, de son Vice-Président, Frans Timmermans et des Commissaires, Miguel Arias Cañete et Cécilia Malmström : nous ne voulons plus d’huile de palme dans nos réservoirs. Dites leur que vous ne voulez pas être complices de la destruction des forêts tropicales et que vous êtes indignés que l’on puisse considérer l’huile de palme comme un carburant écologique. Ce scandale n’a que trop duré. Dans les prochains mois, notre campagne pourrait aboutir à une décision pour y mettre fin. Si l’Europe ne cède pas devant les lobbies, elle enverra un puissant signal à l’ensemble du marché mondial.

* (C) Grande pétition nationale contre la mise à mort des médecines naturelles

91.673 signatures sur 100.000 lien pour signer

Pétition adressée à Emmanuel Macron, Président de la République
Monsieur le Président de la République, Le 9 juillet 2018, vous avez invité à votre table les membres du « Club Dolder ». Cette organisation internationale officieuse réunit les patrons des laboratoires pharmaceutiques les plus puissants au monde.

Que vous ont-ils demandé ? Et que leur avez-vous promis ? TROUBLANT : aucun compte rendu ni aucune déclaration n’ont suivi ce mystérieux dîner. En revanche, les événements intervenus depuis cette rencontre sont extrêmement inquiétants pour la santé des Français. Dès le lendemain de ce dîner, votre Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé que les nouveaux médicaments seront moins contrôlés [1]. Ils seront donc en circulation plus vite. Cela fera gagner plus d’argent aux laboratoires pharmaceutiques. Mais cela augmentera aussi le risque d’un scandale sanitaire comme le Médiator ou Diane 35.

Encore plus inquiétant : dans les semaines et les mois qui ont suivi, votre Ministre de la Santé Agnès Buzyn, a multiplié les attaques contre les médecines naturelles :

- Menace de restriction de l’usage des huiles essentielles alors que des millions de familles françaises les utilisent depuis des générations pour soulager naturellement le rhume, la bronchite, l’insomnie, les problèmes de peaux et bien d’autres maladies.
- Annonce du projet de déremboursement de l’homéopathie alors que 74% des Français sont contre et que les statistiques montrent qu’un patient qui consulte un médecin homéopathe coûte 35% de moins à l’assurance maladie (consultation et prescription comprises) [2]
- Blocage sur le retour du métier d’herboriste alors qu’il reste seulement 15 herboristeries dans toute la France (contre 23’000 pharmacies) et que la reconnaissance de ce métier est la seule solution pour que les Français profitent en toute sécurité des bienfaits des plantes médicinales.

Au mois de janvier 2019, les services du Ministère de la santé feront connaître leur position sur l’avenir des huiles essentielles, de l’homéopathie et de l’herboristerie en France. Les événements récents font craindre que ces travaux seront soumis au lobbying forcené de l’industrie du médicament. En effet, de nouvelles enquêtes ont révélé que les lobbies pharmaceutiques dépensent chaque année plus de 20 MILLIONS d’euros pour faire pression sur les administrations françaises et européennes . En tant que citoyens français, nous voulons que vous entendiez notre avis sur ces questions cruciales qui concernent notre bien le plus précieux : notre santé.

C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République, nous vous demandons solennellement de garantir :

- La liberté totale d’utilisation des huiles essentielles afin que les Français puissent continuer à profiter librement de ces trésors de la nature reconnus depuis des générations ;
- Le maintien du remboursement de l’homéopathie afin que les 20 millions de Français qui en ont besoin puissent continuer à se soigner ;
- La reconnaissance du métier d’herboriste afin que les Français puissent bénéficier pleinement et en toute sécurité des possibilités nombreuses offertes par les plantes médicinales pour se soigner naturellement.

Ces mesures sont d’une urgence absolue et d’une importance capitale pour la survie des médecines naturelles et pour la santé des Français. Elles mettront un coup d’arrêt à la tentative des laboratoires pharmaceutiques d’exercer un monopole total sur la santé des Français, avec tous les risques de dérives dangereuses que cette toute-puissance engendrerait. Enfin, ces mesures ouvriront une ère nouvelle dans laquelle chaque Français pourra enfin profiter librement d’une offre de santé alliant le meilleur de la médecine conventionnelle et le meilleur de la médecine naturelle. Voilà pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président, de résister aux pressions exercées par l’industrie pharmaceutique et de vous engager à protéger les médecines naturelles pour le bien de tous les Français. Je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, mes salutations respectueuses. Jacques Legrand, Alliance Internationale pour la Défense des Médecines Naturelles (AIDMN)

* (E) Pétition : La France doit respecter son engagement de sortir du glyphosate en 3 ans, au plus tard fin 2020

381.398 signatures . Lien pour signer

Alors que l’autorisation du glyphosate, herbicide le plus vendu au monde, a été prolongée pour 5 ans en Europe à l’automne dernier, Monsieur Emmanuel Macron s’est, lui, engagé à l’interdire « au plus tard dans trois ans ». Le projet de Loi Agriculture et Alimentation débattu à l’Assemblée nationale en ce moment offre l’opportunité de concrétiser cette promesse. Or le gouvernement semble rétropédaler puisqu’une proposition d’amendement pour interdire le glyphosate du rapporteur de la Loi, M. Moreau, a été retirée lors de l’examen en commission des Affaires économiques, suivant ainsi l’avis défavorable du ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Mais il n’est pas trop tard : l’engagement d’interdire le glyphosate en France au plus tard dans trois ans peut encore être intégré à cette Loi. Signez la pétition et faites-la circuler, nous avons besoin de vous !

Cette pétition a été lancée le 18 mai 2018 avec : foodwatch, Générations Futures, Greenpeace, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Agir pour l’Environnement, Les Amis de la Terre, Artisans du Monde, Bio Consom’acteurs, Justice Pesticides, Soutien aux Victimes des Pesticides, la Ligue pour la Protection des Oiseaux, la Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire, UFC-Que Choisir.

* (E) Le piégeage cruel d’oiseaux en France, ça suffit !

106.874 signatures sur 150.000 lien pour signer

Alerte de la Ligue pour la Protection des Oiseaux : sous prétexte de « traditions », le Ministère de la transition écologique veut continuer à autoriser diverses pratiques cruelles de piégeage d’oiseaux. Et « consulte » la population en plein été… Des centaines de milliers d’animaux sont concernés. Mobilisons-nous de tout urgence !

Au ministère de la Transition écologique et solidaire : Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur,

Au printemps dernier, le CNRS et le Muséum d’histoire naturelle alertaient dans une nouvelle étude sur la disparition à « vitesse vertigineuse » des oiseaux des campagnes françaises. Même si ce déclin catastrophique est largement imputé aux pratiques agricoles, continuer à permettre la chasse d’espèce comme l’alouette des champs nous paraît invraisemblable dans un tel contexte.C’est pourtant ce que projette le ministère de la transition écologique et solidaire cet été avec la mise en place dans plusieurs départements de consultations portant sur les chasses traditionnelles et la détermination des quotas de prélèvements de différentes espèces d’oiseaux pour la campagne 2018-2019.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a publié fin juillet un argumentaire global et local contre ces chasses dites « traditionnelles », des pratiques d’un autre temps, difficilement contrôlable, cruelles et pour certaines non-sélectives (voir communiqué de la LPO sur le lien : https://www.lpo.fr/actualites/mobilisons-nous-contre-le-piegeage-cruel-de-centaines-de-milliers-d-oiseaux-en-france-dp1)Par le présent courrier, nous soutenons l’argumentaire de la LPO et répondons défavorablement aux trois projets d’autorisation proposés en consultation publique dans les 10 départements (Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardennes, Bouches-du-Rhône, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Var et Vaucluse)

De manière plus générale, face à l’alarmant déclin des populations d’oiseaux sur le territoire français, nous appelons tous les responsables politiques et territoriaux à ne plus permettre les pratiques cruelles de piégeage d’oiseaux. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur, l’expression de notre haute considération.

* (C) Pétition : Narges Mohammadi est en danger en prison

17.585 signatures sur 20.000 lien pour signer.

Narges Mohammadi, éminente défenseure des droits humains en Iran, est depuis de nombreuses années victime de la répression du gouvernement iranien pour son activité militante en faveur de l’abolition de la peine de mort.

ENFERMÉE POUR AVOIR DÉFENDU LES DROITS HUMAINS : Narges Mohammadi est une éminente défenseure des droits humains en Iran, partisane d’une campagne contre la peine de mort et vice-présidente du Centre pour les défenseurs des droits humains en Iran, fermé de force le 21 décembre 2008 par les autorités. Le 18 mai 2016, la branche 15 du tribunal révolutionnaire a confirmé la peine de la défenseure des droits humains à 16 ans de prison pour plusieurs chefs d’accusation dont « adhésion au groupe [désormais interdit] Pas à pas contre la peine de mort », pour avoir « participé à un rassemblement et collusion contre la sécurité nationale » et « propagande contre l’État ».

AVEC DE MULTIPLES PROBLÈMES DE SANTE, LA DÉFENSEURE EST EN DANGER : Cette lourde peine intervient après des années de harcèlement ponctuées de périodes de détention, qui ont eu des conséquences dévastatrices sur sa santé. Aujourd’hui, Narges encourt de graves risques pour sa santé. Elle souffre notamment d’une embolie pulmonaire et de troubles neurologiques qui peuvent lui causer des crises et une paralysie partielle temporaire. Elle a besoin de soins médicaux spécialisés constants, qui ne peuvent pas lui être prodigués en prison. Elle a, à ce titre, entamé une grève de la faim pour contester le défaut de soins.
Signez pour que Narges Mohammadi soit libérée ainsi que tous les prisonniers d’opinion iraniens..

* (E) Pétition : La protection du marais salant d‘Ulcinj pour l’homme et la nature

111.128 signatures sur 125.000 lien pour signer

This petition is run by EuroNatur Foundation, BirdLife International, CZIP and MSJA
vidéo en anglais

Nous, les habitants d’Ulcinj, de Monténégro, d’Europe et du monde entier, demandons Monsieur Duško Marković, le premier ministre de Monténégro de :
• rétablir la production du sel dans le marais salant d’Ulcinj le plus vite possible. # PourSel
• mettre le marais salant d’Ulcinj sous la protection nationale et internationale. # PourOiseaux
• conserver le marais salant d’Ulcinj comme Propriété du peuple monténégrin et de garantir que ceci est géré dans le meilleur intérêt de la population monténégrine et de la nature. # PourHomme
Une fois que le marais salant d’Ulcinj est protégé et bien géré, il peut être comme le moteur de l’économie locale. A travers la production de sel et un tourisme durable tant l’homme que la nature peuvent bénéficier mutuellement.

* (C) Pétition : Pour la condamnation de l’Etat de Brunei par la France ! #SOSGayBrunei

50.780 signatures sur 75.000 lien pour signer

Jacky MAJDA a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron, Président de la République française. Un nouveau de Code pénal durcit la législation dans le sultanat de Brunei, un État situé sur l’île de Bornéo, en particulier pour les homosexuels, qui risquent désormais la peine de mort. ( https://www.sudouest.fr/2019/03/28/a-brunei-l-homosexualite-et-l-adultere-bientot-passibles-de-la-peine-de-mort-5939427-4803.php )

Emmanuel Macron doit intervenir rapidement pour que les gay ne soient pas persécutés, emprisonnés, lapidés et tués dans cet Etat. Le Président français doit s’inspirer de George Clooney qui appelle au boycott des hôtels parisiens appartenant à l’Etat de Brunei. ( http://www.leparisien.fr/international/appel-au-boycott-de-george-clooney-brunei-repond-a-la-star-americaine-30-03-2019-8042946.php )

Jacky Majda, Fondateur du collectif "Touche pas au mariage pour tous" !
https://www.facebook.com/TouchePasAuMariagePourTous/
Mail : jackymajda@hotmail.com

* (E) Pétition : Sauvons les gorges de Kresna !

211.196 signatures sur 250.000 attendues Lien pour signer

Commissaire Karmenu Vella (Commissaire européen à l’environnement, aux affaires maritimes et à la pêche), Commissaire Corina Creţu (commissaire européenne à la politique régionale) et Commission européenne

Nous vous demandons de faire respecter les lois européennes pour la protection de la nature et de sauver d’une destruction programmée la vallée des gorges de Kresna en Bulgarie. En particulier, nous exigeons que la Commission européenne refuse de verser des subventions pour la construction d’une grande autoroute qui traverserait le précieux site Natura 2000 protégé par la législation européenne et bulgare. Nous exigeons de la Commission qu’elle empêche tout trafic destructeur de traverser ces gorges, à l’exception du trafic local, en relocalisant l’autoroute.

Pourquoi est-ce important ? D’ici quelques semaines, dans le parc naturel le plus riche de Bulgarie, les envoûtantes gorges de Kresna seront vendues au plus offrant des géants du BTP. La vallée sera couverte de goudron pour faire place à une autoroute transeuropéenne [1]. Les pelleteuses et les rouleaux compresseurs viendront détruire l’habitat de centaines d’espèces parmi les plus rares en Europe. La Bulgarie refuse de modifier ce projet, même s’il existe une autre solution plus raisonnable [2]. Elle a déjà enfreint bon nombre de lois de protection de la nature, mais la Commission européenne s’est contentée de fixer des conditions sans les faire respecter. Elles ne servent donc à rien [3]. Les gorges de Kresna sont une réserve naturelle protégée et c’est la mission de la Commission européenne que de préserver ce joyau [4].

Les habitants se mobilisent depuis plus de 20 ans pour protéger les gorges, [5] mais leurs pétitions et leurs doléances auprès de la Commission n’ont pas suffi à arrêter l’autoroute Struma. Alors quand les combats locaux sont trop lourds à porter pour les riverains, c’est à nous citoyens européens de nous rassembler. Avec une mobilisation massive dans toute l’Europe, nous pourrons convaincre la Commission d’ouvrir une procédure d’infraction et d’agir avec conviction pour arrêter les pelleteuses avant qu’elles ne détruisent l’habitat des ours, des loups, des papillons et des chauves-souris.Ces gorges hébergent des espèces protégées de serpents, de tortues et d’aigles royaux. Le site est aussi un corridor de migration essentiel pour les ours et les loups. C’est un havre naturel spectaculaire dans le sud-ouest de la Bulgarie, une région qui accueille deux fois plus d’espèces de papillons que le Royaume-Uni tout entier [6].

Mais en octobre 2017 le gouvernement bulgare a décidé de creuser les 16 km des gorges de Kresna pour construire une route qui relierait enfin Hambourg, Sofia et Thessalonique [7]. Même si tout le monde – l’UE, la Bulgarie et la population locale – s’accorde à dire que la route est nécessaire, le gouvernement bulgare s’entête à faire passer le tracé par les gorges malgré les protestations des habitants et des spécialistes environnementaux, qui proposent un autre tracé plus à l’est de la vallée.La Bulgarie a reçu des fonds européens il y a quelques années pour que les gorges de Kresna soient classées Natura2000. Aujourd’hui, elle demande de l’argent pour les détruire ! Dans les prochaines semaines, la dernière tranche de financement devrait lui être versée par la Commission. Nous demandons donc à la Commission de faire respecter les conditions qu’elle a imposées et de ne verser aucune subvention qui détruirait un parc naturel protégé.

Références :

[1] Le texte est en bulgare. Une traduction du sommaire nous a été fournie par notre partenaire Za Zemiata : http://www.mrrb.government.bg/bg/hemus-i-struma-ste-budat-prioritet-na-mrrb-i-prez-2018-g/

[2] http://www.foeeurope.org/sites/default/files/biodiversity/2017/save_kresna_gorge_briefing.pdf (en anglais)

[3] 2008 EIA/AA décision du 1-1/2008 du ministère de l’Environnement et de l’Eau

[4] https://www.euractiv.com/section/climate-environment/opinion/eu-money-should-not-help-destroy-bulgarias-kresna-gorge/ (en anglais)

[5] https://www.theguardian.com/environment/2016/feb/17/bulgarian-motorway-poised-to-carve-up-wildlife-haven (en anglais)

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Gorge_de_Kr%C3%A9sna

[7] https://en.wikipedia.org/wiki/Struma_motorway (en anglais)

* (C) Solidarité dans la crise, justice pour la Grèce

146.957 signatures sur 150.000 lien pour signer

Pétition adressée aux gouvernements de la zone euro, au président de l’Eurogroupe Mário Centeno, et au président de la Banque centrale européenne Mario Draghi

Nous soutenons la Grèce, nous exigeons une action en faveur d’une reprise économique prenant vraiment en compte la vie et la dignité des gens. En commençant par leur rendre les intérêts générés par les bons du trésor grecs.

Pourquoi c’est important ? Le peuple grec s’est vu écrasé par la pression des clauses d’austérité. Les hôpitaux peuvent à peine dispenser les soins de base, avec une infirmière pour 40 patients [1]. Les salaires continuent de dégringoler. Les retraites ont été plusieurs fois réduites depuis 2010 [2]. Le chômage a plus que doublé [3]. Et l’argent du plan de sauvetage était censé « aider » la Grèce à sortir de cette situation ? Les pays de la zone euro en ont tiré des milliards d’euros de bénéfices [4].

Mais les ministres des finances européens ont le pouvoir de changer de cap. Si nous leur montrons que les Européens ne veulent pas profiter du désespoir de la Grèce, ils ne pourront plus agir à leur guise et en notre nom. La Banque Centrale Européenne a commencé à acheter des bons du trésor grecs en 2010, quand le pays a eu besoin d’un premier prêt. Si la BCE n’achetait pas les titres, la Grèce aurait été obligée de faire baisser leur prix. Mais la BCE a empêché la Grèce de le faire, par une condition incluse dans le plan d’aide. Chaque année, ces bons surévalués génèrent un profit colossal, auparavant reversé à la Grèce [5].

Ça a changé en 2015, quand les Grecs ont voté contre les coupes budgétaires qui affectent leur vie quotidienne. Pour punir ce vote, la zone euro a décidé d’empocher les profits engendrés par les bons, au lieu de les reverser à la Grèce comme convenu au départ [6].Après des années d’austérité, douze augmentations successives des impôts et autant de réductions drastiques des services publics, le peuple grec ne peut plus être exploité. Les pays de la zone euro vont sûrement discuter des profits sur les bons dans moins d’un mois, et plus que jamais, le peuple grec a besoin de nous pour les soutenir.

Unis, nous pouvons agir pour que ces titres soient rétrocédés à la Grèce, et exiger que la reprise économique d’un pays prenne en compte la vie et la dignité des gens. Ensemble, nous avons le pouvoir de montrer au peuple grec que nous les soutenons. Et aux gouvernements que nous attendons de la solidarité, pas de l’exploitation.

REFERENCES

[1] “’Dans les hôpitaux grecs, « des malades renoncent à se soigner »” Libération, 14 Juin 2017. http://www.liberation.fr/planete/2017/06/14/dans-les-hopitaux-grecs-des-malades-renoncent-a-se-soigner_1576853

[2] “Grèce : les retraités en colère contre la 12ème baisse de leurs pensions” EuroNews, 4 Avril 2017. http://fr.euronews.com/2017/04/04/grece-les-retraites-en-colere-contre-la-12eme-baisse-de-leurs-pensions

[3] “Grèce. Le taux de chômage a dépassé la barre des 25%” France Info, 11 Octobre 2012. https://www.francetvinfo.fr/monde/grece/grece-le-taux-de-chomage-a-depasse-la-barre-des-25_153761.html

[4] “Comment la BCE a gagné « 7,8 milliards d’euros grâce à la dette grecque »” Le Monde, 26 October 2017. http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/26/comment-la-bce-a-gagne-7-8-milliards-d-euros-grace-a-la-dette-grecque_5206484_3234.html

[5] “ECB to swap Greek bonds to avoid forced losses -sources,” Reuters, 16 February 2012. https://www.reuters.com/article/us-ecb-greece/ecb-to-swap-greek-bonds-to-avoid-forced-losses-sources-idUSTRE81F1EK20120216

[6] “Depuis cinq ans, le malheur des Grecs fait les bénéfices… de l’Allemagne” Alternatives Economiques, 27 Aout 2015. https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2015/08/27/depuis-cinq-ans-le-malheur-des-grecs-fait-les-benefices-de-l-allemagne

* (C) LOI SECRET DES AFFAIRES:NE LAISSONS PAS LES ENTREPRISES ET LES BANQUES D’AFFAIRES IMPOSER LA LOI DU SILENCE !

Par Pollinis 580.739 signatures sur 600.000 Lien pour signer

Campagne lancée par le collectif "Stop secret d’affaires" qui regroupe ONG, journalistes, syndicats, avocats et représentants des citoyens unis contre l’application de la Directive Secrets d’affaires en France, et hébergée par l’association de défense des pollinisateurs et de l’environnement POLLINIS.

Soutiens de la pétition:Lucet Élise, journaliste ; Perrin Edouard, journaliste, Président du Collectif "Informer N’est Pas un Délit" ; Deltour Antoine, lanceur d’alertes Luxleaks ; Dr Arazi Marc, lanceur d’alerte du Phonegate ; Cossart Sandra, Directrice de Sherpa ; Poilane Emmanuel, Directeur Général de France Libertés et Président du CRID ; CrimHalt ; Collectif On ne se taira pas ! ; Nothing2Hide ; Remy Clément, Président de l’ONG POLLINIS ; Laarman Nicolas, directeur Général de l’ONG POLLINIS ; Julliard Jean-François, directeur-exécutif de l’ONG Greenpeace France ; Compain Florent, Président de l’ONG Les Amis de la Terre France ; Potier Julie, directrice de BIO CONSOM’ACTEURS ; Christophe Noisette, rédacteur en chef d’Inf’OGM ; Ingrid Kragl, directrice de l’information, Foodwatch ; Action Aid France – Peuples Solidaires ; Cellier Dominique, Président de Sciences Citoyennes ; Petitjean Olivier, journaliste, coordinateur de l’Observatoire des multinationales ; Alt Éric, Vice-Président d’ANTICOR ; Pigeon Martin, militant chercheur, Corporate Europe Observatory ; Malik Salemkour, Président de la Ligue des droits de l’Homme ; Ramaux Christophe, économiste à l’Université Paris 1, membre des Économistes atterrés ; Plihon Dominique, économiste, porte-parole d’ATTAC ; Collectif Éthique sur l’étiquette ; Mathilde Dupré, Présidente du Forum citoyen pour la RSE ; Bernard Salamand, Ritimo ;Kalinowski Wojtek, Co-Directeur de l’Institut Veblen ; Lepers Elliot, Directeur de l’ONG Le Mouvement ; Trouvé Aurélie, porte parole d’ATTAC ; Darmon Muriel, Présidente de l’Association Française de Sociologie ; Borrel Thomas, porte-parole de Survie ; ISF-France ; Ingénieurs Sans Frontières-AgriSTA ; Thibaud Clément, Président de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ; du Roy Ivan, journaliste, co-rédacteur en chef de Basta ! ; Rousseaux Agnès, journaliste, co-rédactrice en chef de Basta ! ; Apel-Muller Patrick, directeur de la rédaction de l’Humanité ; Merckaert Jean, rédacteur en chef de la Revue Projet ; Alternatives Économiques ; La Télé Libre ; Magneto Presse ; Raffin Patrick, photographe ; Syndicat National des Journalistes ; Roques Laurence, Présidente du Syndicat des avocats de France ; Vire Emmanuel, secrétaire général du Syndicat national des Journalistes CGT (SNJ-CGT) ; Peres Eric, secrétaire général de FO Cadres ; Fédération CGT des finances ; Aiquel Pablo, journaliste, SNJ-CGT ; Patrick Kamenka, journaliste, SNJ-CGT ; Monfort Patrick, secrétaire général du SNCS-FSU ; Binet Sophie, secrétaire générale adjointe de l’UGICT-CGT ; Kotlicki Marie-José, secrétaire générale de l’UGICT-CGT ; Christofol Hervé, secrétaire général du SNESUP-FSU ; Beynel Eric, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires ; Société des journalistes de l’AFP ; Société des journalistes du Figaro ; Société des rédacteurs du Monde ; Société des journalistes de France 2 ; Société des journalistes et du personnel de Libération ; Société des journalistes de l’Humanité ; Société des journalistes de BFMTV ; Société des journalistes des Échos ; Société des journalistes de Premières Lignes ; Société des journalistes de RMC ; Société des journalistes du Point ; Société des journalistes de Mediapart ; Société des journalistes de la rédaction nationale de France 3 ; Société des journalistes de Challenges ; Société des journalistes de TV5 Monde ; Société des journalistes de Télérama ; Société des journalistes du JDD ; Société des rédacteurs de La Vie ; Société des journalistes de Radio France ; Société des journalistes du Parisien-aujourd’hui en France

* (C) Pétition :Bayer / Monsanto : Laissez tomber votre procédure d’appel contre Dewayne Johnson

223.925 signatures sur 250.000 souhaitées lien pour signer

Dewayne Johnson est entré dans l’histoire cette année en intentant une action en justice contre Monsanto pour avoir causé son cancer - et en gagnant son procès. Mais la société mère de Monsanto, Bayer, est mauvaise perdante. Elle ne versera pas à Johnson l’indemnité qu’elle lui doit, même après qu’un juge ait réduit la somme de plus des deux tiers. Au lieu de cela, Bayer oblige ce père de trois enfants en bas âge à passer le reste de sa vie devant un tribunal, se disputant appel après appel. Maintenant, Johnson a besoin de votre aide. Il ne veut pas passer ses derniers jours dans ce qui s’annonce comme une interminable bataille juridique. Mais il veut également s’assurer que Bayer soit traduit en justice et payer ce qu’il doit. C’est pourquoi il nous a personnellement demandé de faire campagne en son nom pour que Bayer abandonne son recours. Il est temps de prendre des mesures urgentes pour montrer à Johnson que vous êtes à ses côtés - et pour que Bayer sache qu’elle fait face à une force citoyenne et déterminée, beaucoup plus grande que jamais. Dites à Bayer et à Monsanto de mettre fin à la procédure d’appel lancée contre Dewayne Johnson.

Cette affaire judiciaire est en cours depuis des décennies. Monsanto a affirmé pendant des années que son désherbant n’était pas dangereux. Les avocats de Dewayne Johnson ont prouvé hors de tout doute possible que la société était parfaitement au courant des conséquences mortelles du glyphosate et n’avait rien fait pour en alerter le public. Les vannes sont sur le point de s’ouvrir sur les ravages cancérigènes causés par le poison de Monsanto : ce sont plus de 8000 personnes qui pourraient se porter victimes à ce jour. Si Bayer accepte le verdict dans l’affaire Johnson, il devra enfin faire face au préjudice causé par le glyphosate à des milliers de personnes. C’est pourquoi nous luttons si durement pour que le paiement de 78 millions de dollars de dommages et intérêts aie lieu, ce qui correspond à un centime pour ce milliardaire de l’agroalimentaire. Nous n’avons pas les milliards de Bayer ni son arsenal juridique. Tout ce que nous avons, c’est la conviction que, tôt ou tard, nous allons gagner. Le géant de l’agrochimie a misé tout ce qu’il avait contre Johnson - et pourtant, il en est sorti vainqueur. Lui et ses avocats sont prêts à se battre encore et encore contre Bayer. Mais Johnson mérite de voir la fin de ces luttes judiciaires de son vivant. C’est pourquoi il nous a demandé de faire front commun et de faire pression sur Bayer et Monsanto pour qu’ils assument leurs responsabilités. Voulez-vous aider l’homme qui a battu Monsanto à défendre sa victoire historique ? Dites à Bayer et à Monsanto de verser à Dewayne Johnson l’indemnisation qu’il mérite !

* (E) EDF : c’est pas bientôt fini le nucléaire ?

114.290 signatures avec Greenpeace lien pour signer

Avec ses 19 centrales et ses 58 réacteurs, la France est le pays le plus nucléarisé au monde. Exploitées par l’entreprise EDF, ces centrales sont vieillissantes, vérolées par des anomalies pour certaines et très mal protégées face aux risques d’attaques extérieures. Elles représentent une menace pour les Français mais aussi pour leurs voisins européens.

Des piscines du combustible usé mal protégées Un rapport* d’experts indépendants du nucléaire, récemment remis aux autorités, dénonce la vulnérabilité des centrales nucléaires en France : les piscines d’entreposage du combustible usé sont très mal protégées en cas d’attaque extérieure. Il s’agit pourtant des installations qui contiennent le plus de radioactivité dans les centrales nucléaires. En cas d’attaque extérieure, si une piscine est endommagée et qu’elle perd son eau, le combustible n’est plus refroidi et c’est le début d’un accident nucléaire : de la radioactivité s’échappe massivement dans l’atmosphère, avec des conséquences radiologiques très graves.

Les populations européennes toutes concernées Vu le nombre de réacteurs nucléaires en France et d’installations nécessaires à leur fonctionnement, tous les Français sont concernés par ce risque, mais aussi les habitants des pays voisins, en raison de l’emplacement de certaines centrales nucléaires proches des frontières : Gravelines et Chooz à côté de la Belgique, Fessenheim proche de l’Allemagne et de la Suisse (elle-même aussi sous la menace du Bugey) ou encore Cattenom à deux pas du Luxembourg. Il est encore temps de faire le bon choix

Avec un parc nucléaire vieillissant et mal protégé, la production d’électricité est aujourd’hui synonyme de danger en France. Mais ne soyons pas fatalistes. EDF peut encore faire le choix de se passer du nucléaire et de développer les énergies renouvelables. Plutôt que d’investir des dizaines de milliards dans le rafistolage de vieux réacteurs et de produire des déchets qui resteront radioactifs pendant des centaines de milliers d’années, EDF peut décider d’investir dans des énergies qui sont sûres, propres et désormais bon marché. Demandons à EDF de sortir du risque nucléaire, une bonne fois pour toutes.

* (C) Pétition : La santé des femmes en danger - Pétition CDGM

56.893 signatures Lien pour signer

À l’attention : toutes et de tous URGENCE !Nous voulons des gynécologues médicaux en nombre suffisant pour toutes les femmes !

Novembre 2017
- C’est en 2003, après une mobilisation de plusieurs années, 3 millions de signatures sur la pétition du CDGM et plusieurs manifestations, que les femmes et les gynécologues, avec le Comité de Défense de la Gynécologie Médicale, obtenaient le rétablissement de la spécialité de Gynécologie médicale, supprimée en 1986. Après 17 années d’interruption, des gynécologues médicaux allaient à nouveau être formés pour nous, pour nos filles et nos petites-filles !

Aujourd’hui la mobilisation continue, pourquoi ?
- Force est de constater que le suivi gynécologique indispensable et que les femmes exigent est menacé : alors que, dès 2003, il aurait fallu former 120 gynécologues médicaux par an pour le simple remplacement des départs à la retraite,seuls 20 postes d’internes par an jusqu’à 2008, de 27 à 30 jusqu’à 2012, étaient attribués à la gynécologie médicale.

- A la suite des interventions répétées de nombreux parlementaires, alertés par le CDGM, le ministère des Affaires sociales et de la Santé décidait d’ouvrir en gynécologie médicale pour 2013 41 postes, puis 48 pour 2014, 68 pour 2015, et 70 pour la rentrée 2016. Pour la rentrée 2017, seuls 64 postes d’internes ont été ouverts en gynécologie médicale, soit 6 de moins que l’année précédente. Ainsi est inversée, pour la première fois depuis le rétablissement de la spécialité en 2003, la courbe du nombre d’internes en formation, nombre en augmentation progressive jusque-là bien que toujours insuffisant pour les femmes.

Le CDGM, après une demande d’audience, a souligné, en écrivant le 12 juillet dernier à la ministre des Solidarités et de la Santé nouvellement nommée Mme Agnès Buzin, la gravité pour la santé des femmes de cette décision. Aujourd’hui, toute une génération de gynécologues médicaux partent à la retraite sans pouvoir être remplacés. Conséquence : de plus en plus de femmes ne trouvent plus de gynécos, ou attendent des mois pour un rendez-vous, et les jeunes filles ont les plus grandes difficultés à avoir accès à un gynécologue médical !

- Alors, une nouvelle fois, nous lançons un cri d’alarme : l’accès à la gynécologie médicale est menacé de DISPARITION pour la grande majorité des femmes !

- Or, si en France le nombre de cancers du col de l’utérus a été divisé par 4 en 20 ans, et si les femmes sont seulement 6,7% à être privées d’utérus à 50 ans, contre 30 à 46% dans le reste de l’Europe, c’est grâce au suivi gynécologique qu’assurent les médecins spécialistes des femmes : les gynécologues médicaux.

- En 2012 déjà, faute de gynécos, seules un quart des femmes en âge de consulter le pouvaient encore !
Face à cette pénurie, dont sont responsables les pouvoirs publics depuis des années, et les départs à la retraite s’accélérant, il faut une augmentation décisive du nombre d’internes en gynécologie médicale ! Un " transfert de tâches " aux médecins non spécialistes, et aujourd’hui aux sages-femmes, qui ne sont pas des médecins, ne peut être une solution pour la santé des femmes ! Les femmes leur font toute confiance, mais chacun dans l’exercice de leur métier.

Selon la loi Touraine, les femmes « en bonne santé », seraient censées maintenant s’adresser pour leur suivi gynécologique à des sages-femmes ? Mais comment une femme pourrait-elle être jugée en bonne santé à priori, sans l’examen approfondi d’un médecin s’appuyant sur sa formation et son expérience médicales ? C’est pourquoi, pour leur suivi gynécologique tout au long de leur vie, pour une véritable prévention, les femmes ont besoin des médecins spécialistes que sont les gynécologues médicaux !
Les postes d’internes nécessaires doivent être créés et l’accès direct au gynécologue garanti !

- Formation de gynécologues médicaux en nombre suffisant ! C’est urgent ! C’est vital !

- Toutes les femmes doivent pouvoir consulter un gynécologue médical !
C’est pourquoi le CDGM continue son action auprès des pouvoirs publics concernant cette question dont dépend la santé de millions de femmes.

* (E) Pétition : Grande America : 20 ans après l’Erika, l’histoire se répète !

20.488 signatures sur 25.000 lien pour signer

20 ans après le naufrage de l’Erika et les terribles pollutions engendrées sur nos côtes, l‘histoire est en train de se répéter car les mesures pour sécuriser le transport maritime et protéger nos côtes de nouvelles catastrophes écologiques n’ont pas été engagées !

Après le naufrage du navire Grande America le 12 mars, Surfrider Foundation Europe, engagée depuis 29 ans dans la protection des océans, va porter plainte contre l’armateur italien et le capitaine du navire. Parce qu’une action en justice n’empêchera pas le scenario de se reproduire, Surfrider Europe lance une pétition à destination des autorités publiques européennes et internationales afin de renforcer la réglementation en matière de transport maritime. Protégeons nos côtes et nos océans !

Grande America, un exemple de navire vétuste  : Le 12 mars, le navire italien Grande Americaa coulé à plus de 300km à l’ouest des côtes françaises. Il était en feu depuis 48 heures mais de mauvaises conditions météorologiques ont rendu difficiles les opérations d’intervention et les 27 personnes à bord ont été évacuées.
Construit en 1997, le Grande America transportait 2200 tonnes de fuel lourd de propulsion, 365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme transportant des matières dangereuses, et 2000 véhicules. Le 14 mars, deux nappes de pollution aux hydrocarbures de plusieurs kilomètres de long ont été identifiées. Elles risquent d’arriver et de polluer les côtes françaises dans les prochains jours.

Surfrider Europe lance une pétition pour améliorer la réglementation du transport maritime international

Aujourd’hui Surfrider Europe fait appel à votre soutien à travers cette pétition pour montrer aux autorités publiques européennes et internationales qu’il n’est plus acceptable de connaître de telles catastrophes environnementales. Surfrider Europe demande aujourd’hui aux autorités publiques :

  • L’arrêt progressif de l’utilisation de fioul lourd pour la propulsion des navires au profit d’énergies alternatives,
  • Le renforcement de la réglementation internationale en matière de transport maritime lié à la perte de conteneurs (transparence et traçabilité),
  • Le renforcement des contrôles sur la qualité des navires et interdire la navigation des navires vétustes.

Surfrider Europe remettra la pétition aux représentants des Etats du monde entier lors de la prochaine réunion de l’Organisation Maritime Internationale qui se tiendra en mai. Plus que jamais, votre voix compte pour soutenir l’action de Surfrider Europe et augmenter le poids et la légitimité de nos revendications !

* (C) Pétition : AXA doit cesser de faire du profit sur la colonisation de la Palestine

140.590 signatures sur 150.000 lien pour signer

Assurer des vies partout dans le monde tout en écrasant celles de femmes et enfants sans défense : tel est l’insoutenable paradoxe d’AXA. Le géant français de l’assurance est en effet accusé de bafouer le Droit International en finançant Elbit Systems, fleuron israélien de l’industrie de l’armement, sordidement célèbre pour avoir fourni des armes interdites qui ont déjà fait des centaines de victimes innocentes palestiniennes. Et ce n’est pas tout, un nouveau rapport révèle qu’AXA est également actionnaire de trois grandes banques israéliennes qui toutes participent à la colonisation illégale de la Palestine. Le métier d’un assureur est pourtant de protéger les familles, leur domicile et leur biens des risques de la vie : pas de les mettre en péril comme ce que fait AXA en participant à l’entreprise coloniale israélienne.

Ces scandaleuses révélations mettent AXA dans l’embarras, pourtant fier de son engagement en matière d’investissement responsable et qui a déjà rompu des liens avec des fabricants d’armes. Poussons le géant de l’assurance à faire de même avec Elbit Systems et les trois banques impliquées dans la colonisation. Nous savons que la mobilisation porte ses fruits : la campagne pacifique du mouvement mondial BDS a déjà réussi à faire plier des multinationales, notamment deux françaises, pour les mêmes raisons : Véolia et Orange. Au tour donc d’Axa de suivre l’exemple ! Elbit Systems fournit des armes interdites par les conventions internationales, notamment des armes chimiques comme le phosphore blanc, qui ont servi à l’offensive meurtrière contre les populations civiles de Gaza en 2014. Cette entreprise a également participé à la construction du « mur de sécurité » dans les territoires occupés, que la Cour Internationale de Justice a jugé illégale en 2004.

Les institutions financières françaises et les assureurs ne peuvent ignorer l’illégalité des colonies israéliennes et les souffrances quotidiennes qu’elles engendrent. Expropriations arbitraires, familles séparées, emprisonnements d’enfants, checkpoints humiliants à n’en plus finir, sont les expériences déshumanisantes des palestiniens qui vivent sous un régime d’apartheid. Selon la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), « les grands groupes financiers français, dont AXA, sont directement ou indirectement impliqués dans le projet colonial en Palestine ». Les banques et les assureurs recherchent le profit à tout prix, y compris en se livrant à des activités illégales. Faisons en sorte qu’ils y mettent fin.Tirer des bénéfices de la souffrance des palestiniens est inqualifiable. Au cours de notre campagne contre Airbnb, vous avez été plus de 151 000 membres à exprimer votre indignation. Et le vent en train de tourner car l’ONU a commencé à prendre des mesures contre ces entreprises hors-la-loi ! C’est donc le moment idéal pour interpeller AXA afin qu’il mette un terme à ses investissements illégaux. Dites à Axa de se retirer du capital d’Elbit Systems et des colonies israéliennes ! Exigeons des instances dirigeantes d’AXA qu’elles se soumettent à leur propre charte éthique !

* (E) Pétition : HALTE À LA DESTRUCTION SYSTÉMATIQUE DE NOS FORÊTS ALLUVIALES

40.600 signatures lien pour signer

Par Collectif des Amis des Ramières, pétition adressée à Monsieur le Préfet de la Drôme

Dans la Drôme, à proximité de nos lieux d’habitation et de promenades, les forêts alluviales des bords de notre rivière, le Roubion, si attrayantes et essentielles, sont soumises depuis quelques années à des coupes rases systématiques, exécutées par des bûcherons locaux. Après leur passage, le paysage est abîmé, détruit. Les lieux d’antan sont mutilés, envahis par l’ambroisie à profusion, les ronces en abondance, les nombreux dépôts de gravats, et ne règnent plus ici que le silence angoissant des oiseaux et le bruit agressif des tronçonneuses.

Pourquoi un tel acharnement dans le pillage de nos ressources vivantes, dans la destruction de nos forêts, s’est-il tout à coup manifesté ? Une centrale bois-énergie construite au début des années 2010 a des besoins en bois surdimensionnés par rapport aux ressources locales. De ce fait, nos forêts alluviales sont soumises à une surexploitation dramatique qui détruit l’habitat des oiseaux sédentaires et migrateurs, dont le Loriot d’Europe, annihile le pouvoir épurateur des eaux et contribue au réchauffement climatique.

La transition écologique exige le respect des biens communs, la protection des forêts et des arbres, nécessaires à la bonne santé des humains et à la protection de tous les êtes vivants.Aussi, nous demandons solennellement de décider l’Arrêt immédiat de la destruction systématique de nos forêts alluviales, nos Ramières du Roubion.

* (C) Pétition : #SauvonsFranceÔ

63.404 signatures sur 75.000 Lien pour signer
ZAMOR GLENROY a lancé cette pétition adressée à Françoise Nyssen, Ministre de la Culture et à 3 autres

Bonjour, je suis Zamor Glenroy, auteur compositeur et interprète originaire de la Guadeloupe et de la Dominique. J’ai entendu, comme bon nombre d’entre vous, que le gouvernement voulait supprimer France Ô !Je m’insurge contre cette décision injuste et méprisante à l’égard des originaires d’outre-mer mais aussi de tous les amoureux des outre-mer. Nous avons besoin de France Ô sur la TNT .On nous parle de passage sur le net mais personnellement ma mère et beaucoup de membres de ma famille ne vont jamais sur le net. Ils n’ont que la télévision pour rester en lien avec les Dom-Tom à des milliers de kilomètres !

C’est injuste aussi pour les artistes. Pour nous, les nombreux artistes des Dom-Tom, c’est compliqué de faire entendre et découvrir nos musiques car aucune chaine ne nous donne notre chance, À PART FRANCE Ô qui soutient et encourage nos talents DE FAÇON INDÉFECTIBLE.Alors aidons les artistes, nos familles, nos parents à conserver la chaine gratuite du groupe France télévisions, France Ô. Ne nous privons pas de ce service publique, ne nous laissons pas être oubliés.

Signez la pétition pour montrer que nous sommes nombreux . Merci."

LA PÉTITION

La réforme de l’audiovisuel public est engagée et le sort de France Ô est suspendu aux résultats d’une consultation des concitoyen-ne-s des Outre-mer et de leurs élu-e-s. Le destin de la chaîne des Outre-Mer est désormais entre les mains de madame la Ministre de la Culture. Comment mettre au mieux en valeur les programmes et la vie des Outre-mer, et au-delà la dimension ultramarine de la communauté nationale, dans l’offre du service public ? Du résultat de cette question mise en ligne sur le site du ministère de la culture semble dépendre l’avenir de France Ô. Aussi, sans attendre le résultat de cette consultation, nous, spectatrices et spectateurs de France Ô, avons décidé de lancer cette pétition pour montrer tout notre attachement à cette chaîne.

France Ô est un pont entre l’hexagone et les territoires d’outre-mer.
Sa suppression serait une atteinte à la mission essentielle du service public : la continuité territoriale : assurer la visibilité dans l’hexagone des réalités des Outre-mer. Ce serait un écran noir apposé sur l’existence de tous les originaires des Outre-Mer.Pourquoi cette chaine devrait-elle disparaître ? Rappelons la promesse de notre président de la république Emmanuel Macron qui, en avril 2017 alors qu’il était candidat aux présidentielles, déclarait que France Ô ne serait pas supprimé et que son programme avait une justification pleine et entière

Peut-on se satisfaire d’un : « Au revoir, merci ! » ? NON !
Les programmes de France Ô sont certes perfectibles mais ils sont une fenêtre ouverte sur tout un pan de notre culture. Quelle autre chaîne met en avant les originaires d’Outre-mer ? Nul besoin de rappeler que France Ô a permis de valoriser le travail d’entrepreneurs, d’artistes, de créateurs, de talents français originaires des Outre-mer. Que l’on soit originaire d’Outre-Mer ou tout simplement amoureux de ses cultures , nous ne pouvons que réagir face à la menace de suppression de France Ô.Nous avons besoin de faire entendre nos voix. En signant cette pétition, vous montrez votre engagement pour soutenir et faire en sorte que France Ô ne disparaisse pas du canal hertzien.Si vous vous sentez concernés, solidaires, attristés, révoltés ? Rejoignez-nous ! #SauvonsFranceÔ

* (E) Pétition:On ne lâche rien !

242.226 signatures sur 300.000 lien pour signer

Le Conseil d’Etat valide la chasse à la glu.
Je m’appelle Laurent KLEIN-PIERRON, je suis directeur de jardinerie et engagé politiquement comme animateur local au sein de la République En Marche à Montigny les Metz en Moselle. Je ne me prétends pas être particulièrement écologiste ou défenseur de la cause animale mais simplement un citoyen responsable qui pense que la barbarie n’a pas sa place dans les grandes démocraties. Comment prétendre vouloir sauver la planète et d’un autre côté ne pas se préoccuper d’un acteur majeur de la biodiversité qui disparait années après années. Malgré nos différences je pense que l’on peut se rassembler sur un sujet « transpartisan » qui nous concerne tous.

Cette chasse dite « traditionnelle », jugée « cruelle » par les défenseurs des oiseaux, consiste à capturer des oiseaux à l’aide de baguettes en bois enduites de glu et dissimulées dans la végétation, sur des arbres ou buissons. Les chasseurs viennent ensuite décoller ceux qui ont été pris au piège et les nettoyer, souvent à l’aide d’un solvant. Gardés vivants, les oiseaux sont placés dans des petites cages, pour attirer grâce à leur présence leurs congénères, qui seront tirés au fusil. "Ils oublient que restant collés, (les oiseaux) peuvent se blesser et mourir d’épuisement ou de stress dans leur tentative de libération. En outre, le ’prélèvement’ de l’animal par les chasseurs se réalise avec des solvants toxiques. S’il parvient toutefois à être défait de cette glu, l’oiseau peut également présenter des lésions traumatiques qui lui seront fatales les heures suivantes"

Tous ensemble mobilisons nous pour faire pression sur les pouvoirs publics et la commission Européenne pour que cette chasse barbare soit bannie. Il est inadmissible dans les démocraties qui se disent mobilisées pour sauver la planète nous ne nous préoccupions pas des habitants de celle-ci. Protéger la biodiversité n’est pas une passion ou un hobby pour bobos parisiens mais une nécessité pour la planète et l’équilibre de la vie sur terre.

En seulement 30 ans, plus de 420 millions d’oiseaux en Europe ont disparu
La sixième extinction massive de la biodiversité est bien en marche : en seulement 30 ans, 421 millions d’oiseaux ont disparu, non pas sur Terre mais seulement en Europe ! C’est l’estimation édifiante réalisée par une étude publiée dans le journal scientifique Ecology Letters.

Pour les auteurs, « le déclin global de la biodiversité est sans précédent » (dans l’histoire de l’humanité). Les alertes scientifiques, les mobilisations internationales et locales semblent inefficaces devant le rouleau-compresseur d’une société marchande aveugle à son propre support de vie. Résultat : les écosystèmes s’appauvrissent ou sont méthodiquement stérilisés comme en témoigne le projet de barrage de Sivens en France qui a détruit une zone humide remarquable qui abritait de nombreuses espèces pourtant « protégées ».

Si quelques espèces en voie d’extinction connaissent parfois un peu de répit, elles sont trop souvent les représentantes de la biodiversité symbolique, celle qui marque les esprits : pandas, baleines… Laissant de côté les espèces plus communes, dont les oiseaux, qui paient pourtant un lourd tribut. Cette étude menée par Richard Inger et Richard Gregory s’est basée sur 144 espèces d’oiseaux européens sur une échelle de 30 ans. Les données exploitées proviennent du Pan-European Common Bird Monitoring Scheme

En effet, ces oiseaux offrent de multiples avantages pour les écosystèmes : ils aident à lutter contre les ravageurs en contrôlant leur prolifération, ils disséminent les graines des fruits qu’ils mangent et participent ainsi à la reproduction des végétaux. De plus, les oiseaux détritivores jouent un rôle clé dans l’élimination des charognes dans l’environnement. En outre, pour beaucoup de gens, les oiseaux demeurent le principal moyen dont ils interagissent avec les animaux sauvages, en écoutant leurs chants, en profitant de leur présence, en les alimentant et les observant.

Source

MOBILISONS NOUS !!! MERCI POUR VOTRE CONTRIBUTION

* (E) Pétition : Pétition CONTRE les semi-remorques de + de 12 m et POUR un aménagement vert de la D21

8.381 signatures sur 10.000 lien pour signer

Par Collectif de défense et de mise en valeur de l’axe routier RD21 : Beauchastel - St-Laurent-du-Pape - Vernoux Pétition adressée à Département de l’Ardèche - Direction des routes et des mobilités

Ce projet extrêmement discutable (+ de 500 000 €) a été décidé sans que les usagers et les principaux intéressés aient été informés des finalités et donc des conséquences, sans dire de façon globale où auraient lieu les élargissements et pourquoi.

Cette façon de faire particulièrement inacceptable est indigne d’un aménagement éclairé du territoire et contraire au sens démocratique le plus élémentaire.
Voulons-nous + de poids lourds de plus en plus volumineux dans les traversées de La Voulte, Beauchastel, St-Laurent-du-Pape et Vernoux, en passant par le Col de la Mure ? Voulons-nous une route plus dangereuse ?

Parce que cet axe pourrait être réaménagé dans l’intérêt commun des automobilistes, des cyclistes et des touristes (pas des poids lourds !), signons cette pétition et faisons entendre notre voix !

Toutes les infos et tous les détails sur notre démarche se trouvent à cette adresse

* (C) Pétition : Libérez ma mère des camps de concentration en Chine !

459.609 signatures sur 500.000 lien pour signer

PETITION TERMINEE

Gulhumar HAITIWAJI a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron et à 3 autres

Bonjour, je m’appelle Gulhumar, j’ai 26 ans et je suis française. Voici mon histoire : Ma mère a été appelée par son ex patron en Chine en novembre 2016 pour signer les soi-disant documents de sa demande de retraite. Après 1 semaine d’hésitation et de pression de son ex patron, elle a pris des billets aller-retour de 2 semaines. Dès son arrivée là-bas, elle s’est rendue à son bureau et a eu la surprise d’y retrouver des gendarmes. On l’a immédiatement mise en garde à vue et confisqué son passeport. Ma mère a eu extrêmement peur car elle n’avait rien fait ! Pendant 2 mois, elle a été interdite de sortir de la région.

Le 29 janvier 2017 ma mère a été officiellement arrêtée et disparue... plus aucune nouvelle d’elle jusqu’en juillet 2017 où la Chine nous a confirmé que ma mère a été internée dans un camp de « rééducation » le 9 juin 2017. Aucune information sur ce qui s’est passé entre janvier et juin et où est-ce qu’elle a été. Connaissant la Chine, nous sommes persuadés qu’elle a subit des interrogatoires à rallonge dans une prison et même pire, des tortures. Lorsqu’elle a rejoint le camp, elle a eu droit à un coup de fil. La seule chose qu’elle a demandé à sa famille était de lui amener des sous-vêtements et des affaires propres...

Aujourd’hui, elle est toujours dans un camp et n’a le droit qu’à une visite par mois avec sa mère pendant laquelle elle doit dire qu’elle va très bien. Nous cependant, moi, mon père et ma soeur qui vivons en France, n’avons aucun droit de communiquer avec elle. On devait donc croire ce que ma grand-mère nous racontait au téléphone, jusqu’au mois de mai où elle m’a suppliée de ne plus l’appeler, en pleurs. La police l’avait « embêtée toute une journée la veille et elle ne comprenait pas ce qu’elle avait fait pour mériter cela ». Voici ce qui est arrivé chez moi. Avec des millions de cas comme celui-ci, ce sont d’innombrables vie détruites. Pour principale cause, notre identité, notre culture, notre existence...

Je n’ai encore jamais parlé publiquement de ce qui se passait dans ma région natale. Peut-être par peur de provoquer la pitié et toutes sortes de commentaires de compassion, et surtout par peur d’attirer des ennuis à ma mère depuis son incarcération dans un camp de concentration... Je me suis tue pendant très longtemps et au vu du soutien de mon entourage, je ne suis plus capable de rester silencieuse plus longtemps. Ces camps ont ouvert en 2016. Officiellement appelé des "camps de rééducation politique", ils enferme plus de 3 millions de personnes actuellement. Je prie tous les lecteurs de prendre conscience du processus intensifié d’assimilation et de discrimination depuis des décennies dans la région. Aidez-moi à faire libérer ma mère, incarcérée de façon totalement arbitraire en Chine. Son crime ? Etre une Ouighoure et de ce fait, faire partie d’une ethnie minoritaire, parmi tant d’autres, souffrant du pouvoir communiste et totalitaire du régime en place. Journaliste, avocat, humaniste ? Si vous pensez pouvoir m’aider d’une façon ou d’une autre, merci de me contacter à gulhumar@hotmail.fr. Brisons ensemble le silence honteux de la France depuis des années.

* (E) Pétition : L’AFFAIRE DU SIÈCLE

2.359.829 signatures sur 3.000.000 souhaitées lien pour signer

Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits. C’est l’Affaire du Siècle. Les changements climatiques sont là : ils affectent déjà nos vies et n’épargnent personne. Nous assistons à la montée des eaux, à la fonte des glaces, à la multiplication des évènements météorologiques extrêmes, tandis que les espèces animales et végétales disparaissent inexorablement. Les sécheresses et inondations sont de plus en plus dévastatrices. Nos exploitations agricoles sont en danger. L’air que nous respirons est pollué. Le prix de nos factures énergétiques explose. Partout, dans les pays du Sud comme dans les pays du Nord, les populations vulnérables sont les plus exposées.

Obnubilés par les enjeux du court terme, les Etats et les acteurs économiques restent sourds aux innombrables cris d’alarme des plus fragiles, des scientifiques, des associations. Alors que les investissements nécessaires pour remédier à la catastrophe devraient être financés majoritairement par les plus aisés, les classes moyennes et les plus démunis y contribuent aujourd’hui de manière indifférenciée. La lutte contre les changements climatiques ne doit pas se faire au détriment des plus fragiles.La France a pris un retard conséquent. D’aveu public, elle n’atteint pas ses objectifs sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les inégalités face au changement climatique s’aggravent.

L’État a l’obligation d’agir. Il doit prendre les mesures politiques qui s’imposent, tout en garantissant la justice sociale. Il doit réduire notre dépendance au pétrole et nous fournir des alternatives en matière de transport. Il doit investir dans la rénovation des logements et promouvoir l’usage des énergies renouvelables, en abandonnant le recours aux énergies fossiles et nucléaire. Il doit instaurer l’accès de tous à une alimentation suffisante, saine et de qualité, garantir un revenu décent pour les agriculteurs et lutter contre la déforestation. Il doit aussi mettre en place les dispositifs indispensables à l’adaptation de nos territoires et à la protection de nos côtes. Toutes ces mesures auront un impact positif sur nos vies. Pourtant, ce qui est sur la table aujourd’hui est largement insuffisant.

La justice est un véritable levier. Elle peut enfin contraindre à l’action. Partout dans le monde, des citoyennes et citoyens saisissent la justice pour que leurs droits fondamentaux soient garantis face aux changements climatiques. Et ça marche ! Aux Pays-Bas, la justice a ordonné au gouvernement néerlandais de revoir à la hausse ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En Colombie, 25 jeunes ont fait reconnaître par la Cour suprême la nécessité d’agir contre la déforestation et pour la protection du climat. Au Pakistan, un fils d’agriculteurs a demandé aux juges de contraindre son État à adopter une législation climatique capable de protéger l’exploitation de ses parents, et leur droit à l’alimentation.

Nous aussi, nous pouvons gagner. Nous pouvons changer les choses, si nous sommes ensemble ! Alors agissons pour la justice sociale et climatique, saisissons la justice pour que la France respecte enfin ses engagements sur le climat. Ensemble, portons et remportons ce qui est déjà, partout dans le monde, et aujourd’hui en France, l’Affaire du Siècle.

voir la vidéo : L’AFFAIRE DU SIÈCLE ft. McFly & Carlito, Marion Cotillard, CYR !L, Juliette Binoche et 27 autres !